Les gardiens de la galaxie 2

Titre : La Belle et la Bête
Réalisateur : James Gunn
Casting : Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Michael Rooker, Kurt Russell,…
Date de sortie : 26 avril 2017
Durée : 2h16
Genre : Action, super-héros
Synopsis : Musicalement accompagné de la « Awesome Mixtape n°2 » (la musique qu’écoute Star-Lord dans le film), Les Gardiens de la galaxie 2 poursuit les aventures de l’équipe alors qu’elle traverse les confins du cosmos. Les gardiens doivent combattre pour rester unis alors qu’ils découvrent les mystères de la filiation de Peter Quill. Les vieux ennemis vont devenir de nouveaux alliés et des personnages bien connus des fans de comics vont venir aider nos héros et continuer à étendre l’univers Marvel.

On avait beaucoup aimé le premier des Gardiens de la galaxie et on avait très envie de voir le second, c’est ce qu’on a fait lundi. Et on n’a pas été déçus : non seulement, il était super drôle mais surtout, il était beau graphiquement parlant et méritait d’être vu au cinéma.
Bref, on en a pris plein la vue avec les effets spéciaux.
Le bon point est que, contrairement à beaucoup de film, le son est bien dosé : les musiques ne sont pas trop fortes, les voix suffisamment pour qu’on n’ait aucun problème à comprendre les dialogues, quant aux sons des effets spéciaux, ils sont au bon volume. C’est appréciable.
Le seul bémol en ce qui me concerne, c’est la B.O., elle n’est pas terrible – je n’ai pas le souvenir qu’elle le fut autant dans le premier.

Maintenant qu’on connait un peu mieux les personnages, on entre plus rapidement dans le vif du sujet : les gardiens empêchent un gros méchant tentaculaire d’atterrir sur une plateforme et de protéger les super batteries du peuple Je-pète-plus-haut-que-mon-cul (j’ai pas le nom là maintenant tout de suite donc je me contenterai de celui-ci :p), c’était sans compter les frasques de Raccon ; en tentant de se dépêtrer de leur prise en chasse, ils sont secourus par Ego qui n’est autre que le père de Peter Quill.
Même si les personnages font partis du même groupe, ils ne semblent pas tant avoir changé, ils se la jouent juste un peu moins personnels. Pourtant, je les ai nettement mieux aimés que dans le premier ; par contre, ils sont bien moins sombres également.
Ils ont vécu des aventures entre les deux films et on sent davantage la cohésion :
Starlord est un peu plus sympathique et moins naze, mais ce n’est pas encore ça. Gamora est également plus chouette, moins froide et un peu plus humaine.
Drax est moins impassible et il m’a beaucoup fait rire, surtout sa relation avec la vilaine Mantis (la pauvre).
Rocket Racoon est égal à lui-même, c’est-à-dire excellent dans son genre (le meilleur dans sa partie oserai-je dire… ou pas). Quant à Groot, ils en abusent un peu voire beaucoup – il est mignon mais c’est un peu trop, dommage.
Même les méchants sont traités de manière différente.

J’ai adoré les Gardiens de la Galaxie 2, je n’ai pas vu le temps passer. Peut-être est-ce en raison des acteurs surprises qui y apparaissent, ou des clins d’œil tels que Howard the Duck, Beyonder, etc.
Je dirai que dans l’ensemble, j’ai nettement préféré au premier que je compte malgré tout revoir. Et j’attends avec beaucoup d’impatience que le second sorte afin de chercher tous les détails qui m’ont échappé parce que je riais trop pour les remarquer.

Bilan lecture du mois d’avril 2017

Bilan de lectureCe mois-ci, pas beaucoup de pages mais le nombre de lecture n’est pas si dégueu, au final.
J’ai lu 8 lectures (1 mangas, 1 BD, 1 album enfant et donc 5 livres).
Commençons sans plus tarder:

Coup de coeur
Coup de Cœur:

Image du Blog good-winry-18.centerblog.net
J’ai adoré:

Gif heureux
J’ai aimé:

 

Image du Blog mangapournous.centerblog.net
Ça m’a trop déçue:

On arrive donc à un petit total de 1579 pages (191 en manga, 48 en BD, 36 en album enfant et donc 1304 pages en livre).

