Bilan lecture du mois de février 2024

Bilan de lectureAujourd’hui (techniquement ce sera hier puisque mon bilan paraîtra samedi), ça ne va pas fort. J’ai la nuque raide, des douleurs qui descendent dans les épaules et la migraine qui monte donc je vais faire vite. Comme vous pourrez le voir ci-dessous, le mois de février fut plutôt moyen.
J’ai lu 9 livres (8 mangas et donc 1 roman).
Commençons sans plus tarder:

Coup de coeur
Coup de Cœur:
 

Image du Blog good-winry-18.centerblog.net
J’ai adoré:
  

Gif heureux
J’ai aimé:

Bonne lecture sans plus
Une bonne lecture, sans plus:

Image du Blog mangapournous.centerblog.net
Ça m’a laissée indifférente:

On arrive donc à un total de 1530 pages (1410 en mangas et donc 120 pages en roman).


Bilan challenge :

Challenge Rougon-Macquart : 13/20

Challenge Goodreads : 19/100

Challenge Réduit ta PàL à néant (illimité) : 013/411


Actuellement, je lis :
Lecture de romans en pause


Actuellement, je joue sur PC à :

Battle Game in 5 seconds, tome 02 – Kashiwa Miyako & Saizou Harawata

Titre : Battle Game in 5 seconds, tome 02
Scénario : Saizou Harawata
Illustrations : Saizou Harawata
Éditeur : Doki Doki
Nombre de pages : 240
Quatrième de couverture : Les duels 1vs1 ont enfin commencé et c’est maintenant au tour de Yûri, une lycéenne pleine de caractère, d’entrer en scène. Avec quel pouvoir va-t-elle braver la brute épaisse qui lui a été attribuée pour adversaire ?
De son côté, Akira essaie de maîtriser ses surprenants pouvoirs, mais le jeune homme va découvrir la nouvelle épreuve qu’on impose à ses compagnons d’infortune et lui : le combat par équipe. Sauront-ils faire bloc face à l’adversité ?

J’avais presque oublié à quel point le premier tome m’avait enthousiasmée jusqu’à ce que je lise ce second tome qui est tout aussi captivant.

Les épreuves se poursuivent : Yûri affronte son adversaire et elle lui fait la misère, tant mieux, il ne mérite que ça.
La seconde épreuve se fait cette fois en équipe. Donc Akira est obligé de rejoindre un groupe et bien sûr, il n’a pas le loisir de choisir.
Il y a une longue réflexion sur le contenu de ce nouveau combat, sur la stratégie à adopter ? Doit-il dévoiler son pouvoir à ses acolytes ?
C’est l’occasion pour lui de faire des tests afin de savoir comment ça fonctionne : est-ce que seuls ses adversaires effectifs peuvent le déclencher ? Est-ce que ce sont plutôt les personnes qu’il considère comme ses ennemis ? Doit-il faire un geste spécial ? Bref, l’auteur répond à toutes ses questions et bien plus.

C’est également l’occasion de découvrir le pouvoir des autres joueurs, de les observer en pleine action et de voir repousser leurs propres limites… ou pas. En tout cas, ça m’a tenue en haleine et ça  a contribué à rendre cette lecture passionnante.
Dans l’ensemble, j’ai relativement bien aimé les personnages. À part le vieux pervers, ceux qui apparaissent ensuite, en rôle que j’estime secondaire, ne m’ont pas dérangée.
J’apprécie énormément Akira, Yûri et Kirisaki. J’espère qu’il en sera encore de même dans les prochains.

Que dire sur les illustrations ? Elles sont chouettes, on n’a aucun mal à s’imaginer les mouvements. On sent que le mangaka a l’habitude des scènes de combat qui sont réussies et parfois même époustouflantes.
J’ai adoré cette lecture. J’aurais aimé pouvoir lui consacrer plus de temps, c’était un peu frustrant de devoir la morceler pour avancer.

