Voyage

Cinq amis
de Junko Nakamura

Titre: Cinq amis
Auteur: Junko Nakamura
Éditeur: MeMo
Étiquette médiathèque: Bleue
Nombre de pages: 44
Quatrième de couvertureCinq amis, Chawoui le chameau, Chooro le cochon, Moussoon le bouc, Kopi le Kangourou et Pinki le pinson vivent ensemble à la ferme. Un jour, chacun doit aller vivre de son côté, mais ils continuent tous à penser à leurs amis. Être séparé sans s’oublier, pouvoir s’aimer à distance, espérer se revoir, telles sont les belles leçons de ce petit livre très simple mais d’une grande qualité de sentiments. Junko Nakamura utilise une figuration très simplifiée, mais très expressive. L’usage du papier et de l’espace de la page, assez ancien, est ici alliée à une palette de couleurs vives et subtiles, appliquées à l’aide de tampons en carton.

MON AVIS :

Le résumé donné ci-dessus en dit très long, voici néanmoins le miens : cinq amis grandissent ensemble, mais vient un temps où chacun part vivre sa vie. Mais même séparés, ils pensent les uns aux autres. Une chouette histoire d’amitié à mille lieues du proverbe loin des yeux, loin du cœur.
Les dessins sont colorés et contrastent avec le fond majoritairement blanc. Ils sont assez simples mais efficaces.
On a bien aimé cette histoire plus pour le récit que pour les illustrations.

Fanfan
de Marie Sellier & Iris Fossier

Titre: Fanfan
Auteure: Marie Sellier
Illustratrice: Iris Fossier
Éditeur: Éditions Courtes et Longues
Étiquette médiathèque: Blanche
Nombre de pages: 48
Quatrième de couvertureQui est Fanfan ? On lui dit que
c’est un éléphant mais, des éléphants, il n’en a jamais vu…
Et pour cause, ce sont des autruches qui l’élèvent !
Marie Sellier et Iris Fossier racontent en bleu, or et brun la quête de Fanfan pour   découvrir ses origines et faire le choix de sa vraie famille : éléphants ou autruches?
Iris Fossier manie la finesse de la gravure et la subtilité de l’aquarelle pour peindre une savane rêvée, faite de dirigeables et d’animaux étonnants.
Marie Sellier, formidable conteuse, illumine d’un texte à la fois simple et émouvant, vrai et direct, l’histoire d’un petit éléphant à la recherche de soi…

MON AVIS :

Fanfan est un éléphant qui vit dans une famille d’autruche. Lorsqu’un marabout s’exclame en le voyant : “tiens, un éléphant !”, Fanfan est surpris, il n’a jamais vu d’éléphants et part à leur recherche.
C’est la grosse surprise de ce choix de livre. Si on exclut les détails de fond saugrenus (parachute, planète-balles, zeppelins, etc.) je trouve les animaux très réalistes sans l’être trop, et cet album très beau. J’ignore ce qui m’a autant plu, mais j’ai aimé et je ne suis pas la seule parce que même la petite qui a du mal à accrocher à la lecture habituellement a été fascinée au point de le demander quotidiennement.
Un coup de cœur en ce qui me concerne.

Il était une fois une souris
de Marcia Brown

Titre: Il était une fois une souris
Auteur: Marcia Brown
Éditeur: Le genévrier éditions
Étiquette médiathèque: Conte
Nombre de pages: 30
Quatrième de couvertureQuand un vieil ermite, un peu magicien, transforme une petite souris en un gros chat, puis en un grand chien, enfin en un tigre majestueux, qui oublie tout de ses modestes origines…
Quoi que l’on devienne, il est bon de se rappeler d’où l’on vient. Tel est le thème mis en scène dans cette version d’une fable de l’Inde ancienne, inspirée du Hitopadesa, recueil de courts textes sanskrits du Xème siècle à vocation pédagogique. Jeune ou moins jeune, le lecteur en retiendra l’humour et la vigueur du propos servi par des gravures d’une qualité exceptionnelle.

MON AVIS :

Un ermite réfléchit à ce qui est grand et à ce qui est petit quand une petite souris l’approche. Pour la protéger des dangers qui la guettent, le grand sage utilise la magie pour le transformer en animal de plus en plus gros à chaque fois que sa vie est menacée. Mais cela modifie également le comportement du rongeur qui finit par prendre la grosse tête.
J’ai bien aimé ce conte indien et surtout la morale de l’histoire. Les dessins sont étranges, mais j’ai bien accroché, surtout certains décors dont les traits ont capté mon attention.

Inukshuk
de Camillelvis

Titre: Inukshuk
Auteur: Camillelvis
Éditeur: Dyozol
Étiquette médiathèque: Blanche
Nombre de pages: 36
Quatrième de couvertureAdaptée du court-métrage d’animation éponyme de Camillelvis, cette fable écologique s’inspire d’une légende inuite, et emporte le lecteur dans un univers aussi contemplatif que drôle et émouvant. Ici, la banquise gelée et le soleil brûlant façonnent un paysage en éternel mouvement. Au dernier jour polaire, sur la glace qui chante, le petit homme Inukshuk et l’ours facétieux voient se métamorphoser leur univers blanc en ce noir océan de baleine aux grands yeux…

MON AVIS :

Quand je l’ai feuilleté, je me suis dit que c’était l’histoire d’un esquimau qui évoluait sur la banquise et rencontrait un ours blanc et une baleine… Ben non. En fait c’est plutôt un extraterrestre qui chemine sur une planète glacée et qui rencontre une espèce d’ours blanc qui fond, qui se déstructure… On ne sait pas trop.
C’est sûrement l’histoire la plus bizarre qu’on ait lu sur le thème du voyage. Ça nous a laissés perplexes que ce soit le récit en lui-même ou les illustrations – à noter que j’ai apprécié les ombres des personnages qui se dessinent sur la glace.
j’ignorais que c’était une adaptation d’un court-métrage. Il faudra que je le trouve et le regarde.

Le lit magique
de John Burningham

Titre:Le lit magique
Auteur: John Burningham
Éditeur:Seuil Jeunesse
Étiquette médiathèque: Bleue
Nombre de pages: 38
Quatrième de couverture: Le lit que Lucas a trouvé chez un antiquaire est un lit magique. Malheureusement, sa grand-mère s’empresse de remplacer cette “vieillerie” par un lit flambant neuf !

MON AVIS :

Le lit de Lucas est trop petit. Sa grand-mère l’envoie avec Pierre en acheter un nouveau. Ils se rendent dans un magasin d’antiquités et trouvent leur bonheur : un lit magique qui leur permet de voyager à condition qu’ils trouvent le mot magique. Après plusieurs tentatives, le héros le devine et part toutes les nuits pour une nouvelle aventure.
Hormis la grand-mère, on ne sait pas trop qui sont les autres personnages qui gravitent autour de Lucas. Qui est Pierre par rapport au petit ? Qui est la blonde qu’on voit régulièrement avec la mamie ? C’est assez déroutant et un brin désagréable pour moi. Je n’ai pas accroché aux dessins, ils sont assez basiques mais pour moi, le pire, ce sont les décors et certains sont très sombres et absolument indescriptibles, limite dégueulasses pour certains (cf celui ci-dessous).
Ça s’est laissé lire sans plus.

Lili vient d’un autre pays
de Ophélie Texier

Titre: Lili vient d’un autre pays
Auteur: Ophélie Texier
Éditeur: L’école des loisirs
Étiquette médiathèque: Bébé
Nombre de pages: 20
Quatrième de couvertureLili vient d’un autre pays. Un pays très joli. Mais ses amis ne connaissent pas ce pays. Pas toujours facile pour Lili…

MON AVIS :

Le titre dit tout : et pour bien faire la différence, l’auteure a choisi un crocodile pour Lili et tous ceux de son pays d’origine et des éléphants pour les habitants de son nouveau pays.
J’ai aimé le principe de deux espèces d’animaux différents. J’ai aussi apprécié le contraste entre la vie de Lili dans son pays d’origine et celle dans l’autre pays, même si ce n’était pas assez marquant et c’est dommage. Dommage qu’il n’y ait pas eu plus de détails sur sa vie là-bas autre que “Dans le pays de Lili, la vie est très difficile…” ok, mais en quoi ? En quoi manger à sa faim est plus facile pour des tout-petits qui ne connaissent rien à la famine ?
Quand j’ai vu la réaction d’incompréhension sur le visage des petits, j’ai un peu brodé lors des relectures et par la suite, ça allait mieux.

Méli mélo en Chine
de Martine Perrin

Titre: Méli mélo en Chine
Auteur: Martine Perrin
Éditeur: Milan
Étiquette médiathèque: Blanche
Nombre de pages: 40
Quatrième de couvertureAprès l’Afrique et la ferme, Méli-mélo part sur les traces de la Chine légendaire. Sur le même principe graphique, les enfants découvriront la grande muraille, les rizières, panda et dragon, calligraphie et cérémonie du thé… À la fois jeu d’associations, de mimétismes et de devinettes, ce livre étonnant emmène les enfants à la découverte des animaux, mais aussi des motifs et des formes géométriques de cet univers si particulier.

MON AVIS :

Un jeu visuel : une feuille sur trois est trouée dessinant une silhouette d’animal (panda, poisson, dragon, etc.) et laisse imaginer ce que la créature voit, approche, protège…
Je crois que j’ai bien aimé. J’ai trouvé les effets visuels sympas, mais ça manque d’un fil conducteur.

Mon panda
de Ramona Badescu & Chiaki Miyamoto

Titre: Mon panda
Auteur: Ramona Badescu
Illustratrice: Chiaki Miyamoto
Éditeur: Belize
Étiquette médiathèque: Bleue
Nombre de pages: 24
Quatrième de couvertureLe doudou Panda a disparu. Quelle inquiétude ! Est-il parti loin ? Un enfant a perdu son Panda. Il s interroge. Est-ce qu’il a été enlevé ? Quelqu’un l a-t-il vu ? Est-ce qu’il a fondu doucement dans la brume ? Est-ce qu’il est allé voir l autre côté de la lune ? Mais ce panda… on le voit le jour, on le voit de nuit. Il est vieux, usé et râpé dans les coins. Ça ne sert à rien un panda ! Si vous le voyez, si vous le trouvez, ramenez-le moi s il vous plaît, j’habite là.

MON AVIS :

Une petite fille a perdu son panda et elle imagine la raison de son départ.
Autant j’ai aimé les illustrations, autant l’histoire m’a saoulée. J’ai trouvé que ça partait dans tous les sens surtout les passages où il est dans l’espace.

Rita et Machin à Paris
de Jean-Philippe Arrou-Vignod & Olivier Talleca

Titre: Rita et Machin à Paris
Auteur: Jean-Philippe Arrou-Vignod
Illustrateur: Olivier Talleca
Éditeur: Gallimard jeunesse
Étiquette médiathèque: Blanche
Nombre de pages: 32
Quatrième de couvertureQue c’est bien d’être à Paris ! Rita et Machin brûlent d’envie de découvrir la ville. La tour Eiffel, le Louvre, les grands magasins, les bateaux-mouches, l’Arc de Triomphe, Montmartre… ils veulent tout voir et, bien sûr, ne manquent pas une bêtise !

MON AVIS :

Rita est en vacances à Paris avec ses parents, mais comme ils dorment, son chien Machin la convainc qu’ils peuvent visite la ville seuls et c’est ce qu’ils font avec leur lot de bêtises.
C’était l’occasion de faire visiter Paris aux enfants tout en restant chez soi, du moins les grands sites touristiques et les monuments sont super bien reproduits. J’ai eu un petit coup au cœur en voyant Notre-Dame et en pensant à l’incendie qui l’a ravagée.
Si le principe du livre est sympathique, le fait que le duo fasse bêtises sur bêtises m’a davantage freinée dans cette lecture, la trouvant amusante pour des plus grands mais peu judicieuse dans le cadre de mon travail.