Obie Koul, tome 1 : Un week-end sur deux chez mon père – Pierre Makyo & Alessia Buffolo

Titre : Un week-end sur deux chez mon père
Saga : Obie Koul, tome 1
Auteurs : Pierre Makyo & Alessia Buffolo
Éditeur : Kennes
Nombre de pages : 56
Quatrième de couverture : Mia vit sur terre, Elzeki est extraterrestre. Mia a été enlevée par Elzeki lors d’une mission d’exploration. Ils se sont aimés, puis séparés. De leur amour hétéroplanétaire est né un fils, Obie. À 12 ans, l’adolescent ne sait toujours rien des origines de son père. Lorsque ses parents lui expliquent enfin la vérité, il n’en revient pas. Dorénavant, il va devoir passer un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires sur une autre planète…
Trop cool !

C’est une bande-dessinée jeunesse de science-fiction. Ça débute comme une histoire d’ado banale :
Obie et sa mère déménagent. Il intègre donc un nouveau collège et deux groupes veulent l’incorporer dans leurs rangs : les KD (Kill Dogs) et les RB (Raging Bulls), tout ça parce que sa mère est prof de maths et qu’ils comptent bien se servir de cela. Et rien de mieux pour le convaincre que… de le menacer.
Obie demande donc conseil à son père qui lui apporte différentes aides pour le moins étranges : des espèces d’oiseaux insectes protecteurs, le pouvoir d’altérer sa propre gravité, etc. Des solutions farfelues pour un humain, mais pas pour l’extraterrestre qu’est sont père.

J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ça… l’histoire est rythmée entre la vie d’Obie à la maison puis à l’école, mais je me suis ennuyée. Peut-être parce que je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, à part peut-être la mère.
Obie est gentil, tout comme Axelle, mais ils ne m’ont inspiré aucune sympathie. Les deux gangs sont aussi bêtes et méchants les uns que les autres, mais ça sonnait faux : il leur manquait un côté humain pour que je puisse y croire… quoique, ils ne sont pas si loin de la réalité quand je pense à ce que ma fille me raconte de certains de ses camarades de classe.
La partie de l’histoire qui aurait pu me plaire est lorsque le père d’Obie l’emmène sur sa planète et qu’il rencontre sa famille… mais c’est très court, très rapide et ça manquait de profondeur.
En ce qui concerne les dessins, ça passait bien, mais sans plus.

C’est une lecture qui m’a laissée indifférente. Si je trouve par hasard le second tome à la médiathèque, je l’emprunterai… sinon, ça ne me manquera pas.

La légende des quatre, tome 1 : Le clan des loups – Cassandra O’Donnell

Titre : Le clan des loups
Saga : La légende des quatre, tome 1
Auteur : Cassandra O’Donnell
Éditeur : France Loisirs
Nombre de pages : 352
Quatrième de couverture : Ils sont quatre
Quatre héritiers de leurs clans
Ils doivent s’unir pour survivre …
Loups, tigres, aigles et serpents
Quatre clans ennemis …
Les yokaïs , créatures tantôt humaines tantôt animales vivent dans une harmonie fragile …
Sur les terres humaines, la tension est palpable …
Maya, l’héritière du clan des loups et Bregan, des tigres sont les garants de la paix …mais pourront-ils résister à leurs instincts profonds pour sauver leurs tribus?

J’ai profité de l’absence de ma fille pour lui piquer ce premier tome dans sa bibliothèque. Je n’étais pas certaine de l’avoir fini avant son retour… ben si.
Résumer l’histoire est un brin compliqué et c’est la troisième fois que je recommence.

Mika, un jeune Taïgan (humain ayant la capaciténde se transformer en tigre), chasse sous la surveillance de son grand frère, Bregan, mais le gamin n’en fait qu’à sa tête et parvient à s’échapper. Sans s’en rendre compte, il traverse la frontière des Lupaï, le clan des loups, et se retrouve face à Maya. Elle le laisse repartir avec Bregan, ce qui lui aurait causé de graves ennuis si le chaman n’était pas intervenu en sa faveur.
Cela se complique encore lorsqu’une sentinelle Lupaï est retrouvée assassinée par un Taïgan. La paix, jusqu’ici fragile, menace de se rompre. Les héritiers des quatre clans (Taïgan, Lupaï, Rapaï et Serpaï) devront s’allier pour empêcher la guerre d’éclater.

J’ai eu du mal au début à entrer dans l’histoire.
Le contexte est très succinct : Maya, Bregan et les autres Yokaï sont étudiants dans une école fréquentée également par des humains, sur un territoire neutre. Et dans un premier temps, c’est le décor le plus important. C’était un peu trop ado à mon goût et si j’ai adoré les personnages de Nel, la jeune et brillante Rapaï, ou Wan, le Serpaï sadique et tordu, j’ai moins aimé Bregan… enfin, c’est surtout sa relation avec Maya qui m’a laissée indifférente voire un peu saoulée : une sensation de vu et revu.

Au fil des pages, on en apprend davantage sur le passé des clans Yokaï et des humains, mais j’aurais préféré que certaines informations soient lâchées un peu plus tôt, notamment sur les conflits avec les hommes. En fait, je crois que ce qui m’a freinée et frustrée est que je n’arrive pas à situer l’univers créé : il est moderne puisqu’il y a une école avec pas mal d’élèves, j’ai l’impression, leur façon de s’habiller est semblable à la nôtre, de ce que j’en ai relevé, mais les luttes avec les humains ont entraîné une régression… malheureusement, je suis incapable de déterminer jusqu’à quel point… et ça, ça m’a bloquée et m’a empêchée d’apprécier ma lecture à sa juste valeur.

Malgré cela, j’ai bien aimé cette lecture, avec une nette préférence pour les deux derniers tiers. Je lirai assurément le prochain parce que la fin a titillé ma curiosité et j’aimerais connaître la punition qui va frapper nos quatre héritiers.

 

ABC Imaginaire 2021 – lettre O :
13/26

Comme un garçon, tome 4 : Les hommes fragiles – Jenny

Titre : Les hommes fragiles
Saga : Comme un garçon, tome 4
Auteur : Jenny
Éditeur : Delcourt
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : En plus de partager le même intérêt pour Charlotte, Gabriel et Amaury partagent maintenant la même chambre. Ils se lancent un challenge pour savoir qui de l’un ou de l’autre aura les faveurs de la belle. Si le jeu est puéril, leur antagonisme semble se changer en connivence. Gabriel accepte même d’apprendre à nager à Amaury, ce qui, après l’incident de la rivière, ne sera pas chose aisée…

Bon, je croyais que ce quatrième tome était le dernier puisqu’il est sorti en 2019… mais vu la façon dont cela se termine, ce n’est pas la cas. Et je n’ai trouvé aucune information sur la date de sortie du 5.
La couverture laisse présager une histoire de triangle amoureux. Ce qui est le cas. C’est la trame du début mais moins par la suite :

Pour être sur un pied d’égalité par rapport à Charlotte, Amaury change de chambre et s’installe avec Gabriel, ce qui rend ce dernier furieux. Si dans les premiers tomes le blondinet était un vrai connard, il l’est un peu moins dans celui-ci, il essaie de se faire pardonner son comportement au collège… c’est fait de manière maladroite, mais ça le rend touchant.
Le défi de conquérir Charlotte est lancé, mais ce n’est qu’un prétexte : rapidement, le plus important pour chacun des personnages est de dépasser leurs limites.
Amaury apprend à nager pour réaliser son rêve.
Gabriel lutte contre la mauvaise image qu’il a conservée de lui.
Charlie se lance dans l’apprentissage du combat afin de se défendre seul.
Bien sûr, ils se confrontent à des obstacles extérieurs mais aussi intérieurs, notamment leurs peurs.

J’ai bien aimé cette lecture, elle est un peu moins fun que le tome précédent, surtout à la fin où Héloïse, dépitée, reprend son rôle de méchante.
Les dessins sont aussi beaux qu’au début.
J’ai beau chercher, je n’ai rien d’autre à ajouter.

Comme un garçon, tome 3 : Bas les masques – Jenny

Titre : Bas les masques
Saga : Comme un garçon, tome 3
Auteur : Jenny
Éditeur : Delcourt (jeunesse)
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : Charlotte avait parié avec son demi-frère, Xavier, qu’elle passerait une année à la fac déguisée en garçon et sans se faire démasquer ! Ce pari totalement insensé lui pèse fortement car elle aimerait bien vivre son histoire d’amour naissante avec son colocataire, Gabriel. Mais les démons du passé de Gabriel prennent de plus en plus de place et il se pourrait bien que cela ternisse leur histoire de manière radicale.

