ES : Eternal Sabbath, tome 8 – Fuyumi Soryo

Titre : Eternal Sabbath, tome 8
Saga : ES
Auteur : Fuyumi Soryo
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 226
Quatrième de couverture : Sakaki essaie de persuader Mine pour qu’elle demande à Akiba (Shuro) de se débarrasser d’Isaac. Mais Akiba a pris la décision de lui même. Il doit arrêter son frère, son clone, qui use de son pouvoir psychique pour déclencher une véritable émeute dans Tokyo. Le combat va être rude entre ces deux êtres dotés d’une puissance énorme. Qui d’eux deux remportera ce duel … L’avenir nous le dira dans ce dernier opus.

Un dernier tome qui commence sur les chapeaux de roues. Dans le tome précédent, Isaac apprend qu’il vieillit prématurément et qu’il est condamné à moindre échéance. Puisqu’il n’est pas un ange de compassion, il décide que tout le monde devait payer et pour cela, il utilise ses pouvoirs pour manipuler les citadins et mets la ville à feu et à sang.
Il est temps pour Shuro d’intervenir et de combattre Isaac. Et c’est qu’il fait. Cela se passe bien entendu à un niveau psychique. L’issue de ce face-à-face tant attendu a lieu peu avant la moitié – je m’attendais à ce que cela se produise ainsi, mais que cela soit un choix délibéré d’Isaac et non un pur hasard.

 

Mon avis va être court et concis, j’ai beau réfléchir depuis trois jours à quoi écrire sur ce huitième tome, rien ne me vient. Je l’ai lu d’une traite et rien n’aurait pu freiner ma lecture.
La chute est cohérente avec le reste de l’histoire, mais une partie de moi est déçue : celle qui aurait aimé une autre fin. Et une autre partie de moi en est satisfaite : une conclusion presque parfaite.
C’est le tome final et je ne vois vraiment pas ce que je vais pouvoir ajouter de plus  si ce n’est que j’ai adoré cette saga.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Tapisserie des Black (6ème année – 2ème validation) : Lire une série complète de BD ou de mangas (minimum 8 tomes)30 points

ES : Eternal Sabbath, tome 7 – Fuyumi Soryo

Titre : Eternal Sabbath, tome 7
Saga : ES
Auteur : Fuyumi Soryo
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 220
Quatrième de couverture : Isaac, malgré le gêne ES, est en train de vieillir. En prenant conscience de cela, il décide alors qu’il ne mourra pas seul, et sa cible devient le monde entier. Il fait se déclencher des dizaines d’émeutes dans la ville.
Pendant ce temps, Shuro ne sait pas ce qu’il doit faire, alors que Mine est persuadé que la partie est finie, que tout le monde a perdu.

Comme dans les précédentes chroniques, je ne peux pas parler de ce tome sans raconter ce qui s’est produit dans le sixième tome.
Yuri se rend au rendez-vous qu’elle a fixé à Isaac afin d’avoir la réponse à une question qui la taraude : le jeune garçon a-t-il tué les parents de la fillette ?
L’amitié qui les unissait jusqu’à présent est brisée et l’acte que le clone de Shuro a commis met Mine dans une telle colère qu’elle se rend à l’école Tachibana pour tuer le meurtrier.

J’avoue que jusqu’au bout, j’ai cru qu’il allait abandonné son projet irréfléchi que sa relation avec Yuri n’allait pas se terminer ainsi. Je mentirai si je disais que ça ne m’avait rien fait… Même si pendant un long moment j’ai cru qu’elle était le cerveau, il s’avère que mon instinct m’a trompée et en réalisant qu’en réalité, c’était elle qui était la victime des manipulations d’Isaac, je me suis attachée à elle sans m’en rendre compte.
Puisque j’en suis à faire un tour d’horizon des personnages, allons-y !
Mine m’ennuie depuis un moment. Elle était censée être un atout dans cette aventure en tant que neuroscientifique : un personnage réfléchi qui ne se laisse pas guider que par ses sentiments, et finalement, ses émotions ont raison d’elle et la mènent par le bout du nez. C’était un brin décevant venant d’elle.
Shuro m’a laissé sans voix : il se voit contraint de se défendre de manière brutale. Si je veux être honnête avec moi-même, je dirais qu’il m’a choquée… peut-être parce que depuis le tome précédent, je le voyais plus humain alors que les actes qu’il commet dans celui-ci sont froids et ne provoquent aucun remord.
Quant à Sakaki, je n’ai rien à en dire : il les assiste sans prendre de réelles décisions jusqu’à la fin.

