Moi, peur des chevaux ? – Gudule

Titre: Moi, peur des chevaux ?
Auteur: Gudule
Éditeur: Mic_Mac
Nombre de pages: 135
Quatrième de couvertureTrois histoires où vibre l’amour du cheval, pour les vrais passionnés d’équitation.
Les vacances de Lili commencent bien mal : sa cousine Valentine a reçu une jument pour son anniversaire. Or, si Valentine est une excellente cavalière, Lili, elle, a une peur bleue des chevaux. Voilà qui ne va pas simplifier leurs rapports. Sauf si Pizza y met du sien, bien entendu !
Mounette n’a qu’un seul désir dans l’existence : posséder un cheval. Aussi quand, par le biais d’une émission de radio, son rêve se réalise, son bonheur est sans borne. Mais c’est compter sans ses parents, qui ne l’entendent pas de cette oreille…
Lorsqu’elle était jeune, la grand-mère de Barbara voulait être écuyère. Hélas, un événement survenu dans son enfance l’en a empêchée. Que s’est-il passé, cette nuit-là, chez la petite Marie ? Barbara va tenter à le découvrir et, pourquoi pas ? s’efforcer de modifier le passé.

Ce petit livre abrite trois nouvelles ayant toutes un rapport avec les chevaux.

La première, Moi, peur des chevaux ?, nous conte l’histoire de Lili qui passe ses vacances chez sa cousine Valentine. Cette dernière est ravie de lui montrer le cadeau d’anniversaire qu’elle a reçu : un cheval, et compte bien passer les vacances à monter. Ça n’est pas du goût de Lili qui est terrorisée par les canassons. Elle trouve un compromis en proposant à sa cousine de jouer à la princesse secourue par un chevalier et son destrier. Tout se passe bien jusqu’au moment ou Lili se rend compte qu’elle a perdu un bracelet d’une grande valeur sentimentale.
L’histoire était sympathique, c’était frais et ça avait un air de vacances. J’ai bien aimé Lili, Valentine m’a un peu saoulée. Et la fin était surprenante : rien n’indiquait ce qui allait se produire.

La seconde, La lampe d’Aladin, nous place dans les années 50. On découvre Mounette, une fillette parisienne qui rêverait de posséder un cheval, mais ses parents étant épiciers, ils n’ont pas les moyens. Elle rêve de passer à l’émission de radio La lampe d’Aladin qui offre au gagnant tiré au sort ce qu’il désire. Les enfants de son âge se voit offrir la possibilité de tenter leur chance à condition d’écrire une lettre.
J’ai beaucoup aimé cette seconde nouvelle. Mounette est bien dépeinte et on se prend à rêver avec elle de ce cheval.

La troisième histoire, La poupée aux yeux vivants, est sûrement ma préférée. Barbara aime quand sa grand-mère lui raconte l’anniversaire où elle s’est vu offrir un cheval lorsqu’elle était enfant, un récit agrémenté de tous les rêves qu’elle entretenait. Malheureusement, le cheval a disparu dans la nuit et la grand-mère accuse sa poupée d’en avoir été responsable. Après l’avoir entendue pour la énième fois, Barbara observe la photo prise à l’époque et par sa volonté, réussit à revenir dans le passée en pensée. Son but est de découvrir ce qui est advenu cette nuit-là mais cela se complique lorsqu’elle intervient.
C’est un sujet traité en long, en large et en travers dans bon nombre de livre : modifier le passé a forcément une incidence plus où moins grave sur le présent de l’intervenant, pourtant, j’ai aimé cette histoire de par sa cohérence autant que grâce au personnage de Barbara.

Gros bémol sur cette édition : malgré des textes courts, il y a énormément de coquilles. Ça arrive dans les livres, surtout de petites maisons d’édition, je ne le signale pas forcément, à moins que ca foisonne comme c’est le cas ici : des s oubliés, des mots manquants, quelques lettres disparues. Et j’ai trouvé ça dommage, ça a pas mal freiné ma lecture.
C’était une lecture plaisante qui s’est laissée lire.

The promised neverland, tome 1 – Kaiu Shirai & Posuka Demisu

Titre: The promised neverland, tome 1
Scénario: Kaiu Shirai
Dessin: Posuka Demisu
Éditeur: Kazé
Nombre de pages: 192
Quatrième de couvertureEmma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

J’ai pas mal entendu parlé de ce manga et on me l’a plusieurs fois conseillé. Je dois bien avouer que l’histoire est sympa, même si certains aspects sont un peu prévisibles.

