Beyond the clouds, tome 1 : La fillette tombée du ciel – Nicke

Titre : La fillette tombée du ciel
Saga : Beyond the clouds, tome 1
Auteure : Nicke
Éditeur : Ki-oon
Nombre de pages : 224
Quatrième de couverture : Dans la ville jaune, les usines crachent leur fumée jour et nuit, cachant le ciel et les astres. Le jeune Théo n’a jamais vu les étoiles, ni exploré le monde extérieur. Enfant, il rêvait de partir à l’aventure, à la poursuite des créatures fantastiques de ses livres préférés, mais la réalité l’a rattrapé… Son travail à l’atelier de réparation Chikuwa est devenu son quotidien. Sa routine est chamboulée le jour où il rencontre une fillette pas comme les autres : une humaine ailée, espèce appartenant au monde des légendes ! Tombée du ciel, elle a perdu la mémoire, ainsi qu’une de ses ailes… Théo fera tout pour percer le mystère de cette rescapée des cieux !

J’ai pris ce premier tome parce que je trouvais la couverture trop belle, les couleurs pastel étaient douces, le résumé plaisant et joliment décoré annonçait un univers à la limite de la fantasy et du steampunk.

Théo est orphelin. Il se passionne pour la lecture et rêve de voyager à travers les pages de ses livres préférés (déjà rien que ça, il a gagné +90 en capital sympathie). Il fait de la mécanique, de la maintenance, on ne sait pas trop. Il se rend régulièrement à la décharge qu’il appelle “l’île des rêves”- c’est beau ! Et cette fois-ci, en farfouillant, il tombe sur une fille du ciel blessée, une aile arrachée ou coupée. Il la ramène chez lui pour la soigner. Elle ignore tout d’avant sa chute, a perdu la mémoire et ne peut rien apprendre au héros sur ses origines, d’où elle vient ni qui elle est, mais elle se souvient quand même de son prénom : Mia. A priori les siens sont rares, c’était la première fois que Théo voyait un humanoïde vivant dans le ciel et il n” doit pas être le seul puisqu’il faut à tout prix cacher ses ailes afin d’éviter d’éveiller les convoitises.
Il semblerait que de préserver l’identité de Mia est la mission que s’est imposé Théo, or dès le chapitre deux, tous ses amis sont au courant… Comment ? On ne sait pas parce qu’à aucun moment on ne voit Théo leur en parler ni même envisager de le faire et c’est dommage, ça aurait pu donner lieu à un chapitre supplémentaire, à ce que le lecteur découvre mieux son entourage de par leur réaction.

Malgré ces deux incohérences (celle du prénom et du secret éventé), l’histoire est sympathique et gentillette avec un côté onirique qui me plaît bien.
Les planches sont aussi chouettes que la couverture, quelques rares inégalités et surtout des méchants avec une tête de minet peu crédibles (tous les vilains ne sont pas moches, mais ils ont rarement la tête aussi enfantine, y a au moins un truc dur dans leur regard, pas là).
Les dessins sont plaisants mais un brin perturbants, plus proches du croquis que des mangas traditionnels. Les décors font brouillon, pourtant on y trouve foule de détails, mais les textures inhabituellement simples m’ont donné cette impression.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome, il ne m’a pas fait vibrer autant que je l’espérais mais j’ai malgré tout passé un très bon moment.

Grimm Legacy, tome 2 : L’expédition H. G. Wells – Polly Shulman

Titre : L’expédition H. G. Wells
Saga : Grimm Legacy, tome 2
Auteur : Polly Shulman
Éditeur : Bayard
Nombre de pages : 384
Quatrième de couvertureAlors qu’il travaille dans sa chambre, Leo voit surgir un minuscule engin, piloté par une jeune fille dont il tombe aussitôt sous le charme… et, à la place du passager, une version de lui-même en miniature ! Avant de disparaître, son mini-lui lui apprend qu’il vient du futur et lui conseille de lire La machine à explorer le temps de H. G. Wells. Dès lors, Leo n’a qu’une obsession : comprendre ! Ses pas le mène bientôt vers le Dépôt d’Objets Empruntables de la Ville de New York, extraordinaire bibliothèque n’accueillant que des objets qui ont un jour marqué l’histoire ou la littérature. Et si ses rayonnages cachaient une authentique machine à explorer le temps ?

Comme pour le premier tome, j’ai lu celui-ci en lecture commune : j’ai été folle de joie quand Berellyn du blog The Witch Library m’a proposé de reprendre cette saga (vous trouverez sa chronique ici). Comme la fois précédente, on y a été à notre rythme et c’était un plaisir d’en discuter et d’échanger nos impressions.