Jujutsu Kaisen, tome 03 : Alevin et retour de bâton – Gege Akutami

Titre : Alevin et retour de bâton
Saga : Jujutsu Kaisen, tome 03
Auteur : Gege Akutami
Éditeur : Ki-oon
Nombre de pages : 196
Quatrième de couverture : Chaque année au Japon, on recense plus de 10 000 morts inexpliquées et portés disparus.
Dans la majorité des cas, ce sont les sentiments négatifs des êtres humains qui sont en cause. Souffrance, regrets, humiliation : leur accumulation dans un même endroit provoque des malédictions souvent fatales…
C’est ce que va découvrir à ses dépens Yuji Itadori, lycéen et membre du club de spiritisme. Il ne croit pas aux fantômes, mais sa force physique hors du commun est un précieux atout pour les missions du groupe… jusqu’à ce que l’une d’elles tourne mal. La relique qu’ils dénichent, le doigt sectionné d’une créature millénaire, attire les monstres ! Le jeune homme n’hésite pas une seconde : il avale la relique pour conjurer le mauvais sort !
Le voilà possédé par Ryomen Sukuna, le célèbre démon à deux visages. Contre toute attente, Yuji réussit à reprendre le contrôle de son corps. C’est du jamais vu ! Malgré tout, il est condamné à mort par l’organisation des exorcistes… Une sentence qui ne pourra être repoussée qu’à une seule condition : trouver et ingérer tous les doigts de Sukuna afin d’éliminer la menace une fois pour toutes. Et pour ça, l’adolescent va devoir s’initier à l’art occulte et mystérieux de l’exorcisme !

Ça fait un moment que j’avais envie de lire ce troisième tome, mais comme je n’ai pas la suite, je repoussais cette lecture.
J’ai pourtant eu du mal à entrer dans l’histoire. Peut-être parce que je ne me souvenais pas de grand-chose de la fin du précédent.

Todo, un élève de classe un, décide de tester la force de Megumi. Leurs échanges ne sont pas passionnants.
Heureusement, on passe rapidement à Yuji. Gojo ne peut pas s’occuper de lui et le confie à Kento Nanami, un employé exorciste qui se montre froid, professionnel et peu sympathique.
Je ne suis pas certaine de l’apprécier. Il est raisonnable, protecteur envers son élève, mais il le traite comme un gamin et c’est un brin exaspérant sur les bords.
Ils rencontrent un ennemi particulièrement vicieux et tordu. Ça chauffe, je sens qu’il va leur donner du fil à retordre. Yuji sympathise également avec Junpei, un lycéen capable de voir les esprits. J’ai beaucoup aimé leur relation naissante.

Au niveau de l’histoire, ça avance tout doucement. Y a beaucoup de discussions, d’explications notamment sur la présence d’esprits de plus en plus puissants ou sur les élèves dont la force occulte se révèle plus élevée qu’à l’accoutumée. Quelques suppositions sont émises du côté des exorcistes, mais nous mettent-ils réellement sur la voix où nous orientent-ils sciemment dans une mauvaise direction. Je suppute que les hypothèses de Gojo sont les bonnes, mais je n’ai pour le moment aucune certitude.

Le personnage que j’ai adoré, c’est monsieur Ijichi, il m’a fait rire plus d’une fois.
Les dessins ne sont pas exceptionnels et j’ai eu du mal à m’y faire, pourtant, au final, ils font le charme de ce manga.
Je ne vais pas m’éterniser, je dois reprendre le boulot. En résumé, j’ai beaucoup aimé cette lecture et il faudra que j’achète le prochain.

Le poids des secrets, tome 3 : Tsubame – Aki Shimazaki

Titre : Tsubame
Saga : Le poids des secrets, tome 3
Auteur : Aki Shimazaki
Éditeur : Babel
Nombre de pages : 120
Quatrième de couverture : Lors du tremblement de terre de 1923, qui a dévasté la région du Kanto et entraîné plus de cent quarante mille morts, la Coréenne Yonhi Kim devient, question de survie, la Japonaise Mariko Kanazawa. À la fin de sa vie, alors qu’elle est veuve, mère d’un chimiste et grand-mère de trois petits-enfants, le mystère de sa naissance lui est dévoilé : le prêtre catholique qui l’avait recueillie dans son église lors du tremblement de terre, surnommé monsieur Tsubame, était-il l’instrument du destin qui a permis à cette hirondelle de s’élancer hors du nid ?

