Hôzuki le Stoïque, tome 01 – Natsumi Eguchi

Titre : Hôzuki le Stoïque, tome 01
Auteur : Natsumi Eguchi
Éditeur : Noeve grafx
Nombre de pages : 134
Quatrième de couverture : L’Au-Delà se compose des Paradis et des Enfers. Les Enfers dont divisés en huit Enfers Majeurs et huit Enfers Glacés, formant au total pas moins de 272 départements.
Seul un oni féroce saura faire régner l’ordre et abattre le travail colossal de ces immensités infernales. Cet oni, c’est le premier assistant du Grand Roi Enma : le stoïque Hôzuki !

J’ai pris ce premier tome parce que la couverture et le résumé me plaisaient bien. J’ai été surprise par la finesse des pages, ça n’a pas été la seule surprise.

Hōzuki est l’assistant du roi Enma et il est chargé de gérer les enfers et ses 272 départements. Donc tout du long, il est confronté à des problèmes de gestion, de comportements, de sous-effectif.

C’est un récit très dense et même trop. On a beaucoup d’informations sur les différents enfers et je n’en ai pas retenu la moitié.
Il y a quelques points forts qui ont retenu mon attention :
– des références purement geeks (Momotarō, Sadako, Lamu…)
– des références historiques et littéraires (Zhuge Kongming, Ono No Komachi,…)
– les dessins sont étranges, mais je crois que ça me plaisait bien.

Le problème est que j’ai eu l’impression qu’il ne se passait rien… même quand Momotarō affronte Hōzuki, c’est réglé par une joute verbale. Si au début le héros est stoïque, ce n’est plus le cas au fil des pages et il s’énerve très vite.
Ça se voulait drôle, notamment quand Hōzuki frappe de sa massue ceux qui l’exaspèrent avec une grimace ridicule, un peu comme Kaori dans Nicky Larson, mais de mon côté, ça n’a pas pris.

Je me suis ennuyée lors de cette lecture, j’ai pris un temps infini pour le terminer alors qu’il n’y a pas tant de pages que ça, je me suis même endormie.
Je n’ai pas aimé ce manga, dommage.

Les Carnets de l’Apothicaire, tome 2 – Hyuga Natsu, Itsuki Nanao & Nekokurage

Titre : Les Carnets de l’Apothicaire, tome 2
Auteur : Hyuga Natsu
Illustrations : Nekokurage
Scénario : Itsuki Nanao
Éditeur : Ki-oon (Seinen)
Nombre de pages : 178
Quatrième de couverture : Intrigues et poisons au cœur du palais impérial !
Désormais dame de compagnie et goûteuse au service de Gyokuyo, l’une des concubines favorites de l’empereur, Mao Mao commence une nouvelle vie ! Alors qu’elle vient tout juste d’arriver au pavillon de Jade, elle se forge très vite une réputation d’excellente apothicaire, à tel point que l’empereur en personne la convoque…
Il lui faut maintenant s’acquitter d’une mission de taille : trouver la cause du mal qui ronge Lifa, la mère du petit prince décédé. Malheureusement, la tâche est encore plus difficile que prévu ! En effet, pour guérir sa patiente, la jeune fille va d’abord devoir se confronter aux femmes du pavillon de Cristal…

Je ne sais pas trop quoi dire au sujet de cette lecture : je l’ai dévorée, impossible de m’arrêter.

Dans ce second tome, Mao Mao est chargée par l’empereur lui-même de sauver la vie de Lifa qui a été empoisonnée par la poudre blanche dont elle se farde. La tâche n’est pas aisée, ses dames de compagnie lui donnent du fil à retordre. Quand notre héroïne découvre à quel point, elle pète une pile et dévoile son véritable caractère. C’était aussi impressionnant que bon de la voir s’affirmer.
Les deux tiers suivants sont une invitation pour la réception de plein air qui a lieu au printemps : quatre des concubines de l’empereur sont conviées aux festivités sous les tentes tandis que leurs dames de compagnie doivent attendre et se les geler dehors.
C’est l’occasion de faire plus ample connaissance avec les autres concubines, leur histoire et le passé qui les unit, surtout Ushu.

Il y a beaucoup de points forts dans ce second tome :
– le caractère de Lifa est définie : elle est fière, mais nullement arrogante et j’ai aimé cet éclaircissement.
– des détails sur ce qu’a vécu Mao Mao dans le quartier des plaisirs et ça touche Jinshi – et moi aussi optionnellement (pas surprenant, mais un peu dur)
– des intrigues que la jeune apothicaire résout.

