Seuls, tome 06 : La quatrième dimension et demie – Fabien Vehlmann & Bruno Gazzotti

Titre: La quatrième dimension et demie
Saga: Seuls, tome 06
Auteurs: Fabien Vehlmann & Bruno Gazzotti
Éditeur: Dupuis
Nombre de pages: 48
Quatrième de couvertureÀ la fin du premier cycle, les cinq enfants faisaient une terrible découverte : ils sont morts ! Ils réagissent de manière différente à cette macabre nouvelle : Camille décide d’organiser leurs funérailles, Yvan tente une séance de spiritisme « inversée » (pour entrer en contact avec les vivants), Leïla décide d’enquêter sur sa propre mort et Dodji ne renonce pas à chercher un moyen de quitter cet endroit, ni enfer, ni paradis, mais où l’on peut toujours souffrir…

Je n’ai pas résisté, il a fallu que je commence le 6 sans plus attendre.
Dès le début, les héros discutent de la révélation finale du 5 et de ce qui sonnerait comme des incohérences dans cette vérité. En même temps, ils ne peuvent pas nier que Dodji et Saul sont revenus à la vie… Enfin, si je puis dire.
Inutile de préciser que le retour de Saul amène également celui du clan du requin, maintenant renommé le clan du soleil. Et sans surprise, le blondinet tyrannique cherche les ennuis. Il s’ensuit donc une guerre dont le groupe de Leïla (c’est elle la chef maintenant) est loin d’être vainqueur.

Avec ses affrontements, on perd à nouveau de vue toutes l’intrigue principale et c’est dommage.
Autant ne pas mâcher mes mots, je n’ai pas aimé ce sixième tome. 90% de ce qui s’y passe était prévisible… C’était couru qu’à partir du moment où Saul revenait, il foutait la merde. Je ne comprends pas que le connaissant, ils ne lui aient pas foutu une balle entre les deux yeux quand ça a commencé, pas non plus qu’ils soient entrer dans leur jeu en marquant leur territoire… Vu leur infériorité numérique, ils ne pouvaient que perdre.

J’ai eu la désagréable sensation que c’était un épisode bouche-trou en attendant le 7.
Il se passe quand même deux faits importants à la fin : l’un avec les changements de limites de la zone rouge – quelles conséquences vont en découler ? – et l’autre se passe dans le Monolithe, sur la dernière page – on peut émettre pas mal d’hypothèses, mais il nous manque des informations pour que ce soit vraiment clair.
Donc comme je l’ai dit plus haut, je n’ai pas aimé cette lecture, ça n’avance pas.

Seuls, tome 05 : Au cœur du Maelström – Fabien Vehlmann & Bruno Gazzotti

Titre: Au cœur du Maelström
Saga: Seuls, tome 05
Auteurs: Fabien Vehlmann & Bruno Gazzotti
Éditeur: Dupuis
Nombre de pages: 48
Quatrième de couvertureDans une ville dont les habitants ont mystérieusement disparu, cinq enfants vont devoir apprendre à se débrouiller seuls. Mais le règne de la débrouille a fait place à celui de la survie ! Au fil des cinq albums, Dodji, Leïla, Camille, Yvan et Terry ont affronté des dangers toujours plus inquiétants et angoissants : les animaux échappés du cirque, l’adolescent attardé mental fan de couteaux, le jeune nazillon qui tyrannisait les enfants occupant un parc d’attractions, les singes kidnappeurs au comportement étrange et ultraviolent… Et pourtant, ils n’ont encore rien vu ! Suite à la mort de Dodji, leur leader naturel, les enfants décident de partir explorer la mystérieuse zone rouge. Mauvaise idée : tout se déglingue et le jeune Terry est poursuivi par Alexandre et Sélène, les deux jeunes redoutables archers qui, visiblement, ne lui veulent pas du bien.