C’est l’avant-dernier tome de cette saga et l’intrigue avance un peu.
Amaury rencontre Charlotte de façon fort stupide, faut bien le dire. Il découvre qu’elle connaît Charlie et Gabriel. Elle lui plaît bien et décide de la conquérir. À l’idée que cette fille inconnue sorte peut-être avec Charlie, cela fâche Héloïse qui décide de l’inviter à leur partir de poker… cela pose problème : impossible pour notre héroïne de se dédoubler. Mais Gabriel a une solution. Je dois bien avouer que même si cela fait l’affaire de nos héros, c’est un peu gros… mais bon, passons. Du coup, Charlie en abuse et en profite pour reprendre son apparence, participer à l’une des soirées d’Amaury qui tourne mal, etc.
C’est à partir de là que les choses évoluent : Charlie en a marre de la situation, et fait tout pour que Gabriel abandonne ses idées de vengeance.

J’ai adoré ce troisième tome :
– l’auteur use et abuse des têtes SuperDeformed des personnages et c’était du bonheur, allié aux situations amusantes c’était super drôle. J’ai beaucoup ri.
– la fête d’Amaury est costumée et j’ai pris beaucoup de plaisir à détailler chaque vignette où les personnages sont déguisés pour trouver les références geekesques.
– l’introduction d’un nouveau personnage, Thomas, qui est drôle et ajoute de la fraîcheur au récit.
– les passages où ils sont entre potes et surtout au camping m’ont plu et apaisé.
l’évolution des personnages :
Amaury sous ses airs arrogants et plein d’assurance dévoile une faiblesse et une phobie qui le rendent plus humain
Gabriel se montre moins froid, il laisse deviner ses sentiments au lecteur. Il n’est pas que jaloux d’Amaury, il a peur de perdre Charlotte à qui il tient de plus en plus.

J’ai adoré ce troisième tome et je suis ravie d’avoir le quatrième que je vais lire dans l’après-midi.

Sous les arbres, tome 3 : Un chouette été – Dav

Titre : Un chouette été
Saga : Sous les arbres, tome 3
Auteur : Dav
Éditeur : La gouttière
Nombre de pages : 32
Quatrième de couverture : C’est l’été, les cris et les rires des enfants jouant au ballon résonnent sous les arbres au soleil. Mais pour les animaux, le temps de l’enfance est loin, et peu d’entre eux s’en souviennent. C’est peut-être le moment de le retrouver.

Décidément, je suis fan de cette saga et ce troisième tome est de loin mon préféré.
C’est une lecture idéale pour l’été, même si actuellement le temps pluvieux ne se prête pas trop aux jeux d’eau.

Monsieur Chouette vit au bord d’une mare où un souriceau et deux jeunes écureuils viennent y jouer. Ils font du bruit, ce qui dérange les habitants. Un jour, leur balle atterrit chez monsieur Chouette qui, désirant sa tranquillité, refuse de leur rendre. Le soir, il balance la balle dans la mare et marque un panier sans le vouloir… cela le titille de réessayer.

Ce troisième tome m’a mis de bonne humeur, peut-être même plus que les deux précédents.
Les personnages sont attachants : les enfants s’amusent et ne font pas sciemment du bruit, ils se montrent polis même quand leur ballon ne leur est pas rendu.
Monsieur Chouette n’est pas un mauvais bougre : on est en journée, il a envie de se reposer… on ne peut pas lui en vouloir, surtout que la tête qu’il tire dans l’intimité le rend tellement sympathique ! J’aime tellement ce côté humain qui transparaît dans chacun des personnages de Sous les arbres. Même le crapaud m’a plu, alors qu’il est grincheux number one.

Comme dans les tomes précédents, il y a peu de dialogues, et on n’en a pas besoin ; les dessins parlent d’eux-mêmes : le visage expressif des personnages, leur posture,…
J’adore les illustrations, les couleurs sont harmonieuses, typiques de la saison estivale… j’ai eu l’impression de partir en vacances.
C’est un gros coup de cœur pour ce troisième tome.