Jeu de piste “Sur les traces du mal” à travers Strasbourg

Bonsoir jeunes filles,

Halloween n’est pas un soir comme les autres. C’est le soir de tous les possibles. Le soir où le voile entre les mondes est le plus fin… Nous pourrions jouer à nous faire peur, mais ce ne sera pas le cas.
C’est le soir idéal pour permettre au mal de s’étendre à travers le monde. Strasbourg n’est pas une zone de non-droit en la matière. Dans des temps plus ou moins lointains, les ténèbres se sont abattues dans plusieurs endroits du centre-ville.
Je vous propose donc de partir sur les traces du mal.

Donner aux joueurs un plan sans indice et sans nom de rue allant du point de départ jusqu’à la fontaine de Janus (18 place Broglie).


Fontaine de Janus

Organiser un pictionary : dessiner les titres de contes pour recevoir des morceaux de phrases.
(8 noms de contes : la belle et la bête, le briquet, la petite sirène, le petit chaperon rouge, la petite fille aux allumettes, le joueur de flûte de Hamelin, le petit Poucet, la princesse au petit pois)

  1. La fontaine de Janus a été dessinée par le célèbre Tomi Ungerer en 1988, pour les 2000 ans de la ville de Strasbourg.

  2. Le morceau d’aqueduc est formé de 5000 briques maçonnées autour d’une structure en béton. Il rappelle les origines romaines de la cité.

  3. D’un côté se trouve l’inscription “Argentoratum MM” (nom latin de Strasbourg) et de l’autre “Strasbourg 2000”

  4. Au centre de l’aqueduc, se trouve la tête du dieu Janus, un dieu à deux visages, qui illustre la bipolarité de Strasbourg, la ville des routes partagée entre France et Allemagne. Un des visages regarde vers le centre historique de Strasbourg et l’autre vers la Neustadt.

  5. Janus est le dieu romain des commencements et des fins.

  6. Il représente également l’antagonisme entre le bien et le mal avec ses deux visages.

  7. Traversez la place Broglie pour rejoindre la rue de la Comédie. Puis prenez la première à gauche et remontez la rue brûlée jusqu’au bout. Traversez jusqu’à la Nouvelle Poste. Prenez la rue de l’Arc-en-Ciel.

  8. Arrêtez-vous devant la statue de la place St Étienne. Vous pouvez y aller.


Interlude 1 : La rue brûlée

Au milieu du XIVème siècle, une épidémie s’abattit sur Strasbourg, décimant 16000 de ses habitants.
Les juifs, qui habitaient dans le quartier de la rue brûlée, ont été accusés d’être responsables de cette maladie et la corporation des Bouchers a poussé la populace à se venger. 1800 juifs furent arrêtés, 900 furent brûlés et suppliciés.


Meiselocler

La statue a été offerte par la ville de Munich en 1929.

Donner l’Indice : quel est le nom de la reine qui provoqua la guerre de Troie ?
Réponse : Hélène

Donner le Message :
QJG, NGU ICTU, NC OCVKPGG GUV DGNNG
XQWT PG XQWNGB RCU SW’QP CKNNG CVVKTGT NGU OGUCPIGU ?
NC-DCU, FCPU NC HQTGV FW TJKP, QW FCPU NC EJCOR CWZ CNQWGVVGU,
KN A C FGU EHCTDQPPKGTGU, FGU OGUCPIGU DNGWGU, FGU OGUCPIGU JWRRGGU GP ITCPF PQODTG.
SWK P’C LCOCKU CRRCVG NGU OGUCPIGU P’GUV RCU WP XTCK ICTEQP
TGPFGB-XQWU FGXCPV NC ECVJGFTCNG RQWT WPG XKTGG GP GPHGT.

Traduction
« Ohé, les gars, la matinée est belle.
Vous ne voulez pas qu’on aille attirer les mésanges ?
Là-bas, dans la forêt du Rhin, ou dans le champ aux alouettes,
Il y a des charbonnières, des mésanges bleues,
des mésanges huppées en grand nombre.
Qui n’a jamais appâté les mésanges n’est pas un vrai garçon ! »
Rendez-vous devant la cathédrale pour une virée en enfer.


