The promised neverland, tome 3 – Kaiu Shirai & Posuka Demisu

Titre: The promised neverland, tome 3
Auteur: Kaiu Shirai
Illustrateur: Posuka Demisu
Éditeur: Kazé
Nombre de pages: 201
Quatrième de couvertureL’étau se resserre autour d’Emma, Norman et Ray : Don et Gilda ont de sérieux doutes sur ce qu’ils leur ont raconté, sœur Krone continue à fouiner et la redoutable Isabella passe à l’action ! La détermination et la perspicacité des trois héros suffiront-elles pour sortir de cette situation désespérée ?!

Je me suis procurée ce 3ème volume il y a moins d’une semaine, c’est dire si j’avais envie de découvrir ce qu’il se passait avec Norman, Emma et Ray.

Dans le second tome, ils ont révélé une partie des informations à Don et à Gilda. Ces deux derniers ont décidé d’aller explorer la cachette d’Isabella. Ils découvrent les jouets avec lesquels leurs camarades sont partis au moment de leur adoption et soudain, tout s’éclaire : Emma et les autres ne leur ont pas tout dit sur les “horribles trafiquants”.
Ils vont alors demander des explications à leurs trois acolytes, malheureusement, c’est sans compter sur les oreilles indiscrètes de sœur Krone qui a tout entendu. Quel parti va-t-elle prendre ?

Je ne parlerai plus des dessins, rien n’a changé si ce n’est que je m’y fais un peu plus.
En ce qui concerne l’histoire, ça devient passionnant. On en apprend un peu plus sur les fermes à bétails, celle tenue par Isabella est loin d’être la seule mais c’est une des meilleures. On découvre également comment les filles peuvent devenir maman. D’autres détails sont également révélés à petite dose pour donner envie au lecteur de lire les prochains et c’est réussi. Je meurs d’envie de lire le quatrième mais il ne sort qu’en octobre. Il va falloir m’armer de patience.

Bref, j’ai adoré ce troisième tome, il était captivant au point que je n’ai pas vu le temps passer : ça m’a fait un choc quand la porte a sonné à 8h30 pour commencer ma journée de travail.

Challenge Tournoi des 3 Sorciers :
Sortilèges : Waddiwasi (3ème année) – Lire 3 BD en 24h – 30 points

The promised neverland, tome 2 – Kaiu Shirai & Posuka Demisu

Titre: The promised neverland, tome 2
Scénario: Kaiu Shirai
Dessin: Posuka Demisu
Éditeur: Kazé
Nombre de pages: 192
Quatrième de couvertureEmma, Norman et Ray décident d’entraîner leurs petits frères et sœurs pour qu’ils soient capables de s’évader avec eux. Mais sœur Krone, la nouvelle assistante de Maman, ne cesse de contrarier leur plan et exerce une pression constante sur eux. Pour mener à bien leur projet, l’inséparable trio n’a d’autre choix que de révéler une part de la triste vérité à d’autres camarades… Mais à qui peuvent-ils se fier ?

J’ai hésité à lire ce second tome. Je redoutais que ma lecture soit aussi mitigée que le premier tome. Heureusement, ça n’a pas été le cas.
J’ai toujours énormément de mal avec les dessins. Il n’y a pas eu d’amélioration de ce côté-ci et c’est bien dommage. Même soucis que dans le précédents : inégalité dans le design des personnages, faciès démesurément difforme. Les planches que j’ai le mieux aimé sont celles qui contiennent les titres des chapitres comme ci-dessous.
L’histoire prend de l’ampleur, je l’ai trouvée plus intéressante.

Emma, Norton et Ray continue délaborer leur plan d’évasion de l’orphelinat. Emma a réussi à convaincre ses deux acolytes de faire évacuer tous les autres enfants, ce qui sera loin d’être facile puisque certains sont très jeunes.
Du coup, les trois héros ont décidé d’entraîner leurs camarades grâce au jeu du loup. Personnellement, j’ai trouvé ça un peu naze, limite du n’importe quoi, comme si ça allait vraiment les préparer en si peu de temps.
Ce tome est l’occasion pour le lecteur d’évaluer le degré d’intelligence d’Emma, Norton et Ray. Et puis, on découvre que parmi les enfants, il y a un espion qui révèle des informations importantes à maman. Il va leur falloir débusquer la taupe.

