Les fées, le Roi-Dragon et moi (en chat), tome 2 – Aki (JP), Kureha & Yamigo

Titre : Les fées, le Roi-Dragon et moi (en chat), tome 2
Auteure : Aki (JP)
Scénario original : Kureha
Création des personnages : Yamigo
Éditeur : Nobi nobi !
Nombre de pages : 160
Quatrième de couverture : Après avoir été invoquée dans un autre monde, la jeune Ruri a appris qu’elle est une « enfant chérie », un être allié des fées et pouvant invoquer de grands pouvoirs. Ayant maintenant la faculté de se transformer en chat, elle se rend à la capitale royale sous cette forme pour éviter d’être repérée et arrive chez Klaus, le fils de Chelsea. Celui-ci l’envoie alors directement au palais afin d’y être protégée et la présente au Roi-Dragon, un beau jeune homme au regard perçant qui lui rappelle quelqu’un qu’elle a déjà vu…

J’ai lu ce second tome dans la foulée du premier : d’un côté j’avais hâte de découvrir ce que nous réservait l’auteur, de l’autre je redoutais de ne pas supporter la bonne humeur des personnages (trop de bonne-humeur tue la bonne-humeur).

À la fin du tome précédent, Ruri a fait une mauvaise rencontre qui aurait pu mal tourner pour elle. Afin de passer inaperçue, elle enfile le bracelet qui la transforme en chat. Elle se rend au château du roi-dragon avec la lettre de Chelsea pour Klaus, son fils. Tout le monde croit que l’enfant chérie est un chat et elle n’a pas le temps de les détromper en leur expliquant qu’elle est en réalité humaine. Elle est invitée à rester au palais et le roi-dragon qui a toujours rêvé de pouvoir caresser de petits animaux se prend d’affection pour cette petite boule de poil.

Ce qui m’a dérangée dans ce second tome, c’est la relation entre Jade et Ruri en chat. J’ai trouvé ça malsain, parce que la réaction du souverain est excessive… ça s’explique avec les longueurs d’onde, mais ça m’a un peu gâché le plaisir.
Et puis honnêtement, je préfère Ruri en humaine, elle est beaucoup plus attachante. Elle perd de son intérêt en félin, elle est trop passive et moins vive.
Je ne suis pas certaine d’apprécier le roi-dragon, tant qu’il était mystérieux et froid, ça passait mais sa passion pour l’enfant chérie change son image et pas forcément en bien… du moins en ce qui me concerne. Je sais bien qu’il n’y peut rien, lui : d’un il est poussé par sa longueur d’onde, de deux il ignore qui est réellement Ruri, mais quand il la cherche frénétiquement dans tous les recoins en l’appelant, c’est pitoyable.
Y a un nouveau personnage qui apparaît : Joshua. Au début, il m’a inquiétée, mais en découvrant ses origines, ça m’a rassérénée. Je l’aime bien, il est sympathique. À voir ce que ça donnera par la suite.

Les dessins sont toujours aussi beaux, mais ça m’a un peu moins plu quand même parce qu’il y a un peu moins de planches étendues, donc cette fois, je ne me suis pas trop attardée sur les illustrations.
J’ai bien aimé ce second tome, pas autant que le premier, mais j’ai passé un bon moment.

Les fées, le Roi-Dragon et moi (en chat), tome 1 – Aki (JP), Kureha & Yamigo

Titre : Les fées, le Roi-Dragon et moi (en chat), tome 1
Auteure : Aki (JP)
Scénario original : Kureha
Création des personnages : Yamigo
Éditeur : Nobi nobi !
Nombre de pages : 176
Quatrième de couverture : Ruri Morikawa, 19 ans, s’est retrouvée empêtrée dans une situation chaotique lorsque son amie d’enfance égoïste l’a faite atterrir dans un autre monde ! Comme si ce n’était pas assez, voilà qu’elle se retrouve abandonnée dans une forêt emplie de dangers. Suite à une tournure inattendue d’événements, elle obtient un bracelet magique qui lui permet de se transformer en chat blanc. Maintenant qu’elle est arrivée au Pays du Roi Dragon, elle doit cacher le fait qu’elle est humaine, ce qui signifie, pour le moment, de passer ses journées comme un petit chat blanc… Mais comment pourra-t-elle avoir sa vengeance bien méritée contre ceux qui lui ont fait du tort tout en étant coincée sous la forme d’un adorable petit chat ?!

