L’atelier des sorciers, tome 5 – Kamome Shirahama

Titre : L’atelier des sorciers, tome 5
Auteur : Kamome Shirahama
Éditeur : Pika
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : En plein second examen de sorcellerie, Agathe, Trice et le timide Yinny se font attaquer par un sorcier renégat de la Confrérie du Capuchon. Celui-ci utilise un sort interdit pour transformer Yinny en bête sauvage…
Coco, Tetia et Kieffrey sont eux aussi dans une bien triste posture : ils sont encerclés par les anciens habitants de Romonon, qui semblent vouer une haine farouche aux sorciers. Comble de malheur, Kieffrey est gravement blessé… Comment vont-ils s’en sortir ?

Je vous avais dit que je n’attendrai pas longtemps pour lire le cinquième tome de l’atelier des sorciers. J’attendais avec impatience la suite de l’affrontement contre le sorcier du capuchon noir et j’ai été ravie d’en découvrir le dénouement.

À la fin du tome précédent, nos héros étaient tous en mauvaise posture, sauf Trice qui a été chargée par Agathe de compléter leur quête en accompagnant les merfons jusqu’à la sortie. Quant à Agathe, elle se lançait à la poursuite de Yinny qui a été métamorphosé en loup écailleux par leur adversaire. En ce qui concerne Kieffrey, Coco et Titia, ils se voient contraints d’affronter les anciens habitants de Romonon qui avaient été transformés en statut d’or pour diverses raisons relatées dans le tome précédent. Alors comment ils ont fait pour s’animer ? Mystère !

Le gros point fort, c’est qu’on en apprend davantage sur la Confrérie : on découvre le nom et surtout levisage du sorcier invisible, et on suppose aisément ce qui lui est arrivé pour qu’il ait cette tête. On nous révèle également la raison exacte qui les pousse à courir après Coco.
Bref, l’histoire avance bien. Je me pose encore beaucoup de questions : que nous cache Kieffrey ? Qui est Egween ? Est-ce que Coco va répondre à leurs attentes ?

Les dessins sont toujours aussi beaux. Si je me suis une fois de plus éternisé sur chaque illustration, je ne le ferai pas sur le sujet.
Bon ben 5ème tome, 5ème coup de cœur ! Pour l’instant, c’est un sans-faute pour cette série.
Le seul souci est que maintenant qu’il est fini, je n’ai plus qu’à pleurer en attendant que le 6 sorte, ce qui est loin d’arriver étant donné qu’il vient de sortir au Japon il y a peu T_T

L’atelier des sorciers, tome 4 – Kamome Shirahama

Titre : L’atelier des sorciers, tome 4
Auteur : Kamome Shirahama
Éditeur : Pika
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : Agathe s’est inscrite au deuxième examen du monde des sorciers qui lui permettra de pratiquer la magie en public. Kieffrey, Coco et les autres apprenties l’accompagnent sur place, mais la présence néfaste de la Confrérie du Capuchon va bientôt venir troubler le bon déroulement de l’épreuve…
Quel est le but de cette étrange organisation ?

Ça fait plus d’un an que j’ai lu le 3ème tome de cette saga et la première chose que je me suis dit en relisant ma chronique, c’est : “oh, la vache ! Ça fait si longtemps ? Comme le temps passe vite !” C’est bien une réflexion de vieux, ça et je l’assume complètement. J’ avais l’impression de ne pas me souvenir de ce qui s’était passé précédemment, et la seule sensation qu’il m’en restait, c’est que c’était génial.
Quelle n’a pas été ma surprise et ma déception hier en constatant que la première moitié m’avait ennuyée. En même temps, j’étais tellement fatiguée que je l’endormais toutes les deux pages… Comment apprécier une lecture dans ces conditions ? On est bien d’accord, c’est impossible.
Donc aujourd’hui, je l’ai relu avec l’intention d’en apprécier chaque moment… Aaaahhhh, j’ai bien fait parce que c’était trop génial !