Le diable et la cathédrale

De nombreuses légendes courent sur la place venteuse de la cathédrale.
L’une des légendes dit que ce sont les sorcières qui tournent autour de la cathédrale : d’après certains, c’est pour empêcher le diable d’y entrer, d’après d’autres c’est pour l’empêcher d’en sortir.

La légende la plus répandue raconte qu’en allant observer la Terre en chevauchant le vent, son fidèle destrier, le diable entendit parler de cette nouvelle construction érigée en l’honneur de son ennemi juré. Piqué de curiosité, il fit descendre sa monture vers Strasbourg afin d’observer si la cathédrale était bien à la hauteur des rumeurs qui lui étaient parvenues !
Arrivé devant, il fut marqué par la beauté du bâtiment. Ce ne fut cependant pas cette magnificence qui frappa le plus le diable. Il fut plutôt extrêmement surpris et flatté de voir qu’une représentation de sa personne trônait au-dessus d’un des portails de la cathédrale. Sculpté sous le visage du Tentateur, il était en train d’essayer de séduire les Vierges Folles. Il est ainsi représenté sous les traits d’un jeune homme séduisant, tenant fièrement une pomme. De son dos sortent des crapauds, des lézards et des serpents, bestiaire représentant la traîtrise et plus généralement le mal.
Le diable, extrêmement flatté de se voir ainsi représenté, décida de rentrer dans le bâtiment afin de voir si son intérieur égalait la beauté de son extérieur. Il est certain qu’il chercha également à savoir si un nouvel hommage lui était rendu dans les multiples sculptures qui arborent le sein de la cathédrale. Néanmoins, lorsque le diable entra dans le bâtiment, il fut surpris par un office religieux. Il fut alors pris au piège au sein de la cathédrale pour les siècles à venir. Enfermé depuis ce jour dans un des piliers de le bâtiment, la présence du diable à l’intérieur se ressentirait à travers un courant d’air frais qui parcourt l’édifice à tout moment de la journée…
Le diable ainsi piégé, sa fidèle monture, le vent, ne se décida pas à l’abandonner. Si un jour il parvenait à en sortir elle serait là, prête à l’emmener au plus vite loin de la cathédrale. Le vent attend ainsi toujours sur le parvis de la cathédrale que son maître en ressorte et, impatient, tourne en rond autour du bâtiment depuis des siècles. C’est ainsi que depuis, le vent souffle toujours, non pas sur la Bretagne armoricaine, mais sur le parvis de Notre-Dame de Strasbourg.
(Histoire trouvée sur le site : https://spokus.eu/diable-vent-cathedrale-strasbourg/)

Trouvez au-dessus des portes de la cathédrale la sculpture du diable (indice : il tient une pomme à la main). Donner une photo de la statue du tentateur
Comme si le mal était attiré par la cathédrale et son diable, un obus s’est encastré dans la façade d’un bâtiment, suite aux bombardements de la ville par les prussiens en 1870. Donner une photo de l’obus
Avant de lancer la prochaine épreuve, quelle est la véritable raison pour laquelle le vent souffle si fort et constamment autour de la cathédrale ?
Réponse : la place sur laquelle la cathédrale a été érigée est le point le plus haut de Strasbourg.

Puis inventez une chanson pour inciter les serpents à vous guider jusqu’à la prochaine étape.
Voici la chanson des filles :
Kha les serpents portés par le vent
Ils sont lents, mais nous attirent comme les aimants
Ils nous servent d’ornements
On devient très charmants
Suivez nous au lieu d’âtre malveillants
Kha les serpents portés par le vent


Interlude 2 :  la place du marché aux cochons de lait.

Sur la place, se trouve un puits surmonté d’une structure en fer forgé qui daterait du XVIIIème siècle. Il s’agirait d’une réplique de l’un des quatre puits qui se trouvaient sur l’ancienne place d’Armes (place Kleber), que l’on aperçoit sur une gravure de Jean Hans vers 1800. Donner la photo :


Pont du corbeau

Du XIVème siècle au XVIIème siècle la place s’appelait le pont au supplice. Elle devient la place du corbeau en 1849.
Au Moyen-Âge, c’était un lieu d’exécution publique. Les condamnés étaient enfermés dans une cage et exposés au regard des passants pendant quelques jours avant d’être jetés à l’eau.

