Yamada Kun & the 7 witches, tome 02 – Miki Yoshikawa

Titre: Yamada Kun & the 7 witches, tome 02
Auteur: Miki Yoshikawa
Éditeur: Delcourt
Nombre de pages: 192
Quatrième de couvertureYamada embrasse Shiraishi, puis Miyamura, puis Itô, puis Bref, les expérimentations se succèdent et les découvertes aussi. En gros, tout le monde peut switcher avec tout le monde, tant que lesprit de Yamada est dans la boucle ! Souci : le secret est vite éventé par le président du comité des élèves, qui en profite pour manipuler perfidement la situation, malgré la peine d’une belle archère.

J’avais adoré le premier et j’avais très envie de lire la suite mais je ne l’avais pas donc quand je l’ai vu à ma médiathèque, je l’ai emprunté sans la moindre hésitation.

On savait déjà que Yamada a le pouvoir de changer d’apparence en embrassant quelqu’un sur la bouche. C’est l’expérience qu’il a tenté dans le précédent avec Shiraishi puis Miyamura. Dans ce second tome, Itô essaie de se venger du héros en faisant courir la rumeur fondée qu’il a embrassé Shiraishi. De son côté, Yamada a tellement peur qu’Urara en souffre qu’il prend l’apparence de Itô pour la discréditer. C’est ainsi que son secret s’évente de plus en plus et les différentes expériences qu’ils tentent n’aident pas.

Je n’ai pas aimé la première partie de ce tome principalement à cause du personnage de Itô. Je ne l’aime pas, elle me saoule et je la trouve de trop dans cette histoire. Du coup, j’ai été incapable de  lire ce manga d’une traite.
On découvre de nouveaux personnages : le président du conseil des élèves, Igarashi ancien camarade de Yamada, etc. Ils m’ont laissé pour le moins indifférente.
J’ai nettement mieux aimé la seconde moitié à partir du moment où apparaît le personnage de Karen Kimishima. Déjà je la trouve classe, même si je suis sûre qu’elle ne restera pas. Et puis, c’est à partir de là que Itô n’est quasiment pas là.
Et j’ai adoré le dernier chapitre avec le voyage scolaire.

J’ai beaucoup moins aimé ce second tome, peut-être est-ce parce que la surprise est passée, mais je pense que c’est davantage dû au fait que les liens entre les personnages sont beaucoup plus ténus que dans le précédent. Ça part également davantage en cacahuète avec les différents tests qu’ils font.
Un second tome nettement moins bien, mais qui devient de mieux en mieux. J’ai quand même hâte de découvrir ce que donnera le prochain volume.

Flying witch, tome 3 – Chihiro Ishizuka

Titre: Flying witch, tome 3
Auteur: Chihiro Ishizuka
Éditeur: Nobi nobi !
Nombre de pages: 160
Quatrième de couverture: Sur les conseils d’Akane, Makoto et ses cousins décident de se rendre à un café tenu par des sorcières. Mais lorsqu’ils arrivent à l’adresse indiquée, le bâtiment semble à l’abandon… L’établissement est en réalité tenu par une femme aussi mystérieuse que timide. Entre deux visites d’Inukai et de Nao, Makoto fait également la connaissance d’Anzu, une jeune consœur avec laquelle elle part à la rencontre d’un légendaire animal volant. Entre la magie, le jardinage et la cuisine, nos amis n’ont pas le temps de s’ennuyer !

Le mois dernier, je n’ai pas pu emprunter à la médiathèque le troisième volume de cette série parce qu’il était déjà pris. Donc quand je l’ai vu en début de mois, je n’ai pas hésité à le prendre. Non pas que je sois fan du manga, mais je suis toujours aussi curieuse de découvrir où les prochains tomes vont nous mener.
Dans ce troisième tome, l’auteur nous plonge un peu plus loin dans le monde de la magie, mais toujours en douceur. Je ne sais pas si je trouve cela apaisant ou prodigieusement exaspérant que cela se fasse si lentement.

Ainsi, on apprend l’existence d’un salon de thé tenu par une sorcière, donc un lieu caché au su et au vu des non-initiés dans le quartier où vivent Kei et Chinatsu. Bien entendu, nos héros s’y rendent, procèdent aux rites nécessaires pour le faire apparaître et c’est l’occasion pour le lecteur de rencontrer de nouveaux personnages : la serveuse puis la patronne ainsi que sa fille.
On enchaîne les tranches de vie un peu plus orienté vers le monde de la magie : le retour d’Inukai, le livreur de journaux et le fameux animal fantastique. Ce dernier point est le gros point fort de ce tome, un passage un peu trop rapide, mais tellement plaisant.