J’ai bien aimé ce second tome, j’ai nettement au précédent et je suis contente de l’avoir lu. Je lirai sûrement le troisième tome qui est sorti la semaine dernière.

The promised neverland, tome 1 – Kaiu Shirai & Posuka Demisu

Titre: The promised neverland, tome 1
Scénario: Kaiu Shirai
Dessin: Posuka Demisu
Éditeur: Kazé
Nombre de pages: 192
Quatrième de couvertureEmma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

J’ai pas mal entendu parlé de ce manga et on me l’a plusieurs fois conseillé. Je dois bien avouer que l’histoire est sympa, même si certains aspects sont un peu prévisibles.

Emma, Norman et Ray ont onze ans. Ils vivent dans un orphelinat et aident Maman, seule adulte et directrice de l’établissement, à s’occuper des plus jeunes. Tous trois sont particulièrement intelligents, ont des résultats brillants aux tests et leurs atouts qui compensent la faiblesse de l’autre.
Une règle est imposée : ils n’ont pas le droit d’aller jusqu’au portail ni de passer la barrière qui entoure l’orphelinat, l’extérieur étant dangereux d’après la directrice. Ma première pensée fut qu’ils étaient parqués comme du bétail. De là à dire que j’ai tapé dans le mille, y a pas loin. Prévisible ? Qui a dit que c’était prévisible ?
Quand Emma et Norman désobéissent en se rendant au portail, ils découvrent ce qui arrive aux enfants qui ont été adoptés. À partir de là, ils n’ont qu’un but : s’enfuir. Seul souci, ils ignorent ce qui les attends dehors.
Je dois bien avouer que ça a piqué ma curiosité et aucune des hypothèses énoncées par les trois protagonistes n’est satisfaisante.

Le seul bémol en ce qui me concerne : les dessins. Je les ai trouvés très moches et inégalement moches. Les personnages sont mal dessinés et pire que ça, ils ne se ressemble pas d’une planche à l’autre. À part Emma qui, en raison de sa coupe de cheveux très caractéristique, ne laisse aucun doute quant à son identité, ce n’est pas le cas des autres qui sont parfois difficilement reconnaissables.
Pour moi, c’est vraiment rédhibitoire.

Un avis en demi-teinte, une bonne lecture sans plus. A voir ce que le second tome donnera…

L’atelier des sorciers, tome 2 – Kamome Shirahama

Titre: L’atelier des sorciers, tome 2
Auteur: Kamome Shirahama
Éditeur: Pika
Nombre de pages: 191
Quatrième de couverture: On naît sorcier, on ne le devient pas. C’est la règle. Pourtant, Kieffrey a pris Coco sous son aile et a fait d’elle sa disciple : d’humaine normale, la voilà devenue apprentie sorcière !
Kieffrey, Coco et ses trois camarades se sont rendus à Carn, petite ville de sorciers, pour acheter des fournitures magiques. Mais soudain, les quatre fillettes tombent dans un piège tendu par un mystérieux sorcier encapuchonné : elles sont coincées dans une dimension parallèle et doivent échapper à un dragon !

J’ai acheté ce second tome dès sa sortie. J’avais très envie de le découvrir immédiatement mais j’ai fini par en repousser la lecture de peur d’être déçue tellement le premier m’avait plu. Mais heureusement, il n’en a rien été.

Dans ce tome, les élèves de Kieffrey ont été téléportée à leur insu sur un autre plan dimensionnel (pas sûre que ce soit vraiment le terme exact pour le lieu, mais ça s’en rapproche). Elles sont bloquées dans un espace labyrinthique : quelle que soit la direction qu’elles prennent, elles reviennent toujours au même endroit, non loin du dragon gardien.
Il est évident qu’elles s’en sortent, mais je vous laisse découvrir comment en le lisant.
L’auteure continue de nous immerger un peu plus profondément dans le merveilleux univers qu’elle a créé, notamment avec l’arrivée d’Olugio, meilleur ami de Kieffrey et sentinelle de l’atelier qui est censé vivre avec eux et surveiller tout débordement – j’avoue que j’ai quand même tiqué, mais j’ai mis un mouchoir sur l’incohérence de son absence dans le premier…
Le prochain devrait être tout aussi intéressant avec l’arrivée de la “milice magique”, nom évoqué à mi-parcours de ce second tome.

