Fonteclose : Le trésor de Charette – Vanessa Pontet

Titre : Le trésor de Charette
Saga : Fonteclose
Auteur : Vanessa Pontet
Éditeur : Slalom
Nombre de pages : 304
Quatrième de couverture : Déménager dans un château perdu en Vendée ? Voilà bien une idée grotesque comme peuvent en avoir les parents… Lucie et Victor quittent leurs copains, le cœur lourd, mais vont bientôt rencontrer de mystérieux colocataires et chercher à découvrir en leur compagnie un secret farouchement gardé depuis plusieurs siècles.
Au XXIe siècle, Fonteclose, le manoir du Général Charette, est racheté par un couple de restaurateurs parisiens et leurs enfants. Mais la demeure est déjà ” habitée “.
Depuis la Révolution française et la révolte des Vendéens, le Comte Erwan de Parenssay et sa famille sont prisonniers du domaine. Trois siècles pendant lesquels ils ont veillé sur le trésor de Charette, le plus célèbre de Vendée. Des caisses d’or que beaucoup cherchent encore.
Mais cette fois, impossible pour le vieux Comte de faire fuir les nouveaux propriétaires du manoir !
Le pouvoir des ondes a changé la donne… ” Éternels ” et ” Intrus ” doivent vivre ensemble et mener l’enquête sous l’œil vigilant du Général !

Je tiens tout d’abord à remercier la masse critique Babelio ainsi que les éditions Slalom qui m’ont accordé leur confiance pour ce partenariat.
C’est une lecture qui m’a comblée dans le sens où elle est tout ce que j’en attendais : rapide, plaisante et intéressante et le gros plus : la trame se base sur un morceau d’histoire vendéenne.

La famille Perceval a acheté le domaine de Fonteclose afin d’en faire une auberge. Quand ils emménagent, ils sont loin d’imaginer que la château est déjà habité par des “éternels” : des fantômes chargés par le général Charette de protéger son trésor. A chaque nouveau propriétaire, les revenants s’acharnent à leur faire peur afin de les faire fuir.
Jusqu’à présent, leur tâche était aisée, mais à notre époque, l’air est parcouru d’ondes en tout genre : radio, téléphones, etc. Ce qui est problématique parce que cela les fait apparaître et ruine leurs effets.
Heureusement, certains membres des Perceval autant que des éternels sont plus accommodants que d’autres et ils commencent à nouer des liens.

La couverture m’a beaucoup plu : le titre est en relief et le O en forme de camé à l’effigie du général Charette l’est bien davantage.
Les illustrations sont chouettes et se marient à merveille avec le récit. Leur character design des personnages est fort sympathique et j’ai passé beaucoup de temps à contempler leur expression, à en noter chaque détail.

J’ai bien aimé les personnages, ils sont attachants tous autant qu’ils sont. Seuls trois protagonistes m’ont laissée de glace : la mère Perceval Marie, le patriarche des Parensay Erwan et sa fille Elise.
J’avoue que ceux que j’ai le mieux aimés, ce sont Nicolas et Luc. Ils s’associent pour trouver une solution à cette cohabitation pour le moins étrange.

Comme je le disais dans le premier paragraphe, le gros plus de ce roman est la base historique sur laquelle il s’appuie. J’avoue, avec honte, que je ne connais pas grand-chose à cette période, bien sûr, certains groupes qui luttaient en Vendée ne me sont pas inconnus comme les Chouans, mais j’ignorais les détails. J’en ai découvert un bout dans ce roman et j’ai bien envie d’en apprendre davantage sur le sujet.
La fin laisse supposer un second tome, il faudra que je surveille ça.

J’ai adoré ce roman jeunesse. J’ai passé un très bon moment en compagnie des Perceval et des Parenssay. Je suis presque triste qu’il soit déjà terminé.

Bilan lecture du mois de juin 2020

Bilan de lectureLe mois de juin fut étrange : pas beaucoup de temps pour lire, encore moins pour chroniquer, malgré cela, mon score est plutôt honorable. Je vous laisse découvrir ça
J’ai lu 11 livres (6 mangas et donc 5 romans).
Commençons sans plus tarder:

Coup de coeur
Coup de Cœur:


Image du Blog good-winry-18.centerblog.net
J’ai adoré:


Gif heureux
J’ai aimé:

On arrive donc à un total de 2682 pages (1340 en mangas et donc 1342 pages en roman).