Pour ce manga, j’ai été faible en écoutant mon instinct : je trouvais la couverture jolie et je n’ai même pas pris le temps de lire la quatrième de couverture.

Ruri est blonde aux yeux bleus, elle est persuadée d’avoir utiliser toute sa chance pour son physique.
À partir de là, je me suis sentie dépitée : encore une histoire de poisse, une héroïne maladroite à l’excès qui risquait de me saouler et de m’énerver. Heureusement, je me suis trompée ! Sa malchance est bien pire que tout ce que j’avais imaginé : elle se retrouve confrontée à Asahi, une camarade qui la harcèle – à ce niveau-là, ce n’est plus de l’amour, c’est de la haine.
Pour leur entourage, Asahi passe pour la victime et Ruri pour le monstre. Notre héroïne fait tout pour s’en débarrasser, mais rien n’y fait.
Et lorsque Ruri est téléportée dans un autre monde, devinez qui l’accompagne involontairement ?

Le schéma comportemental est le même dans ce nouvel univers, mais la donne change : Ruri parvient à se libérer, pas de son fait, et on a l’explication de cette relation toxique.
Je ne m’attendais pas à ce que la trame de base soit aussi dense. On a beaucoup d’informations dans ce premier tome, non seulement sur le background de Ruri, ses liens avec Asahi, mais sur ce nouveau monde et surtout la magie, les fées (qui sont trop mignonnes, au passage).

J’ai adoré les personnages principaux, alors pas Asahi qui est parfaitement insupportable, mais Ruri est attachante, gentille quand il le faut, et hargneuse quand nécessaire. J’aime beaucoup son caractère, elle m’a beaucoup fait rire.
J’ai également beaucoup apprécié Chelsea, une vieille ogresse… à moins que ce ne soit une sorcière… franchement, elle est sympa.

Les dessins sont super beaux… typique des shôjo. J’ai pris du temps pour le lire, pour contempler chaque illustration : les mouvements des cheveux et des vêtements, les nuances des yeux, etc. Et Ruri en chat est trop chou !
C’est un coup de cœur pour ce premier tome. Je suis ravie d’avoir le second tome que je vais lire à la suite. Il faudra juste que je me procure le troisième qui vient de sortir cette semaine.

Léviathan, tome 1 – Shiro Kuroi

Titre : Léviathan, tome 1
Auteur : Shiro Kuroi
Éditeur : Ki-oon
Nombre de pages : 196
Quatrième de couverture : Au fin fond de la galaxie, le Léviathan, un immense vaisseau spatial, flotte à la dérive. Quand des pilleurs d’épaves s’y introduisent, ils découvrent le journal intime d’un collégien, Kazuma, relatant les événements qui ont eu lieu dans les entrailles du navire… À sa lecture, l’évidence s’impose : un survivant de la catastrophe se cache quelque part dans le dédale des ruines !
Des années plus tôt, le jeune Kazuma est en plein voyage scolaire vers la Terre. La fête tourne court quand des explosions d’origine inconnue détruisent une partie de la coque du vaisseau ! Voilà les passagers immobilisés au milieu de nulle part… L’adolescent et sa camarade Futaba surprennent alors une conversation entre leur professeur et un robot de maintenance : les réserves d’oxygène sont insuffisantes pour tenir jusqu’à l’arrivée des secours… Le seul espoir de survie est un caisson de cryogénisation niché au cœur du géant de métal. Or, il ne peut contenir qu’une personne… Malheureusement pour les élèves, l’enseignant comprend vite qu’il a été entendu. C’est le début d’une lutte sanglante pour préserver le secret !
Dans un décor angoissant dépeint avec une minutie extrême, Léviathan nous emporte dans un voyage au bout de l’enfer. Comment garder son humanité dans l’étendue glacée de l’espace ?

Ce manga m’a tapé dans l’œil quand je l’ai vu à la librairie : la couverture me plaisait bien et la tranche noire me faisait kiffer. Pourtant, je ne l’ai pas pris à ce moment-là.
Mais j’avoue que lorsque ma fille m’a demandé si je pouvais le lui prendre, je n’ai pas hésité plus de 3 secondes.