J’ai lu le quatrième il n’y a pas si longtemps, mais je n’en ai que de vagues réminiscences, c’est dire s’il m’a laissé un souvenir impérissable.
Le groupe s’organise dans leur camp et partage leurs connaissances. L’élection pour désigner un chef se rapproche, mais un événement vient accélérer les choses : Dodji qui avait quitté le clan est retrouvé mort : tombé du toit et surtout une balle dans le torse. Certains veulent fuir, d’autres rester.
Finalement, ils décident de dépasser la limite des cairns rouges et d’explorer la zone en traversant la frontière protégée par les singes. D’ailleurs, ils y arrivent sans encombre… Est-ce la voiture qui a arrêté les primates, la pluie ou ont-ils reçu des ordres ? J’ai trouvé ça aussi bizarre que trop facile.

Bien entendu, nos héros ne sont au bout de leurs peines et ils devront affronter quelques obstacles dans la zone rouge au point qu’ils sont forcés de revenir au camp avec rien d’autres que de nouvelles questions qui tournent autour du monolithe.
On pourrait se plaindre que ça commence à faire beaucoup d’interrogations et aucune réponse à l’horizon… Ben dans ce tome-ci, dès qu’ils sont rentrés et grâce au retour de deux personnages, on a droit à un début d’explication sur ce qui est arrivé à nos héros avant le premier tome.
On ignore toujours la raison pour laquelle il n’y a pas d’adultes, mais j’espère en savoir davantage sur le sujet dans le sixième volume.

J’ai beaucoup aimé cet épisode, bien mieux que le précédent et j’ai hâte de lire le prochain, ce qui ne devrait pas tarder puisque je l’ai emprunté à la médiathèque et que je devrais tout rendre dans deux semaines.

Le souper des maléfices – Christophe Arleston

Titre: Le souper des maléfices
Auteur: Christophe Arleston
Éditeur: ActuSF
Nombre de pages: 377
Quatrième de couverture: Zéphyrelle se voit confier sa première mission par le dynarque de Slarance : démasquer les trafics d’un duc-marchand qui empoisonne lentement la cité. Une dangereuse enquête qui la conduit du monde haut en couleurs des quais et des tavernes à matelots jusqu’aux plus feutrés des cabinets du pouvoir. Mais l’intervention inattendue d’un cuisinier amoureux et de son grimoire de recettes magiques va compliquer l’affaire…
Des personnages attachants, une aventure captivante et la touche d’humour propre à l’auteur de Lanfeust de Troy : Soupers et Maléfices est un roman qui se dévore avec passion.

J’ai commencé cette lecture fin du mois de mars, j’avais super bien avancé puis je l’ai mise en pause une fois arrivée au dernier quart pour pouvoir avancer dans mon challenge Tournoi des 3 sorciers. M’arrêter a été une vraie torture tant ce roman est entêtant.

Deux personnages se croisent et s’entrecroisent.
Zéphyrelle, jeune agent, se retrouve au poste d’espionne pour le compte du dynarque (souverain) Ib Morkedai dont tous les agents ont été assassinés alors qu’ils enquêtaient sur l’apparition d’un blé pauvre et responsable d’addiction à cette céréale, mais également de morts étranges. Zéphyrelle est chargée de poursuivre discrètement les investigations, ce qu’elle fait grâce à de nombreux et fréquents déguisements. Sa route croise plusieurs fois Fanalpe, cuisinier du duc Plucharmoy. Le jeune homme semble s’intéresser particulièrement au blé, faisant le tour des moulins en quête de blé sain… À moins que ce ne soit pour vérifier que le blé pauvre et stérile a complètement remplacé le bon.

Il n’y a qu’un point qui m’a laissée perplexe, c’est le fait que Zéphyrelle revêt costumes après costumes… D’où ils viennent ? Aucune idée, mais elle peut passer du ramoneur à la vieille dame à livreur, à page, etc. sans soucis et ce, en moins de temps qu’il ne faut pour dire ouf. À un moment, une explication est vaguement donnée sur la manière dont elle s’y prend (le passage avec le béret) mais ça ne m’a pas convaincue.
À part ce détail qui m’a fait grincer des dents, j’ai adoré l’univers. Parfois, j’ai eu l’étrange sensation de me retrouver dans une ambiance similaire à celle du cycle d’Alamänder, c’était assez perturbant parce que je m’attendais à ce que le gobelin surgisse au détour d’une page, mais ce ne fut heureusement pas le cas.