La tournure que prennent les événements est intéressante : Isaac s’affaiblit, mais comme une bougie qui brûle plus vivement dans les dernières secondes de sa vie, il devient beaucoup plus puissant et au vu de son caractère insensé, ça pue !
J’ai adoré ce septième tome que j’ai trouvé passionnant.

ES : Eternal Sabbath, tome 6 – Fuyumi Soryo

Titre : Eternal Sabbath, tome 6
Saga : ES
Auteur : Fuyumi Soryo
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 220
Quatrième de couverture : Shuro est capable de faire croire n’importe quoi à n’importe qui, de devenir quelqu’un d’autre en claquant des doigts. Il possède un gène étrange qu’il fait qu’il peut entrer dans les cerveaux des autres et s’immiscer dans leurs souvenirs, se créant une histoire avec n’importe qui. Il lit dans les pensées et est capable de les modifier.
Mais Shuro a aussi un alter ego, qui comme lui possède les mêmes facultés, Isaac, mais ne possède pas du tout la même compassion envers le genre humain. Alors que l’un s’interroge sur ses capacités et sa compassion envers les autres, l’autre profite de la situation.

Sur ce coup-là, Sakaki est à tuer. On ne le voit pas dans ce numéro, mais il a fait de la merde dans le tome précédent et ça a des conséquences dramatiques dans celui-ci… OK, ç’aurait pu être bien pire.
Je m’explique : suite à l’ affrontement entre Shuro et Isaac, le jeune ES se retrouve à l’hôpital. Sakaki qui par un heureux hasard arrive à l’école au moment où le gamin est emmené dans l’ambulance, se fait passer pour son père et grimpe dans le véhicule. Dans la chambre, il essaie de le tuer… avec un flingue, mais c’est sans compter les ressources d’Isaac qui se défend en manipulant une infirmière. Bref, Sakaki est mis en déroute, mais avant cela il perd son pistolet et devinez qui le récupère ?
Au début du sixième tome, Isaac fanfaronne avec l’arme auprès de Yuri. Il est bien décidé à faire la peau à Shuro. Tout le temps où la gamine est avec lui, elle se rend compte de qui il est réellement (la scène avec celle qui est sa mère est absolument abjecte, choquante et dégueulasse).
Le charme est rompu et Yuri vole le flingue, ce qui va attirer les foudres d’Isaac sur elle.

C’était un tome aussi perturbant que déroutant qui mêle plein des sentiments différents à la fois : dégoût, angoisse, espoir, tristesse.
Pour la première fois, j’ai senti un côté humain chez Shuro. Ce n’est pas que jusqu’à présent il n’avait pas de sentiments, c’est qu’il se cachait derrière un masque : alternant entre sourire bienveillant et faciès neutre. Là, il se passe des événements douloureux, cela le touche et il le montre. Je l’ai découvert différent et trouvé beaucoup plus attachant que ce qu’il est d’habitude.

J’ai adoré ce sixième tome qui m’a tenue en haleine : il est stressant avec un côté sombre, comme je l’apprécie.

ES : Eternal Sabbath, tome 5 – Fuyumi Soryo

Titre : Eternal Sabbath, tome 5
Saga : ES
Auteur : Fuyumi Soryo
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 226
Quatrième de couverture : e suis un hacker. Mais c’est dans le cerveau des gens que je suis capable de m’introduire en un instant. Je lis les données qu’il contient, je modifie sa programmation et je l’adapte à ma convenance. Je peux me faire passer pour qui je veux, même un proche ou une personne décédée, aux yeux de n’importe qui. Dès qu’un problème apparaît, je me déconnecte et tout repart à zéro. Alors, je redeviens un total inconnu pour eux Je n’ai pas de nom. Aucun ne semble fait pour moi. Si j’osais oui, appelez-moi « ES ».

À la fin du tome précédent, le dernier meurtre d’Isaac fait entrer Shuro dans une colère noire et le pousse à affronter le jeune garçon. Étant donné qu’il reste encore 3 mangas avant la fin, il était évident qu’à ce stade, cela ne pouvait se conclure par une défaite définitive d’un des deux protagonistes. Pourtant cela n’augure rien de bon pour la suite.
Ce cinquième tome est principalement tourné vers Yuri et ses problèmes personnels : la violence qu’elle exerce dans ses actes ou dans ses propos, son incapacité à distinguer le bien du mal, les relations compliquées qu’elle entretient avec sa mère. Mine Kujo va essayer de régler ce dernier point dans l’espoir que cela améliore les autres, mais c’est loin d’être gagné.