Cette semaine, j’ai eu beaucoup de travail, résultat : je n’ai pas pu avancer dans cette lecture aussi vite que pour les précédents, ce qui était particulièrement frustrant parce que l’histoire était aussi intéressante que les deux premiers tomes de cette saga.
On retrouve un personnage qu’on a déjà croisé, mais jusqu’à la deuxième partie, j’étais incapable de la situer parce qu’on n’a pas eu assez d’informations sur elle. Je vais essayer un maximum de ne rien révéler, mais ça ne va pas être évident.

On découvre qu’elle est d’origine Coréenne, je ne m’y attendais pas du tout. Le récit débute en 1923, peu avant le tremblement de terre qui a frappé la région du Kanto, et comme elle vit à Tokyo, cette catastrophe naturelle la frappe de plein fouet.
Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle n’a pas eu une vie facile entre ça et Hiroshima…
Dans la seconde partie, elle est vieille et toujours hantée par ses origines.
Je savais qu’à cette époque, des Coréens habitaient au Japon, en raison de l’invasion de la Corée par le Japon, sa colonisation, les guerres d’indépendance, etc. et que la vie n’était pas facile pour eux, mais j’étais loin d’imaginer à quel point.

Franchement, ça m’a même choquée. Bon, ça ne devrait pas, je sais que pendant longtemps, le Japon n’était pas tendre avec les étrangers, mais c’est d’une telle injustice et cruauté.
J’ai beaucoup aimé le personnage principal, pourtant, je ne l’ai pas trouvée très attachante. Par contre, sa relation avec sa petite fille est touchante, ce qui m’a plu.
Ce que j’ai surtout apprécié, c’est le contexte historique, c’est la grande force de ce troisième tome que j’ai adoré. Vivement le quatrième !

Les Carnets de l’Apothicaire, tome 07 – Natsu Hyuuga, Itsuki Nanao & Nekokurage

Titre : Les Carnets de l’Apothicaire, tome 07
Auteur : Natsu Hyuuga
Illustration : Nekokurage
Scénario : Itsuki Nanao
Éditeur : Ki-oon
Nombre de pages : 176
Quatrième de couverture : Intrigues et poisons au cœur du palais impérial !
Tandis que Mao Mao continue d’enquêter sur diverses affaires suspectes, la voilà qui finit par se demander si toutes ne seraient pas liées. En effet, quelqu’un semble agir dans le plus grand secret afin de parvenir à un but précis…
Grâce à sa vivacité d’esprit, la jeune fille comprend très vite que les accidents des derniers mois étaient en réalité des crimes destinés à atteindre une personne de haut rang. Elle se rend alors sur place au péril de sa vie et réussit à sauver in extremis la cible du meurtre… qui n’était autre que Jinshi !

J’avais envie de reprendre cette saga, j’ai lu le dernier tome en juillet dernier, ça commence à dater. Je n’ai eu aucun mal à me souvenir de ce qui s’était passé.

Par contre, il ne se passe pas grand-chose niveau intrigue, beaucoup de blablas et de récits pas nécessairement liés:
Mao Mao a été gravement blessée, mais elle est bien soignée et se remet. Elle fait son rapport, donc tout est passé en revue. On sait qui a organisé, mais on ignore pourquoi ni si quelqu’un d’autre est derrière tout ça.
– On en apprend davantage sur les relations entre Jinshi et Gaoshun.
– Notre héroïne retourne travailler dans la cour intérieure.
Lihaku veut racheter la courtisane Pailin, il demande conseil à Mao Mao.
– Enfin, la jeune femme doit créer des roses bleues à la demande de Jinshi.

J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire. C’était intéressant parce qu’on découvre davantage les coutumes de l’époque : est-ce que c’était vraiment comme ça ? Est-ce que tous les détails sont dans romans dont s’inspire le manga ? Ou est-ce que la mangaka a inventé ses propres règles ?
En tout cas, ce n’était pas une lecture passionnante, j’ai lu par à-coups et je n’avais pas particulièrement envie d’avancer.

Les dessins me plaisent toujours. Je passe beaucoup de temps à contempler les illustrations : les visages des personnages, les détails des vêtements, les positions des corps, etc.
Je n’ai rien à dire de plus, j’ai déjà eu des difficultés à écrire cette chronique, donc je vais m’arrêter là et conclure : ça m’a laissée indifférente.