Je me suis attachée sans aucun problème aux personnages principaux : Zéphyrelle est aussi astucieuse qu’intelligente ce qui ne l’empêche pas de se tromper dans ses déductions. Fanalpe est sympathique et passionné par son métier, ça me donnait presque envie de réaliser ses recettes, par contre, avec Fiollula, c’est une andouille finie. Ib Morkedai est un génie, ses déductions tombent justes, et j’ai adoré lire ses explications – ses rares dialogues avec Nuchet m’ont fait triper. J’ai également apprécié le grand Gunfron, sa façon d’être, ses relations sociales… directes et rafraîchissantes.

L’histoire est rondement menée. Des pistes sont lancées de-ci de-là. Elles ne sont pas particulièrement difficiles à trier, à séparer ou à suivre, elles ne sont pas non plus prévisibles, mais c’est surtout que tout s’emboîte parfaitement bien et j’ai trouvé ça génial… du grand art.
Bref, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman et c’est indéniablement un groooos coup de cœur.

Challenge Tournoi des 3 Sorciers :
Expelliarmus (Sortilèges – 5ème année) – Un livre dont vous vous êtes séparés après l’avoir lu – 50 points

Les âmes croisées – Pierre Bottero

Titre: Les âmes croisées
Auteur: Pierre Bottero
Éditeur: Rageot
Nombre de pages: 439
Quatrième de couverture: “Qui veux-tu être, Nawel ? Qui veux-tu vraiment être ?”
Elle le savait désormais.
-Je me nomme Nawel Hélianthas…
Un vœu, un simple choix, possédait-il le pouvoir d’orienter une existence entière ?
– Je sollicite le droit et l’honneur de revêtir…
Un mot, un unique mot pouvait-il devenir une clé ?

Ça fait super longtemps que j’ai ce roman dans ma PàL, et malgré les bons échos que j’en ai eu, j’y ai été à reculons. J’ignore pourquoi… La couverture me plaisait bien, mais ce n’était pas le cas du titre ni même de la quatrième de couverture. Sans compter que j’avais peur d’être bloquée avec un roman à plus de 400 pages…
Des craintes ridicules…

J’ai particulièrement adoré l’univers : complexe mais dépeint de manière simple par le biais des personnages qui sont Aspirants… En résumé, ils sont étudiants faisant partie de la classe privilégiée d’AnkNor : les Perles. Quel meilleur moyen de décrire le monde que de suivre, à travers les cours ou ses relations aux autres, l’une de ces Aspirantes Nawel Hélianthas qui rêve de revêtir la robe de Mage ? A quelques jours de la cérémonie qui permettra aux élèves d’émettre leurs vœux, les enseignants sont plus intransigeants les interrogeant durement sur leurs connaissances.
Le jour où Nawel se rend dans la partie pauvre d’AnkNor, habitée par les Cendres. Une bousculade, une décision hâtive et irréfléchie vont changer à jamais sa vie.

Alors que dans les premiers chapitres, j’appréciais énormément l’héroïne : elle a du caractère et ne se laisse pas marcher sur les pieds tout en se montrant respectueuse (dans une certaine mesure), du moment que son chemin la mène dans la basse-ville, j’ai détesté le visage méprisant qu’elle dévoile. Par la suite, elle prend cher ce qui est une bonne chose puisque cela la façonne jusqu’à lui permettre de répondre à cette question qui la hante : “Qui veux-tu être, Nawel ?”.
J’aime énormément la caste qu’elle finit par choisir et je trouve les personnages qui l’entourent aussi attachants que charismatiques. J’ai presque regretté que le roman soit si court, ça aurait mérité un développement plus long.
Je crois que ce que j’ai préféré, ce sont les scènes de combat. Elles sont rapides, mais  brillamment rythmées. Il n’y a pas un seul passage de trop, pas un seul qui m’a déplu et c’est super agréable d’arriver à cette conclusion.

