Mon amie des ténèbres, tome 1 – Taku Kawamura

Titre : Mon amie des ténèbres, tome 1
Auteur : Taku Kawamura
Éditeur : Nobi nobi !
Nombre de pages : 146
Quatrième de couverture : Une petite fille dont on se moque.
Des camarades qui ricanent.
Un nouvel élève qui ignore tout de ce qui se passe dans la classe.
Taiyô Takada vient d’arriver dans sa nouvelle école. Il découvre que dans sa classe se trouve une fille étrange, Akane Nishimura, que tous les élèves surnomment “la sorcière des ténèbres” : on raconte que si on la touche, on est maudit ! Alors qu’en fait, elle a simplement peur de sortir de sa coquille… Mais toutes ces rumeurs autour d’elle sont loin d’effrayer Takada. D’une franchise et d’une naïveté à toute épreuve, le jeune garçon désarme non seulement les harceleurs mais aussi Nishimura elle-même, avec sa logique d’une simplicité imparable. Bref, il la trouve vraiment cool et compte bien s’en faire une amie !

Je ne savais pas trop à quoi l’attendre avec cette lecture. Je n’avais pas lu le résumé, mais la couverture me plaisait et je la trouvais parlante.

Takada est nouveau dans son école. Dans sa classe, une fille du nom de Nishimura est surnommée “la sorcière des ténèbres” par leurs camarades. Les élèves sont horribles avec elle : ils ne font pas que l’éviter, ils la harcèlent.
Je ne sais pas si Takada est un génie ou simplement un gamin naïf, mais il parvient à retourner la situation : il trouve le surnom de Nishimura super classe, il espère être maudit en la fréquentant et finalement, il s’en fait une amie. Il rend la réaction de ceux qui se moquent risible : il relève les incohérences entre ce qu’ils disent ou font.

Ce qui m’a dérangée, c’est que Takada se répète quand il complimente ou encourage Nishimura, c’est parfois un peu lourd. Et puis ses réactions sont légèrement exagérées. Il a un petit grain de folie, et je ne sais pas trop si ça le rend inquiétant ou attachant. Mais grâce à lui, Nishimura n’est plus seule face à la méchanceté gratuite de ses camarades. Leur relation est certes étrange, mais ça les rend d’autant plus attachants.

Je trouve que ça met bien en scène le harcèlement scolaire actuel : moins de brutalité physique, mais beaucoup de violences verbales et psychologiques.
J’ai bien aimé ce premier tome et je lirai volontiers le suivant pour voir ce que nous réserve l’auteur.

Automne rayonnant
Le don des Merriwick (bienveillance, amour, aider son prochain, relation)

Le renard et le petit tanuki, tome 2 – Mi Tagawa

Titre : Le renard et le petit tanuki, tome 2
Auteur : Mi Tagawa
Éditeur : Ki-oon (Kizuna)
Nombre de pages : 191
Quatrième de couverture : Quand les dieux réveillent un renard aussi filou que puissant pour éduquer un jeune tanuki, les coups les plus espiègles comme les moments les plus adorables sont à prévoir !
Il était une fois Senzo, un renard surpuissant craint de tous les animaux, qui semait la terreur sur son passage… à tel point que les dieux, pris d’une vive colère, le plongèrent dans un profond sommeil… 300 ans plus tard, à notre époque, ils décident de l’en sortir… à une condition ! Privé de sa force destructrice, le voilà chargé d’une mission spéciale : élever le petit tanuki Manpachi pour faire de lui un digne serviteur de la déesse du Soleil.
Manpachi a été rejeté par sa famille car il possède des pouvoirs immenses, qu’il a encore du mal à contrôler. Allergique à toute autorité, Senzo refuse de s’embarrasser d’un disciple, aussi mignon soit-il… Sauf qu’au moindre signe de rébellion, il est parcouru d’une douleur insoutenable ! Le voilà bien obligé d’accepter le marché…

Un second tome qui n’a rien à envier au premier, même si celui-ci nous plonge un peu plus loin dans les mythes et légendes avec l’apparition de nouveaux personnages.

Manpachi a suivi le Blaireau qui lui a promis de l’emmener voir ses parents. Malheureusement, quand ils arrivent dans la forêt, bon nombre d’animaux sont allongés au sol, mourants. Notre petit tanuki trouve sa mère, c’est alors qu’apparaissent les loirs du Japon, protecteurs de la déesse de la montagne et ils s’en prennent à Manpachi. Mais c’est sans compter l’arrivée des loups du mont Mitake. Ça couvre à peu près la première partie du manga.
Dans la seconde, Manpachi parvient à se transformer en humain et découvre le monde des hommes.

Je me méfiais du blaireau, mais finalement il n’est pas aussi mauvais que je le craignais. C’est juste un vaurien.
J’ai enfin eu la confirmation que j’attendais pour Tachibana : c’est bien un chien – je me disais bien qu’il était trop exubérant pour être un loup – mais comment a-t-il rejoint la meute ?
De nouveaux loups apparaissent et décidément, à part Mikumo et peut-être Chiaki, ils ont tous un grain : entre l’obsession d’Hagiri pour les chats, Shizukaze qui passe son temps à manger du poulet, ce sui contraste avec le calme pataud de son coéquipier,…
Et franchement, les chats n’ont pas l’air plus sains d’esprit.