La vache ! Je sais bien qu’on porte tous nos casseroles et que quelques unes sont plus lourdes que d’autres, mais merde ! Y a quand même moyen d’alléger un peu certains fardeaux alors pourquoi refuser de le faire ? C’en est incompréhensible, surtout quand une personne nous oriente de manière intelligente et en douceur sur les problèmes qu’on a pu rencontrer et qui ont une incidence dramatique sur notre quotidien et sur les relations avec l’autre. C’est un peu ce cas de figure pour la mère de Yuri qui réalise au fil de la conversation avec Mine ce qui la mine et qui au final décide de ne pas en tenir compte alors que ça pourrait rendre tout le monde heureux.

J’avoue que ce manga m’a mise en colère pour plusieurs raisons :
Sakaki fait de la merde dès le début, au lieu de réfléchir un tant soit peu
la mère de Yuri… j’en ai parlé plus haut
la relation de Mine et Shuro qui avance d’un pas pour reculer de dix (du moins dans la première moitié du tome)
– les souvenirs de Kimiko étouffent Mine qui se sent responsable de ce qui lui est arrivé (un peu à raison quand même, mais bon…)

Le moins qu’on pourra dire est qu’il ne m’a pas laissé indifférente et ce n’est pas parce que les personnages m’ont énervée que je n’ai pas aimé. J’ai vibré avec eux, j’ai redouté les assauts d’Isaac, les colères de Yuri, la culpabilité qui ronge la mère de la fillette autant que Mine.
Une lecture plaisante que j’ai aimé.

ES : Eternal Sabbath, tome 4 – Fuyumi Soryo

Titre : Eternal Sabbath, tome 4
Saga : ES
Auteur : Fuyumi Soryo
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 220
Quatrième de couverture : Après une rencontre avec Isaac, dans le volume précédent, le professeur Kujô cherche avec Sakaki un moyen de le retrouver et de l’arrêter de tuer pour son plaisir. Pour cela, ils doivent utiliser une façon d’agir bien différente des méthodes classiques. Le professeur Kujô fait donc appel à Akiba pour examiner son cerveau et chercher ainsi le moindre indice pouvant la renseigner sur le comportement d’Isaac. L’expérience n’est pas concluante malgré quelques éléments nouveaux. En effet, Akiba révèle qu’Isaac n’a pas tué tout les chercheurs du laboratoire dans lequel il était enfermé avec Akiba.
Peu de temps après, des morts inexpliquées arrivent de façon plus régulière. Évidement, seuls Mlle Kujô et M Sakaki savent qu’elles sont l’oeuvre d’Isaac.

Dans ce tome-ci, on en apprend davantage sur la relation entre Shuro et Isaac, et ce, grâce au professeur Kujo qui mène une expérience afin de chercher le point faible du dangereux jeune garçon.
Elle place donc Shuro sous un scanner et lorsqu’il répond aux questions, des parties de son cerveau s’illuminent. Dis comme ça, c’est un peu brouillon et pas totalement compréhensible, mais je ne vois pas trop comment l’expliquer mieux.

On découvre que la responsabilité d’Isaac en ce qui concerne l’incendie du laboratoire où il a été créé n’est pas forcément et entièrement la sienne. Ce détail supplémentaire vient étayer une hypothèse qui fait son chemin depuis l’apparition de Yuri, la fillette qui traîne avec le jeune ES : serait-ce elle la tête ? Tandis que lui se laisserait mener par le bout du nez et ne serait que le bras armé de sa sociopathie ? Les prochains volumes me le diront… Enfin, j’espère !

Je suis à la moitié de cette saga. Ça avance doucement mais sûrement. J’aime l’ambiance un brin oppressante qui s’en dégage, autant que les révélations qui sont progressivement faites.
Au niveau des relations entre les personnages, rien de nouveau si ce n’est qu’on apprend la raison pour laquelle Shuro a rejoint la famille Akiba : c’est pas transcendant, mais c’est toujours agréable d’avoir l’explication exacte.

J’ai pas grand chose de plus à dire. J’ai bien aimé et je compte bien terminer la saga avant la fin du mois (j’ai intérêt si je veux valider l’item Tapisserie des Black pour mon challenge Coupe des 4 maisons).