Agathe doit passer la seconde épreuve qui la mènera au statut de sorcière. Maître Kieffrey en a profité pour y inscrire Trice qui stagne un peu et refuse d’apprendre des sorts qui ne lui plaisent pas. Lors de cette mission qui est beaucoup plus coton et plus longue que la première, on rencontre deux nouveaux personnages : un apprenti Yinny dont c’est la troisième tentative à cet examen et maître Alyra chargée de veiller sur les novices.
Malheureusement, rien ne se passe comme prévu lorsque la confrérie du Capuchon intervient.

Ce nouveau lieu est l’occasion d’en apprendre davantage sur la magie, notamment les différentes manières de la pratiquer, et son histoire.
Coco est beaucoup moins présente dans ce quatrième tome, et elle ne m’a pas manqué. Attendez ! Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Je l’aime beaucoup et j’apprécie les passages où elle est là, grâce à elle, on découvre chaque fois un peu plus le monde des sorciers, mais le fait de suivre Trice, Agathe et Yinny, ça apportait un petit vent de fraîcheur.

Les illustrations sont toujours aussi belles et soignées. Je m’arrête longtemps sur les dessins, je les trouve fascinants et j’ignore si c’est dû au fait qu’ils soient détaillés fort joliment ou au fait que je n’ai pas repéré une seule “malfaçon”.
Bref, je suis toujours aussi fan et je suis tellement contente d’avoir le 5 dans ma PàL. Ç’aurait été frustrant de devoir attendre.
Un quatrième tome que j’ai adoré, une fois la forme retrouvée.

Yamada kun & the 7 witches, tome 13 – Miki Yoshikawa

Titre : Yamada kun & the 7 witches, tome 13
Auteur : Miki Yoshikawa
Éditeur : Delcourt/Tonkam
Nombre de pages : 187
Quatrième de couvertureYamada est le cancre au sale caractère du lycée. Un jour, il embrasse par hasard la meilleure élève de la classe. Et leurs corps se retrouvent échangés ! Incapables de comprendre ce qu’il s’est passé, ils vont devoir affronter cette nouvelle situation chacun à sa manière. Peu à peu, ils vont comprendre dans le regard des autres que l’idée qu’ils se faisaient l’un de l’autre n’était pas forcément la bonne…

Ça fait plus d’un mois que j’ai emprunté ce treizième tome. Comme ma médiathèque est fermée depuis fin novembre et ne rouvrira pas avant mi-janvier, je n’avais donc aucune obligation de me presser pour le lire… Et j’avoue que les deux derniers ne m’ayant pas laissé un souvenir impérissable, je n’avais pas hâte de continuer. Bref, vous l’aurez compris, je redoutais ce manga. Je craignais qu’il soit aussi peu intéressant que les précédents.

Finalement, j’y ai pris beaucoup de plaisir.
Surtout que… la vache ! Ce tome-ci est bien barré ! Yamada se retrouve confronté à Nancy la septième sorcière, celle qui efface les mémoires, aunsi qu’à son acolyte Sid… Un duo de punk qui semble détester le comité des élèves. En s’acoquinant avec eux, Yamada découvre deux nouvelles sorcières : celle qui lit les pensées puis celle qui voit l’avenir… Il va devoir les apprivoiser et pour ce faire, il utilise des méthodes bien peu orthodoxes, mais surtout drôles.
Il semblerait également que les pouvoirs des sorcières aient légèrement évolué… À moins que… cela fait peut-être partie des 7 énigmes du lycée.
Une fois de plus, on ne voit quasiment pas Urara et c’est dommage, je trouve que sa relation avec Yamada perd vachement d’intérêt.

Ça ne m’a pas empêchée d’apprécier ce nouveau tome. Je ne me suis pas ennuyée même si je n’aime pas trop le personnage de Kotori, par contre j’ai bien rigolé avec Chikushi. J’apprécie également le duo Nancy-Sid et je me demande ce qu’ils vont devenir surtout après la demande finale de Miyamura.
J’ai beaucoup aimé ce treizième tome et ça me motive pour lire la suite.