Et Senzo et Manpachi dans tout ça ? Ils sont présents dans l’histoire et le tanuki remplit son rôle : aider les divinités qui en ont besoin. Leur relation est de plus en plus touchante, la détresse de Senzo dans le souvenir du début ou celle de Manpachi sur la montagne m’ont touchée.
Comme pour le premier, j’ai aussi beaucoup ri et ça fait du bien.

Les dessins sont superbes. J’ai pris beaucoup de plaisir à m’y attarder et à détailler les sentiments qui transparaissaient dans l’expression de leurs visages.
Les personnages sont réussis en tant qu’humain, mais je les préfère quand même en animaux, ils sont trop beaux.
C’est un coup de cœur pour ce second tome et je prendrai du temps le mois prochain pour lire le suivant – si je m’écoutais, je le ferai maintenant, mais j’ai encore de la lecture pour terminer le Pumpkin Autumn Challenge et plus beaucoup de temps.

Automne rayonnant
“You cannot eat the money” (écologie)

Les montagnes hallucinées, tome 2 – Gou Tanabe & H. P. Lovecraft

Titre : Les montagnes hallucinées, tome 2
Saga : Les chefs-d’œuvres de Lovecraft
Auteur : Gou Tanabe & H. P. Lovecraft
Éditeur : Ki-oon
Nombre de pages : 336
Quatrième de couverture : En 1931, une expédition de sauvetage découvre le campement en ruines du Pr Lake, parti explorer l’Antarctique quelques mois plus tôt. Son équipe de scientifiques avait envoyé un message annonçant une découverte extraordinaire avant de sombrer dans le silence…
Sur place, des squelettes humains dépouillés de leur chair laissent imaginer les scènes d’horreur qui ont pu se dérouler. Plus perturbantes encore : les immenses montagnes noires aux pics acérés au pied desquelles le Pr Lake et ses compagnons ont rendu l’âme… Ces terres désolées semblent cacher de terribles secrets. Gare aux imprudents qui oseraient s’y aventurer !

Il est la suite directe du premier tome. C’est également la conclusion de cette histoire.
L’équipe de Dyer et de Pabodie ont retrouvé le campement du professeur Lake. Et à leur grande surprise, tout est dévasté : le corps des hommes et des chiens ont été retrouvé, dépecés, les appareils sont détruits, etc.
Seul Gedney a disparu. Lake décide de partir à sa recherche avec Danforth, son assistant.
Ils découvrent la cité des Anciens et se mettent à l’explorer.

J’ai trouvé ce second tome beaucoup plus intéressant que le premier, principalement pour deux raisons :
– les textes sont moins longs et les explications moins pointues. Donc je me suis moins ennuyée.
– on découvre à travers les fresques murales, l’histoire des Anciens. C’était captivant.
Dans l’univers lovecraftien, on parle souvent des Anciens, mais je dois bien avouer que je ne connaissais pas grand chose de leur mythe, si ce n’est qu’ils étaient ennemis avec Cthulhu. C’était dense, mais très chouette d’en apprendre plus sur eux.

Je me suis faite aux illustrations et cette fois, j’ai bien apprécié les character design. Les décors sont toujours aussi beaux. Je n’ai qu’un bémol : c’est assez sombre et je n’ai pas réussi à toujours tout distinguer clairement.
J’ai adoré cette lecture et je pense lire d’autres mangas issus de la collection les chefs-d’œuvre de Lovecraft.

Automne douceur de vivre
Deux citrouilles en valent mieux qu’une (lire une duologie complète 2/2)

Les montagnes hallucinées, tome 1 – Gou Tanabe & H. P. Lovecraft

Titre : Les montagnes hallucinées, tome 1
Saga : Les chefs-d’œuvres de Lovecraft
Auteur : Gou Tanabe & H. P. Lovecraft
Éditeur : Ki-oon
Nombre de pages : 288
Quatrième de couverture : En 1931, une expédition de sauvetage découvre le campement en ruines du Pr Lake, parti explorer l’Antarctique quelques mois plus tôt. Son équipe de scientifiques avait envoyé un message annonçant une découverte extraordinaire avant de sombrer dans le silence… Sur place, des squelettes humains dépouillés de leur chair laissent imaginer les scènes d’horreur qui ont pu se dérouler. Plus perturbantes encore : les immenses montagnes noires aux pics acérés au pied desquelles le Pr Lake et ses compagnons ont rendu l’âme… Ces terres désolées semblent cacher de terribles secrets. Gare aux imprudents qui oseraient s’y aventurer !