J’adore toujours autant le principe de base de cette saga : les collections spéciales. Dans le précédent tome, on avait droit à la collection Grimm et ses artefacts magiques. Dans celui-ci, c’est le legs H. G Wells avec sa technologie digne des livres de Science-fiction.

Leo a grandi dans une famille de scientifiques, je n’arrive plus à me souvenir de la profession de ses parents, mais c’est le cas en ce qui concerne ses brillants frère et sœur. Ça donne déjà un peu le ton de ce second tome. Lorsqu’une minuscule machine à remonter le temps débarque dans sa chambre, conduite par un minipouss Leo et une jolie jeune fille tout aussi riquiqui, l’adolescent se lance sur les traces des récits de H.G. Wells. Ses pas le conduisent au Dépôt légal d’objets empruntable de New-York où il fait la connaissance de celle qui a accompagné son minuscule double.
J’adore l’ambiance instaurée au sein du dépôt quand Leo examine les automates. J’ai autant aimé flâner dans ses rayonnages que dans le précédent.

Les premiers échanges entre Jaya et Leo étaient sympas, j’ai apprécié leur complicité naissante, et j’ai trouvé amusant le fait qu’ils remplacent des gros mots par des termes géologiques, malheureusement, ça s’essouffle très vite et leur grossier vocabulaire se résume à deux termes principaux : schiste et quark.
En ce qui concerne ces personnages, c’est la seule chose qui est passé. J’ai détesté les protagonistes de cette histoire.
On connaissait déjà Jaya, c’était la petite sœur d’Anjali dans le premier tome. À l’époque, elle était âgée de 10 ans, dans celui-ci, elle est censée être au lycée, pourtant son caractère est resté le même : elle se comporte comme une sale gamine capricieuse. Elle est la magasinière en chef du dépôt et j’avoue ne pas comprendre ce choix : elle n’a aucune patience, se montre à plusieurs reprises irresponsable et est absolument insupportable, certes pas autant que Simon, mais quand même.
Quant à Leo, il est aussi fade qu’inintéressant. Un comble pour le héros de l’histoire.
Le seul personnage que j’ai apprécié, c’est Francis. Il m’a fait rire quand il clash Simon. Malheureusement il n’est présent que dans les premiers chapitres.

Cependant, les personnages ne sont pas le plus gros souci que j’ai rencontré. Le pire, c’est la trame de l’histoire. Je la trouve cousue de fil blanc, les solutions proposées pour résoudre les problèmes posés par Simon auraient pu aisément se résoudre par un coup de téléphone à la bonne personne, mais non, c’est mieux de n’en faire qu’à sa tête et de bouleverser l’ordre établi.
De plus, l’auteure se perd dans les différents débats à propos du voyage dans le temps, rien de particulièrement innovant et surtout… Leo et Jaya ressassent les mêmes interrogations et réponses sur le sujet – c’était saoulant.
Malgré tout ça, y avait du bon ; j’ai apprécié leurs aventures, l’ambiance immersive au fil des voyages.

Vu tout ce que j’en ai dit, on pourrait croire que c’était une lecture laborieuse, mais même pas. Je n’en attendais pas grand-chose de plus. Du coup, c’était une lecture rapide qui s’est laissé lire.
Si vous avez loupé plus haut l’avis de ma partenaire de lecture, le voici.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Club de duel (7ème année) – Lire deux livres du même auteur 1/2 – 00 points (pour le moment)

Les Pirates de L’Escroc-Griffe, tome 1 : Les Terres Interdites – Jean-Sébastien Guillermou

Titre : Les Terres Interdites
Saga : Les Pirates de L’Escroc-Griffe, tome 1
Auteur : Jean-Sébastien Guillermou
Éditeur : Bragelonne
Nombre de pages : 449
Format : E-Book
Quatrième de couvertureLorsque Caboche, après s’être enfui de l’orphelinat militaire, part à la recherche de son père, il ne s’attendait certainement pas à rencontrer la compagnie de L’Escroc-Griffe et encore moins à monter à bord de leur bateau ! Connu pour n’avoir jamais réussi un abordage, l’équipage de Bretelle, vieux capitaine désabusé, ressemble plus à la troupe d’un cirque qu’à une bande de pirates. Mais Caboche va les entraîner dans un voyage rocambolesque sur les Mers Turquoises, à la recherche d’un trésor mythique. Une quête dangereuse puisqu’ils sont pourchassés par l’invincible et immortel Amiral-Fantôme, et qui les mènera jusqu’aux confins du Monde-Fleur, aux abords des mystérieuses Terres Interdites…

J’ai lu ce livre dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge, catégorie Automne frissonnant : les os/eaux de Davy Jones. Habituellement, je ne lis pas d’histoire de pirates à cette période de l’année, je préfère les garder pour l’été, voire le printemps s’il fait chaud à ce moment-là.
Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en commençant ce roman. J’ai profité d’une des Op Bragelonne pour me le prendre en e-book, à l’époque, le résumé m’avait bien plu. Ça avait l’air fun, malheureusement c’en était loin.