Jeu du pendu : Mots à trouver – ténèbres, corbeau, monstres, halloween, enfer, torture, démon, meurtre, bourreau, sarcophage
Chaque mot trouvé donne une coquille d’œuf contenant un morceau de papier :
– Vous êtes arrivées jusqu’ici
– sans encombre.
– Bravo !
– Maintenant, rendez-vous
– place Saint Thomas
– où vous attend
– la célèbre momie
– de l’évêque Adeloch.

Direction place Saint Thomas.


Place Saint-Thomas, devant l’église.

Un endroit placé sous le signe de la destruction. Lors du grand incendie en 1007, l’église fut détruite. Puis en 1144, c’est la foudre qui à son tour détruit entièrement l’édifice. La reconstruction dura jusqu’à 1521.
Le bâtiment abrite plusieurs monuments funéraires : (distribuer les photos de chaque monument)
– le sarcophage roman de l’évêque Adeloch (27ème évêque de Strasbourg de 817 à 822), commandé en 1130 et sculpté dans du grès rose.
– le mausolée de style baroque tardif du maréchal Maurice de Saxe, brillant militaire au service de la France qui a participé aux guerres de succession de Pologne (1733-1738) et d’Autriche en 1740.
– la plaque funéraire datant de la Renaissance de Nicolas Roeder de Tiersberg (mécène de Strasbourg). Une plaque qui représente un cadavre en train de se décomposer, érigée en 1510.

Jeu du serpent : action et vérité. (Tête de mort : recule de 2 cases)

Dès qu’un joueur a passé l’arrivée, donner un bonbon puis leur donner une carte itinéraire.

A partir de là, le temps nous a manqué. Nous avons donc raccourci le jeu. Direction place de  l’homme de fer.


Place de l’homme de fer

La guerre est un fléau qui a souvent frappé la ville de Strasbourg. Et ce, depuis des siècles. Il fallait bien que les chevaliers, la milice ou les malfrats puissent s’équiper. Il y avait un forgeron d’armes au centre de Strasbourg, sa boutique était située place de l’homme de fer.
La place doit son nom actuel au soldat en armure que le forgeron en question a fixé au XVIIIème siècle à quatre mètres de hauteur sur sa façade.
Elle est toujours là, trouvez-la et prenez une photo avec vos téléphones. Donner la photo de l’armure

L’épreuve sémaphore a été donnée à la fin du jeu, à la maison.


Place des Halles : ancienne synagogue.

Donner aux filles une photo de la synagogue.
La synagogue a été construite en 1896, dans un style néo-roman dans du grès rose.
Le 30 septembre 1940, elle est incendiée par un commando des jeunesses hitlériennes composé de Badois et d’Alsacien.

Ce drame a fâché le fils du Rabbin qui a créé un golem de glaise afin de se venger, mais la créature s’est emballée et est devenue incontrôlable.

Le golem a 75 points de vie. Il a 2 attaques :
– coup de poing : inflige 3 points de dégâts à un ennemi.
– crachat de glaise : touche 3 joueurs et leur inflige 1 points de dégâts à chacun.
C’est à vous de l’arrêter lancer 1D8 pour savoir la créature que vous incarnez.

  1. Loup garou 2. Méduse 3. Banshee 4. Vampire 5. Démon 6. Gargouille 7. Vouivre 8. Will O’wisp

Quand le golem est vaincu, donner aux joueur un petit cœur qui s’ouvre, avec la clé d’un cadenas dedans avec un mot ” le trésor vous attend à la maison” et rentrer pour ouvrir le coffre rempli de bonbons.

Une fois rentrés, les joueurs ont pu faire les 2 épreuves tronquées :
– faire le puzzle créé pour l’occasion à partir d’une photo
– donner le message sémaphore (pour plus de fun, laisser les joueurs reproduire le message en leur donnant 2 drapeaux), puis leur remettre l’alphabet en sémaphore pour qu’ils puissent traduire le message.

FIN

Dallas, du 18 au 26 août 2022

Voici la seconde partie de mon article sur notre périple à Dallas.
Le jeudi, on a visité Dallas Heritage Old City Park. Un quartier reconstitué de maisons datant de 1850 à 1900, environ. C’était sympa à visiter, mais le gros plus, c’est le tour de la maison Sullivan : la dame nous a raconté l’histoire du patriarche de la famille qui a quitté les siens pour faire fortune à Dallas. Ça faisait très far-west, mais j’ai beaucoup aimé toutes les anecdotes qu’elle a rajoutées au fil de la visite.