Les personnages sont dans leur lignée habituelle : gentils, calmes et reposants, même Chinatsu, qui normalement est un peu plus dynamique, est à la limite du serein ; c’en est presque étrange.
Pour le personnage d’Akane, qui est de nouveau présente, je suis assez partagée… Elle ajoute de la vie à l’histoire, mais en même temps, chaque fois qu’elle apparaît, je ne peux m’empêcher de penser à Urd dans Ah ! My goddess, que ce soit dans son apparence (peau mate, cheveux blancs, courtement vêtue) ou dans ses manières. Cette ressemblance excessive me gène un peu.

C’était plaisant à lire, sans plus. La fin rehausse le niveau mais pas assez à mon goût, malheureusement. Bien évidemment, je lirai la suite, mais je ne suis pas particulièrement impatiente de l’avoir.

The dungeon of black company, tome 1 – Youhei Yasumura

Titre: The dungeon of black company, tome 1
Auteur: Youhei Yasumura
Éditeur: Komikku
Nombre de pages: 176
Quatrième de couvertureKinji est un NEET, soit un individu qui vit en dehors du système. Poussé par l’ambition de ne plus travailler et grâce à de gros efforts fournis dans le passé, il vit désormais de ses rentes et se délecte de voir les autres se tuer à la tâche. Mais un jour, pour une raison inconnue, il est soudainement transporté dans un autre monde peuplé de créatures humanoïdes. Il tombe entre les mains d’une entreprise traitant ses salariés comme des esclaves et les faisant travailler dans un labyrinthe magique comme mineurs. Des salaires misérables, des horaires de travail interminables et des conditions de vie ignobles… Remonté contre ces méthodes d’un autre âge, Kinji prépare la révolte ! “Si tu veux survivre, travaille à en crever ! ”

Merci à la masse critique Babelio et aux éditions Komikku pour ce partenariat.
Quand j’ai lu le résumé lors de la masse critique Babelio, il  m’a beaucoup plu. Je redoutais un peu le côté fantasy, mais la curiosité et surtout l’envie de découvrir cette saga l’ont emporté sur mes craintes.

Le héros, Kinji Ninomiya, est un NEET (Not in Éducation, Employment ou Training). Il s’est débrouillé pour gagner de l’argent très jeune grâce à du swing trading et maintenant, il vit sur ses rentes jusqu’au jour où il est téléporté dans un autre monde. Dans cet univers, il est démuni. Il essaie d’arnaquer le système en vain et ne réussit qu’à s’endetter. Pour s’en sortir il n’a d’autre choix que de travailler, mais il finit forcément en bas de l’échelle sociale. Il bosse dans les mines en tant que travailleur-esclave pour une entreprise dont la politique est de se tuer à la tâche pour la prospérité de la boîte en respectant les quotas imposés.

J’avoue que raconté ainsi, ça ne donne pas envie, mais c’est peut-être dû au fait qu’à la suite de cette lecture, je me sens désabusée. La magie n’a pas opéré pour ce premier tome, non pas en raison de l’univers qui n’était pas déplaisant au final, mais à cause de Ninomiya, antihéros par excellence.
Je l’ai détesté. Il a un égo surdimensionné, une arrogance extrême ce qui ne m’aurait pas dérangé s’il avait l’intelligence qui allait avec son complexe de supériorité. Il n’est pas bête, mais il est loin d’être brillant. De plus, il est exécrable, profiteur, méprisant (des termes comme prolo m’ont juste donné envie de le taper), lâche et j’en passe.
Si les personnages secondaires avaient été plus intéressants, ça aurait pu passer, mais là encore, on en est loin. Wanibé a le charisme d’une moule avariée, quant à Rim, à part dévorer comme un ogre dilapidant ainsi le peu d’argent que se fait le héros, elle n’apporte rien au récit.

C’est la raison pour laquelle j’ai mis trois jours à terminer ce manga. Il ne me passionnait pas, mais j’espérais quand même que les épreuves traversées transformeraient un peu Ninomiya, mais non. La situation empire sur la fin, ça devient du grand n’importe quoi et ça conforte le héros à maintenir sa ligne de conduite : égoïsme et cupidité.
Rien à redire sur les dessins, ils sont jolis – j’ai surtout accroché au character design de Rim, même si, la plupart du temps, elle est trop dévêtue à mon goût -, mais les illustrations ne font pas tout et  n’ont pas sauvé ce premier tome d’un avis négatif.
Je n’ai malheureusement pas aimé cette lecture.

