Sorceline, tome 1 : Un jour, je serai fantasticologue ! – Sylvia Douyé & Paola Antista

Titre : Un jour, je serai fantasticologue !
Saga : Sorceline, tome 1
Scénario : Sylvia Douyé
Illustrations : Paola Antista
Couleurs : Lowenael
Éditeur : Vents d’ouest
Nombre de pages : 56
Quatrième de couverture : Entrez dans le monde des créatures fantastiques !
Sorceline vient d’entrer à l’école de cryptozoologie pour développer sa passion : l’étude des animaux légendaires ! Analyses de comportements, soins magiques ou dressage sont au menu. Mais les places sont chères et la compétition rude pour obtenir le précieux diplôme. En plus des gorgones, vampires et autres griffons, Sorceline va devoir apprendre à mieux connaître ses nouveaux camarades. Certains deviendront ses amis ; d’autres, ses rivaux.

Ça fait longtemps que cette saga me faisait de l’œil, non pas que je me suis beaucoup renseignée sur l’histoire, mais les couvertures me plaisaient bien et les avis survolés étaient plutôt élogieux… et ce, avec raison.

Sorceline est acceptée pour un stage de cryptozoologie (l’étude des animaux légendaires et mythologiques) auprès d’un éminent fantasticologue : le professeur Balzar. Ils sont six élèves, la compétition s’avère difficile.
Les cours commencent et les étudiants sont confrontés à plusieurs énigmes : Gorgonne est retrouvée blessée non loin du manoir, comment la soigner ? Les fadettes, créatures exclusivement diurnes, sortent de nuit, pourquoi ? Un œuf de volatile éclot et un serpent en sort, comment se fait-ce ? Les élèves de Balzar disparaissent les uns après les autres, que leur arrive-t-il, qui s’en prend à eux et pourquoi ?

Sorceline est une jeune fille intelligente et douée. Elle a un excellent instinct, un aussi bon esprit de déduction ce qui l’aide à résoudre les mystères qui frappent ce petit groupe. C’est un personnage que j’ai bien aimé, je regrette juste qu’on ignore tout de son passé avant le début de cette bande-dessinée : la seule certitude qu’on a est qu’elle a une maman. Elle semble connaître Willa avant, elle ne se présente pas et sont très proches comme deux amis de longues dates.
Les autres personnages passent bien : Alcide est un peu lourd mais gentil et serviable, Mérode est très discret et on sent qu’il cache des informations capitales à l’histoire, Tara et Arlène sont des pestes.

Les dessins sont beaux : le character design des personnages est chouette, les décors sont superbes et les couleurs harmonieuses. J’ai aimé me perdre dans les planches représentant les paysages à la recherche de la moindre créature fantastique qui aurait pu échapper à mon œil de lynx ou du moindre indice me mettant sur la voie du coupable.
J’ai adoré ce premier tome, il faudra impérativement que je me procure les prochains.

L’enfant du dragon fantôme, tome 1 – Ichi Yukishiro

Titre : L’enfant du dragon fantôme, tome 1
Auteur : Ichi Yukishiro
Éditeur : Komikku
Nombre de pages : 208
Quatrième de couverture : Un duo magique et improbable paré pour une aventure hors du commun !
Dans monde imaginaire, il existe une forêt que tout le monde prend pour une décharge. Au milieu de celle-ci vit un vieux dragon dont les jours sont comptés. Un jour, il trouve par hasard une petite fille qui a été abandonnée au milieu des déchets.
Contre toute attente, il va la prendre sous son aile pour la protéger. Peu après, le vieux dragon meurt, mais il se réincarne tel un phénix en un jeune dragon squelettique. Avec la jeune fille baptisée Eve, ils vont aller au-devant d’une grande aventure magique dans un monde qui leur est inconnue !

