Il était une fois, tome 3 : La princesse au petit pois – Eloisa James

Titre : La princesse au petit pois
Saga : Il était une fois, tome 3
Auteur : Eloisa James
Éditeur : J’ai Lu
Format : E-book
Nombre de pages : 375
Quatrième de couverturePar une nuit d’orage, Olivia Lytton frappe à la porte du duc de Sconce après que sa calèche a versé dans le fossé. Sublime apparition : ses longs cheveux dénoués ruissellent, sa robe trempée souligne des courbes somptueuses. Ébloui, Quin ne peut s’empêcher de lui voler un baiser. Lui le mathématicien de génie imperméable aux émotions s’embrase soudain pour cette femme au franc-parler déconcertant et au langage fleuri. Aurait-il enfin trouvé sa duchesse ? Mais n’est-il pas déjà fiancé ? À la sœur d’Olivia, très précisément ?

Comme vous pouvez le constater (ou pas) je lis très peu de romance principalement parce que cela n’affute pas mon imagination et que je m’y ennuie. Pourtant, parmi les rares romans lus de cette catégorie, j’aime bien la saga Il était une fois d’Eloisa James, du moins j’ai apprécié les deux premiers. Beaucoup moins celui-ci.

Olivia Lytton, jeune fille de bonne famille, a été élevée dans le but de devenir duchesse suite à un accord entre son père et le duc de Canterwick. Malheureusement, son fiancé est loin d’être ce qu’on attend d’un futur duc (émotif, rêveur, etc.). Quant à elle, elle n’est pas non plus aussi douce et classe qu’elle devrait l’être, elle est surtout en pleine rébellion, provocatrice dans l’âme faisant fi des bonnes manières. La sœur de l’héroïne, Georgianna a suivi le même apprentissage, mais contrairement à sa sœur, elle se montre parfaite. N’ayant aucun soupirant en raison de son manque de fortune familiale, le duc de Canterwick l’a pistonné auprès de la mère du duc de Sconce. J’avoue que l’histoire ne m’ayant pas plu tant que ça, je n’ai pas fait l’effort de retenir les noms.
Les deux sœurs Lytton sont donc invitées à venir passer quelques jours sur le domaine des Sconce, le but étant de tester Georgianna. Inutile de dire que le duc ne s’éprend pas de la bonne sœur…

L’histoire met beaucoup de temps à s(installer et l’auteure met l’accent sur les règles à suivre dans le beau monde anglais. J’ai trouvé ça long, pompeux et disons-le sans détour : chiant.
Peut-être au final que mon plus gros problème venait du personnage d’Olivia. Elle était assez fade, son côté provocateur me donnait envie de lui trancher la gorge pour la faire taire et ses plaintes constantes sur son physique étaient horripilantes à la longue. J’ai nettement préféré Georgianna qui, sous ses airs de fille parfaite, est bien plus maligne et intéressante qu’Olivia, mais je ne vais pas dire en quoi pour ne pas spoiler.

C’était une lecture assez moyenne dans l’ensemble. Je me suis ennuyée les 70 premiers pour cent, ça traînait en longueur. Et les 30 restants auraient pu être chouette, mais ça a été expédié et bien trop facile pour me plaire.
Bref, je suis un peu déçue.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Saule cogneur (Item éphémère du 21/03 au 04/04) – Un livre avec des fleurs ou des plantes sur la couverture30 points

Noël sous la couette – Collectif

Titre : Noël sous la couette
Auteur : Collectif
Éditeur : J’ai Lu
Nombre de pages : 249
Quatrième de couvertureRecueil de six nouvelles.
Il s’en passe des choses le soir du réveillon : un jeune loup de la finance retrouve son amour de jeunesse dans un aéroport bloqué par la neige; un flic désenchanté se laisse séduire par sa délicieuse voisine de palier; un obsédé du boulot finit par s’apercevoir que sa collègue a un cœur d’or et les plus belles jambes du monde…
Autant de gens pour qui Noël rimait avec solitude et qui ont trouvé l’Amour au pied du sapin.