Le jeune Caboche, âgé de seize ans, fuit l’orphelinat et espère rejoindre un bateau susceptible de le mener à l’île pirate de Libertalia afin d’y trouver son père. Il n’a pas trente-six solutions et se voit contraint d’embarquer sur l’Escroc-Griffe pour échapper aux mousquetaires noirs qui sont à la poursuite et veulent le ramener.
Une fois sur le navire, il n’a d’autres choix que de convaincre l’équipage et surtout le capitaine Bretelle de mener une quête impossible, le seul moyen que l’adolescent a trouvé pour arriver jusqu’à son père.

Quand Caboche a rencontré l’équipage de l’Escroc-Griffe, ça détonnait complètement avec l’ambiance du début qui était plutôt sérieux. Déjà rien que les noms : Bretelle, l’Obus, chef Plumeau… Ça annonçait la couleur, du moins, c’est ce que ça laissait présager. De mon côté, je n’étais pas certaine de la manière dont je devais prendre le récit : sérieux ou déjanté ?
La suite de l’aventure était bien trop raisonnable et le grotesque des personnages ne s’est malheureusement pas étendu à l’histoire et c’est bien dommage.
Mais ce n’est pas ça qui m’a ralentie dans ma lecture. J’avais envie de savoir ce qui allait se passer. Lors des temps-morts, l’intrigue était relancée assez vite, notamment avec la demi-révélation de Doc au moment de la tempête – j’ai deviné assez rapidement qui cela concernait, c’était le seul choix possible à mon sens et le désir de savoir si j’avais vu juste me poussait à avancer même dans les passages qui m’ennuyaient, manque de bol il y en a eu certains.

Ce qui m’a freinée, c’est le personnage de Caboche. Il m’insupporte.
Ce n’ est tant le fait que je le trouve inintéressant, comparativement aux autres qui sont passifs, il est presque passionnant. Un vrai monsieur parfait qui sait à seize ans où il veut aller, qui n’a pas deux sous de jugeote et risque la vie des autres pour sa quête personnelle. Il prend presque toutes les décisions, il a minimum +700 en éloquence quand il réussit à persuader Bretelle de risquer la vie de son équipage dans une mission suicide pour aller libérer Belle Lili d’une forteresse imprenable, parce que son discours était loin d’être convaincant : personnellement, même en tant que simple lectrice, je n’étais pas partante pour les accompagner jusqu’à Perdition. Et je ne parlerai même pas du fait qu’il est adulé par les membres du navire, je ne compte même plus le nombre de remarques comme quoi ils rêveraient d’avoir un fils comme Caboche… mouais, ben pas moi.

Une lecture plutôt mitigée, avec du bon et du moins bon. Je lirai les deux prochains puisque je les ai, mais ils ne sont pas ma priorité.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Mangemort mécanique (7ème année) – Un roman de steampunk – 70 points

Yamada Kun & the 7 witches, tome 09 – Miki Yoshikawa

Titre : Yamada Kun & the 7 witches, tome 09
Auteur : Miki Yoshikawa
Éditeur : Delcourt
Nombre de pages : 200
Quatrième de couvertureYamada est le cancre au sale caractère du lycée. Un jour, il embrasse par hasard la meilleure élève de la classe et leurs corps se retrouvent échangés ! Incapables de comprendre ce qu’il s’est passé, ils vont devoir affronter cette nouvelle situation chacun à sa manière. Peu à peu, ils vont comprendre dans le regard des autres que l’idée qu’ils se faisaient l’un de l’autre n’était pas forcément la bonne.

Je l’ai emprunté début du mois d’octobre à la médiathèque et je me faisais violence pour ne pas le lire, préférant attendre une journée calme. Finalement, elle n’est jamais arrivée donc je me suis octroyée une soirée tranquille pour découvrir ce neuvième tome.

