Belladonna – Cécile Guillot

Titre : Belladonna
Auteur : Cécile Guillot
Éditeur : Editions du Petit Caveau
Format : E-book
Nombre de pages : 236
Quatrième de couverture : Fleurs aux senteurs enivrantes et baies charnues à la drupe colorée; autant de promesses d un plaisir sucré ou acidulé estompent la menace d’un poison pourtant parfois bien réel. Telles sont les histoires que renferme ce recueil, déposant sur vos esprits, avec une innocence suspecte, leur poésie vénéneuse. Des héroïnes fragiles au destin immuable et des créatures encore plus torturées que leurs proies composent le monde mélancolique de Cécile Guillot.
Belladona vous invite à le découvrir à travers le prisme de ses belles dames et de leur venin tantôt hypnotique, tantôt mortel.

Je ne sais vraiment pas ce que je vais pouvoir dire de cette lecture… je vais déjà commencé par préciser que je n’ai pas eu beaucoup de temps à lui consacrer, difficilement plus d’un chapitre par jour donc ça n’a pas aidé à me plonger dedans.
C’est un recueil de 23 nouvelles.
J’avais prévu de prendre chaque nouvelle, d’en faire un résumé et c’est d’ailleurs ce que j’avais commencé à faire, mais je me suis rapidement rendu compte que je n’avais pas grand chose à dire ou alors tout le temps la même chose. Donc je vais plutôt donner mon avis sur chacune des trois parties, ce sera plus simple, moins long et moins laborieux.

La première porte le nom de “à l’ombre des pleurs” et regroupe 10 nouvelles. Je n’ai pas accroché à cette partie.
J’ai trouvé les textes trop courts (Roadways, l’appel du loup) pour beaucoup et certains superficiels (la fille aux barbelés). La plus longue est la première nouvelle (De larmes et de sang) qui est divisée en 18 chapitres, donc l’histoire est assez complète, mais pas autant que Cœur de cristal que j’ai adoré.
Une autre histoire est tout aussi complète (nuit d’obsidienne à Montego Bay), mais je l’ai trouvée un peu longue, sûrement parce que l’ambiance était plus estivale que pour les autres et pour moi, octobre ne se prête pas trop pour ça.
Les nouvelles de cette partie ont toutes un point commun : elles se terminent mal, sauf la dernière (Liberame) et j’ai trouvé les chutes prévisibles (sauf pour dans la chambre d’enfant qui m’a malheureusement laissée indifférente). Parfois, ça m’a un peu saoulée de connaître la fin à l’avance (Memento) et d’autres fois, je me suis laissé porter par le récit pour apprécier le cheminement des personnages (Une petite fille si attentionnée).
Dans l’ensemble, j’ai trouvé cette première partie assez moyenne, la suivante était beaucoup mieux.

La seconde s’intitule “là où s’elevent les sorcières” et comporte 7 nouvelles dont les titres sont des prénoms, celui du personnage principal.
Les récits nous font voyager à travers le monde et les époques : l’Égypte de l’Antiquité, Salel de 1692, Angleterre victorienne, Roumanie, États-Unis, Halloween en France et Jamaïque.
On y découvre différentes façons de pratiquer la sorcellerie : prêtresse, guérisseuse, préparatrice de potions, voyante, chaman, rituel du Samhain et de la Toussaint, vaudou.
J’ai adoré cette seconde partie. Je n’ai eu aucun mal à m’attacher aux personnages, j’ai aimé leur façon de penser et d’être… peut-être moins pour Jahlia que les autres.
Ça m’a tellement plus que j’ai lu les 7 nouvelles assez vite (quelques heures) malgré mon emploi du temps chargé.