La fin est surprenante, et si je ne m’y attendais pas, j’espérais au moins que cela ne se termine pas ainsi… une fin ouverte et malheureusement pas de suite. Dommage.
Je ne vois pas ce que je pourrais dire d’autre sur cette lecture, si ce n’est que c’est un gros coup de cœur.

Challenge Tournoi des 3 Sorciers :
Cédric Diggory (Item éphémère – du 1er au 14 avril 2019) – Un livre à la couverture majoritairement jaune – 50 points

La magie de Paris, tome 1 : Le cœur et le sabre – Olivier Gay

Titre: Le cœur et le sabre
Saga: La magie de Paris, tome 1
Auteur: Olivier Gay
Éditeur: Castelmore
Format: E-Book
Nombre de pages: 319
Quatrième de couvertureChloé, élève en seconde, assiste un jour par hasard à un combat à l’épée entre Thomas, un élève d’une autre classe qu’elle connaît à peine, et une sorte de démon. L’adolescente tente d’intervenir mais est blessée et perd connaissance. A son réveil, la créature est morte et Thomas lui explique qu’il est un mage et que sa mission est de repérer et fermer les failles vers le monde des démons.

J’ai à peine commencé que je sens que cette chronique va être difficile à écrire. Ne sachant par où débuter, allons-y gaiement avec le titre de la saga. La magie de Paris, avec un tel nom pas de doute possible, cette lecture rentre parfaitement dans l’item éphémère du Tournoi des 3 sorciers Fleur Delacour, un livre dont l’histoire se déroule en France, en l’occurrence dans la capitale française pour celui-ci.

Chloé est en première. Elle fait de l’escrime et est particulièrement douée pour se sport au point de passer en compétition régionale. Alors qu’elle s’entraîne, elle surprend Thomas, le petit nouveau de la classe, en plein combat à l’épée. Il apparaît rapidement à la jeune fille que son camarade est en mauvaise posture, donc elle intervient, le défend et lui offre le temps nécessaire pour incanter un sort. Malheureusement, elle est gravement blessée et pour la sauver, l’adolescent la lie à lui.

Le début ne m’a pas convaincue, peut-être parce que Chloé me laisse froide, ce qui est étonnant car avec un récit à la première personne, je devrais sans problème m’attacher au personnage, or ce n’est pas le cas. Je l’ai trouvée peu convaincante, pas assez réelle ou peut-être pas assez intéressante. Je ne saurais pas dire, mais quelque chose n’est pas passé entre elle et moi.
Pourtant, j’ai trouvé la trame principale intéressante, même si j’aurais préféré que les Goules ou les combats me fassent trembler de peur, d’angoisse ou simplement d’excitation… Un peu comme la dernière bataille.

Le style narratif est simple. La façon de parler des personnages est compréhensible malgré leur âge, pas trop d’expression WTF donc ça passe. À travers le roman, on a un certain nombre de références cinématographiques, mangaesques… J’ai regretté cependant qu’elles soient si bateau – je comprends ce choix, pour que le lectorat s’y retrouve, mais deux ou trois références un peu plus pointues aurait été un gros plus pour moi : Chloé évoque plusieurs fois le mot “manga” et le seul nom qu’on se tape, c’est Luffy… C’est faible comme référence.
Heureusement, le personnage de Thomas a sauvé ma lecture. Je l’ai trouvé sympa et drôle. Je me suis souvent prise à rire de ses échanges avec Chloé.
Et autre point positif : l’épilogue. Il est top, la révélation finale m’a laissée bouche bée, c’est vraiment bien joué.

En résumé, un début auquel j’ai eu du mal à accrocher. Une histoire qui progressivement prend de l’ampleur et s’intensifie au fil des pages. Des personnages secondaires susceptibles d’être plus intéressants que le personnage principal. Une révélation finale étonnante qui le donne envie de découvrir la suite. Un recit rapide et plaisant à lire.
Je pense que je peux dire que j’ai bien aimé cette lecture.

Challenge Tournoi des 3 Sorciers :
Fleur Delacour (Item éphémère – du 1er au 14 avril 2019) – Un livre dont l’histoire se passe en France – 70 points