Les dessins sont superbes, j’ai pris un plaisir immense à détailler les visages des personnages, leurs vêtements, les décors. Déjà dans le premier, ils étaient beaux, mais là, c’est encore mieux.
Au niveau de l’histoire, je craignais que ce ne soit un peu redondant : une énigme médicale résolue en cinq sept par Mao Mao. Il y a un peu de ça, mais derrière, il y a un véritable contexte politique qui se met en place et ça m’a plu.

C’est un coup de cœur pour ce second tome et j’ai hâte de lire le troisième qui m’attend bien sagement dans ma Pile à Lire.

Elfen Lied, double, tome 3 – Lynn Okamoto

Titre : Elfen Lied, double, tome 3
Auteur : Lynn Okamoto
Éditeur : Delcourt-Tonkam (Seinen)
Nombre de pages : 445
Quatrième de couverture : Après s’être remémoré ses souvenirs d’enfance, Nyu décide de s’éloigner de Kôta. Mais au contact de ce dernier, si gentil, elle change d’avis et retourne vivre à la villa Kaede. De son côté, Nana, dont le directeur du laboratoire Kakuzawa avait ordonné l’exécution, est sauvée in-extremis par Kurama, qui l’aide à s’échapper. Durant sa fuite, elle tombe nez-à-nez avec Bandô qui arrive à la convaincre de l’aider à retrouver Nyu, leur ennemie commune.

Ça fait quelques temps que ça sent la série harem et ça se confirme dans ce troisième tome.

Trois nouvelles intègrent ces pages :
Nozomi, une amie de Yuka, qui vient répéter sa musique chez Kôta parce que ses parents ne veulent pas qu’elle embrasse une carrière musicale. J’aime bien le personnage, mais on la voit surtout dans la première moitié. A partir de là, elle fait juste de la figuration… dommage.
Nana ou numéro 7 : elle aurait dû être euthanasiée, mais Kuruma l’a sauvée. Elle rencontre Mayu qui se prend d’affection pour cette dicronius seule et perdue. Elle est cohérente avec son caractère dans les précédents tomes. J’ai aimé les moments où elle découvre la vie d’une jeune femme normale et les plaisirs humains (le bain chaud, la bouffe, etc) Elle reste très/trop attachée à son “papa”, à voir si elle trahira Kôta et Nyu pour lui par la suite.
Mayuka ou numéro 35, fille biologique de Kuruma, super dangereuse et incontrôlable. Elle est chargée de tuer Lucy et Nana. Elle se montre cruelle et je ne suis pas certaine que ça me plaise… si encore c’était réfléchi, un réel choix en toute conscience, ça serait passé, mais là, c’est puéril, c’est le caprice égoïste d’une enfant qui s’ennuie.

On ne voit pas tellement Nyu dans ce troisième tome. Tous les personnages qui sont apparus depuis le début de cette série ont des moments rien qu’à eux et ça prend de la place dans l’histoire. Pas mal de passages se passent dans le laboratoire avec le vieux fou (j’ai un trou sur le nom et j’ai la flemme de chercher).
Les dessins s’améliorent, du moins j’ai l’impression. Les décors m’ont semblé plus soignés, les vêtements plus travaillés, les corps moins maigrichons.

J’ai passé un agréable moment avec cette lecture que j’ai adorée. J’ai hâte de lire le quatrième tome qui est dans ma Pile à Lire.

Boys run the riot, tome 1 – Keito Gaku

Titre : Boys run the riot, tome 1
Auteur : Keito Gaku
Éditeur : Akata (L)
Nombre de pages : 224
Quatrième de couverture : Ryo, assigné femme à la naissance, se sent mal dans son corps et l’identité de genre qu’on cherche à lui imposer. Refusant de porter son uniforme de fille, il essaie autant que possible de se rendre au lycée en tenue de sport. Mais quand un nouvel élève débarque, son destin change ! Malgré le look de « voyou » de ce dernier, ils découvrent qu’ils partagent la même passion pour la mode. Aussi, passé un premier contact difficile, ils décident tous les deux de se lancer dans un grand projet : créer, ensemble, une marque de vêtements avec pour rêve et revendication de pouvoir s’affirmer et s’exprimer en dehors de ce que la société essaie de leur imposer !

J’ai acheté ce manga pour ma fille parce qu’un des sujets abordés est la transidentité et que pour elle comme ses amies, c’est une préoccupation dans leur vie quotidienne,ça m’a paru comme une évidence de le lui prendre.
Je vais essayer de résumer sans faire d’impair, mais si je m’exprime mal par rapport aux questions de sexe, de genre, etc, je m’en excuse par avance.