N’ayant jamais entendu parler de ce manga, je ne vais pas me mentir, je l’ai acheté pour deux raisons : d’un, étant passionnée de dragon je me devais de le prendre (au moins pour la collection) et de deux, la couverture ainsi que les illustrations me plaisaient beaucoup.
Les dessins à l’intérieur sont tout aussi beaux que l’annonçait la jaquette. L’auteur a un talent certain surtout en ce qui concerne les dragons : ils sont magnifiques que ce soit la finesse de la gueule, la teinte des yeux, les ombrages dues aux écailles ou les corps immobiles comme en mouvement.

Pour l’histoire, ça passe bien même si le début fait très jeunesse, n’empêche que j’ai rapidement été prise par le récit au point de lire un chapitre supplémentaire malgré le fait que je ne me sentais pas très bien hier. Mais je grille les étapes, je ne vous ai même pas résumé ce premier tome :
Un vieux dragon vit dans la forêt de l’abandon qui porte ce nom parce que les gens y jettent ce qu’ils ne veulent plus. C’est ainsi qu’est balancée la petite Eve qui a 5 ans. Le dragon qu’elle nomme Dodo prend soin d’elle pendant cinq petites années avant de décéder. Mais c’est sans compter les pouvoirs latents de sa jeune protégée qui ramène l’âme du défunt dragon – normal, c’est une sorcière, du moins c’est ce qu’on nous laisse entendre. Il apparaît donc sous forme de squelette, de taille raisonnable et visible par quelques uns seulement.
Eve va donc devoir apprendre à survivre et Dodo va lui prodiguer ses conseils, le premier étant que les hommes ont besoin de trois choses vitales : l’argent, les relations et la santé. Ni une ni deux, elle rejoint un village d’humain et rencontre Yule qui tient une auberge abandonnée. Si le jeune homme ne cache nullement sa cupidité, il a bien des secrets et ses desseins sont ailleurs.

J’aime beaucoup les personnages : Eve est toute mignonne, naïve et gentille ce qui la rend attachante. Dodo se montre paternel avec elle et avisé dans les conseils qu’il lui donne. Yule a beau être mystérieux et proche de ses sous, il fait un bon partenaire et se montre équitable dans sa façon de traiter les affaires, ce que j’ai apprécié.
J’ai adoré cette lecture, j’ai hâte de découvrir la suite, mais à priori ce n’est pas pour maintenant puisque le deux n’est même pas encore sorti au Japon… zuteuh !

Le Protectorat de l’ombrelle, tome 3 : Sans honte – Gail Carriger

Titre : Sans honte
Saga : Le Protectorat de l’ombrelle, tome 3
Auteur : Gail Carriger
Éditeur : Le livre de poche
Nombre de pages : 421
Quatrième de couverture : Miss Alexia Tarabotti, devenue Lady Alexia Woolsey, se retrouve dans une situation délicate. C’est LE scandale de la saison. Elle doit s’enfuir en Italie, à la recherche de réponses.
Une histoire de vampires, de loups-garous et d’imprévus…

Ça fait très longtemps que je voulais lire ce troisième tome… et en relisant ma chronique du précédent, j’ai réalisé que je l’avais lu il y a plus de 5 ans… en effet, ça fait un sacré bout de temps !
Ce n’est pas très grave parce que l’univers est entêtant, donc je me souvenais sans mal de la trame principale, des relations qu’entretenaient Alexia et son mari Conall, des pics que se lancent les personnages, etc.
Ce qui pêchent, ce sont les détails. Mais comme dans toute grande saga digne de ce nom, l’auteure donne au fil des pages et des chapitres des précisions sur des éléments qu’on aurait pu oublier, comme la façon dont lord Akeldama obtient tous ses renseignements, l’organisation du cabinet fantôme, etc.