Bilan challenge :

Arbre généalogique des Rougon-Macquart de 1878Challenge Rougon-Macquart : 07/20

Challenge LEAF Le Manège de PsylookChallenge LEAF : 21/50

Challenge Goodreads : 30/125

Challenge - Coupe des 4 maisonsCoupe des 4 maisons : 35/70 – 1275 points

Réduit ta PAL à néantChallenge Réduit ta PAL à néant (illimité) : 16/70

Actuellement, je lis :
Harry Potter et les reliques de la mort
J.K. Rowling
(38%)

Les Trinités
Manuel des joueurs
(15%)

Thème du mois d’avril 2017 :
Le monde réel

Trois amis bien différents – Laure Allard d’Adesky & Manon Paumard

Titre : Trois amis bien différents
Auteure : Laure Allard d’Adesky
Illustratrice : Manon Paumard
Éditeur : Anyway
Nombre de pages : 36
Quatrième de couverture :
Barbichette le pirate, Bave-sans-soif le grand chef indien, et le chevalier aux grands pieds sont les meilleurs amis du monde. Un jour, fatigués par leur quotidien monotone, ils font le choix d’échanger leurs vies pour une journée. Ils vont découvrir à leurs dépens que, contrairement à ce qu’ils pensent, la vie des autres n’est pas toujours plus facile que la leur.

J’ai décidé de prendre cet album parce que j’aime beaucoup l’auteure que j’ai découverte il y a peu. La couverture ne me plaisait pas de masses, pourtant, elle est parlante de ce que contient l’histoire :
les trois amis sont lassés de la routine qu’est devenue leur existence et rêvent de vivre d’autres expériences, expériences qu’ils fantasment, bien entendu. En fonction de leurs attentes, ils échangent leur vie. Mais très vite, les habitudes leur manquent et les contraintes des uns ne sont pas forcément celles des autres.

Une belle leçon de vie pour petits et grands, très proche de la réalité : notre imagination galope toujours rapidement et dans ces cas-là, nos attentes sont souvent déçues. Cet album me rappelle beaucoup le fameux proverbe : l’herbe est toujours plus verte ailleurs.
C’est un thème qui ne parlera pas forcément aux plus petits parce que leurs envies sont immédiates et pas forcément rêvées. De plus, l’auteure utilise, deux ou trois fois, un vocabulaire légèrement soutenu : si larguer les amarres nous parle, ce n’est pas forcément le cas pour un enfant de moins de quatre ans. Personnellement, ça ne me pose pas de souci, cela permet d’échanger avec les enfants, de leur expliquer les mots qu’ils n’ont pas compris, de leur ouvrir les portes d’un langage qu’ils ne connaissent pas forcément.
Et puis, nous pouvons nous appuyer sur les dessins qui sont bien faits. Si la couverture ne m’avait pas convaincue, j’ai nettement mieux accroché sur les illustrations intérieures. Quelques planches manquent de détails, mais dans l’ensemble, elles sont sympas : les personnages sont tout en rondeur du moins dans le visage, les couleurs sont toutes douces et loin d’être agressives ce qui est bien plaisant.

Je l’ai lu rapidement, c’était très addictif et j’ai tout de suite accroché à l’histoire et surtout au thème « de la vie fantasmée qui termine en déception pour mieux nous faire apprécier notre propre quotidien ».
Ça a été un coup de cœur pour cet album.

Magic 7, tome 3 – Le retour de la bête – Kid Toussaint, Giuseppe Quattrochi & Rosa La Barbera

Titre: Le retour de la bête
Saga: Magic 7, tome 3
Scénariste: Kid Toussaint
Illustrateurs: Giuseppe Quattrochi & Rosa La Barbera
Éditeur: Dupuis
Nombre de pages: 48
Quatrième de couvertureLéo, le spirit, n’a qu’un but : trouver le septième mage ! Grâce aux révélations d’Alice, la devineresse, il sait que c’est quelqu’un qu’il a déjà rencontré et qu’il porte vraisemblablement une tache de naissance comme les six autres.
Alice fait une autre prédiction : l’un des cinq rencontrera l’enchanteur le mercredi suivant. Chacun suit alors ses intuitions et tente de provoquer des rencontres qui semblent totalement fortuites avec son suspect favori.
L’enchanteur, ignorant tout de son pouvoir, laisse de curieuses créatures sur son passage, aidant bien involontairement les six à le trouver. Une course contre la montre est alors lancée, car une terrifiante et gigantesque bête a envahi la ville et détruit tout sur son passage… Et les « Magic 7 » ne pourront livrer leur grand combat que lorsqu’ils seront au complet !

Bonjour,
aujourd’hui, je vous retrouve pour une chronique qui me tient particulièrement à cœur, celle de Magic 7 tome 3, parce que déjà, j’aime beaucoup le scénariste, sans compter que les dessins sont toujours aussi beaux. Ajoutons à cela la participation de Geoffo Panda au storyboard ( histoire de le situer, il s’occupait du Turbomédia chez Marvel entre autre, si ses travaux sur cette BD vous intéressent, vous trouverez ses planches sur Branchés Culture.)