Bilan challenge :

Challenge Rougon-Macquart : 09/20

Challenge Coupe des 4 maisons : 50 items – 3215 points

Challenge Goodreads : 58/130

Challenge Termine tes sagas en cours, bordel !!! (illimité) : 01/61 sagas – 13/213


Actuellement, je lis :
Fonteclose : le trésor de Charette
Vanessa Pontet
(54%)

ES : Eternal Sabbath, tome 8 – Fuyumi Soryo

Titre : Eternal Sabbath, tome 8
Saga : ES
Auteur : Fuyumi Soryo
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 226
Quatrième de couverture : Sakaki essaie de persuader Mine pour qu’elle demande à Akiba (Shuro) de se débarrasser d’Isaac. Mais Akiba a pris la décision de lui même. Il doit arrêter son frère, son clone, qui use de son pouvoir psychique pour déclencher une véritable émeute dans Tokyo. Le combat va être rude entre ces deux êtres dotés d’une puissance énorme. Qui d’eux deux remportera ce duel … L’avenir nous le dira dans ce dernier opus.

Un dernier tome qui commence sur les chapeaux de roues. Dans le tome précédent, Isaac apprend qu’il vieillit prématurément et qu’il est condamné à moindre échéance. Puisqu’il n’est pas un ange de compassion, il décide que tout le monde devait payer et pour cela, il utilise ses pouvoirs pour manipuler les citadins et mets la ville à feu et à sang.
Il est temps pour Shuro d’intervenir et de combattre Isaac. Et c’est qu’il fait. Cela se passe bien entendu à un niveau psychique. L’issue de ce face-à-face tant attendu a lieu peu avant la moitié – je m’attendais à ce que cela se produise ainsi, mais que cela soit un choix délibéré d’Isaac et non un pur hasard.

 

Mon avis va être court et concis, j’ai beau réfléchir depuis trois jours à quoi écrire sur ce huitième tome, rien ne me vient. Je l’ai lu d’une traite et rien n’aurait pu freiner ma lecture.
La chute est cohérente avec le reste de l’histoire, mais une partie de moi est déçue : celle qui aurait aimé une autre fin. Et une autre partie de moi en est satisfaite : une conclusion presque parfaite.
C’est le tome final et je ne vois vraiment pas ce que je vais pouvoir ajouter de plus  si ce n’est que j’ai adoré cette saga.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Tapisserie des Black (6ème année – 2ème validation) : Lire une série complète de BD ou de mangas (minimum 8 tomes)30 points

ES : Eternal Sabbath, tome 7 – Fuyumi Soryo

Titre : Eternal Sabbath, tome 7
Saga : ES
Auteur : Fuyumi Soryo
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 220
Quatrième de couverture : Isaac, malgré le gêne ES, est en train de vieillir. En prenant conscience de cela, il décide alors qu’il ne mourra pas seul, et sa cible devient le monde entier. Il fait se déclencher des dizaines d’émeutes dans la ville.
Pendant ce temps, Shuro ne sait pas ce qu’il doit faire, alors que Mine est persuadé que la partie est finie, que tout le monde a perdu.

Comme dans les précédentes chroniques, je ne peux pas parler de ce tome sans raconter ce qui s’est produit dans le sixième tome.
Yuri se rend au rendez-vous qu’elle a fixé à Isaac afin d’avoir la réponse à une question qui la taraude : le jeune garçon a-t-il tué les parents de la fillette ?
L’amitié qui les unissait jusqu’à présent est brisée et l’acte que le clone de Shuro a commis met Mine dans une telle colère qu’elle se rend à l’école Tachibana pour tuer le meurtrier.