Bon, cessons de tergiverser plus longtemps :
Dans ce troisième tome, la vie d’Alexia est totalement bouleversée. Elle est enceinte, mais comme les loup-garous sont stériles, lord Macon est persuadé qu’elle a été infidèle et la jette dehors, ça, c’était à la fin du second.
Elle retourne donc vivre chez sa mère. Et là, tout part en sucette : la grossesse impossible d’Alexia et son “infidélité” sont annoncés dans les journaux. Tout le monde lui tourne le dos : sa mère la vire de chez elle, la reine Victoria lui enlève la fonction de muhjah. Lord Akeldama l’invite dans la foulée à venir chez lui chercher refuge mais quand elle s’y rend, il a disparu. Et comble de l’histoire, on essaie de la tuer.
Elle n’a d’autres solutions que de demander l’aide de madame Lefoux. Toutes deux partent avec Floote pour l’Europe afin de trouver des renseignements sur ce qu’est réellement le désagrément embryonnaire qu’elle porte.

J’ai adoré cette lecture que j’ai terminée en quatre jours tellement c’était prenant. J’avais très envie de découvrir ce que risquait d’être ce fœtus ; pas comment il avait pu être conçu, parce que ça me paraissait logique : vu qu’Alexia rend mortelles les créatures surnaturelles, dont son mari. Par contre, les explications de “mortels mais pas vivants” ou sur l’éther ne m’ont pas convaincue, c’était certes bien tourné mais un peu trop compliqué, je m’y suis perdue.

J’ai particulièrement aimé découvrir un peu plus madame Lefoux, elle est trop bien : intelligente, drôle, attachante, une Française dans toute sa splendeur, quoi !
Pareil pour Floote, il garde ses secrets au mieux, mais heureusement, on en perce quelques uns, même si ça reste superficiel, c’est un bon début.
Lord Macon m’a un peu énervée tant il se comporte comme un abruti, pourtant je lui en suis presque reconnaissante : ça permet à son Bêta, le professeur Lyall, d’être davantage présent et c’est tant mieux parce que je suis fan du personnage.

J’ai passé un excellent moment avec cette lecture. C’était un coup de cœur jusqu’à Florence, mais une fois Alexia et ses acolytes en Italie, j’ai moins aimé… c’était presque décevant. Malgré ça, j’ai adoré ce troisième tome et j’ai hâte de découvrir le prochain.

Automne des mystères
Le destin perdu (Temps/ Horloge/ Enigme/ Puzzle/ Historique/ Steampunk)

 

Mon frère le chasseur – Sarah Herlant

Titre : Mon frère le chasseur
Auteur : Sarah Herlant
Éditeur : Editions EP
Nombre de pages : 96
Quatrième de couverture : Mon frère le chasseur” est un Roman Graphique, autobiographique, contant l’histoire de Thomas, le frère de Sarah Herlant, qui a souffert d’une très grave dépression tout au long de son adolescence.
L’histoire est racontée du point de vue de Sarah, plus jeune que Thomas. Celle-ci éprouve des problèmes quotidiens à l’école et chez elle où elle voit son frère sombrer peu à peu dans la maladie. Elle perçoit aussi le désarroi et l’impuissance de ses parents face au repli sur lui-même de leur fils dont les pensées deviennent de plus en plus noires et morbides.
Le récit fait la part belle à l’entourage de Thomas et scrute leurs réactions dans des petits moments de la vie de tous les jours. Il nous montre la vie presque banale d’une famille fragilisée par la maladie de l’un des leurs et le long apprentissage pour apprivoiser cette sournoise maladie qu’est la dépression.
Un récit noir et léger à la fois !

Je ne sais pas trop quoi dire de cette bande-dessinée. C’était super bizarre et je ne sais pas trop quoi en penser.

On découvre une famille de quatre membres : les parents, Thomas le grand frère et Sarah l’héroïne qui est aussi l’auteure. Ils ont vécu des années à Haïti et rentrent s’installer en Belgique. Un dépaysement pour le moins violent.
Pour Thomas, c’est dur et au fil des ans, il s’enfonce dans la dépression : son père est beaucoup après lui et l’adolescent prend tout ce qu’on lui dit pour une agression.
On le voit s’enfoncer progressivement sans rien pouvoir faire pour lui. La pauvre Sarah n’est pas mieux : elle fait des cauchemars et ses mauvais rêves l’envahissent même lorsqu’elle est éveillée… à un point où ça en devient inquiétant. Malheureusement, tout le monde est tellement occupé par le mal-être de Thomas que personne ne voit rien.
J’aurais aimé que Sarah développe davantage son ressenti.