L’histoire est sombre et promet pour la suite : des pilleurs d’épave trouvent le Léviathan, un vaisseau disparu depuis un moment. Que s’est-il réellement passé ?
Ils le découvrent dans un journal écrit par Kazuma, l’un des passagers. Le Léviathan était chargé d’emmener des collégiens de Proxima du centaure jusqu’à la Terre, pour un voyage scolaire.
Malheureusement, quelque chose frappe le vaisseau à l’avant et à l’arrière. La situation est désespérée et le verdict sans appel : ils sont condamnés puisqu’il n’y a plus aucun membre de l’équipage, toutes les communications sont coupées et qu’il ne reste plus que 48h d’oxygène. Il n’y a qu’un seul moyen de survie… mais je n’en dirai pas plus pour éviter de spoiler.
Seules trois personnes l’apprennent : le professeur Sendo, et deux élèves Kazuma et Futaba qui ont écouté aux portes.

J’ai adoré l’ambiance que l’auteur instaure, sur bien des points, ça m’a beaucoup fait penser à Dragon Head : une atmosphère angoissante, un évènement inexpliqué qui génère du stress, un huis clos qui fait péter une pile aux personnages.
La grosse différence est que là, les héros de cette histoire n’ont qu’un seul espoir et s’ils apprennent la situation dans laquelle ils se trouvent, cela va s’envenimer.
Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages ; en temps normal, cela m’embête, mais pas là, ça contribue à cette ambiance étrange, à ce sentiment d’angoisse qui m’a pris à la gorge tout au long de cette lecture et qui a rendu ce manga captivant.

Les dessins m’ont plu la plupart du temps : ce qui m’a dérangée, c’est leur inégalité. Parfois ils sont sublimes et aussi travaillés que Futaba sur la couverture, d’autres fois les traits des personnages sont plus grossiers au point que certains visages se ressemblent et se confondent.
Les textures sont impressionnantes et j’ai pris du temps pour les détailler. Il n’y a que dans les combats où ça pêche, enfin surtout lorsque les pillards essaient d’échapper à l’un des pièges du Léviathan.
Mais dans l’ensemble, c’est plutôt positif !

Cette lecture est un coup de cœur et j’ai hâte que le second tome paraisse pour pouvoir le lire.

Secrets of magical stones, tome 1 – Marimuu

Titre : Secrets of magical stones, tome 1
Auteur : Marimuu
Éditeur : Vega-Dupuis
Nombre de pages : 178
Quatrième de couverture : À Mizuna, toute la technologie est basée sur l’énergie des pierres précieuses. Il existe même un prestigieux Ministère des pierres précieuses chargé de les gérer. Mais attention, les minéraux tant recherchés ne se dénichent pas facilement ! Pour espérer les débusquer, encore faut-il être suffisamment entrainé et équipé… La jeune Mana rêve depuis toujours de collecter les pierres, un rêve prêt de se réaliser quand elle est admise au fameux Ministère. Elle quitte alors son village natal pour rejoindre Lithos, magnifique cité dédiée aux minéraux.

Je ne sais pas pourquoi j’ai acheté ce premier tome, peut-être parce que la couverture me plaisait, peut-être parce que ne connaissant pas l’éditeur manga Vega-Dupuis j’avais envie de découvrir ce qu’ils proposaient. Un seul manga, ce n’est pas assez pour se faire une idée précise, mais c’est un bon début.

Mana a été choisie pour travailler en tant que chasseuse de pierres précieuses au ministère. Elle n’est vraiment pas douée et on apprend qu’elle a été acceptée en raison de son talent, “des yeux de pierre”. Un don qu’elle ne maîtrise pas du tout. En même temps, elle est en apprentissage, donc ça devrait venir.
En attendant, elle ralentit sa colocataire, Ray, ce qui énerve cette dernière.

Dans ce premier tome, les personnages sont assez stéréotypés :
Mana est pleine de bonnes intentions mais sa maladresse est handicapante voire agaçante à la longue et cela se passe mal – pour le moment, je n’ai pas réussi à m’y attacher.
Ray est studieuse, le comportement de sa colocataire l’exaspère (que je la comprends) et elle se montre désagréable.
Lily est bien plus jeune que les autres chasseurs, ce qui ne l’empêche pas d’être douée au point d’être le sous-cheffe du groupe 3. A voir la suite.

Les dessins sont super beaux : j’ai aimé les character design. Je me suis noyée dans les yeux de Mana dont les nuances m’ont hypnotisée.
Les décors sont superbes : ceux dans la nature lors de leur première chasse sont chouettes, mais incomparables avec les paysages urbains. J’ai adoré parcourir les rues de Lithos aux côtés de notre héroïne, c’était dépaysant.

