Gunnm, tome 9 – Yukito Kishiro

Titre : Gunnm, tome 9
Auteur : Yukito Kishiro
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 250
Quatrième de couverturePar un formidable effort de volonté, Gally a réussi à s’affranchir du lien qui l’attachait à Zalem. Libre pour la première fois de sa vie, elle affronte Desty Nova sans autre objectif que d’assouvir une vengeance personnelle. Mais, face à la mort, le savant fou joue sa dernière carte et tente d’échanger sa vie contre le secret de Zalem. “Tu possèdes le corps d’une machine animé par un cerveau humain. Moi, j’ai un corps humain animé par le cerveau d’une machine…” lui annonce-t-il. Lequel des deux est, à proprement parler, vivant ? C’est pour le savoir que Gally va se lancer corps et âme dans son dernier combat…

C’est le tome final de la saga.
Gally a réussi à se libérer du blocage imposé par Desty Nova. Elle se débarrasse sans mal (ou presque), du moins rapidement des deux acolytes du professeur foldingue.
Par contre, celui contre Nova, c’est autre chose. C’est qu’il a de la ressource, le bougre !
On apprend enfin le secret des habitants de Zalem et de ses habitants, ce qui fait péter les plombs au chef du G.I.B. Une fois de plus, ça m’a bien fait triper.

Ce dernier tome m’a déçue :
Si les premiers moments de Gally sur Zalem promettent un grand bazar, le nombre de pages restant dans le manga nous annonce que cela ne va pas durer. On arrive rapidement au cœur de la cité sans vraiment l’avoir visitée ni même avoir rencontrer ses habitants hormis ceux qui viennent passer l’épreuve.
Finalement, ça tourne court et tout semble expédié : les explications sur les guerres interspatiales sont vagues, pas aussi claires que ce que ça devrait (j’ai relu certains passages plusieurs fois) et assez inintéressantes.
Quant à l’épilogue, pareil, il est trop court.

Du coup, tout a vraiment un goût d’inachevé pour cette saga. C’est dommage !

Gunnm, tome 8 – Yukito Kishiro

Titre : Gunnm, tome 8
Auteur : Yukito Kishiro
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 223
Quatrième de couvertureGally est devenue une Tuned, agent spécial de Zalem, la seule catégorie de guerriers autorisée à utiliser des armes à feu. A la recherche de Desty Nova, elle a rencontré Den, le chef du Barjack, une horde de barbares décidés à détruire Zalem. L’assaut contre la ville suspendue est lancé. Gally doit la protéger mais elle reconnaît ses amis parmi les rebelles. Et elle sait que leur cause est juste…

Il se passe beaucoup de choses dans ce huitième tome, on sent qu’on approche tout doucement de la fin.
Parmi tous,  voici quelques événements importants :
Kaos a décidé de lutter contre Den et ses projets de destruction de Zalem ; pour cela, il part affronter Desty Nova avec qui il est lié.
– Gally retrouve Ido, mais cela ne se déroule pas comme prévu (quelle surprise ! ça m’embête parce que c’est un perso que j’aime bien et cette fin ne me plaît pas du tout -_-)
– le G.I.B pour qui travaille notre héroïne a créé des clones d’elle afin de les envoyer contre le Barjack et la mission du premier clone est de détruire Gally, ce qui met Lou en porte-à-faux
Den et son groupe tirent sur Zalem afin de détruire la colonne qui la maintient en l’air


Le seul point négatif est que certaines planches ne sont pas imprimées correctement et les traits des dessins sont si fins qu’on les perçoit difficilement. Est-ce le problème de mon exemplaire seulement ou de tous ? Je ne saurais dire.

J’ai adoré ce manga. Le fait que ça avance vite était plaisant, mais je dois bien avouer que je ne me souvenais plus du tout de ce qu’il contenait donc je suis contente d’avoir relu cette saga.

Gunnm, tome 7 – Yukito Kishiro

Titre : Gunnm, tome 7
Auteur : Yukito Kishiro
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 223
Quatrième de couverture : Affublée d’une coéquipière basée à Zalem, Gally resserre l’étau autour du professeur Nova. Dans ce long périple où s’entercroisent passé et avenir, Gally commence enfin à prendre goût à la vie…

Je vais me répéter, mais dès le début on découvre un nouveau personnage : Lou Collins. Dorénavant ce sera elle l’interlocutrice de Gally avec Zalem.
Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle détonne dans le décor : elle a une imagination débordante qui donne lieu à des scènes loufoques, elle débute dans le métier et la pression lui fait oublier son rôle, ce qui permet au lecteur de la découvrir.
Si je ne l’aimais pas trop au début, par la suite, ça s’améliore et la situation lui rend en partie le sérieux dû à ce manga.

Le point positif, c’est qu’avec la réapparition de Koyomi (le bébé du Kansas bar dans les premiers), on sait que dix ans ont passé depuis que Gally travaille pour Zalem. Ça a peu d’incidence sur l’histoire, mais j’aime m’attacher aux détails.
Et grâce à elle, on peut avancer dans l’ histoire : on rencontre Kaos, un animateur radio dont le passé est trouble et qui a des liens avec Den et le Barjack (organisation qui cache Desty Nova).