J’avoue que jusqu’au bout, j’ai cru qu’il allait abandonné son projet irréfléchi que sa relation avec Yuri n’allait pas se terminer ainsi. Je mentirai si je disais que ça ne m’avait rien fait… Même si pendant un long moment j’ai cru qu’elle était le cerveau, il s’avère que mon instinct m’a trompée et en réalisant qu’en réalité, c’était elle qui était la victime des manipulations d’Isaac, je me suis attachée à elle sans m’en rendre compte.
Puisque j’en suis à faire un tour d’horizon des personnages, allons-y !
Mine m’ennuie depuis un moment. Elle était censée être un atout dans cette aventure en tant que neuroscientifique : un personnage réfléchi qui ne se laisse pas guider que par ses sentiments, et finalement, ses émotions ont raison d’elle et la mènent par le bout du nez. C’était un brin décevant venant d’elle.
Shuro m’a laissé sans voix : il se voit contraint de se défendre de manière brutale. Si je veux être honnête avec moi-même, je dirais qu’il m’a choquée… peut-être parce que depuis le tome précédent, je le voyais plus humain alors que les actes qu’il commet dans celui-ci sont froids et ne provoquent aucun remord.
Quant à Sakaki, je n’ai rien à en dire : il les assiste sans prendre de réelles décisions jusqu’à la fin.

La tournure que prennent les événements est intéressante : Isaac s’affaiblit, mais comme une bougie qui brûle plus vivement dans les dernières secondes de sa vie, il devient beaucoup plus puissant et au vu de son caractère insensé, ça pue !
J’ai adoré ce septième tome que j’ai trouvé passionnant.

ES : Eternal Sabbath, tome 6 – Fuyumi Soryo

Titre : Eternal Sabbath, tome 6
Saga : ES
Auteur : Fuyumi Soryo
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 220
Quatrième de couverture : Shuro est capable de faire croire n’importe quoi à n’importe qui, de devenir quelqu’un d’autre en claquant des doigts. Il possède un gène étrange qu’il fait qu’il peut entrer dans les cerveaux des autres et s’immiscer dans leurs souvenirs, se créant une histoire avec n’importe qui. Il lit dans les pensées et est capable de les modifier.
Mais Shuro a aussi un alter ego, qui comme lui possède les mêmes facultés, Isaac, mais ne possède pas du tout la même compassion envers le genre humain. Alors que l’un s’interroge sur ses capacités et sa compassion envers les autres, l’autre profite de la situation.

Sur ce coup-là, Sakaki est à tuer. On ne le voit pas dans ce numéro, mais il a fait de la merde dans le tome précédent et ça a des conséquences dramatiques dans celui-ci… OK, ç’aurait pu être bien pire.
Je m’explique : suite à l’ affrontement entre Shuro et Isaac, le jeune ES se retrouve à l’hôpital. Sakaki qui par un heureux hasard arrive à l’école au moment où le gamin est emmené dans l’ambulance, se fait passer pour son père et grimpe dans le véhicule. Dans la chambre, il essaie de le tuer… avec un flingue, mais c’est sans compter les ressources d’Isaac qui se défend en manipulant une infirmière. Bref, Sakaki est mis en déroute, mais avant cela il perd son pistolet et devinez qui le récupère ?
Au début du sixième tome, Isaac fanfaronne avec l’arme auprès de Yuri. Il est bien décidé à faire la peau à Shuro. Tout le temps où la gamine est avec lui, elle se rend compte de qui il est réellement (la scène avec celle qui est sa mère est absolument abjecte, choquante et dégueulasse).
Le charme est rompu et Yuri vole le flingue, ce qui va attirer les foudres d’Isaac sur elle.

C’était un tome aussi perturbant que déroutant qui mêle plein des sentiments différents à la fois : dégoût, angoisse, espoir, tristesse.
Pour la première fois, j’ai senti un côté humain chez Shuro. Ce n’est pas que jusqu’à présent il n’avait pas de sentiments, c’est qu’il se cachait derrière un masque : alternant entre sourire bienveillant et faciès neutre. Là, il se passe des événements douloureux, cela le touche et il le montre. Je l’ai découvert différent et trouvé beaucoup plus attachant que ce qu’il est d’habitude.

J’ai adoré ce sixième tome qui m’a tenue en haleine : il est stressant avec un côté sombre, comme je l’apprécie.