Les sorcières de la fin du monde, tome 3 – Kujira

Titre : Les sorcières de la fin du monde, tome 3
Auteur : Kujira
Éditeur : Akata
Nombre de pages : 141
Quatrième de couverture : Quel est l’ultime souhait d’un être humain ?
Myriam a été démasquée et emprisonnée. Mari va lui rendre visite pour essayer de comprendre son comportement. C’est alors que sa camarade lui révèle une vérité qu’elle ignorait : quand une sorcière tombe amoureuse, elle perd ses pouvoirs. Mais la jeune Japonaise a bien du mal à le croire, ayant vu encore récemment Alice utiliser la magie…

C’est le troisième et dernier tome de cette série. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça s’est lu à une vitesse impressionnante.

À la fin du second, Alice et Mari ont été ramenées à Hexenschule et séparées.
Mais dans ce tome-ci, elles finissent par se retrouver dans le caveau des sorcières. En parallèle, Myriam s’allie à la démone qu’elle a invoquée pour relancer la guerre entre les humains et les sorcières….
La façon dont ça a été fait est ridicule : une pauvre accusation par écran interposé et le feu est mis aux poudres provoquant le massacre des sorcières qui ne se défendent même pas. Ce qui m’a surtout saoulée, c’est qu’aucune preuve n’est avancée pour étayer la possible trahison des sorcières, aucun sort n’est lancé qui pourrait expliquer une rage si soudaine et inexplicable de la part des humains. Je veux bien que les dissensions couvaient depuis longtemps, mais quand même… un petit plus n’aurait pas été de trop.
Et puis ce n’est pas la seule blague de ce troisième tome : les étudiantes de l’école ne se défendent même pas, les profs pas davantage… leur temps de réaction est assez aberrant. Tu te fais attaquer, tu lances un sort de protection, c’est la base.

Alice est assez inutile, mais ça s’explique facilement… et puis ça se prépare depuis le début. Par contre Mari est hallucinante, et ce n’est d’ailleurs pas très cohérent : elle a le pouvoir de réanimation, donc pas de souci pour ressusciter les morts ce qui est d’ailleurs le plan de Dolly depuis le départ, mais là, elle développe une puissance inattendue ce qui ne serait pas problématique si ça correspondait à son don initial, mais non. Et ce nouveau pouvoir vient de nulle part, à aucun moment il n’est annoncé.
Si on avait eu des indices, ça aurait été mieux, je n’aurais pas eu cette désagréable sensation de tome final trop vite torché, genre : zut, on ne sait pas comment finir l’histoire, bah pas grave, on pond un épilogue saugrenu et on n’y verra que du feu.
Je ne peux pas dire que cette conclusion est décevante, ce n’est pas le cas… c’est juste très mal amené… voire pas amené du tout. Ça s’est laissé lire, sans plus.

Une vie au zoo, tome 4 – Saku Yamaura

Titre : Une vie au zoo, tome 4
Auteur : Saku Yamaura
Éditeur : Nobi nobi ! (Shôjo kids)
Nombre de pages : 190
Quatrième de couverture : Confrontée au transfert délicat d’une lionne et aux facéties d’un perroquet indiscret, Haruko poursuit son apprentissage et gagne en assurance à chaque nouveau défi. La jeune recrue est pourtant loin de faire l’unanimité au sein de l”équipe des soigneurs, certains accusant le directeur de faire preuve de favoritisme à son égard. Mais tandis que les querelles internes s’enveniment, une mauvaise nouvelle vient remettre en question l’avenir du zoo lui-même. Que deviendront les animaux si l’établissement ferme ses portes ?

J’avais hâte de découvrir ce quatrième tome parce que c’est le dernier de cette série manga.
Dans le précédent, Miyamoto était chargée du projet d’accueil de Ren la tigresse et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça ne se passait pas bien avec la collègue de l’autre zoo. C’est un gros truc, je pensais que cela prendrait au moins la moitié du tome… et non, c’est plié assez vite : le plus gros problème rencontré est le transport et après, on n’entend plus parler du félin. C’est dommage.
Et on repart sur des petits chapitres qui mettent en scène des animaux (perroquet, lémuriens) ; par contre, il y a une différence notable par rapport aux trois premiers tomes, enfin il me semble : ce sont des prétextes pour mettre en avant des problèmes plus humains que ce soient parmi les visiteurs ou parmi le personnel du parc zoologique Hidamari.
Le zoo rencontre toujours de grosses difficultés et cela empire quand les investisseurs retirent leurs billes, donc il est temps de s’unir pour affronter cette nouvelle épreuve.

J’ai un peu moins aimé que les précédents : une scène m’a émue aux larmes, celle avec Kyo, mais le reste m’a laissée indifférente. Les relations humaines sont assez froides dans ce tome-ci, sûrement parce que la discorde gronde, ce qui n’a pas dû aider, mais même les réconciliations sont d’une triste platitude.
Les dessins sont sympathiques, même si l’apparence des animaux m’a semblé un peu moins soignée. Je me suis moins attardée sur les illustrations.
Je n’ai rien d’autre à en dire, ça s’est laissé lire sans plus.