Ça fait un moment que je n’avais plus parlé du style de dessin, il y avait certes une évolution à chaque épisode, mais je n’y faisais pas attention parce qu’elle était progressive donc ça semblait naturel. Là, ça l’est toujours : la liaison est faite entre le six et le sept, mais au sein de ce tome-ci, on constate un nette amélioration entre les premières pages et les dernières et même si c’est plaisant, c’est quand même un peu perturbant.

Ce septième tome m’a beaucoup plu : on va de révélations en révélations… Pas sur le passé de Gally, même si j’espérais que Kaos l’aiderait à y voir clair là-dessus, mais sur Zalem, le Barjack et même indirectement sur Desty Nova.
Il n’est pas exclu que dans les prochains, on découvre les origines de Gally, donc j’y retourne.

Gunnm, tome 6 – Yukito Kishiro

Titre : Gunnm, tome 6
Auteur : Yukito Kishiro
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 215
Quatrième de couverture : Après ses démêlés avec l’abominable création de Desty Nova, Gally se retrouve seule face à son destin. Le machiavélique professeur a pourtant juré qu’il ressusciterait Ido. Saura-t-il tenir sa promesse ?

Même si Gally a sauvé la décharge d’une destruction certaine, le fait d’avoir utilisé un pistolet la condamne à mort. À moins qu’elle n’accepte de servir Zalem. Dans un premier temps, elle refuse d’être leur marionnette, mais quand son interlocuteur lui propose comme première mission de capturer Desty Nova, elle accepte dans le fol espoir de retrouver Ido. Après une ellipse de quelques années, elle tient enfin une piste.

Mon passage préféré dans ce sixième tome, c’est indéniablement quand Gally envoie péter son chef, Bigott, parce qu’il a insulté Fogia et Yorg.

Comment croyez-vous que vous arrivez à survivre là-haut dans vos nuages ?! Qui vous fournit votre nourriture, fabrique vos vêtements, et meurt dans vos sanglantes batailles ?!

Ses paroles sonnent étrangement justes, encore maintenant et peut-être même plus étant donné la conjoncture actuelle où des métiers déconsidérés et méprisés jusqu’à présent, parce que pas assez bien et/ou mal payés, se révèlent indispensables en cette période de crise.

On retrouve de nouveaux personnages dans ce sixième tome.
Je ne parlerai de Yorg, y a rien à en dire.
Quant à Fogia, la première fois que j’ai lu Gunnm, je l’ai détesté – pas autant que Yugo, mais pas loin. À l’éclairage de cette relecture, il passe bien, finalement. Par contre, je ne comprends toujours pas comment Gally a pu s’éprendre de lui.
Autant j’accepte sans problème le lien affectif qui la lie à Ido, même s’il est ambigu, mais ses histoires d’amour avec Fogia ou avec Yugo me passent au-dessus.
Pour Jashugan on ne sait pas trop, mais la façon dont elle en parle, en l’associant à Yugo laisse supposer que…
Je n’ai aucun mal à admettre l’attirance qu’elle a pour eux, mais là, c’est bien plus. Elle tombe amoureuse dès la première rencontre ? Très superficiel tout ça. Et puis ça fait un peu peur aussi, genre légèrement psychopathe.
Ça peut s’expliquer parce qu’elle aurait été une guerrière de Mars, que ses interactions avec les gens ont été nulles jusqu’à ce qu’Ido la récupère. Bref, elle est immature émotionnellement parlant… Et ça se sent.

Malgré une ambiance un peu western (je n’aime pas les westerns), j’ai adoré ce sixième tome. Allez, au septième maintenant. J’ai intérêt à me dépêcher, plus qu’aujourd’hui pour terminer les trois derniers volumes de cette saga.

Gunnm, tome 5 – Yukito Kishiro

Titre : Gunnm, tome 5
Auteur : Yukito Kishiro
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 203
Quatrième de couvertureAprès le Motor-Ball, Gally s’intéresse à la musique. Mais le monde où elle vit est toujours plus cruel et elle va faire les frais de cette escalade de violence…
Cette série s’impose comme un classique auprès des adeptes de mangas, ceci étant dû à l’immense talent de Kishiro.

Deux ans ont passé depuis l’affrontement de Gally et Jashugan. Elle a abandonné le motorball pour se consacrer à la musique (oui, vous me direz : ça part en cacahouète tout ça ! C’est un peu l’impression que j’ai eu). Elle joue au New Kansas Bar où travaille Shumira.
En parallèle, on retrouve Zapan (je n’en avais pas parlé dans mes chroniques précédentes mais si vous avez lu le manga il y a longtemps, voici un petit rappel quant à son identité : chasseur de prime dont Gally s’était fait un ennemi, il avait suivi et dénoncé Yugo suite à quoi notre héroïne l’avait affronté et défiguré). On a l’impression que l’histoire ne tournera pas autour de sa vengeance parce que l’affaire est expédiée, mais c’est pour mieux tromper le lecteur.

On rencontre enfin le fameux Desty Nova. Qui est-il ? Le savant (fou assurément) qui a transformé Makaku en vert géant et a prolongé la vie de Jashugan, mais à quel prix ? Il semblerait également que c’est lui qui a racheté le corps de berserker de Gally. Et la vache ! J’avais oublié à quel point il est taré !
Bien sûr, les choses tournent mal, sinon ce ne serait pas drôle et ça chie ! J’avais oublié que la décharge prenait si cher et ça laisse entrevoir un monde post apocalyptique encore pire pour la suite.

J’ai adoré ce cinquième tome et je suis bien contente de pouvoir lire la suite dans la foulée.