Je ne fais peut-être pas le Cold Winter Challenge cette année, mais j’avais très envie de lire un bouquin sur le thème de Noyel. Je sais qu’il n’a pas une très bonne note sur Livraddict, pourtant je m’y suis quand même essayé.
C’est un recueil de six nouvelles. Et je dois dire que je ne m’attendais pas à ce que certaines soient un brin coquines… Si j’avais fait plus attention aux petites lignes sur la couverture, je me serais pas laissé surprendre.

Noël sous la couette – Lori Foster
Parker est policier. Quand il rentre chez lui, il lui arrive souvent de croiser sa voisine, Lily. Elle semble bien plus jeune que lui pourtant, ça n’empêche pas la jeune femme de flirter avec le héros de cette nouvelle. La veille du réveillon, en rentrant, il entend Lily s’engueuler avec un homme. Il intervient et la demoiselle se met en tête de lui tenir compagnie pour les fêtes afin de le remercier.
L’histoire ne casse pas trois pattes à un canard. Ça s’est bien lu jusqu’à la fin, puis après un évènement terriblement prévisible, Parker se transforme totalement : du Grinch, il passe à un être plein de bons sentiments, décide de faire tout ce qu’il détestait lors des fêtes de fin d’année, et ce, au mépris de toutes ses convictions. J’ai trouvé que c’était du n’importe quoi, absolument pas crédible qu’un tel changement s’opère en une nuit et franchement, la chute est nulle.

Le Noël de Claire – Erin Mc Carthy
En rentrant de ses courses de Noël, Claire est aspergé de neige. Frigorifiée, elle décide d’aller chez son frère absent, ça tombe bien elle a la clé, histoire de se doucher et de se changer, empruntant des vêtements à sa belle-sœur. Quelle n’est pas sa surprise quand elle découvre que Justin, le meilleur ami de son frère, pour qui elle a toujours eu le béguin, squatte l’appartement.
Une histoire sans surprise : discussion à la je-t’aime-moi-non-plus, sexe, grande déclaration d’amour, etc. Si ce n’est que je m’attendais à ce que ça s’arrête là, ça aurait été bien, ça se laissait lire… Mais non, il a fallu qu’on se tape une conversation super trop longue après, la leçon de morale du frangin qui finit super content pour eux parce qu’après une pauvre nuit sans avoir vécu ensemble, ils en viennent à planifier leur mariage ! Bref, le genre de truc qui m’exaspère profondément.

Epousez-moi, monsieur le maire ! – Jill Shalvis
Camilla travaille à la mairie. Elle sort avec Edward, enfin si on peut dire ça, et assiste dans les WC à une partie de jambe en l’air entre deux personnes du bureau : aux chaussures, elle croit reconnaître son petit-ami. Quel n’est pas son soulagement quand elle constate que le maire connu pour être un vrai Dom Juan porte les mêmes chaussures ! Assurément, c’est lui qui s’amusait dans les toilettes des femmes. Il lui faudra attendre le lendemain, au bal de Noël, pour apprendre le fin mot de l’histoire.
Enfin une nouvelle avec un vrai scénario ! Pas juste une histoire d’une nuit qui s’éternise, non ! Le récit se déroule sur plusieurs jours, les choses avancent doucement, c’est crédible. En parallèle, il y a une sombre histoire de “corbeau” au sein de la mairie qu’il faut démasquer et le plus souvent, ça passe en priorité sur la bagatelle, comme dans la vraie vie. Et puis j’adore le personnage de Camilla, psychorigide, qui aime garder le contrôle… elle est tellement réaliste que je n’ai pu m’empêcher de m’y attacher.
Sans compter que la plume de l’auteure est très agréable… Un vent de fraîcheur qui m’a donné le sourire.
Bref, j’ai adoré cette nouvelle.

Le plus beau des Noëls – Kathy Love
Robert n’aime pas les fêtes de Noël mais se rend exceptionnellement dans sa famille à Portland pour l’occasion. Malheureusement, suite à une tempête de neige, son avion est immobilisé. Il essaie de louer une voiture, mais il n’y en a plus. Il fait alors du co-voiturage, et l’une des personnes qui l’accompagne n’est autre que son ex petite amie.
Une histoire sans surprise, et prévisible. Je me suis sacrément ennuyée. Seule la morale de l’histoire est sympathique, mais ça tient en une pauvre phrase… Le récit est trop superficiel pour avoir eu un réel impact.