Emma, Norman et Ray ont onze ans. Ils vivent dans un orphelinat et aident Maman, seule adulte et directrice de l’établissement, à s’occuper des plus jeunes. Tous trois sont particulièrement intelligents, ont des résultats brillants aux tests et leurs atouts qui compensent la faiblesse de l’autre.
Une règle est imposée : ils n’ont pas le droit d’aller jusqu’au portail ni de passer la barrière qui entoure l’orphelinat, l’extérieur étant dangereux d’après la directrice. Ma première pensée fut qu’ils étaient parqués comme du bétail. De là à dire que j’ai tapé dans le mille, y a pas loin. Prévisible ? Qui a dit que c’était prévisible ?
Quand Emma et Norman désobéissent en se rendant au portail, ils découvrent ce qui arrive aux enfants qui ont été adoptés. À partir de là, ils n’ont qu’un but : s’enfuir. Seul souci, ils ignorent ce qui les attends dehors.
Je dois bien avouer que ça a piqué ma curiosité et aucune des hypothèses énoncées par les trois protagonistes n’est satisfaisante.

Le seul bémol en ce qui me concerne : les dessins. Je les ai trouvés très moches et inégalement moches. Les personnages sont mal dessinés et pire que ça, ils ne se ressemble pas d’une planche à l’autre. À part Emma qui, en raison de sa coupe de cheveux très caractéristique, ne laisse aucun doute quant à son identité, ce n’est pas le cas des autres qui sont parfois difficilement reconnaissables.
Pour moi, c’est vraiment rédhibitoire.

Un avis en demi-teinte, une bonne lecture sans plus. A voir ce que le second tome donnera…

Les Aventuriers de la Mer, tome 9 : Les Marches du trône – Robin Hobb

Titre: Les Marches du trône
Saga: Les Aventuriers de la Mer, tome 9
Auteur: Robin Hobb
Éditeur: J’ai Lu
Nombre de pages: 376
Quatrième de couverture: Avec Mère à son bord, Parangon peut enfin retrouver son intégrité perdue, un visage, et peut-être même la vue. Il ne lui en faudra pas moins pour affronter la Vivacia, sur laquelle Kennit règne toujours en maître, au point qu’il fait d’Althéa, la propriétaire légitime de la vivenef, sa prisonnière ! Mais il faut croire que la chance insolente qui a si bien servi le pirate jusqu’ici l’a quitté : la flotte jamaillienne, bien décidée à ne pas le laisser retenir plus longtemps le gouverneur Gosco et Malta en otages, lui fait échec. Tintaglia, le dernier dragon de Clochetinte, toujours à la recherche de cette dernière, vient elle aussi déranger ses plans. Quant aux serpents, il n’auraient pas pu trouver meilleur moment pour le laisser tomber…

Ça y est, le dernier tome des aventuriers de la mer est terminé. Il était tellement passionnant que le lire ne m’a pris beaucoup de temps : seulement trois petits jours.

Je ne m’attendais pas du tout à ce dénouement. Je n’ai bien entendu eu aucune difficulté à entrevoir que le destin allait mener tous les personnages sur Vivacia, une déduction plus que facile puisque :
– Althéa est déjà sur le bateau avec Hiémain et Kennit.
– Paragon a révélé à Brashen que la jeune femme était vivante, ils mettent au point un plan pour échanger la mère du pirate contre la prisonnière.
– le gouverneur Cosgo et Malta doivent être remis à Kennit par le capitaine Rouge du Bouffon comme un butin.
– Tintaglia tient parole et mène Reyn vers sa bien-aimée.
Mais dans cet ultime volet, trois choses m’ont déçue :
– la réaction de Hiémain face à l’histoire de sa tante, malgré cela, il reste attaché à son capitaine
– le fait que Kennit n’ait pas chu de son piédestal, ce sale manipulateur ne méritait que cela
– la rencontre entre Ambre et Hiémain, elle cherche depuis longtemps l’esclave à neuf doigts sans qu’on sache pourquoi et quand elle le trouve enfin, elle lui sort un speech tout pourri qui ne semble pas changer le destin de l’ancien prêtre de Sâ.
C’est pas énorme comme déceptions mais je voulais le préciser.
LE gros point fort est qu’on a l’histoire complète de Parangon. Tout ce qu’il a vécu en raison des choix des membres de sa famille. On en savait un bout mais je n’arrivais pas à retracer son parcours chronologiquement avec ses retours à Terrilville, les accusations d’avoir tué sa famille, sa culpabilité, etc. Là, j’ai pu et c’était pleinement satisfaisant.