Les planches sont toujours aussi belles : les personnages sont travaillés que ce soit les expressions du visage ou les positions des corps et font moins des têtes d’ahuris. Quand il y a des décors, ce qui est souvent le cas, ils sont toujours aussi splendides.
Rien à ajouter. Un gros coup de cœur pour ce second tome. Maintenant, il va falloir attendre le 3 octobre pour le suivant… à mon grand désespoir. Ça va être long.

L’atelier des sorciers, tome 1 – Kamome Shirahama

Titre: L’atelier des sorciers, tome 1
Auteur: Kamome Shirahama
Éditeur: Pika
Nombre de pages: 208
Quatrième de couvertureCoco a toujours été fascinée par la magie. Hélas, seuls les sorciers peuvent pratiquer cet art et les élus sont choisis dès la naissance. Un jour, Kieffrey, un sorcier, arrive dans le village de la jeune fille. En l’espionnant, Coco comprend alors la véritable nature de la magie et se rappelle d’un livre de magie et d’un encrier qu’elle a achetés à un mystérieux inconnu quand elle était enfant. Elle s’exerce alors en cachette. Mais, dans son ignorance, Coco commet un acte tragique !
Dès lors, elle devient la disciple de Kieffrey et va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence !

Ça fait quelques mois que j’entends parler de ce manga, je l’avais feuilleté mais je n’avais pas accroché aux dessins. Ils étaient beaux mais ça me gênait, peut-être parce que certaines planches sont jolies alors que certains portraits du personnage principal sont crayonné à la va-vite pour lui faire une tête risible. En réfléchissant à ce blocage, je pense que ce qui me posait le plus de souci, c’était le fait que le style du mangaka fasse très fantasy… or, en manga, j’ai eu beaucoup de déception sur ce thème.
Ce ne fut pas le cas de celui-ci, loin de là.

On découvre Coco, une fillette de dix ans qui travaille avec sa mère couturière. Le grand rêve de l’héroïne est d’être sorcière, mais contrairement à un métier qui s’apprend, la magie est innée. Sa mère tente donc de la raisonner afin de lui éviter une déception, mais Coco est persuadée d’avoir ce don depuis qu’elle a acheté à un sorcier un cahier, une baguette et de l’encre. Le jour où elle rencontre Kieffrey, sa vie change brusquement : elle découvre son secret et s’y essaie, ce qui tourne mal.
Il la prend alors sous son aile, elle devient donc son apprentie avec ses autres élèves chez lui, à l’atelier des sorciers.

J’ai pris beaucoup de temps pour le lire, je me suis extasiée sur les illustrations qui sont juste magnifiques, même les crayonnés rapides s’insèrent parfaitement dans le récit. Les décors sont superbement détaillés.
L’univers inventé est intéressant. Dans ce premier tome, on découvre bon nombre de lieux, on évolue progressivement aux côtés de Coco, mais on sent bien qu’on est loin d’en avoir fait le tour et que le monde semble recéler encore pas mal de mystères.
Les personnages sont attachants, peut-être un peu moins Agathe, la meilleure élève de Kieffrey qui ne supporte pas que la nouvelle venue ne soit pas issue du monde magique. Je subodore que cela changera dans les prochains, mais sans certitude.

C’est un gros coup de cœur pour ce premier volume digne d’un Ghibli. Ça va être dur d’attendre le prochain.

Challenge Coupe des 4 maisons :
3ème année : Waddiwasi
(2ème validation) – 3 BDs/Mangas en 24h – 15 points
Black Butler, tome 12
Télémaque, tome 1 : à la recherche d’Ulysse