Ryô est assignée fille à la naissance, mais iel se sent l’âme d’un garçon. Son uniforme lui pose problème, et il passe son temps en jogging. Personne ne le considère comme un garçon et ses camarades ne comprennent pas son ressenti, surtout qu’il se met en retrait et n’exprime pas ses sentiments. Tout change le jour où un nouveau arrive en classe : Jin Sato. Il a une dégaine de délinquant et a déjà redoublé. Les deux garçons finissent par sympathiser grâce à leur intérêt pour le même type de fringues, une passion pour Jin, un moyen de se sentir bien pour Ryo. Ils décident alors de monter leur propre boîte de vente de vêtements. Ryo en est le designer, Jin s’occupe du reste. Leur duo est une force libératrice qui va emporter d’autres personnes dans leur sillage, notamment Itsuka, élève introverti du club de photographie.

En ce qui concerne les personnages, j’ai eu du mal au début avec Ryô : le fait qu’il fuit et se cache me l’a rendu indifférent. Par la suite ça s’améliore.
Par contre, j’adore Jin. Il est un esprit libre, mais surtout, il est lui-même et incite les autres à se dévoiler tels qu’ils sont. J’ai redouté et je crains toujours qu’il soit hypocrite ou qu’il manipule ses potes pour parvenir à ses fins… la suite devrait m’éclaircir sur ses intentions ou dissiper mes doutes.

Les dessins sont spéciaux, un brin classiques tout en étant différents… je n’arrive pas à l’expliquer, mais ça me laisse une sensation d’étrange. Les décors sont très chouettes et le graffiti que Ryô fait au début m’a bluffée (oui, c’est lui que j’ai choisi comme image ci-dessus).
Le début ne m’a pas convaincue, la suite est bien plus intéressante et je prendrai assurément le second. J’ai beaucoup aimé ce premier tome.

Blue Period, tome 03 – Yamaguchi Tsubasa

Titre : Blue Period, tome 03
Auteur : Yamaguchi Tsubasa
Éditeur : Pika (Seinen)
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : À deux mois des concours d’admission, le niveau monte, et Yatora se sent bloqué par son manque d’expérience. Heureusement, Mme Saeki, sa professeure du club d’Arts plastiques, Mme Ooba, qui le suit en cours de prépa, et Mori sont là pour le soutenir et lui ouvrir les yeux. Galvanisé, le jeune lycéen se lance alors dans la réalisation d’une toile aussi grande que celle que Mori avait utilisée pour son tableau des anges. Sa rage de peindre aura-t-elle raison de l’entreprise colossale dans laquelle il s’est lancé ?

Je n’étais pas très motivée pour lire ce troisième tome, pas de raison particulière à ça, mais je n’avais pas la forme pour un manga “pédagogique”.
Pourtant, je ne me suis pas écoutée et j’ai bien fait, ça m’a un peu fait oublier ma morosité… bon pas des masses parce que ce n’est pas forcément très gaie comme série : si Hashida est optimiste et pas prise de tête, Yatora se fout quand même salement la pression, donc ça n’est pas vraiment idéal pour se changer les idées… quoique, il y a eu un moment de plénitude où notre héros a réussi sa toile, mais il s’est reposé sur ses acquis. Très mauvaise idée et ça s’est ressenti sur les remarques de Mme Ooba.

L’autrice est parvenue, une fois de plus, à me surprendre. Jusqu’à présent, on a vu pas mal de techniques différentes, cette fois les artistes en herbe doivent s’essayer à l’adaptabilité. Il ne nous est pas exactement expliqué ce que c’est mais on en comprend grosso-modo le sens. Ils doivent travailler sur un thème dont le sujet est aussi vaste que flou pour certains, genre “ce qui est précieux à mes yeux“… et tout ça, sans modèle.
Finalement, c’est plus compliqué pour Yatora qui multiplie les difficultés en se laissant dans une peinture 100F comme celle qu’avait faite Mori et qui l’a lancé dans les arts.
Et quand il croit maîtriser l’adaptabilité, tout est remis en question et il est poussé vers de nouveaux horizons : les outils. Le pinceau n’est pas le seul instrument pour peindre.

Je regrette deux choses :
– Yatora s’enferme dans son travail, à part ses expériences de peinture, on voit moins les autres personnages et il sort moins, difficile de s’ouvrir au monde et de pêcher de nouvelles idées.
– Ayukawa ne va pas bien, on ignore ce qu’il a et Yatora ne s’en préoccupe pas, persuadé que c’est encore une histoire d’amour foirée et même quand il fait le trajet avec lui jusqu’à l’école de Mori, il ne prend pas la peine de s’inquiéter pour son “ami”.

J’ai bien aimé ce troisième tome et je me demande ce que nous réserve par la suite l’auteur. Est-ce qu’on ne va pas commencer à tourner en rond ?