L’atelier des sorciers, tome 3 – Kamome Shirahama

Titre: L’atelier des sorciers, tome 3
Auteur: Kamome Shirahama
Éditeur: Pika
Nombre de pages: 192
Quatrième de couverturePour sauver un jeune garçon, Coco a utilisé un sort pour transformer un rocher en sable. Mais catastrophe ! Son sort a eu bien plus de portée qu’elle ne le pensait, et tout le lit de la rivière s’est effondré en conséquence. Coco est accusée par la milice magique d’avoir eu recours à un sort interdit et condamnée à voir sa mémoire effacée. Elle est sur le point d’être bannie à jamais du monde des sorciers…

J’ai eu beaucoup de mal à trouver le temps pour lire ce troisième tome. J’aurais pu le commencer n’importe quand mais je ne voulais pas être interrompue à tout bout de champ, donc j’ai attendu pour pouvoir le lire d’une traite.

A la fin du second tome, Coco dessine un sort sur le rocher qui bloque un garçon afin de transformer le morceau critique en sable, mais les choses tournent mal et le lit de la rivière en est modifié. Du coup, la milice des sorciers intervient et tente de tuer Agathe et Coco. Heureusement, Kieffrey est là pour les protéger.
Le chef de la garde cherche la raison pour laquelle le paysage a changé et est persuadé que la jeune héroïne en est la responsable, mais rien ne l’indique.
Avant la fin de ce troisième tome, on a la réponse ! Ouf !
On en apprend également davantage sur Tarta, le petit fils de M. Nornois le vendeur de fournitures magiques. Je crois que c’est un personnage que j’apprécie énormément, la fin laisse supposer qu’on devrait le voir plus souvent et je l’espère parce que je l’apprécie bien.
J’aime aussi de mieux en mieux Agathe, mais également les deux autres apprenties de Kieffrey. D’ailleurs, c’est le cas de chacun des personnages importants de ce manga.

Par contre, on n’en sait pas beaucoup plus sur la confrérie du capuchon.
L’auteure sème des graines qui pousse le lecteur à s’interroger. On comprend tout doucement leur but, pourtant, on ignore toujours le rapport qui relie cette faction dissidente au sorcier Kieffrey.
Les dessins sont encore plus beaux que dans les précédents.
Une fois de plus, ce troisième tome est un coup de cœur. J’attends avec beaucoup d’impatience le quatrième… qui ne sort qu’en avril… Encore 4 mois d’attente T_T

A silent voice, tome 4 – Yoshitoki Oima

Titre: A silent voice, tome 4
Auteur: Yoshitoki Oima
Éditeur: Ki-oon
Nombre de pages: 208
Quatrième de couvertureSi les retrouvailles de Shoko et de Miyoko se passent à merveille, au grand soulagement de Shoya, les choses sont loin d’être aussi simples quand il tombe sur Naoka en pleine rue… Alors qu’il la ramène chez elle, l’adolescente repère la jeune malentendante dans une boutique, et le premier contact se révèle plutôt explosif !
Mais pour le lycéen aussi, les choses évoluent : sans s’en rendre compte, il se constitue peu à peu un petit cercle d’amis. Hélas, lorsque la timide Shoko tente de lui déclarer sa flamme à haute voix, c’est l’échec total …

J’avais complètement oublié que je possédais le quatrième tome de cette série.
Et ça fait plus de deux ans que j’ai lu le troisième… mais heureusement, ma chronique de l’époque m’a aidée à me remémorer ce qui s’était passé précédemment.

J’ai pris du plaisir à retrouver les personnages que ce soit Shoya, Shoko, Miyono ou Tomohiro.
Shoya se rend avec son groupe d’amis au parc d’attraction – oui, il a des amis et étrangement cela lui plaît. C’est l’occasion pour lui d’apprendre à les connaître. Naoka est de la partie et quand Shoya réussit à la convaincre sans le vouloir de se réconcilier avec Shoko… malheureusement, cela ne se passe pas comme prévu.
Si progressivement, en fréquentant ses camarades, la méfiance et l’indifférence de Shoya s’abaissent (changement symbolisé pour la chute des croix sur les visages – j’avais oublié à quel point cette idée était géniale), ce n’est pas le cas pour Naoka : le X de  détachement disparaît à un moment, pour revenir tout aussi rapidement sur elle.
Sur la fin, on en découvre davantage sur la vie de Shoko : l’existence de sa grand-mère et le rôle qu’elle a eu dans la famille monoparentale de l’héroïne, ce qu’est devenu le père de la jeune fille, etc. C’est probablement la partie que j’ai le plus aimée, elle m’a grandement touchée, elle m’a émue, presque aux larmes.

L’histoire est sympathique, et le character design toujours aussi beau.
Si le troisième tome m’a laissée relativement indifférente, j’ai vraiment adoré celui-ci. Par contre, je n’ai pas la suite… Zut !