Dallas, du 11 au 17 août 2022

Après notre épuisant séjour à New-York, nous nous sommes rendus à Dallas, dans la famille et ça nous a fait beaucoup de bien : non seulement ça nous a permis de nous reposer, mais également de passer du temps avec ma tante, mon oncle, mon cousin ainsi que son adorable femme et ses deux gentilles filles.
Pour des raisons personnelles et évidentes, je ne m’étendrai pas sur ces parties privées. C’était génial : beaucoup de souvenirs évoqués, de bons moments présents, deux semaines de bonheur.

Le premier jour, on a un peu visité le centre de Dallas, notamment le lieu où John Fitzgerald Kennedy a été assassiné. On n’a pas pu tout voir à pied, Dallas fait quand même 75km, donc on était pas mal en voiture. On est passé dans Downtown, puis direction des quartiers où des tagueurs s’entraînent : certains étaient vraiment beaux.

Le soir, mon cousin nous a emmené faire les boutiques surtout les Japan shop et on a trouvé notre bonheur, puis on a été mangé dans un restaurant japonais où presque tout est automatisé : il y a quand même plein d’employés entre l’accueil, le service et la cuisine.
La nourriture était acheminée grâce à des tapis roulants, et un robot ramenait parfois la boisson. C’était super bon et fun. En tout cas, ça nous a mis de bonne humeur.

Le samedi, on a été faire du roller. Je n’en avais plus fait depuis au moins 20 ans, mais c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas… non, c’est faux, j’étais trop raide et je ne compte plus les fois où j’ai failli tomber. C’était sympa, dommage que mes enfants n’aient pas participé, ça m’aurait amusé.
Puis nous avons été dans un mall, c’était immense ! Et on a fait un tour à la boutique éphémère Stranger Things, l’occasion de voir ce qu’il s’y vendait et de faire quelques photos.

Le soir, on a assisté à un rodéo. Je suis assez partagée quant à cet événement : le rodéo en lui-même, c’est-à-dire quand les cow-boys montent les chevaux ou les taureaux qui ruent, ça ne me dérangeait pas. Pareil lorsqu’ils attrapaient les cornes des veaux au lasso pour les relâcher avant que la corde ne se tende trop. Mais lorsque les bonhommes saisissaient les cornes des veaux pour les plaquer violemment au sol ou quand ils les attrapaient à deux par les cornes et les pattes… ça m’a chipotée.

Le lundi, on a été faire quelques achats, puis on a visité Terrell et Wills Point, notamment les vieux quartiers avec des maisons historiques d’une centaine d’années environ, assemblées, en kit. Il y en avait pour tous les goûts.


Le mardi, nous avons été à Southfork Ranch, le ranch qui a servi à la série Dallas.
Je savais que ce n’était pas très grand, mais bien plus que ce à quoi je m’attendais. C’est là que j’ai vu pour la première fois des Texas Longhorns : j’adore ces vaches, elles sont trop belles, mais leurs cornes doivent être lourdes à mort.

Le mercredi, on a eu la chance de visiter The Dallas World Aquarium.
Un aquarium qui recueille des animaux blessés, incapables de revenir à la vie sauvage. On a vu des animaux que je ne connaissais pas ou que je n’avais jamais vu en vrai : une loutre géante, un ocelot, un lamantin, des pingouins d’Afrique du Sud ou un dendrolague de Matschie… pour ne citer que ceux-là.
On y a passé un bon moment, c’était super bien.

Quant au soir, on a été au restaurant BBQ afin de goûter des viandes macérées typiques au Texas. La viande était tendre, c’était délicieux. Par contre, c’était servi sur du papier alimentaire et non sur des assiettes, c’était fort étrange, mais ça le faisait dans le contexte.
Ça a également été l’occasion de tester les célèbres macaronis au fromage. Bon, c’était très calorique, mais plutôt étonnamment bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.