Ensuite, on est allé manger un hamburger : le premier pour ma mère.
On a rencontré des français qui étaient un peu perdus. Ils assistaient aux championnats du monde d’escalade auxquels participait leur fille.
 

Le soir, on a été dans un restaurant style japonais où le cuisinier nous a fait un super show. Non seulement c’était bon, mais le spectacle valait le détour.

Le vendredi, on a été faire du skydiving en salle avec iFly.
On a fait deux passages d’une minute chacun. Le premier était difficile : j’ai eu du mal à trouver mon souffle, mais j’ai réussi à garder la pause et j’ai relativement bien suivi les consignes.
Le second passage était bien mieux. J’ai rapidement trouvé mes marques et le moniteur m’a fait voler dans tous les sens (la chute était dure, mais c’était chouette). J’aurais bien aimé faire un troisième essai, mais mes épaules commençaient à être douloureuses, j’avais peur de me blesser.
Mathias a eu beaucoup de mal : il est grand, donc pas beaucoup d’espace dans le tube et il n’arrivait pas à se relaxer assez pour y prendre plaisir.
Cassandre était stressée à mort. Elle a eu le tort de regarder en bas et le vertige a eu raison d’elle : ses mains étaient crispées à mort.
 

La suite était bien plus calme : barbecue en famille, visite d’un mall de grandes marques.
Du dimanche soir au lundi soir, il a plu… énormément. Il y a eu de sacrées inondations. Donc on est resté à l’intérieur et on a regardé des films.

Mardi, on est allé à Fort Worth. On s’est baladé dans les rues du Stock Yards, puis on a attendu la traversée des Longhorns menées par les cow-boys.
C’était impressionnant : et c’est là qu’on voit au dandinement de leur tête que les cornes sont terriblement lourdes.


Les derniers jours ont été très zen, on a profité de la famille, on a fait nos dernière emplettes, etc.

J’ai indéniablement préféré Dallas à New-York. C’était une bouffée d’air frais. Même s’il a fait chaud, c’était moins difficile.
C’était également plus relax. Et moins stressant puisque la famille s’occupait de nous.
La séparation fut moins difficile que prévu puisqu’on aura la chance de se revoir dans un mois… et j’ai hâte de les retrouver. Ils me manquent.

Dallas, du 11 au 17 août 2022

Après notre épuisant séjour à New-York, nous nous sommes rendus à Dallas, dans la famille et ça nous a fait beaucoup de bien : non seulement ça nous a permis de nous reposer, mais également de passer du temps avec ma tante, mon oncle, mon cousin ainsi que son adorable femme et ses deux gentilles filles.
Pour des raisons personnelles et évidentes, je ne m’étendrai pas sur ces parties privées. C’était génial : beaucoup de souvenirs évoqués, de bons moments présents, deux semaines de bonheur.

Le premier jour, on a un peu visité le centre de Dallas, notamment le lieu où John Fitzgerald Kennedy a été assassiné. On n’a pas pu tout voir à pied, Dallas fait quand même 75km, donc on était pas mal en voiture. On est passé dans Downtown, puis direction des quartiers où des tagueurs s’entraînent : certains étaient vraiment beaux.

Le soir, mon cousin nous a emmené faire les boutiques surtout les Japan shop et on a trouvé notre bonheur, puis on a été mangé dans un restaurant japonais où presque tout est automatisé : il y a quand même plein d’employés entre l’accueil, le service et la cuisine.
La nourriture était acheminée grâce à des tapis roulants, et un robot ramenait parfois la boisson. C’était super bon et fun. En tout cas, ça nous a mis de bonne humeur.

Le samedi, on a été faire du roller. Je n’en avais plus fait depuis au moins 20 ans, mais c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas… non, c’est faux, j’étais trop raide et je ne compte plus les fois où j’ai failli tomber. C’était sympa, dommage que mes enfants n’aient pas participé, ça m’aurait amusé.
Puis nous avons été dans un mall, c’était immense ! Et on a fait un tour à la boutique éphémère Stranger Things, l’occasion de voir ce qu’il s’y vendait et de faire quelques photos.