Comment séduire un rabat-joie – Katherine Garbera
Jackson travaille beaucoup, il fait appel à une collègue afin de l’aider à boucler son rapport. Elle répond à sa demande et fait sa part, mais lui fait du chantage : elle refuse de lui donner les chiffres nécessaires à la finalisation de son travail à moins qu’il n’aille dîner avec elle.
Une nouvelle qui m’a prodigieusement ennuyée et surtout totalement laissée indifférente. L’auteure a bien essayé d’être amusante avec les différentes déclinaisons de maître-chanteur, mais c’est tombé à plat en ce qui me concerne.

Un amour au pied du sapin de Kylie Adams
Rachel travaille à mi-temps en tant que barmaid dans un café. À côté, elle fait du théâtre. Lorsqu’un de ses clients acteurs la pousse à auditionner pour sa série, elle n’hésite pas longtemps et, malgré la rude concurrence, passe le casting.
J’ai beaucoup aimé cette nouvelle. Elle n’est pas très originale, mais j’ai apprécié les personnages : Rachel est sympathique et attachante, quant à Chase, il est charmant. Le côté romantique est assez succinct et ça m’a rendu cette histoire d’autant plus intéressante.

En conclusion, c’est un recueil de nouvelles plus que moyen… Deux histoires sympathiques sur six, c’est faible… On n’atteint même pas la moyenne. Ça ne me laissera pas un souvenir impérissable, loin de là.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Sombral (Chasse aux animaux fantastique) – Un livre que vous avez commencé avec des préjugés – 40 points

Qui dit coeur brisé dit mojitos à volonté – Laure Allard-d’Adesky

Titre : Qui dit coeur brisé dit mojitos à volonté
Auteur : Laure Allard-d’Adesky
Éditeur : Harlequin
Nombre de pages : .311
Quatrième de couvertureSi mon prince ne vient pas, c’est moi qui irai le chercher !
Un pacte anti-cons. Voilà ce que Louise vient de signer avec ses deux meilleures amies. Parce qu’il y en a marre de tomber amoureuse du mec canon qui vous laisse en plan à la première occasion – ou, pire, qui décide au bout de quelques mois de retourner avec son ex. Terminées les relations foireuses et les soirées passées sur le canapé à noyer son chagrin dans un mojito ! À partir de maintenant, Louise évitera soigneusement tous les hommes susceptibles de lui briser le cœur. Et pour ça, elle a un plan génial : donner une chance à ceux qui, à première vue, ne correspondent pas à ses critères.

Un grand merci à l’auteure, Laure Allard-d’Adesky, ainsi qu’aux éditions Harlequin pour ce service presse. Ce fut une belle découverte.

Louise, Emma et Clémence sont trois amies proches et célibataires qui en ont marre de tomber sur des gros nuls (j’utiliserai volontiers d’autres termes, mais restons polie). Lors d’une soirée, après avoir listé le type d’hommes à éviter, elles décident de se tourner vers des gars à qui elles n’auraient habituellement pas adressé le moindre regard.
J’avoue que j’ai applaudi ce choix et la surprise est de taille quant à leurs rencontres. Si Timéo ne me plaisait pas du tout, j’ai beaucoup aimé Grégory et les hommes qui gravitent autour de Louise que ce soit son frère, Tristan, ou le coloc de ce dernier, Samuel.

C’est un roman passionnant qui se divise en deux parties :
– la première couvre le pacte anti-cons, les différentes rencontres que font les trois amies et ses conséquences
– la seconde retrace l’après… parce que même quand on a trouvé le grand amour, rien n’est joué.
J’ai beaucoup aimé la première moitié de cette histoire, elle m’a fait rire, et j’ai passé un très bon moment en compagnie de Louise. Par contre, j’ai adoré la deuxième que j’ai trouvée plus intéressante, plus aboutie, plus apaisante et plus dépaysante aussi – peut-être est-ce le voyage à Londres puis au Japon qui m’ont donné cette sensation. Je n’ai qu’un regret : qu’Akeno ne soit pas plus présent, j’ai eu un gros coup de cœur pour ce personnage atypique.

Comme souvent dans ses romans, Laure Allard-d’Adesky sait rendre ses héroïnes attachantes. Louise est gentille, touchante et j’apprécie sa façon d’être avec ses proches ou même avec ceux qu’elle rencontre. Emma m’a mis la pêche et m’a souvent fait rire : elle n’y va pas par quatre chemin, elle est franche et entière. Clémence est plus douce et plus réservée, mais elle est si bien dépeinte que je n’ai eu aucun mal à m’identifier à elle.
J’ai surtout parlé d’elles trois parce que ce sont les héroïnes, mais bon nombre d’autres sont tout aussi fascinants.

Vous l’aurez compris, c’est une lecture que j’ai adorée. Le temps m’a manqué pour avancer comme je le souhaitais, mais il était toujours très difficile de devoir m’interrompre… que ce soit pour travailler, manger ou même dormir.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Haleine pimentée (2ème année) – Un livre qui vous a tenu en haleine – 20 points

 

Matriochkas, tome 1 : Révélations – Christelle Da Cruz

Titre : Révélations
Saga : Matriochkas, tome 1
Auteur : Christelle Da Cruz
Éditeur : Plumes du Web
Format : E-Book
Nombre de pages : 344
Quatrième de couvertureDepuis près de soixante ans, le pouvoir appartient aux femmes. Une mystérieuse épidémie a lourdement décimé la population masculine et l’isolement des survivants a conduit à une réorganisation totale de la société.
Au cœur de la capitale, Gabrielle, chauffeuse de taxi, mène une vie sans histoire entre son boulot et ses amies. Un soir, au détour d’une course réalisée pour une riche cliente, elle va se retrouver plongée dans une intrigue inquiétante.
Qui est cet homme, évadé d’un pôle d’enfermement, qui ne cesse de la traquer ? Comment a-t-il pu atteindre la capitale sans être interpellé ? Autant de questions dont les réponses pourraient bouleverser l’ordre établi.

Quand le premier tome de Matriochkas a été annoncé en lecture commune du Plumes du Web Bookclub il y a quelques semaines, je me suis immédiatement inscrite, surtout que je l’avais dans ma PàL, qu’une amie me l’avait vivement conseillé et qu’il pouvait compter pour mon Pumpkin Autumn Challenge. Trois bonnes raisons d’y participer.

L’histoire se déroule en 2081, le monde est gouverné et peuplé exclusivement par les femmes. Gabrielle est chauffeur de taxi et est engagée pour conduire une femme dans des endroits inhabituels pour une femme de sa condition,et ce, à plusieurs reprises, afin de débusquer un homme. Chose impossible puisque les hommes ne vivent plus en société et sont enfermés dans des pôles. D’ailleurs l’héroïne n’en a jamais vu de sa vie, jusqu’au soir où elle croise le fugitif recherché par sa cliente. Pourquoi cette dernière le recherche-t-elle ? Qui est-il ? Comment en est-on arrivé à éradiquer les hommes de notre société ?
En parallèle, on a régulièrement des chapitres qui retracent les événements depuis 2017 ayant conduit à cette situation.

J’avoue que j’aime beaucoup cette société sans homme dépeinte dans ce roman, on s’y sent en sécurité : quand Gabrielle et son amie Viviane sortent, à aucun moment je n’ai peur qu’elles se fassent agresser, c’était plus serein et moins violent. Ce qui va s’avérer trompeur puisqu’on va en partie découvrir ce qui se passe dans les pôles et ce n’est pas joyeux.
J’ai adoré le côté science-fiction de ce roman. On sent que l’auteure maîtrise son sujet, rien n’est laissé au hasard, et sa plume est très agréable.

Le personnage de Gabrielle est attachant, celui de Rose également. J’ai un peu moins aimé Alexander, je le trouve un peu vide. Il est certes drôle et j’ai apprécié ses joutes verbales avec sa sœur, mais parfois, il est un peu lourd.
En ce qui concerne le côté romance, ça ne m’a pas trop dérangée, je ne suis toujours pas fan du genre : trop prévisible à mon goût. Et il y a quand même eu un moment où c’était trop : un battement calme dans l’histoire et plusieurs scènes d’amour/de sexe trop rapprochées, heureusement (pour moi), ça s’est rapidement tassé. Mais l’avant et l’après était bien dosé.

C’est une lecture que j’ai adorée et il va falloir que je me procure le second tome pour avoir le fin mot de l’histoire.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Expecto Patronum (2ème année – semaine compte double du 25 novembre au 1er décembre) – Lire le premier livre d’un auteur – 40 points

Pumpkin Autumn Challenge :
Automne Astral – Songe d’une nuit d’automne (Couverture bleue)

Au-delà des limbes – Mélanie Baranger

Titre : Au-delà des limbes
Auteur : Mélanie Baranger
Éditeur : Plume blanche
Nombre de pages : 176
Quatrième de couvertureOn ne prévoit jamais la date de sa mort. On peut y penser, souvent, on peut en avoir peur parfois, mais personne ne sait quand elle viendra nous chercher. Ambre, une jeune étudiante de 21 ans, plonge dans un long coma à la suite d’un terrible accident, mais ce qu’elle découvre alors va changer sa vie à jamais. La Mort n’est pas une fin… et si elle lui permettait de prendre conscience des esprits autour d’elle ? Et plus encore, de celui pour qui son âme était destinée ?

Je sens bien que cette chronique va être difficile à écrire, pas parce que je ne sais pas par où commencer, mais surtout parce que je n’ai pas grand chose à en dire et je n’en ai pas pensé grand chose.

En allant à la fac, Ambre est loin d’imaginer que sa vie va totalement changer : une explosion (qu’on suppose terroriste) fait plusieurs victimes dans le train qu’elle prend. Elle n’est bien sûr pas épargnée et se retrouve plongée dans le coma. Entre la vie et la mort, elle fera la rencontre de fantômes, mais également d’âmes comme elle.

J’ai particulièrement aimé les histoires que les fantômes font de leur vie d’antan : ce qui les a amenés dans les limbes, la raison pour laquelle ils ne sont pas encore passés de l’autre côté, mais également les bons souvenirs qu’ils évoquent. S’ils étaient intéressants de par leur expérience, la diversité du milieu social de chacun, ça n’a pas réussi à m’accrocher. J’ai trouvé que c’était assez mal amené, dans le genre psychothérapie de groupe et chacun parle à son tour. Ça manquait cruellement de subtilité.
L’atmosphère instaurée est trop bon enfant en ce qui me concerne. Rien que le mot de “limbes” me faisait espérer une ambiance un peu sombre, un brin inquiétante : l’antichambre de la mort ou des ombres se faufilent pour effrayer les âmes restées en arrière ou pourquoi pas les vivants… On aurait aussi pu avoir à faire à un des fantômes fous évoqués à un moment dans le romans. Mais il n’en est rien, tout y est comme dans le monde normal.

Ce qui m’amène au point suivant : l’histoire d’amour, d’âme sœur. Je l’ai trouvée assez plate. Ça ne m’a pas fait vibrer, je n’ai pas compris comment les personnages ont pu s’éprendre l’un de l’autre, le lien qui les relie m’a semblé trop ténu et pas assez profond pour que j’y crois – probablement parce que l’héroïne ne développe pas assez ce qu’elle ressent à ses côtés. Il manquait quelque chose pour que la mayonnaise prenne, peut-être que c’était trop facile, trop superficiel ou trop ennuyeux.
D’ailleurs la fin est prévisible, jusqu’au bout, j’ai espéré un rebondissement final exceptionnel mais non : tout s’est terminé comme je l’avais supposé dès l’arrivée d’Ambre dans les limbes.

Ce roman s’est vite lu et ça aurait pu être encore plus rapide si je n’avais pas été freinée par les coquilles et les répétitions qui sont plutôt nombreuses. Quelques passages m’ont plu mais à peine commençais-je à m’immerger dans un récit qu’on arrivait à la fin… Et tout retombait.

Dans l’ensemble, c’est une lecture qui m’a laissée indifférente. C’est dommage parce qu’il y avait de bonnes idées.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Demiguise (Chasse aux animaux fantastiques) – Un livre dont vous aviez deviné la fin – 40 points

Pumpkin Autumn Challenge :
Automne Enchanteur – Down by the salley gardens (Romance)