Yamada Kun & the 7 witches, tome 12 – Miki Yoshikawa

Titre : Yamada Kun & the 7 witches, tome 12
Auteur : Miki Yoshikawa
Éditeur : Delcourt
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : “Finalement, être une fille ce n’est pas si mal ! » C’est ce que se dit Yamada, un jeune lycéen qui vient de switcher de corps avec la jeune et jolie Urara ! Mais l’avenir lui réserve de nombreuses surprises.”
Yamada est le cancre au sale caractère du lycée. Un jour, il embrasse par hasard la meilleure élève de la classe. Et leurs corps se retrouvent échangés ! Incapables de comprendre ce qu’il s’est passé, ils vont devoir affronter cette nouvelle situation chacun à sa manière. Peu à peu, ils vont comprendre dans le regard des autres que l’idée qu’ils se faisaient l’un de l’autre n’était pas forcément la bonne…

Dans ce douzième tome, je m’attendais à ce qu’on ait une nouvelle intrigue puisque dans le précédent, deux indices qui semblent capitaux nous sont donnés : Asuka a ouvert un club d’échec avec l’ex-acolyte de Nene Odagiri (je ne me souviens plus de son nom), ce qui inquiète Miyamura et il n’a pas tort puisque l’ancienne assistante du président du comité des élèves possède deux carnets portant le titre “les 7 énigmes”. Du coup, je pensais qu’on en découvrirait plus là-dessus, mais non.

Au lieu de cela, Yamada se voit forcé de trouver les sept nouvelles sorcières pour protéger le comité des élèves. En faisant le vœux de supprimer les pouvoirs des sorcières, il n’a ôté que les pouvoirs de celles présentes à la cérémonie. Donc non seulement, de nouveaux personnages interviennent, mais en plus, elles ont de nouveaux pouvoirs…

Je ne sais pas trop quoi penser de ce tome. Une partie de moi se montre perplexe, est-ce qu’on n’est pas reparti sur une série de sorcières qui vont à nouveau toutes tomber amoureuse de Yamada ? L’autre partie a apprécié : les nouveaux amènent un peu de fraîcheur.
Je ne savais pas si j’allais tout de suite emprunter le treizième ou si j’allais mettre de la distance entre les deux. Mais une fois arrivée à la fin, je n’avais plus d’hésitation : il me fallait absolument le prochain.

Yamada Kun & the 7 witches, tome 11 – Miki Yoshikawa

Titre : Yamada Kun & the 7 witches, tome 11
Auteur : Miki Yoshikawa
Éditeur : Delcourt
Nombre de pages : 183
Quatrième de couvertureLes sept sorcières sont réunies autour de Yamada !!
Le rituel peut commencer !!
Une cérémonie pleine de mystères… dont Rika Saionji, la dernière sorcière, possède la clé ? ! Le souhait de Yamada transformera-t-il le lycée Suzaku…

Un onzième tome étonnant de par la rapidité avec laquelle l’intrigue est résolue, même pas sûre qu’on arrive au premier tiers du manga :
Yamada parvient à libérer Shiraishi enfermée dans le corps d’Asuka. Il réunit toutes les sorcières dans la salle spéciale et fait un vœu… Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce souhait est radical. J’avoue m’être demandée ce que l’auteure allait inventer par la suite… La saga aurait pu s’arrêter là, avec quelques pages de conclusion : Yamada sort avec Shiraishi, Miyamura devient président du comité des élèves… Jusque là, pas de grosses surprises. Et puis, deux faits nouveaux apparaissent qui sont liés et qui, heureusement, relancent un peu l’intrigue.

Un final très rapide qui clôt l’histoire des sept sorcières en un tiers. Les deux tiers suivants sont prévisibles sauf pour deux événements.
L’auteure utilise toujours les mêmes astuces scénaristiques… Pas du côté de Yamada parce qu’il a quand même évolué mais de la part des autres qui n’étaient pas comme ça au debut. Si dans les dix premiers, c’était drôle, ça en devient lourd.
La relation entre Yamada et Shiraishi est bloquée, ils ont vécu des situations si étranges qu’il est difficile pour eux d’être naturel dans une amourette normale. Heureusement, ça se décante un peu avec le tour des librairies qu’ils font après les cours, mais c’est sans compter Miyamura qui leur met des bâtons dans les roues… Volontairement ou pas ? Là est toute la question.

Ça s’est laissé lire, mais sans plus. À voir ce que donne le prochain, je redoute d’être déçue parce que je m’attends à ce que l’intrigue relancée soit plus intéressante.