Le soir, on a assisté à un rodéo. Je suis assez partagée quant à cet événement : le rodéo en lui-même, c’est-à-dire quand les cow-boys montent les chevaux ou les taureaux qui ruent, ça ne me dérangeait pas. Pareil lorsqu’ils attrapaient les cornes des veaux au lasso pour les relâcher avant que la corde ne se tende trop. Mais lorsque les bonhommes saisissaient les cornes des veaux pour les plaquer violemment au sol ou quand ils les attrapaient à deux par les cornes et les pattes… ça m’a chipotée.

Le lundi, on a été faire quelques achats, puis on a visité Terrell et Wills Point, notamment les vieux quartiers avec des maisons historiques d’une centaine d’années environ, assemblées, en kit. Il y en avait pour tous les goûts.


Le mardi, nous avons été à Southfork Ranch, le ranch qui a servi à la série Dallas.
Je savais que ce n’était pas très grand, mais bien plus que ce à quoi je m’attendais. C’est là que j’ai vu pour la première fois des Texas Longhorns : j’adore ces vaches, elles sont trop belles, mais leurs cornes doivent être lourdes à mort.

Le mercredi, on a eu la chance de visiter The Dallas World Aquarium.
Un aquarium qui recueille des animaux blessés, incapables de revenir à la vie sauvage. On a vu des animaux que je ne connaissais pas ou que je n’avais jamais vu en vrai : une loutre géante, un ocelot, un lamantin, des pingouins d’Afrique du Sud ou un dendrolague de Matschie… pour ne citer que ceux-là.
On y a passé un bon moment, c’était super bien.

Quant au soir, on a été au restaurant BBQ afin de goûter des viandes macérées typiques au Texas. La viande était tendre, c’était délicieux. Par contre, c’était servi sur du papier alimentaire et non sur des assiettes, c’était fort étrange, mais ça le faisait dans le contexte.
Ça a également été l’occasion de tester les célèbres macaronis au fromage. Bon, c’était très calorique, mais plutôt étonnamment bon.

MJ Musical

Quand on a préparé notre voyage aux États-Unis, et surtout à New-York, on s’est dit qu’il fallait absolument assister à une comédie musicale sur Broadway.
Après s’être concertés, on a opté pour MJ Musical : quand j’étais plus jeune (et maintenant encore), j’étais fan de Michael Jackson ; mon fils était moyennement motivé pour un spectacle chantant et dansant, mais celui-ci ne le dérangeait pas trop.

Pour le résumé, cela risque d’être un peu compliqué : en effet, il y a quand même pas mal de dialogues et mon anglais étant assez basique, je n’ai pas tout compris dans les détails (heureusement que je connaissais la vie de Michael Jackson pour combler les trous). Je vais faire au mieux.
Michael Jackson s’entraîne avec ses danseurs pour une série de concerts (est-ce le history tour ?). Deux journalistes de MTV viennent l’interviewer et le chanteur revient sur les événements qui ont marqué son parcours musical : de ses débuts avec les Jackson Five à leur séparation, les relations que le roi de la pop a entretenues avec ses parents, mais aussi les maisons de disques notamment la Motown.

On a droit à vingt-cinq chansons parmi ses plus grands succès. Ça bougeait bien et je ne compte plus les titres que j’ai chantés tout doucement en même temps que la compagnie. La mise en scène était vraiment chouette, certains passages étaient impressionnants et m’ont laissée sur le cul : Heal the world juste avant l’entracte (moment où Cassandre a paniqué à l’idée que ça s’arrête là !) ou Thriller.
Les danses sont superbes et merveilleusement rythmées. Leur jeu d’acteur était impressionnant, mais celui qui m’a scotchée, c’est Myles Frost dans le rôle de Michael. Il était MJ en tout : si son visage ne correspondait pas, c’est bien la seule chose qui était différent. Sa posture, sa façon de se mouvoir, de danser, sa voix quand il parlait… il m’a bluffée.
Deux heures de pur bonheur quand on aime Michael Jackson.

Bilan :
j’ai adoré cette comédie musicale.
ma fille a également adoré,  elle en a pris plein la vue.
mon fils n’a pas accroché, mais il était fatigué et n’avait pas assez de place pour ses longues jambes d’adolescent dégingandé.
ma mère a assisté pour la première fois à une comédie musicale, elle n’a pas compris les dialogues, pourtant elle a bien aimé.
Je suis ravie que nous ayons décidé d’aller voir MJ Musical, ça restera un des meilleurs souvenirs de New-York.