J’ai adoré ce neuvième tome. Comme chaque fois que j’arrive au terme d’une saga que j’aime, je me sens triste, vide… orpheline.
J’hésite à commencer la saga l’Assassin Royal, j’ai peur que la saga soit moins bien, de ne pas réussir à m’attacher aux personnages comme je me suis attachée à ceux des Aventuriers de la mer… Et puis, je sais que si je ne retrouve pas des anecdotes sur Terrilville et compagnie, je vais être déçue.

Les Aventuriers de la Mer, tome 8 : Ombres et flammes – Robin Hobb

Titre: Ombres et flammes
Saga: Les Aventuriers de la Mer, tome 8
Auteur: Robin Hobb
Éditeur: J’ai Lu
Nombre de pages: 377
Quatrième de couvertureLes choses sont allées trop loin, bien trop loin, pour espérer éviter une bataille ouverte entre la Vivacia, sur laquelle le capitaine Kennit règne sans partage, et le Parangon, le navire fou appareillé par Althéa et les siens. Et tandis que le dragon tient à distance de Terrilville les envahisseurs chalcédiens, des alliances politiques se trament dans l’ombre. Mais impliquer Tintaglia dans la sauvegarde de la ville et dans la recherche de Malta n’est pas sans conséquences, d’autant que cette dernière est maintenant l’otage de pirates pour le moins cupides…

Comme annoncé il y a quelques jours, je continue mon avancée dans les aventuriers de la mer avec l’avant-dernier tome de cette saga.
La lecture du précédent est tellement proche que j’ai du mal à savoir ou il s’est arrêté et ou commence le 8ème.

Parangon a de nouveau tué, Brashen le punit mais cela ne sert pas à grand chose au final. La vivenef parvient à guider son équipage jusqu’à Partage. Quelques hommes de confiance descendent dans la ville des pirates pour prendre des renseignements sur Kennit et Vivacia mais au retour, rien ne se passe comme prévu.
Keffria, Selden et Reyn arrivent à Terrilville pour découvrir un port dévasté par une guerre civile, heureusement que Grag, qui faisait surveiller les quais, est là pour les accueillir. Les choses empirent quand les Chalcédiens envahissent le port. Tous à Terrilville décident de s’unir.
Tintaglia prend la résolution de sauver sa race en aidant les serpents à migrer vers les zones de nidification mais pour cela, elle a besoin que les humains l’aident à terrasser le fleuve. Elle essaie de parler aux Marchand des Pluies mais ils ont trop peur. Elle décide donc de rejoindre Reyn à Terrilville.
Vivacia réussit à manipuler les serpents un temps, mais ils s’interrogent sur les motivations de la vivenef. Kennit continue à manipuler son petit monde. Hiémain s’interroge sur l’insignifiance de sa vie à bord maintenant que Foudre est là ; c’est Etta qui le pousse à réfléchir et lui permet de trouver sa voie.
Malta essaie désespérément de survivre aux côtés de l’indolent Gouverneur Cosgo et de Keki, sa compagne agonisante qui malgré son état lui donne les clés de sa survie. Ils sont toujours sur la galère Chalcédienne et ça ne s’améliore que lorsque Malta prend conscience du rôle qu’elle doit jouer si elle veut s’en sortir.

J’ai dévoré ce huitième tome au point que je lui aurais volontiers abandonné quelques heures de sommeil pour pouvoir avancer.
J’ai aimé retrouver les personnages, je suis incapable de prévoir ce qu’il va se passer au fil des pages tant il y a de possibilités. Je sais juste que j’étais impatiente de poursuivre.
Dans ce 8ème tome, on a droit à quelques révélations, la plus importante pour moi et que j’attendais depuis le début de la saga : un morceau du passé de Parangon. Qu’a-t-il vécu pour devenir fou ? On n’a pas tous les détails mais suffisamment pour comprendre. On en apprend également davantage sur Kennit. C’est un personnage que je n’appréciais déjà pas, maintenant qu’il se croit le roi du monde, je l’aime encore moins, il en devient presque stupide… peut-être est-ce la peur qui le rend ainsi.

J’ai adoré cet avant-dernier volet. J’ai hâte de connaître la suite, c’est pourquoi je commence sans tarder le 9ème tome.

Nuits de Lorraine – Collectif

Titre: Nuits de Lorraine
Auteur: Aaron Judas, Aude Cenga, Patrick Godard, Ambroise Dehaye
Éditeur: Luciférines
Nombre de pages: 90
Quatrième de couvertureLégendes urbaines ou venues du fond des campagnes, nos régions aussi ont leurs histoires à faire peur. En 4 nouvelles, le patrimoine lorrain est revisité par des auteurs bien décidés à secouer la littérature du terroir. Vous saurez tout des mésaventures d’une petite fille le jour de la Saint Nicolas, du vrai mystère de la bête des Vosges, ou des protecteurs de la cathédrale St Epvre. Les pages documentaire qui accompagnent les textes proposent un tourisme d’un nouveau genre qui, derrière ses airs inquiétants et décalés, nous rappelle les richesses du pays de la mirabelle.

Ce n’est plus à prouver, puisque j’ai tous les livres qui sont parus chez les Luciférines – ils m’en restent quelques uns à lire et à chroniquer – mais il est toujours bon de répéter que j’aime cette maison d’édition. Donc quand elle a lancé son projet Ulule pour Nuits de Lorraine et Nuits d’Alsace (qui est prévu pour septembre), je n’ai pas hésité à participer. J’ai eu la chance de récupérer mon anthologie lors des Imaginales 2018 et de me le faire dédicacer par trois des quatre auteurs.
Le but de cette collection est de faire découvrir au lecteur des légendes régionales horrifiques écrites par des auteurs locaux. Je simplifie à l’extrême mais c’est cela.

Le recueil est composé de 4 récits suivis chacun d’un texte nous présentant la légende en question.
Bête de Aaron Judas :
On commence l’histoire dans la peau d’un homme entouré de mystère et qui décide de dévoiler la vérité suite à l’assassinat d’un groupe de jeunes gens. Puis une fois l’introduction passée, on suit une journaliste, Julia. Elle a rendez-vous avec l’homme du début et on sait qu’il va lui révéler la vérité sur la Bête.
L’histoire est tellement bien faite que je me suis laissé berner dès le début. Cependant, je me suis rapidement méfiée de mes déductions que je trouvais trop faciles, mais j’ai été incapable de déterminer ce qui sonnait faux dans cette introduction. Finalement, la fin m’a prise au dépourvu, ça n’arrive pas souvent et ça rend l’histoire d’autant plus plaisante.
Les cadeaux du Père Fouettard de Aude Cenga :
La fillette, Sonia, se lève au matin du 6 décembre et découvre sous le sapin des légumes et un denier en chocolat abîmé… enfin, elle croit qu’il est en chocolat.
Impossible d’en dire plus sur l’histoire sans tout spoiler.
C’est une nouvelle courte. La fin est prévisible, mais il ne pouvait pas en être autrement. Cela n’empêche pas le récit d’être prenant et connaissant la famille de l’enfant à travers ses yeux, on ne peut que stresser pour elle.
Est-ce ainsi qu’il faille que je meure de Patrick Godard :
Le narrateur nous conte son passé et la manière dont il est devenu l’ennemi public numéro un. Il se cache dans une cabane jusqu’au jour ou la Mesnie Hellequin vient.
J’avoue que la légende de la Mesnie Hellequin ne me disait rien jusqu’à l’explication… la chasse sauvage, ça me parle davantage. J’ai trouvé le récit passé du narrateur très réaliste et juste horrible ! Je ne m’attendais à rien quant à cette nouvelle, je me suis laissé porter par l’histoire et j’ai bien apprécié.
Voix de Basilique de Ambroise Dehaye :
Katrine est une taggueuse de rue. Elle et ses acolytes entrent de nuit dans la basilique de St Epvre. Lorsque la police intervient, elle est séparée du groupe et est enfermée à l’intérieur du lieu saint. C’est alors que les saints sculptés apparaissent ailleurs qu’à leur place d’origine. Se sont-ils déplacés seuls, est-ce le délire de Katrine ?
Une question intéressante qui ne trouvera pas de réponse : l’auteur laisse au lecteur se faire sa propre idée de la fin. Personnellement, ça m’a frustrée de rester dans le doute. D’autant que ce récit appelle également d’autres questions, mais autant vous laisser les découvrir.

Trois gros points forts sont à noter dans cette anthologie :
Découvrir de nouvelles légendes, on ne les connaît pas forcément toutes, même quand elles sont de nos contrées.
Son petit prix, seulement 8,50€.
– Le troisième détail qui ajoute du cachet au recueil ; on a quand même droit à deux illustrations sympathiques pour nous mettre un peu plus dans l’ambiance. Sans compter que je n’ai pas parlé de la couverture que je trouve vraiment chouette.

C’est un coup de cœur pour cette lecture.