Flying Witch, tome 7 – Chihiro Ishizuka

Titre: Flying Witch, tome 7
Auteur: Chihiro Ishizuka
Éditeur: Nobi nobi !
Nombre de pages: 192
Quatrième de couverture: Partie en Chine à la recherche d’un élixir capable de soigner son amie Inukai, Akane se retrouve dans une situation pour le moins périlleuse. Heureusement qu’elle peut compter sur son sens de la débrouillardise ! De son côté, Makoto s’essaie également à la concoction d’un remède qui l’amène à découvrir d’étranges créatures. Mais elle devra rester discrète, car une journaliste particulièrement curieuse semble s’intéresser de près aux étranges événements récemment survenus en ville…

C’est le dernier numéro paru en France, je m’attendais à ce que ce soit l’ultime tome, mais il n’en est rien : un huitième est en préparation. En même temps, c’est une série qui peut durer pendant des années, les tranches de vie quotidienne étant nombreuses.

Je l’ai terminé hier soir et depuis, je me demande ce que je vais pouvoir en dire… Il ne s’y passe pas grand chose :
Akane trouve un remède à l’envoûtement d’Inukai, mais cette dernière décide de ne pas l’utiliser… Je vous laisse en découvrir la raison.
On retrouve à nouveau bon nombre de personnages secondaires déjà rencontrés (le livreur de l’été, Anzu, Nao, Akira, etc. ) mais aussi quelques nouveaux (Li, la sœur et le neveu d’Inukai, etc.) et j’ai apprécié cela. Je me sens toujours apaisée quand je lis les scènettes avec tout le monde, comme si je faisais partie de cette famille – c’est assez déroutant comme sensation.
On en apprend davantage sur le monde des sorciers : l’apparition de nouveaux artefacts magiques, la différence entre les sortilèges et la magie, comment le conseil des sorciers parviennent à garder le secret sur leur existence, etc.
C’était intéressant, mais en même temps, ça m’a ennuyée et j’ignore pourquoi.

Les dessins sont à chaque volume plus beaux. J’aime de plus en plus le character design des héroïnes, je les trouve fascinantes au point de perdre du temps à les contempler.
Je crois que j’ai fait le tour. Bref, c’était plaisant à lire, mais sans plus.

Yamada Kun & the 7 witches, tome 06 – Miki Yoshikawa

Titre: Yamada Kun & the 7 witches, tome 06
Auteur: Miki Yoshikawa
Éditeur: Delcourt
Nombre de pages: 192
Quatrième de couverture: Yamada tente de voler un baiser à Noa Takigawa pour percer à jour son pouvoir, mais elle le rejette en le traitant de sale dégoûtant. Pourtant, lorsqu’elle comprend qu’il sait des choses sur les sorcières, elle retourne sa veste et débute un étrange jeu entre espionnage, séduction et menaces. Quel est le pouvoir de Noa Takigawa ? Pourquoi ses amis la soutiennent-ils si fort ? Et quel est leur objectif secret ?

Fin du tome précédent, le président du club des élèves avait indiqué à Yamada et sa troupe la prochaine sorcière : une élève qui fait partie d’un groupe de 4 qui crée des histoires depuis qu’ils traînent ensemble. Ni une ni deux, nos amis sont persuadés que c’est le pouvoir de la jeune fille qui est cause de ce changement d’attitude chez les autres. On peut difficilement leur en vouloir de croire ça, ça a été le cas de Néné ou de Meiko. Pour une fois, on ne suit pas que les membres du club de paranormal, on découvre surtout ce qui se passe dans le groupe de Noa. C’est étrange et déconcertant,un brin rafraîchissant et pourtant j’ai beaucoup aimé ça. C’était un peu moins passif dans le sens où j’ai passé pas mal de temps à chercher des indices de manipulation ou des révélations sur le pouvoir de Noa.
Finalement, les apparences sont trompeuses et j’étais loin d’imaginer ce qui les liait réellement sans que cela sonne incohérent pour autant.

Par contre, je ne suis pas fan du personnage de Noa et je sens malheureusement qu’elle sera souvent là dans les prochains au vu de la conclusion. Peut-être que ça passera mieux par la suite.
La grosse révélation de ce sixième tome est qu’on sait enfin ce qu’il est advenu du second livres sur les sorcières écrit par l’ancien club de paranormal. Le gros “point noir” est su’on ne saura ce qu’il contient qu’au compte goutte. Scrogneugneu !

J’ai bien aimé ce sixième tome. Il était sympa et j’ai passé un bon moment.

Flying Witch, tome 6 – Chihiro Ishizuka

Titre: Flying Witch, tome 6
Auteur: Chihiro Ishizuka
Éditeur: Nobi nobi !
Nombre de pages: 170
Quatrième de couverture: L’été suit son cours à Aomori, avec ses barbecues, ses nuits douces… et ses chutes de neige inexpliquées ! Alors que Makoto cherche à en découvrir la cause, elle tombe nez-à-nez avec un curieux personnage. Quelques quiproquos et situations embarrassantes plus loin, l’apprentie sorcière se voir confier sa deuxième mission. Fini le baby-sitting, il s’agit d’enquêter sur de mystérieux phénomènes…

Dans ce sixième tome, contrairement aux précédents, on a beaucoup moins de scènes de vie quotidienne typiquement humaines. Peut-être est-ce dû à la quasi-disparition de Kei… Il faut bien le dire depuis quelques temps, il est un peu le personnage fantôme de cette saga. Je ne vais pas m’en plaindre, je l’appréciais, mais sans plus.
Le seul passage qui nous rappelle que Makoto vit parmi les non-magiques, c’est un chapitre qui se passe à l’école, mais comme les personnages principaux en sont les familiers Kenny et Chito, on est davantage confronté au monde des sorciers et c’est super plaisant. J’aurais aimé que les premiers soient ainsi.