La troisième “bonus” nous propse 4 histoires avec des titres en langue étrangère, sauf le premier (la dame de Caislean Na Mists).
On commence et on termine cette partie avec des récits “médiévaux”, pas tout à fait, mais c’est l’ambiance générale qui en ressort et j’ai adoré ça.
Les deux histoires du milieu sont contemporaines :
– l’une sur le jour des morts au Mexique. J’ai beaucoup aimé ce que j’ai découvert sur le sujet, j’en connaissais une partie, mais pas tout et sûrement pas les différents au-delà.
– l’autre sur la musique et surtout le métal féminin. J’ai apprécié les références dont l’auteure se sert (Nightwish, Within Temptation, Épica…)
En tout cas, tous ont un fort côté féministe – c’est d’ailleurs un peu le cas de chacune des nouvelles de ce recueil, mais dans cette partie, ça se ressent davantage.

En conclusion, la première partie qui couvre la moitié du recueil a été laborieuse. La suite était indéniablement mieux.
Au final, ce fut une bonne lecture… sans plus.

 

Coupe des 4 maisons :
Queudver (5ème année) – un livre avec une trahison dans l’histoire50 points

Klaw, tome 07 : Opération Mayhem – Antoine Ozanam & Joël Jurion

Titre : Opération Mayhem
Saga : Klaw, tome 07
Scénario : Antoine Ozanam
Dessins & couleurs : Joël Jurion
Éditeur : Le Lombard
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : Les « Oubliés » ont lancé l’opération Mayhem. Leur but est de prendre le pouvoir sur l’ensemble des vingt-quatre Dizhis existants. Mais au sein des « Oubliés », l’entente est fragile, et il n’y a pas pires ennemis que les amis d’hier… Surtout que le pouvoir monte vite à la tête. Tout le monde voit son jeu redistribué et trouve une nouvelle place. Des alliances inédites se créent dans l’attente du grand affrontement final. Et Ange attend son heure pour sortir ses griffes…

J’ai été à la médiathèque samedi et ma récolte fut bonne, une dizaine de bande-dessinée dont le septième tome de Klaw.
Étant donné que je n’avais pas aimé le précédent, je redoutais un peu celui-ci. J’ai décidé de le lire en premier soit pour m’en débarrasser s’il avait aussi peu d’intérêt que le six, soit pour me remotiver à continuer la saga… et heureusement, on est dans le second cas de figure : il était trop bien !

Les “Oubliés” se sortent enfin les doigts. Puisque les autres dizhis savent qu’ils sont vivants, ils n’ont d’autres choix que d’entrer en guerre et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils sont aussi violents qu’efficaces. Ils affrontent les autres dizhis et les capturent un à un :
– Lisa et Théo : j’étais trop contente de retrouver ces deux-là.
– malgré toutes les précautions qu’a prises Ange, ses coéquipiers (Pierre et le lapin – je n’ai pas son nom) ont été attrapés, y a que Paula qui s’en sort à peu près.
– même le buffle prend cher.
Il y a des dissensions dans l’équipe des Oubliés, des disputes qui finissent mal… et ça nous détournent de leur but ; je ne suis d’ailleurs pas très sûre de la raison pour laquelle ils capturent les autres dizhis au lieu de les tuer et de voler leurs pouvoirs. C’est presque étonnant qu’un groupe si brouillon soit aussi efficace.

Bref, c’est un tome qui dépote : beaucoup d’actions dans des lieux différents puisque les dizhis sont éparpillés à travers le monde. On n’a pas le temps de s’ennuyer ce qui est un bon point, mais surtout, je n’ai pas eu l’impression que les scènes successives étaient bâclées : l’essentiel est révélé en peu de vignettes.
Les dessins sont à nouveau plus sympathiques avec cette sensation qu’ils sont plus travaillés. Les couleurs sont aussi un peu plus vives tout en restant harmonieuses.

J’ai retrouvé l’ambiance qui me plaisait tant dans les cinq premiers.
Bref, j’ai adoré cette lecture et j’ai trop les nerfs de ne pas avoir le huit… et pire : de l’avoir lu si tôt dans le mois, parce que je vais devoir attendre un long mois avant de retourner chercher le suivant à la médiathèque… scrogneugneu !