New-York, le 10 et 11 août 2022

Jour 3 : mercredi, 10 août 2022

Le petit-déjeuner était déjà meilleur.
On est parti tôt, direction la pointe de Battery Park pour prendre le ferry gratuit vers Staten Island : l’occasion de voir Manhattan de la côte et de passer non loin de la Statue de la Liberté. J’aime tellement les embruns de la mer, ça m’a fait beaucoup de bien.

On a fait un petit tour sur Staten Island, mais il n’y avait rien d’autre à voir que des outlets.

Au retour, nous sommes passés par le One Trade Center. Les deux ground zéros étaient impressionnants : toute cette eau qui coule et tombe dans le vide… ce qui m’a le plus touché, ce sont les noms gravés dans la pierre… ils étaient si nombreux. Alors je le savais, mais lire ces noms a rendu l’horreur du 11 septembre encore plus réel. C’est si triste.

Après ça, on était tellement fatigué qu’on a eu envie de se poser un peu… quoi de mieux que Battery Park, pas loin. On s’est posé presque une heure, ça nous a fait du bien.

Puis direction Brooklyn Bridge Park. Les enfants ont pris une pizza et ma mère et moi avons testé le lobster roll, excellent au passage.
Puis j’avais prévu d’aller à la plage pour se poser un peu… mais on a fini par abandonner, non pas qu’elle était loin, mais ce n’était quasiment pas ombragé et marcher en plein cagnard nous a tués.
On s’est assis un moment sur des rochers, le temps d’écrire quelques cartes postales.
Et c’est reparti… pour la promenade du Brooklyn Bridge. C’était sympa, et heureusement rapide car il faisait vraiment trop chaud.

À partir de là, c’est vraiment devenu difficile. On a eu du mal à trouver le métro, en même temps, j’étais tellement épuisée que je n’ai pas lu correctement le plan. On a fini par s’y retrouver et zou, direction Chelsea Market. C’était bien sympathique comme endroit, malheureusement, on n’a pas eu assez de temps pour y flâner longtemps. On a pris de quoi manger pour le soir puis on est sorti afin de rejoindre la high line, un parc suspendu installé à la place de l’ancienne voix ferrée aérienne. Je m’attendais à des allées plus grandes, peut-être une promenade plus élevée.

Le retour jusqu’à l’hôtel a été horrible… on a marché un temps interminable pour trouver une station de métro. C’est là que tu te rends compte qu’à New-York, c’est super mal fichu comparé à Paris.
Bref, on n’était pas mécontent de rentrer se reposer à l’hôtel une petite heure, le temps de manger et prendre une douche.

J’avais prévu une journée relativement cool avec des temps de pause pour profiter du paysage, mais la chaleur étouffante a rendu la visite de la ville encore plus harassante que la veille. Dommage.

Le soir, nous avons assisté à la comédie Musicale MJ Musical à Broadway. Vous trouverez mon article sur ce spectacle ici.

Journée 4 : jeudi, 11 août 2022

Comme on devait partir à midi pour rejoindre JFK, j’avais prévu de ne faire que Central Park le matin.
On devait partir à 8h30, mais on était tellement fatigués, qu’on a quitté l’hôtel qu’à 9h. Autant dire qu’on n’a même pas réussi à faire la moitié du parc.
Je n’ai pas grand-chose à dire sur Central Park, ce fut notre bouffée d’air frais pendant ces 4 jours. Beaucoup de verdure, des arbres pour nous abriter du soleil, des immeubles au loin, très loin et c’était parfait.
On y a vu quelques écureuil, mais surtout des tortues dans l’eau.
Je regrette de ne pas avoir visité ce parc la veille plutôt, on aurait davantage pu en profiter.

Bilan du voyage à New-York :

impressionnant quand on arrive, mais rapidement, tout semble trop grand : des immeubles immenses pour des rues qui ne le sont pas tant, un ciel qui paraît trop proche. Je ne suis pas claustrophobe, pourtant, j’ai trouvé ça étouffant.
– à ne pas faire en été : la chaleur, la pollution rendent la visite de ville insupportable.
– le gros point positif, ce sont les gens. Ils sont adorables : aimables, polis, serviables. Rien à voir avec la France. Même nous, ça nous a rendu plus sympa : toujours le sourire aux lèvres, moins râleurs…