L’histoire est assez classique et ça s’est laissé lire. Pour l’instant, ça manque un peu de surprises.
Je me pose quand même une ou deux questions, genre “qu’a promis Ray pour avoir le droit de s’inscrire en tant que chasseuse ?”. Je me demande comment l’aventure va tourner.

J’ai aimé ce premier tome et il faudra que je me prenne le second… surtout qu’il n’y a que trois tomes, donc autant aller au bout.

Blue Period, tome 01 – Yamaguchi Tsubasa

Titre : Blue Period, tome 01
Auteur : Yamaguchi Tsubasa
Éditeur : PIKA
Nombre de pages : 228
Quatrième de couverture : Yatora est un lycéen banal qui n’a pas vraiment d’ambition. Un jour, il aperçoit par hasard le tableau peint par une camarade de classe en cours d’arts plastiques : un événement qui va bouleverser sa vie et le projeter dans des sphères où il n’aurait jamais pensé entrer !

Ça fait un moment que les libraires du Camphrier me parlent de Blue Period. Lors de ma séance de dédicaces pour La Malédiction des Atuas, ils m’ont pitché le premier tome et malgré mon scepticisme (est-ce qu’il y a moyen de créer une saga et de passionner le lectorat avec un tel sujet ? – la réponse est oui oui oui !), je me suis laissé tenter.

Yatora est en première. Le soir, il traîne avec sa bande de potes qui a une sale réputation, pourtant ses résultats scolaires sont excellents. Il a pris en option art plastique et est loin d’imaginer ce qui l’attend. Lorsqu’il découvre une peinture à l’huile réalisée par une camarade, Mori, ça le marque profondément et le fascine, au point qu’il décide de se lancer sérieusement dans le dessin.

Ils ont rajouté quelques anecdotes qui ont titillé ma curiosité et ça m’a convaincu de le prendre pour moi mais surtout ma fille qui adore dessiner, qui passe énormément de temps à plancher sur son sketchbook et qui s’essaie continuellement à de nouvelles techniques.

Cette saga est un brin autobiographique : l’auteur s’est inspirée de son propre parcours et ça se sent. Yatora se pose beaucoup de questions avant de se lancer dans l’art, mais également tout au long de son cheminement. Ce sont des questionnements légitimes quand on est adolescent, à chaque étape de son orientation – je me suis retrouvée dans ses interrogations à l’époque du lycée, mais encore maintenant : lorsque tu te lances dans des projets artistiques, créatifs, tu es obligé de te remettre en question, de douter, de t’interroger sur ton futur, sur tes choix, etc.
Pour moi, c’est le premier gros point fort : cette lecture m’a parlé.

Ce côté réaliste est renforcé par le message sous-jacent qui parsèment le récit : le talent peut jouer un rôle dans la réussite, mais pour s’épanouir pleinement, il a besoin de travail. J’adore le moment où Mori se vexe presque quand Yatori lui annonce qu’il la trouve douée et qu’elle lui sort la phrase :

“… même en dessin, il existe des techniques et on doit tout apprendre… alors quand on me dit à la léger que j’ai du talent, c’est un peu comme si on me disait que je n’avais pas travaillé pour en arriver là…”

Ça m’a foutu une putain de claque !

Et puis, autre bonus : on découvre le parcours universitaire qui mène à une carrière artistique au Japon, donc c’est super intéressant.
Tout du long, Yatora suit les consignes et dessine ce qui est demandé. À la fin, il y a toujours un affichage des travaux de tous les élèves et chaque croquis a réellement été réalisé par des personnes réelles (on a d’ailleurs leurs noms en dessous de chaque vignette : d’après mes recherches, ce sont des élèves de Geidai ou des connaissances de la mangaka) et ça, c’est fort.
D’ailleurs, autant en profiter pour parler des illustrations de l’autrice : ils sont beaux et travaillés, pas toujours égaux, mais ça passe bien. J’ai pris plaisir à m’arrêter sur pas mal de planches, à détailler les ombrages, les mouvements des corps et des cheveux, les décors, etc.

Ce qui a également éveillé mon intérêt, c’est le côté didactique de l’œuvre : au fil des pages, on découvre de nouvelles techniques de dessin. Pour une néophyte telle que moi, c’était génial parce que j’ai appris plein de choses (attention, je n’ai jamais dit que je les avais retenues :’D), ce ne le sera peut-être pas pour quelqu’un versé dans les arts. Je verrai ce que ma fille en pense.

C’est un coup de cœur pour ce premier et je me suis acheté hier le second pour ne pas avoir à attendre trop longtemps.