Klaw, tome 06 : Les Oubliés – Antoine Ozanam & Joël Jurion

Titre : Les Oubliés
Saga : Klaw, tome 06
Scénario : Antoine Ozanam
Dessins & couleurs : Joël Jurion
Éditeur : Le Lombard
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : À New York, douze dhizis ancestraux, supposés morts depuis bien longtemps, refont surface. Ces « Oubliés » n’envisage pas un instant une possible cohabitation avec les autres. Ange n’a d’autre choix que de réunir ses co-équipiers pour les préparer à l’affrontement… La guerre des dhizis peut commencer !

Je ne sais pas trop ce que je vais dire sur ce sixième tome. Il ne se passe pas grand-chose… il met un terme au cycle 2 de cette saga et ça se sent : c’est bien un épisode transitionnel.

Le commissaire ne révèle rien de transcendant à Ange, ce qui est assez décevant. OK, c’est un ancien dizhi, mais ça, c’était évident… et à part ça…
Le buffle et le coq, les deux plus agressifs, s’affrontent. Les 12 dizhis soit-disant tués ont survécu et se cachent des autres. Mais leur supercherie a été éventé : il est temps pour eux d’entrer dans la danse.
Et Ange dans tout cela ? Il prend une décision qui est assez confuse, au niveau des explications. On rencontre ses partenaires, mais c’était un peu bâclé. Décevant.

L’histoire était moyennement intéressante.
Étant malade, je ne suis pas très patiente, pas non plus très réceptive. Ça pourrait expliquer le fait que je me suis ennuyée.
Les dessins sont moins chouettes que d’habitude : plus grossiers, des traits plus épais.
Pour le moment, c’est le tome que j’ai le moins aimé. Il m’a laissée indifférente.

Néachronical, tome 1 : Memento Mori – Jean Vigne

Titre : Memento Mori
Saga : Néachronical, tome 1
Auteur : Jean Vigne
Éditeur : Chat Noir (Griffe sombre)
Nombre de pages : 301
Quatrième de couverture : Après avoir fait le mur pour aller à un rendez-vous nocturne, Néa, 15 ans, se réveille à demi-embourbée dans les marais locaux. Sur le chemin du retour, l’esprit embrumé, elle tente de rassembler des souvenirs qui lui échappent. D’autant plus qu’une fois chez elle, ses parents, sous le choc, lui apprennent que son absence a en fait duré plus de cinq ans.
C’est désormais une jeune femme qui doit reprendre sa vie là où elle s’était arrêtée, c’est à dire au lycée. Seulement, le fossé avec ses camarades se creusent de jour en jour, pas seulement à cause de l’âge, mais également parce qu’une série d’événements inexplicables la rend différente du lycéen lambda. Et du genre humain…

Je ne m’attendais pas à une telle lecture. Pourtant, il est bien classé dans la catégorie fantastique thriller sur Livraddict, mais je redoutais que le côté thriller soit quasiment inexistant, ce qui n’est pas le cas et c’est tant mieux !
Et puis la couverture est vraiment classe : un contraste étrange… à la fois jolie et dérangeante.

On découvre deux récits en parallèle :
Le personnage principal est Néa, une ado de 15 ans. Elle fait une fête de tous les diables en l’absence de ses parents, mais ils rentrent plus tôt que prévu, découvrent la catastrophe et punissent la demoiselle. Qu’à cela ne tienne, Néa n’en fait qu’à sa tête et fait le mur, le soir-même. Elle se réveille le lendemain matin près d’un marais, enfin c’est ce qu’elle croit, mais ne se souvient pas de sa soirée. Elle retourne donc chez elle et découvre que cinq années se sont écoulées, cinq années dont elle n’a aucun souvenir. Que lui est-il arrivé ? C’est ce qu’elle va chercher à découvrir.
On s’en doute assez vite avec le récit de Juliette, une jeune fille de 13 ans qui s’est fait enlever et reste séquestrée par ses ravisseurs. En lisant entre les lignes, on se rend bien compte que l’histoire des deux adolescentes est similaire sur certains points, elle diverge sur bien des détails.