Dans ce troisième tome, nos six héros sont à la recherche du septième comparse, l’enchanteur. Ils doivent le trouver avant l’arrivée de la Bête dans le but d’être assez puissants pour la combattre.
Ils suivent donc les consignes très vagues d’Alice et chacun a son hypothèse sur l’identité de leur dernier compagnon. J’ai trouvé cela sympa, ça permet également au lecteur d’y réfléchir, de chercher les indices, du coup, on ne reste pas passif.
Chaque personnage est déjà posé et on les connaît, pourtant, Kid Toussaint parvient malgré tout à nous surprendre en nous faisant découvrir davantage les secondaires ; ainsi, derrière la brute de l’école se cache un être qui souffre, les pestes de la classe ne sont pas aussi garces que ce qu’on croit – enfin pour l’une et pas forcément celle que l’on pense d’un premier abord -, le martyrisé qu’on prend en pitié n’est pas aussi sympathique que ce qu’on attend de lui lorsqu’on lui tend la main, et j’en passe parce qu’il y en a bien d’autres.
À la fin de ce tome, on réussit à se faire une idée précise de chacun tout en se méfiant parce qu’on a bien compris que les apparences sont souvent trompeuses. Il n’y a que le père de Leo que je suis incapable de juger, je ne suis pas sûre de l’apprécier même s’il nous permet d’en découvrir davantage sur l’origine des 7 ; je sens le sale coup venir avec lui sans pour autant savoir quoi exactement… on verra si mon intuition est juste.

Je craignais que ça tourne en rond, mais j’avais oublié que ce n’était pas possible avec Kid : on se retrouve avec un troisième tome contenant un peu moins d’action mais tout autant de rebondissements.
Bref, j’ai adoré et je compte bien samedi me chercher le 4 qui sort aujourd’hui,  donc on devrait se retrouver rapidement pour la chronique du prochain volume ^_^
À bientôt.

Alice Royale, tome 1 : Le lapin blanc – Céline Mancellon

Titre: Le lapin blanc
Saga: Alice Royale, tome 1
Auteur: Céline Mancellon
Éditeur: Sharon Kena
Nombre de pages: 138
Quatrième de couvertureSection paranormale des forces de l’ordre de Lauriennas.
Suite à un étrange e-mail, Alice Royale, enquêtrice fraîchement libérée du Centre des Êtres Clonés, se rend dans une discothèque où Humains et Vampires se côtoient. Sa nature l’a dotée de facultés psi lui permettant l’immunité contre les attaques psychiques des créatures aux dents longues. Mais à peine a-t-elle accepté la mission qu’une autre se présente à elle… et son partenariat avec l’inspecteur Villard, spécimen masculin un brin chatouilleux et susceptible, risque fort de perturber la petite vie tranquille qu’elle menait jusque-là.

Cela fait un moment que j’avais ce livre dans ma Pile A Lire et j’ai profité du Challenge des 4 maisons pour le sortir. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en le commençant.

Dès le début, on suit Alice Royale, un personnage un peu froid, très protocolaire et surtout décalée par rapport au monde où elle évolue. C’est une femme clonée qui est sortie depuis peu du centre dans lequel elle et ses congénères ont toujours vécu.
Dans un premier temps, elle m’a beaucoup fait penser à Alexia Tarabotti de la saga Le Protectorat de l’Ombrelle de par ses réactions et sa façon de parler plutôt élégante ; pourtant assez vite, la ressemblance s’arrête là : déjà, elle est bien plus naïve, de plus, il lui arrive parfois de ne pas comprendre toutes les situations dans laquelle elle se trouve, elle a surtout du mal avec les allusions sexuelles ce qui la place dans des contextes particulièrement dérangeants pour elle… et amusant pour le lecteur.
Comme dans pas mal de série Bit-Lit, on y retrouve vampires, démons, métamorphes, etc. Le côté original est qu’ils ne vivent pas cachés, ils côtoient les humains naturels et au sein du commissariat de Lauriennas, Alice Royale dirige un département spécial permettant à ces créatures d’employer les mêmes méthodes policières que les normaux ; ils sont également issus d’une dimension parallèle et peuvent passer de l’une à l’autre – de ce que j’en ai compris, ils doivent y être appelés et sous contrat, quelque chose comme cela.

J’ai trouvé deux choses dommages :
le nom du livre fait clairement allusion à Alice au pays des Merveilles mais à part les titres de chapitres, j’ai trouvé le rapport assez ténu.
c’était beaucoup trop court, j’aurais aimé continuer ma plongée dans cet univers entêtant.

Ça s’est lu très vite, en l’espace de deux petits jours. J’ai adoré cette lecture – à la limite du coup de cœur -, j’ai passé un excellent moment et j’ai bien ri.

Challenge - Coupe des 4 maisonsChallenge Coupe des 4 maisons :
Item éphémère : CHOCOGRENOUILLE un livre ayant sur sa couverture un lapin ou un œuf (du 16 au 23 avril) 200 points

1 2 3 4 5 172
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: