17. Un Noël sous la neige

Gling, gling! Le facteur Grelot sonne chez le père Noël:
-Bonjour, père Noël! Voici vingt sac de courrier pour vous.
-Ah! Merci, Grelot. Je vais pouvoir me mettre au travail.
Recevoir les lettres et descendre dans les cheminées, c’est ce que le père Noël préfère. Il s’installe et ouvre son courrier:
-Voyons à quoi rêvent les enfants cette année…. “Une poupée Tartie, des Trémobiles…”, facile. “Une toupie, des méga rollers…” D’accord. Une console Mirédo, de la Patafluo…” Bon… rien de nouveau!
Soudain, le père Noël sursaute. Voici une lettre pas comme les autres!

Le père Noël est très embêté. Faire neiger, ce n’est pas du tout sa spécialité… Il connait bien quelqu’un qui pourrait l’aider, mais…
-Quentin! s’écrie-t’il.
-Oui, père Noël? fait un petit lutin en sortant de la niche à pain.
-File chez la reine des Neiges. Tu lui montreras cette lettre.
-J’y cours, père Noël!
Et hop! Quentin galope à dos de renne, direction le palais de Glace!

Au cœur de son palais, la reine des Neiges se prélasse dans un bain de mousse givrée. Quand soudain, surgit Quentin:
-Majesté, dit-il, il faut que vous lisiez ceci.
-Quoi! dit la reine en attrapant la lettre. C’est le père Noël qui t’envoie. Quel culot! Jamais il ne m’apporte de cadeau.
C’est que… vous n’avez pas de cheminée, répond Quentin, gêné.
La reine réfléchit puis elle déclare:
-Le père Noël veut de la neige à Noël? Il en aura… s’il se coupe la barbe pour moi!

En apprenant la réponse de la reine, le père Noël bondit:
-Nom d’un petit glaçon, c’est impossible! Sans ma barbe, je ne serai plus le père Noël!
Mais il pense à Marion, qu’il va tant décevoir… “Tant pis, se dit-il, j’y vais!” D’un coup de traineau, il atteint le palais.


-Père Noël? Quelle bonne surprise! s’écrie la reine. Que voulez-vous?
-Je suis venu, madame, pour vous offrir ma barbe.
Et le père Noël sort ses ciseaux…
-Arrêtez, gros nigaud, dit la reine. Avec cette barbe, vous êtes si beau!
Le père Noël la regarde, surpris. Le reine sourit:
-Vous êtes là, je ne suis plus fâchée. Il va neiger. A condition…
-A condition que quoi? demande le père Noël.
La reine l’attrape alors par la barbe et lui donne un baiser dont elle a le secret: un baiser-flocon qui le brûle et qui fond des oreilles jusqu’au menton.
-…A condition que vous m’emmeniez pour votre tournée!

C’est le soir de Noël. Le père Noël a chargé son traineau. Sur une montagne de cadeaux trône la reine des Neiges:
-En avant, c’est parti! crie-t’elle ravie.
Le traineau s’envole dans un ciel clair, rempli d’étoiles. Comment croire qu’il va neiger? Le père Noël est un peu inquiet…
-J’aperçois la maison de Marion! annonce-t’il bientôt.
-Neige-t’il, en bas? demande la reine d’une petite voix
-Je ne crois pas!
-Regardez mieux…
Penché par dessus bord, le père Noël se gratte le menton. Pas le moindre petit flocon…
Mais soudain… Ca alors! Un, deux, trois, mille flocons légers s’échappent en tourbillons de as longue barbe blanche…
-Nom d’un petit lutin! rit le père Noël. C’est incroyable!

La neige tombe toute la nuit, silencieuse, sur les toits de Mourad et de Marion.
Au petit matin, du fond de son lit, Mourad entend un léger bruit. Comme des milliers de petits toc-toc à sa fenêtre. Il court pieds nus et ouvre en grand:
-Wahou! C’est tout blanc!
Il aperçoit alors Marion qui cueille une poignée de neige et la fait voler contre ses volets.
-Regarde, Mourad, il neige, il neige! Il neige pour toi, s’écrie-t’elle. Joyeux noël!

Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *