Samuel & Lyra – Justine Patérour

Titre : Samuel & Lyra
Auteur : Justine Patérour
Éditeur : Rebelle
Nombre de pages : 278
Quatrième de couverture : Entre Lyra et Samuel, l’amour est inconditionnel et profond. Un jour, le jeune homme se retrouve à l’hôpital, entre la vie et la mort. Tout s’écroule alors autour de Lyra, qui ne comprend pas ce qui a bien pu se produire. Pensant connaître Samuel par cœur, elle se rendra compte qu’il lui cachait quelque chose d’important. Était-ce pour la protéger ou parce qu’il avait trop honte de son passé ?
À défaut de le sauver, et pour ne pas sombrer Lyra mènera son enquête et tombera dans une histoire vieille de plusieurs mois.
Samuel se réveillera-t-il ? Lyra parviendra-t-elle à retrouver l’homme qu’elle aime ?

Cela fait plus de 3 ans que je veux lire ce roman, mais j’en repoussais chaque fois la lecture, pour deux raisons :
– la première est que je suis Justine Patérour sur les réseaux sociaux depuis très longtemps et c’est toujours stressant dans ces cas-là de lire et chroniquer le roman de quelqu’un avec qui on a un lien, surtout la première fois – je n’avais pas pu lui apporter mon entier soutien lors de la publication de sa saga la prophétie d’Alysiane pour des raisons financières, donc quand j’ai vu qu’elle était au salon du livre de Paris, j’ai sauté sur l’occasion pour acheter et me faire dédicacer Samuel & Lyra
– la seconde est que ce roman est classé dans la catégorie romance, que j’en lis peu parce que j’ai toujours un peu de mal à accrocher avec ce genre littéraire.
Heureusement pour moi, l’histoire de Samuel & Lyra ne traite pas que de romance et plusieurs intrigues se mêlent à la trame principale et c’est ce qui fait la force de cette lecture.

Les chapitres sont découpés en deux parties : l’après accident puis l’avant.
– Dans la première, Samuel est hospitalisé, dans le coma après s’être fait tirer dessus. Qui a fait ça ? Balle perdue ou acte volontaire ? Au début Lyra est effondrée, surtout qu’elle a subi six mois auparavant la perte de son père adoré – la pauvre, ça fait beaucoup – , ses amis l’aident à remonter la pente et elle tente d’élucider ce crime en enquêtant sur le passé de Samuel.
– dans la seconde, l’autrice nous retrace la rencontre de ses deux héros, ce qui les a amenés à se lier d’amitié puis à tomber amoureux, et ce, jusqu’à ce fameux jour où Lyra apprend la nouvelle de l’accident qui a plongé Samuel dans le coma.

Personnellement, j’ai une nette préférence pour l’après, c’est bien amené, les coupures se font au bon endroit ce qui m’a donné envie de poursuivre ma lecture – les pauses obligatoires (pour différentes raisons) en étaient frustrantes.
La relation qu’ont noué Samuel et Lyra est touchante, mais un peu trop romance à mon goût.
Les passages qui m’ont le plus touchée sont ceux où l’autrice nous parle avec justesse du deuil que ce soient les sentiments ressentis à l’annonce de ce drame où ceux éprouvés les jours et les mois qui suivent. Ça m’a émue.

J’ai mis un petit moment pour le lire, non pas qu’il n’était pas bien, mais j’ai eu très peu de temps à consacrer à cette lecture, au point que les quatre premiers jours, je n’ai pas pu lire plus d’un chapitre, difficile de plonger dans l’histoire dans ces conditions. Mais vendredi et dimanche, je me suis bloqué quelques heures où j’ai enfin pu m’imprégner de l’histoire, des personnages ainsi que de l’ambiance et ça s’est lu tout seul.
Bref, vous l’aurez compris, j’ai aimé cette lecture.

Coupe des 4 maisons :
Pierre de lune (potion de longue décoction – du 24 avril au 1er mai 2022) – un livre avec des ornements sur les pages indiquant les numéros/titres des chapitres ??? points

ABC 2022 – Lettre P

 

Cher Père Noël, sors-moi de là ! – Ena Fitzbel

Titre : Cher Père Noël, sors-moi de là !
Auteur : Ena Fitzbel
Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages : 320
Quatrième de couverture : Embarquez pour un road-trip hivernal 100 % drôle et pétillant !
Élève vétérinaire et maman d’un adorable carlin, Fleur se réjouit de rencontrer Arnaud Genty. Arnaud, son sauveur tombé du ciel, qui, en pleine grève nationale des transports, va la conduire dans le sud où elle doit fêter Noël chez sa mère. Mais le jour J, Fleur découvre avec stupeur un odieux personnage détenteur d’un SUV hyperpolluant et qui, cerise sur le gâteau, déteste les animaux !
Avec force persuasion, la jeune femme, qui n’a ni sa langue dans sa poche ni l’envie de laisser son cher Orion sur le trottoir, fait flancher le spécialiste de la finance. Les deux trentenaires s’embarquent alors dans un road-trip sur les routes de France en compagnie d’un chien péteur et d’auto-stoppeurs déjantés…

Quand on me connaît, il paraît évident que j’ai acheté ce roman spécialement pour la période de Noël, plus exactement pour l’un des challenges auquel je participe.
Ce n’est habituellement pas mon genre de lecture.

Pour les fêtes de Noël, Fleur doit aller chez sa mère à Aix-en-Provence, malheureusement une grève massive des trains l’en empêche.
En parallèle, Arnaud doit se rendre dans le sud de la France pour le travail. Sa mère, qui est amie avec celle de Fleur, organise un covoiturage. Il accepte à contrecœur et compte bien le faire ressentir à sa compagne de voyage.

Tout les oppose : elle est plutôt sympathique et adore les animaux notamment son chien Orion qu’elle a emmené avec elle ; lui est désagréable, matérialiste et aime sa nouvelle voiture, une Range Rover que le carlin de Fleur va se faire un plaisir d’étrenner.
Je suis partagée quant à cette histoire : il y a du bon et du moins bon.
Le gros point noir pour moi, ce sont les personnages :
Fleur est gentille, mais elle est limite ennuyeuse et surtout, elle se laisse malmener, sauf vers la fin, mais j’y reviendrai.
Arnaud est un connard fini. Il est antipathique. J’ai essayé de m’accrocher à son côté sympa notamment quand il est avec Orion, mais ses changements d’attitude et de ressenti sont si brusques que ce n’était pas crédible. J’ai fini par me dire qu’il était bipolaire. En tout cas, ça se voulait drôle, mais c’était juste désagréable.
Julien est un emmerdeur fini et je suis bien incapable de savoir si j’ai apprécié sa présence ou non.

Autre souci : les saloperies que se font les personnages dans les derniers chapitres. Sur tout le trajet, ils se cherchent des noises, ça m’a fait plus d’une fois sourire, mais ils font deux choses que j’ai trouvé mesquin et limite impardonnable ! Là, je parle de l’histoire des gendarmes et celle du géniteur, ce ne sont pas des accidents, c’est fait sciemment (pour blesser) et à mon sens c’était grave, après ça je ne vois pas comment ça pouvait bien se finir entre eux. Je reste volontairement vague pour ne pas spoiler, mais ça m’a gâché le plaisir de cette lecture.

Parce que malgré des personnages controversés, j’ai aimé ce roman : il m’a fait du bien et j’avais besoin de ça. C’était frais et léger, ça s’est lu rapidement (à peine 3 jours). J’avais envie de savoir comment la relation entre Arnaud et Fleur allait pouvoir évolué dans un tel contexte.
Un avis en demi-teinte : une trame sympathique et une lecture plaisante malgré des personnages agaçants et une fin incohérente.

Coupe des 4 maisons :
Astronomie (4ème année) – un livre avec des objets célestes sur la couverture40 points

Cold Winter Challenge :
Magie de Noël
– All I want for Christmas (romance de Noël, amour, amitié – option pendant l’Avent, Noël, jour de l’an)

Il était une fois, tome 3 : La princesse au petit pois – Eloisa James

Titre : La princesse au petit pois
Saga : Il était une fois, tome 3
Auteur : Eloisa James
Éditeur : J’ai Lu
Format : E-book
Nombre de pages : 375
Quatrième de couverturePar une nuit d’orage, Olivia Lytton frappe à la porte du duc de Sconce après que sa calèche a versé dans le fossé. Sublime apparition : ses longs cheveux dénoués ruissellent, sa robe trempée souligne des courbes somptueuses. Ébloui, Quin ne peut s’empêcher de lui voler un baiser. Lui le mathématicien de génie imperméable aux émotions s’embrase soudain pour cette femme au franc-parler déconcertant et au langage fleuri. Aurait-il enfin trouvé sa duchesse ? Mais n’est-il pas déjà fiancé ? À la sœur d’Olivia, très précisément ?

Comme vous pouvez le constater (ou pas) je lis très peu de romance principalement parce que cela n’affute pas mon imagination et que je m’y ennuie. Pourtant, parmi les rares romans lus de cette catégorie, j’aime bien la saga Il était une fois d’Eloisa James, du moins j’ai apprécié les deux premiers. Beaucoup moins celui-ci.

Olivia Lytton, jeune fille de bonne famille, a été élevée dans le but de devenir duchesse suite à un accord entre son père et le duc de Canterwick. Malheureusement, son fiancé est loin d’être ce qu’on attend d’un futur duc (émotif, rêveur, etc.). Quant à elle, elle n’est pas non plus aussi douce et classe qu’elle devrait l’être, elle est surtout en pleine rébellion, provocatrice dans l’âme faisant fi des bonnes manières. La sœur de l’héroïne, Georgianna a suivi le même apprentissage, mais contrairement à sa sœur, elle se montre parfaite. N’ayant aucun soupirant en raison de son manque de fortune familiale, le duc de Canterwick l’a pistonné auprès de la mère du duc de Sconce. J’avoue que l’histoire ne m’ayant pas plu tant que ça, je n’ai pas fait l’effort de retenir les noms.
Les deux sœurs Lytton sont donc invitées à venir passer quelques jours sur le domaine des Sconce, le but étant de tester Georgianna. Inutile de dire que le duc ne s’éprend pas de la bonne sœur…

L’histoire met beaucoup de temps à s(installer et l’auteure met l’accent sur les règles à suivre dans le beau monde anglais. J’ai trouvé ça long, pompeux et disons-le sans détour : chiant.
Peut-être au final que mon plus gros problème venait du personnage d’Olivia. Elle était assez fade, son côté provocateur me donnait envie de lui trancher la gorge pour la faire taire et ses plaintes constantes sur son physique étaient horripilantes à la longue. J’ai nettement préféré Georgianna qui, sous ses airs de fille parfaite, est bien plus maligne et intéressante qu’Olivia, mais je ne vais pas dire en quoi pour ne pas spoiler.

C’était une lecture assez moyenne dans l’ensemble. Je me suis ennuyée les 70 premiers pour cent, ça traînait en longueur. Et les 30 restants auraient pu être chouette, mais ça a été expédié et bien trop facile pour me plaire.
Bref, je suis un peu déçue.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Saule cogneur (Item éphémère du 21/03 au 04/04) – Un livre avec des fleurs ou des plantes sur la couverture30 points

Noël sous la couette – Collectif

Titre : Noël sous la couette
Auteur : Collectif
Éditeur : J’ai Lu
Nombre de pages : 249
Quatrième de couvertureRecueil de six nouvelles.
Il s’en passe des choses le soir du réveillon : un jeune loup de la finance retrouve son amour de jeunesse dans un aéroport bloqué par la neige; un flic désenchanté se laisse séduire par sa délicieuse voisine de palier; un obsédé du boulot finit par s’apercevoir que sa collègue a un cœur d’or et les plus belles jambes du monde…
Autant de gens pour qui Noël rimait avec solitude et qui ont trouvé l’Amour au pied du sapin.

Je ne fais peut-être pas le Cold Winter Challenge cette année, mais j’avais très envie de lire un bouquin sur le thème de Noyel. Je sais qu’il n’a pas une très bonne note sur Livraddict, pourtant je m’y suis quand même essayé.
C’est un recueil de six nouvelles. Et je dois dire que je ne m’attendais pas à ce que certaines soient un brin coquines… Si j’avais fait plus attention aux petites lignes sur la couverture, je me serais pas laissé surprendre.

Noël sous la couette – Lori Foster
Parker est policier. Quand il rentre chez lui, il lui arrive souvent de croiser sa voisine, Lily. Elle semble bien plus jeune que lui pourtant, ça n’empêche pas la jeune femme de flirter avec le héros de cette nouvelle. La veille du réveillon, en rentrant, il entend Lily s’engueuler avec un homme. Il intervient et la demoiselle se met en tête de lui tenir compagnie pour les fêtes afin de le remercier.
L’histoire ne casse pas trois pattes à un canard. Ça s’est bien lu jusqu’à la fin, puis après un évènement terriblement prévisible, Parker se transforme totalement : du Grinch, il passe à un être plein de bons sentiments, décide de faire tout ce qu’il détestait lors des fêtes de fin d’année, et ce, au mépris de toutes ses convictions. J’ai trouvé que c’était du n’importe quoi, absolument pas crédible qu’un tel changement s’opère en une nuit et franchement, la chute est nulle.

Le Noël de Claire – Erin Mc Carthy
En rentrant de ses courses de Noël, Claire est aspergé de neige. Frigorifiée, elle décide d’aller chez son frère absent, ça tombe bien elle a la clé, histoire de se doucher et de se changer, empruntant des vêtements à sa belle-sœur. Quelle n’est pas sa surprise quand elle découvre que Justin, le meilleur ami de son frère, pour qui elle a toujours eu le béguin, squatte l’appartement.
Une histoire sans surprise : discussion à la je-t’aime-moi-non-plus, sexe, grande déclaration d’amour, etc. Si ce n’est que je m’attendais à ce que ça s’arrête là, ça aurait été bien, ça se laissait lire… Mais non, il a fallu qu’on se tape une conversation super trop longue après, la leçon de morale du frangin qui finit super content pour eux parce qu’après une pauvre nuit sans avoir vécu ensemble, ils en viennent à planifier leur mariage ! Bref, le genre de truc qui m’exaspère profondément.

Epousez-moi, monsieur le maire ! – Jill Shalvis
Camilla travaille à la mairie. Elle sort avec Edward, enfin si on peut dire ça, et assiste dans les WC à une partie de jambe en l’air entre deux personnes du bureau : aux chaussures, elle croit reconnaître son petit-ami. Quel n’est pas son soulagement quand elle constate que le maire connu pour être un vrai Dom Juan porte les mêmes chaussures ! Assurément, c’est lui qui s’amusait dans les toilettes des femmes. Il lui faudra attendre le lendemain, au bal de Noël, pour apprendre le fin mot de l’histoire.
Enfin une nouvelle avec un vrai scénario ! Pas juste une histoire d’une nuit qui s’éternise, non ! Le récit se déroule sur plusieurs jours, les choses avancent doucement, c’est crédible. En parallèle, il y a une sombre histoire de “corbeau” au sein de la mairie qu’il faut démasquer et le plus souvent, ça passe en priorité sur la bagatelle, comme dans la vraie vie. Et puis j’adore le personnage de Camilla, psychorigide, qui aime garder le contrôle… elle est tellement réaliste que je n’ai pu m’empêcher de m’y attacher.
Sans compter que la plume de l’auteure est très agréable… Un vent de fraîcheur qui m’a donné le sourire.
Bref, j’ai adoré cette nouvelle.

Le plus beau des Noëls – Kathy Love
Robert n’aime pas les fêtes de Noël mais se rend exceptionnellement dans sa famille à Portland pour l’occasion. Malheureusement, suite à une tempête de neige, son avion est immobilisé. Il essaie de louer une voiture, mais il n’y en a plus. Il fait alors du co-voiturage, et l’une des personnes qui l’accompagne n’est autre que son ex petite amie.
Une histoire sans surprise, et prévisible. Je me suis sacrément ennuyée. Seule la morale de l’histoire est sympathique, mais ça tient en une pauvre phrase… Le récit est trop superficiel pour avoir eu un réel impact.

Comment séduire un rabat-joie – Katherine Garbera
Jackson travaille beaucoup, il fait appel à une collègue afin de l’aider à boucler son rapport. Elle répond à sa demande et fait sa part, mais lui fait du chantage : elle refuse de lui donner les chiffres nécessaires à la finalisation de son travail à moins qu’il n’aille dîner avec elle.
Une nouvelle qui m’a prodigieusement ennuyée et surtout totalement laissée indifférente. L’auteure a bien essayé d’être amusante avec les différentes déclinaisons de maître-chanteur, mais c’est tombé à plat en ce qui me concerne.

Un amour au pied du sapin de Kylie Adams
Rachel travaille à mi-temps en tant que barmaid dans un café. À côté, elle fait du théâtre. Lorsqu’un de ses clients acteurs la pousse à auditionner pour sa série, elle n’hésite pas longtemps et, malgré la rude concurrence, passe le casting.
J’ai beaucoup aimé cette nouvelle. Elle n’est pas très originale, mais j’ai apprécié les personnages : Rachel est sympathique et attachante, quant à Chase, il est charmant. Le côté romantique est assez succinct et ça m’a rendu cette histoire d’autant plus intéressante.

En conclusion, c’est un recueil de nouvelles plus que moyen… Deux histoires sympathiques sur six, c’est faible… On n’atteint même pas la moyenne. Ça ne me laissera pas un souvenir impérissable, loin de là.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Sombral (Chasse aux animaux fantastique) – Un livre que vous avez commencé avec des préjugés – 40 points

Qui dit coeur brisé dit mojitos à volonté – Laure Allard-d’Adesky

Titre : Qui dit coeur brisé dit mojitos à volonté
Auteur : Laure Allard-d’Adesky
Éditeur : Harlequin
Nombre de pages : .311
Quatrième de couvertureSi mon prince ne vient pas, c’est moi qui irai le chercher !
Un pacte anti-cons. Voilà ce que Louise vient de signer avec ses deux meilleures amies. Parce qu’il y en a marre de tomber amoureuse du mec canon qui vous laisse en plan à la première occasion – ou, pire, qui décide au bout de quelques mois de retourner avec son ex. Terminées les relations foireuses et les soirées passées sur le canapé à noyer son chagrin dans un mojito ! À partir de maintenant, Louise évitera soigneusement tous les hommes susceptibles de lui briser le cœur. Et pour ça, elle a un plan génial : donner une chance à ceux qui, à première vue, ne correspondent pas à ses critères.

Un grand merci à l’auteure, Laure Allard-d’Adesky, ainsi qu’aux éditions Harlequin pour ce service presse. Ce fut une belle découverte.

Louise, Emma et Clémence sont trois amies proches et célibataires qui en ont marre de tomber sur des gros nuls (j’utiliserai volontiers d’autres termes, mais restons polie). Lors d’une soirée, après avoir listé le type d’hommes à éviter, elles décident de se tourner vers des gars à qui elles n’auraient habituellement pas adressé le moindre regard.
J’avoue que j’ai applaudi ce choix et la surprise est de taille quant à leurs rencontres. Si Timéo ne me plaisait pas du tout, j’ai beaucoup aimé Grégory et les hommes qui gravitent autour de Louise que ce soit son frère, Tristan, ou le coloc de ce dernier, Samuel.

C’est un roman passionnant qui se divise en deux parties :
– la première couvre le pacte anti-cons, les différentes rencontres que font les trois amies et ses conséquences
– la seconde retrace l’après… parce que même quand on a trouvé le grand amour, rien n’est joué.
J’ai beaucoup aimé la première moitié de cette histoire, elle m’a fait rire, et j’ai passé un très bon moment en compagnie de Louise. Par contre, j’ai adoré la deuxième que j’ai trouvée plus intéressante, plus aboutie, plus apaisante et plus dépaysante aussi – peut-être est-ce le voyage à Londres puis au Japon qui m’ont donné cette sensation. Je n’ai qu’un regret : qu’Akeno ne soit pas plus présent, j’ai eu un gros coup de cœur pour ce personnage atypique.

Comme souvent dans ses romans, Laure Allard-d’Adesky sait rendre ses héroïnes attachantes. Louise est gentille, touchante et j’apprécie sa façon d’être avec ses proches ou même avec ceux qu’elle rencontre. Emma m’a mis la pêche et m’a souvent fait rire : elle n’y va pas par quatre chemin, elle est franche et entière. Clémence est plus douce et plus réservée, mais elle est si bien dépeinte que je n’ai eu aucun mal à m’identifier à elle.
J’ai surtout parlé d’elles trois parce que ce sont les héroïnes, mais bon nombre d’autres sont tout aussi fascinants.

Vous l’aurez compris, c’est une lecture que j’ai adorée. Le temps m’a manqué pour avancer comme je le souhaitais, mais il était toujours très difficile de devoir m’interrompre… que ce soit pour travailler, manger ou même dormir.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Haleine pimentée (2ème année) – Un livre qui vous a tenu en haleine – 20 points