J’ai tous les mangas de la collection les chefs d’œuvre de Lovecraft dessiné par Gou Tanabe. Vous devez vous dire que je suis une vraie fan de Lovecraft… ben pas du tout. C’est mon homme qui adore cet auteur. Moi, je n’ai lu que la couleur tombée du ciel et j’ai détesté, c’était laborieux et assez inintéressant. Par contre, j’apprécie ce qui tourne autour du mythe de Cthulhu, j’ai adoré le jeu de rôle éponyme, etc.
Mais je ne suis pas prête à essayer une autre nouvelle de Lovecraft, alors pourquoi ne pas m’essayer aux mangas de Gou Tanabe. C’est ce que j’ai fait avec ce premier tome des montagnes hallucinées.

L’histoire se déroule en 1931. Une expédition est organisée en Antarctique afin d’explorer ces terres glacées et vierges. Parmi les scientifiques qui tentent l’aventure, il y a le professeur Dyer qui est le géologue, le professeur Pabodien spécialisé en ingénierie qui a inventé une foreuse exceptionnelle, et le professeur Lake qui est biologiste. Pour ne citer qu’eux.
En forant le sol, ils découvrent des stries dans la roche. Pour tous, c’est normal, mais pour Lake, c’est le signe de l’existence d’une vie inconnue. Il est tellement obsédé par cette idée que lui et son équipe s’éloignent de plus en plus du camp de base et font bande à part. Leurs explorations portent leurs fruits et ils découvrent ce qui pourrait être une ancienne forteresse ainsi que des corps monstrueux dans une grotte.

Les personnages ne sont pas particulièrement attachants.
Lake n’en fait qu’à sa tête, ce qui est un peu saoulant. Je le trouve un peu stupide : les corps trouvés ne sont pas fossilisés, mais ils sont durs… on peut donc supposer qu’ils sont congelés. Et s’ils n’étaient pas morts ? Pourquoi les sortir de la grotte et les mettre au chaud ? Pourquoi courir le risque qu’ils se réveillent en décongelant… comme s’ils sortaient de cryogénie ? Je sais qu’on est en 1931 et que la science est loin d’être aussi avancée que maintenant, mais il manque sacrément de prudence.
Je crois que j’apprécie Dyer, mais je ne suis pas sûre : on n’en sait pas suffisamment pour me faire une réelle opinion sur lui.

C’est un récit très dense avec beaucoup de texte, ça ne se lit pas en trente minutes.
Je ne suis pas fan du character design, mais les dessins des personnages ont le mérite d’être réalistes. Les illustrations sont superbement détaillés : les paysages sont très chouettes, ils auraient mérité d’être en couleurs ; les scènes d’horreur sont dérangeantes, ce qui m’a bien plu. En tout cas, qu’on aime ou qu’on n’aime pas les illustrations, il faut avouer que l’auteur a le sens du détail.

Je ne sais pas trop quoi penser de ce premier tome. Je dirais qu’il m’a laissée indifférente. Je vais lire de suite le second tome et voir si c’est mieux.

Automne douceur de vivre
Deux citrouilles en valent mieux qu’une (lire une duologie complète 1/2)

Solo Leveling, tome 8 – Chu Gong

Titre : Solo Leveling, tome 8
Auteur : Chu Gong
Éditeur : Delcourt (Kbooks)
Nombre de pages : 272
Quatrième de couverture : Lorsque d’étranges portails sont apparus aux quatre coins du monde, l’humanité a dû trouver une parade pour ne pas finir massacrée par les griffes des monstres des monstres qui en sortent. Dans le même temps, certaines personnes ont développé des capacités permettant de les chasser. Ces combattants intrépides n’hésitent pas à foncer au cœur des donjons pour combattre les créatures qu’ils abritent.

Un huitième tome totalement différent des précédents mangas de cette série. Je trouvais que ça commençait à tourner en rond : Jinwoo entre dans un donjon, il bute tout le monde, récupère de l’équipement et level-up.
Mais pas cette fois et ça a relancé mon intérêt.

Jinwoo obtient l’ingrédient ultime pour créer l’élixir de vie sacré dans le but de sauver sa mère.
En parallèle, une expédition se prépare pour libérer l’île de Jeju de l’invasion des fourmis géantes. Des rangs S de Corée et du Japon font équipe, mais avant de partir, ils se testent et s’affrontent. C’était intéressant : le fait qu’ils soient humains les rend plus imprévisibles que les monstres des donjons.

Mais le plus impressionnant reste l’affrontement contre la fourmilière.
Le début du raid était facile… beaucoup trop. Je savais qu’il allait y avoir une couille et que ça allait mal se finir, obligeant Jinwoo à intervenir, mais je n’étais pas plus impatiente que ça que ça arrive.
J’ai profité un max de l’ambiance MMO qui se dégage de ce raid : chaque personnage a un rôle, chacun dégage sa puissance en faisant attention à l’autre, les buffs sont lancés, etc. C’était top ! Et même si je n’étais pas attachée aux personnages, je craignais quand même pour leur viej’ai vibré avec eux, une angoisse sourde qui faisait du bien, et ce, jusqu’à la fin où j’ai crié ma contrariété en constatant que ça se terminait sur un tel cliffhanger.

C’est un coup de cœur pour ce huitième tome et j’attends avec beaucoup d’impatience le suivant.