À la fin du précédent, Yamada a découvert l’identité de la septième sorcière ainsi que son pouvoir : effacer la mémoire. Il était prêt à en assumer les conséquences, prêt à ce qu’elle lui efface la mémoire et il comptait sur ses camarades pour qu’ils ne l’abandonnent pas quitte à le ramener par la peau des fesses au club de paranormal.
Sauf que tout ne s’est pas passé comme prévu et Rika Saionji a effacé Yamada, Tamaki également, des souvenirs de ses amis. C’était un passage trop dur de voir ce pauvre Yamada tout seul et malheureux.
Mais c’est sans compter la persévérance du héros qui est bien décidé à faire retrouver la mémoire à ses copains. Par mégarde, il réussit avec Odagiri, mais ce n’est pas au goût du conseil des élèves qui tente de leur mettre des bâtons dans les roues.
Ce neuvième tome est loin d’être le meilleur, mais il s’est laissé lire. Il est drôle, j’ai bien rigolé.

Les personnages principaux sont cohérents avec leur évolution personnelle, mais aussi avec celle de l’histoire. Les sorcières ont droit à un gros retour en arrière : elles utilisent leur don à tort et à travers. Logique, puisqu’elle n’ont jamais rencontré Yamada, elles n’ont donc pas pu changer. C’est dommage qu’on ne les voit pas et qu’on ne l’apprenne que par le président des élèves.
Comme à chaque fois, le manga termine par un cliffhanger et je rage de ne pas avoir la suite. Je vais à la médiathèque cet après-midi et j’espère trouver le numéro 10.

Il est plus gros que les précédents parce qu’à la fin, on trouve une “nouvelle” inédite que Miki Yoshikawa a écrite plus jeune. Dans ce récit, Satan se voit contraint d’enseigner dans une école primaire pour racheter un crime. Est-ce vraiment Satan ou juste un professeur un peu étrange ? C’est ce que vont essayer de découvrir ses élèves. C’était mignon et amusant.

Colonisation, tome 1 : Les naufragés de l’espace – Denis-Pierre Filippi & Vincenzo Cucca

Titre : Les naufragés de l’espace
Saga : Colonisation, tome 1
Scénario : Denis-Pierre Filippi
Dessins : Vincenzo Cucca
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 56
Quatrième de couvertureL ’Humanité, telles les douze tribus de la Génèse, est partie à la conquête des étoiles. Bien des années plus tard, les Atils ont établi le contact avec la Terre et permettent aux hommes de voyager plus loin, plus vite. Mais des deux côtés, des voix s’élèvent pour que les deux peuples cohabitent désormais a minima…
Premier tome – d’introduction selon l’expression consacrée – pour Denis-Pierre Filippi et Vincenzo Cucca qui en quarante-huit planches doivent conquérir leur lectorat. Pour cela, rien de mieux qu’une bonne virée interstellaire entre cadets de l’Agence, histoire de donner à tout ce petit monde l’esprit de corps et le sens du devoir. S’en suit une série de péripéties cosmiques où, entre saut dans l’espace et réalité virtuelle, chacun aura l’occasion de se mettre en valeur et de marquer son territoire pour la suite. Avec Les naufragés de l’espace Vincenzo Ducca célèbre son retour à un graphisme moins libidinal et à une science-fiction de facture classique destinée prioritairement aux adolescents. Et si une impression de densité point parfois, elle est autant le fait de la pagination que des dialogues denses de certaines séquences.

J’ai pris ce premier tome en début d’année (il me semble) lors des 48h de la BD parce que mon fils voulait le lire, et depuis, je l’ai gardé dans ma PàL. Il était quand même temps que je le lise pour le lui donner.

On suit neuf cadets qui sont chargés d’explorer en un temps record l’une des 80 nefs de colonisation perdues dans l’espace depuis plus d’un siècle. Malheureusement, ils ne sont pas les seuls sur les lieux, les écumeurs sont déjà présents afin de piller le vaisseau spatiale.

Le temps de la mise en place n’est pas très long, mais j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire : on ne sait pas trop ce que l’équipe d’intervention fait là. Beaucoup de dialogues pour, au final, pas beaucoup d’explications. Il suffit de continuer un peu et de dépasser la quinzaine de pages pour obtenir les éclaircissements nécessaires à la compréhension du récit. Et à partir de là, ça devient bien plus intéressant.
À part Clarence que j’apprécie parce qu’on connaît un bout de sa vie : ce qu’il a vécu et ce qu’il a perdu, on ne sait pas grand-chose des autres. Milla passe bien, lais ce n’est pas non plus le personnage transcendant. J’aime bien la relation entre Olivia et son acolyte pilote Poussin (pas moyen de retrouver son nom) et surtout parce que lui est presque drôle.
Pour les illustrations, elles sont sympas : le character design des personnages est très classique. Le gros point fort, ce sont les vaisseaux qui sont beaux et les décors qu’ils soient technologiques ou naturels que j’ai trouvés soignés et vraiment magnifiques sur certaines planches.
J’ai bien aimé cette lecture et j’ai bien envie de connaître la suite.