Les dessins sont aussi étranges que l’histoire. Je suis incapable de dire si j’ai aimé ou pas : le character design des personnages est spécial, mais on s’y attend grâce à la couverture. Ce qui m’a plus dérangée, ce sont les décors urbains, la perspective ce n’est pas toujours ça. Par contre les paysages de jungle sont intéressants et plaisants à regarder.

Mon avis est mitigé quant à cette bande-dessinée : étrange et pourtant je n’ai pas réussi à interrompre ma lecture tant que je ne l’avais pas finie.

Le Jardin des Illusions – Senbon Umishima

Titre : Le Jardin des Illusions
Auteur : Senbon Umishima
Éditeur : Delcourt-Tonkam
Nombre de pages : 208
Quatrième de couverture : Ce recueil réunit neuf histoires complètes : une sirène qui apprend que le courage c’est aussi d’accepter l’échec ; une danseuse qui découvre que la persévérance finit toujours par payer ; une femme qui accepte d’être damnée pour avoir laissé mourir l’être cher ; une touriste qui accepte de suivre un chat qui va lui faire découvrir Dubrovnik de son point de vue, etc…

C’est un recueil de neuf nouvelles. Toutes du même auteur Senbon Umishima ; c’est bon de le préciser parce que j’ai cru qu’il y avait plusieurs mangakas tellement le style de dessins peut être différent d’une histoire à l’autre.
Il y a cependant une constante du début à la fin : les illustrations sont splendides. Le character design des personnages est beau, mais surtout ce sont les textures qui m’ont plu. Je me suis perdue dans les détails que ce soit les vêtements, les décors, le mouvement des cheveux et des corps,…

Chaque nouvelle a éveillé des émotions :
Les cheveux font la femme : m’a fait sourire. La première partie qui ouvre le bal un peu moins, mais dans la seconde qui clôture le recueil, j’ai trouvé Ako et Tanaka touchants.
Yururi, la mer et parfois le dauphin : j’ai aimé l’originalité de la trame. Je ne m’attendais pas du tout à ce que l’héroïne soit une sirène (c’est pas un vrai spoil, on le sait dès la quatrième page). Et puis, ça avait un petit goût de vacances d’été, c’était plaisant.
L’épanouissement d’une lamium : nous transporte dans un univers oriental où la danse tient la place principale. Dépaysant avec une héroïne sympathique.
Mille feuilles au quotidien : une nouvelle muette. On n’a même pas besoin de texte, les dessins parlent d’eux-mêmes. Et puis ça nous donne une excellente raison pour s’attarder et s’extasier sur chaque illustration.
Le manoir de la sorcière : un récit angoissant et horrifique qui m’a stressée et m’a laissé sur ma faim.
Sophia : le personnage principal est un robot chien tout mignon que j’avais envie de prendre dans mes bras, de l’aimer et de consoler. Une nouvelle qui m’a arraché une petite larme.
Date with a cat in Dubrovnik : ce n’est pas parce qu’il y a un chat que j’ai adoré cette histoire, c’est surtout parce que les décors sont magnifiques. Un récit dépaysant, un goût de vacances d’été (oui encore, mais pas dans la même veine que celui avec la sirène – et je ne m’en lasse pas).
Un jour de pluie : c’est sûrement la nouvelle qui m’a le moins plu. C’était un peu prévisible et l’héroïne m’a un peu saoulée à jouer les mijaurées.
Les oreilles de fées : une histoire de sorcière qui vient en aide à un humain, des fées qui se rajoute à la partie… trop beau <3

Bref, ce fut une lecture extraordinaire que j’ai pu lire d’une traite. Y en a pour tous les goûts et on ne sait jamais à quoi s’attendre dans le récit suivant.
C’est un coup de cœur pour ce manga.