On a droit à deux nouveaux personnages :
le livreur d’été. Oui, un peu comme celui du printemps qu’on a découvert dans un des tomes précédents, ben là, c’est du même acabit… peut-être un peu moins bizarre quand même. En tout cas, j’ai beaucoup aimé son character design, même s’il fait un peu Pokemon dans l’âme.
Sayo, une nouvelle sorcière qui a une année supplémentaire par rapport à Makoto, ça se sent au niveau de l’expérience, de la rigueur ou des règles de base. Et bon sang, ce qu’elle est classe – oui, c’est elle à droite 😀 ! Sans compter qu’elle est vraiment super douée, nettement plus qu’Akane ou même qu’Inukai, ce qui est un comble parce qu’elles sont bien plus âgées. Ne soyons pas de mauvaise foi, elle a malgré tout un talon d’Achille dans les dernières pages qui est assez ridicule et gâche un peu son talent, mais ça ne m’a pas empêchée d’accrocher grave avec elle. J’espère qu’on la verra par la suite.

J’ai adoré ce sixième tome. L’immersion dans le monde des sorcières est bien plus profonde et c’est aussi agréable que dépaysant.

Yamada Kun & the 7 witches, tome 05 – Miki Yoshikawa

Titre: Yamada Kun & the 7 witches, tome 05
Auteur: Miki Yoshikawa
Éditeur: Delcourt
Nombre de pages: 192
Quatrième de couverture: Yamada et ses amis s’activent pour prévenir l’incendie qui menace le lycée ! Qui est la dernière personne présente sur les lieux de cet incendie ? Comment changer l’avenir ?
Tout dépendra de la féminité de Yamada !

Le moins qu’on puisse dire, c’est que dans cette saga, ça ne traîne pas. Ça a peut-être pris du temps avant d’arriver à l’explication des 7 witches mais maintenant que c’est fait, on a droit à chaque volume à l’apparition d’une nouvelle sorcière.

À la fin du cinquième, on apprenait, grâce au pouvoir prémonitoire de Maria Sarushima qu’elle et Yamada allaient être accusés à tort de l’incendie de l’Ancien Bâtiment. Les membres du club de paranormal mènent alors l’enquête pour découvrir le vrai responsable de l’histoire. Et pour changer le futur, ils n’ont d’autres choix que de comprendre la manière dont fonctionne le pouvoir de vision.

L’auteur utilise les mêmes astuces narratives que dans les précédents. Ça aurait pu me lasser, mais ce n’est pas le cas, je passe toujours un très bon moment avec cette saga. Les conneries des personnages sont parfois lourdingues, ils foutent un sacré bazar, mais ça me fait malgré tout rire.
J’aime bien la relation que développent progressivement Shiraishi et Yamada : leur complicité est touchante et je me prends à sourire lors des passages calmes d’intimité. Ils ne sont pas très nombreux et perdus au milieu de l’exubérance du club de paranormal, mais c’est cette rareté qui les rend si précieux.

J’ai adoré ce cinquième tome et je lirai volontiers et sans hésitation la suite.

Flying witch, tome 5 – Chihiro Ishizuka

Titre: Flying witch, tome 5
Auteur: Chihiro Ishizuka
Éditeur: Nobi nobi !
Nombre de pages: 164
Quatrième de couverture: La saison des pluies commence tranquillement à Aomori, mais ne dissuade pas pour autant Makoto et sa famille d’explorer les environs. Au programme : ricochets, pêche miraculeuse et chasse aux créatures magiques ! La jeune sorcière franchit également une étape importante dans sa formation en se voyant confier sa toute première mission officielle ! Bien que celle-ci s’annonce plutôt simple, Makoto va avoir une petite surprise…

C’est toujours très difficile de faire un résumé des Flying Witch : comme pour les tomes précédents, l’auteure a choisi de nous faire partager des tranches de vie de ses héros, sans réelle intrigue pour lier le tout.

Makoto continue de s’améliorer tout doucement en magie, mais c’est vraiment très lent, et souvent trop lent. Dans ce tome, on retrouve tous les personnages rencontrés depuis le début de la saga : Akane, Inukai, Nao, etc. Bien entendu, pas tous dans le même chapitre, c’était très agréable de les côtoyer au fil des pages.
Pour l’instant, je crois que c’est mon tome préféré. Il est tout aussi calme que les autres, mais je l’ai trouvé plus frais et plus intéressants que ce soit les passages (je devrais dire LE passage, il n’y en a qu’un) de vie quotidienne, lorsque Akane les emmène pêcher à la rivière et que Nao leur apprend à faire des ricochets, ou les moments emprunts de magie – la première mission de Makoto en tant que sorcière, son premier sort inventé, la crise de hoquet de Kei… les scènes fantastiques fleurissent tout naturellement et avec beaucoup de douceur, c’est reposant ; dans ce contexte, je trouve presque le dynamisme et la violence de Chinatsu déplacée.

J’ai toujours aimé les dessins de cette saga, mais dans ce tome-ci, je les ai trouvés encore plus beaux, les visages des personnages plus expressifs sans forcément être pus détaillés… Bref, quelque chose s’est passée avec cette lecture et j’ai mieux accroché à ce cinquième tome que j‘ai adoré.J’espère pouvoir emprunter le sixième la semaine prochaine.