Je vais commencer par le seul point négatif de ce roman : le personnage de Néa m’insupporte, surtout au début… elle est désagréable, égoïste, hypocrite, méprisante et méchante… quand elle traite sa mère, inquiète, d’animal de compagnie qui la suit partout comme un petit toutou, ça m’a donné envie de lui en claquer une (et c’est loin d’être le seul passage qui m’a fait cet effet). Je ne suis pas sûre d’avoir réussi à lui trouver une seule qualité, à part peut-être sa ténacité. On peut difficilement passer outre ses défauts, puisque les passages où elle tient le rôle principal sont à la première personne. Dis comme ça, ça ne donne pas envie de découvrir ce roman, mais finalement, ce n’est qu’un détail. Néa change progressivement à mesure des épreuves rencontrées, ça la fait grandir.

Ce qui fait que j’ai poursuivi ma lecture et mis un mouchoir sur l’insupportable héroïne, c’est la plume de l’auteur que j’ai adorée. Elle varie selon les situations : vive et cadencée lors des actions, parfois poétique pour les descriptions et passages plus calmes, angoissante et dérangeante quand on suit Juliette ou Bezan et ses acolytes, un brin ennuyeuse lors des scènes au collège, avec toujours cette fluidité entraînante qui a rendu cette lecture agréable.

Un début de lecture mitigé, puis au fil des pages, c’est devenu captivant sans que je ne me rende compte du changement. Finalement, j’ai adoré ce premier tome, il faudra que je me procure les deux suivants.

 

ABC Imaginaire 2021 – lettre V :
19/26

Klaw, tome 05 : Monkey – Joël Jurion & Antoine Ozanam

Titre : Monkey
Saga : Klaw, tome 05
Scénario : Antoine Ozanam
Dessins & couleurs : Joël Jurion
Éditeur : Le Lombard
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : Installé à Paris au terme des événements chinois, Ange semble avoir refait sa vie pour le mieux : il maîtrise à présent le tigre qui est en lui, et son nouveau travail de publicitaire pourvoit amplement à son épanouissement. C’est sans compter l’irruption d’une dhizi inattendue, une jolie russe à l’agilité… simiesque !

Une fois de plus, ce cinquième tome diffère des précédents. C’est ce que je trouve fantastique avec cette saga : on ne sait jamais à quoi s’attendre… si ce n’est que ça va être bien.

Ange a laissé Lisa en Chine et cela fait deux ans qu’il vit à Paris. Sa vie a bien changé : il est agent publicitaire et ses dizhis ont choisi trois partenaires, ce qui lui permet de se contrôler.
D’ailleurs, on est censé les rencontrer, mais Ange ne nous en présente qu’un : le partenaire du tigre. Il faudra patienter pour faire la connaissance des deux autres… scrogneugneu.

On découvre plusieurs dizhis dans ce cinquième tome : celui du singe qui commet des cambriolages et que notre héros cherche à attraper. Il n’est d’ailleurs pas le seul, c’est aussi le cas d’un inspecteur à la gueule fort étrange : il ressemble à un rat… ou à la limite à un chat sphinx… il a été capable de détecter qu’Ange était habité par un dizhi. C’est sûrement également le cas du flic, mais on n’aura pas le fin mot de l’histoire avant le prochain. Ro-scrogneugneu.
On retrouve Oswald (décidément, on n’en aura jamais fini avec ce boulet !) qui nous mène jusqu’à Johannesbourg sur les traces de deux dizhis, notamment celui du chien, un fin limier. Pour le second, je laisse la surprise aux lecteurs.

C’était moins stressant que les autres tomes. Ange semble se satisfaire de sa vie, et est plus paisible, ce qui a rendu l’atmosphère plus sereine et j’ai grandement apprécié cela.
J’ai adoré cette lecture. Je n’ai qu’un regret : ne pas avoir emprunté de suite le sixième tome.