Le sang des 7 rois, livre 6 – Régis Goddyn

Titre : Le sang des 7 rois, livre 6
Auteur : Régis Goddyn
Éditeur : L’atalante
Nombre de pages : 429
Quatrième de couvertureOrville ne percevait rien d’autre que le vent et la discussion tranquille d’un groupe d’hommes regardant vers le nord. Il posa la main sur la poignée de son sabre, s’apprêta à bondir, mais il la relâcha et descendit à reculons.
– Il y a effectivement des guetteurs. Nous allons faire un détour, Rosa. Je ne sais pas pourquoi je ne les ai pas attaqués. J’aurais pu les tuer avant même qu’ils réalisent que j’étais là.
– Tu voulais les manger ?
– Non ! Bien sûr que non.
– Alors tu as bien fait. Leur vie mérite que nous marchions un peu.

Autant je n’ai pas aimé le précédent, autant j’ai trouvé celui-ci bien mieux.
L’explication tient à plusieurs raisons :
– les personnages se regroupent à nouveau, du coup ça partait moins dans tous les sens.
– on suit les personnages sur plusieurs chapitres à la suite (parfois seulement deux, d’autres fois un peu plus). C’était moins perturbant et ça facilitait l’attachement aux personnages.
Orville est davantage présent, c’était le personnage principal dès le premier et je l’affectionne particulièrement.

Dans ce tome, les choses bougent pas mal :
Orville, Rosa et Delwynn restent ensemble et parcourent le désert à la recherche de Sébélia.
Jahrod retourne à Gradlyn pour en savoir plus sur le vaisseau spatiale qui se dirige vers la planète. Pour les parties le concernant, la lecture fut moins laborieuse, m’étant faite à l’idée qu’il vient d’ailleurs et est donc technologiquement plus évolué. Ça ne me plaît d’ailleurs toujours pas, mais je me suis résignée.
Sylvan reprend une cité-forteresse que les sangs bleus possèdent, et ce, avec l’aide des hommes des montagnes.
On suit encore d’autres personnages puisqu’il y en a toujours autant, mais c’est ceux qui me semblaient le plus important et surtout le moins spoilant.

Quelques révélations sont faites : que sont en réalité les mages ? Pourquoi Never fuit ? (ceux qui l’ont lu comprendront) quelles sont les motivations de Maddox ? Mais aussi celles de Lothar. Et de Rufus. Donc ça avance dans le bon sens et ça sent une fin proche.
J’ai bien aimé ce sixième tome et comme j’avais mis moins de distance entre ce livre-ci et le précédent, plonger dans cette lecture était moins difficile.
Donc je compte bien lire le septième et dernier tome de cette saga avant la fin de l’année 2019.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Dortoirs (5ème année) – Un livre dont l’histoire se déroule dans un univers médiéval – 50 points

Pumpkin Autumn Challenge :
Automne Astral – You’re just as sane as I am ! (Clairvoyance)

Cœur d’encre, tome 3 : Mort d’encre – Cornelia Funke

Titre : Mort d’encre
Saga : Cœur d’encre, tome 3
Auteur : Cornelia Funke
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Format : E-book
Nombre de pages : 761
Quatrième de couvertureLe monde d’encre est plus violent que jamais et Meggie et ses parents sont menacés par le tyran Tête de Vipère. Farid, lui, cherche à faire revenir à la vie le cracheur de feu Doigt de Poussière. Orphée lui a promis d’écrire les mots qui le ressusciteront, mais la Mort exige bien des sacrifices pour exaucer les souhaits des humains et les mots peuvent être trompeurs.

C’est le troisième et dernier volume de la saga Cœur d’Encre. Et bon sang, ce que c’était bien !
Autant j’avais trouvé le second tome un peu longuet, autant j’ai dévoré celui-ci.
Ça n’a pas super bien fini dans le précédent volume et cela s’annonçait très mal pour la suite.

Le prince d’Ombra, Cosimo, est mort sur le champ de bataille avec la plupart des hommes de la ville. Tête de Vipère en est sorti victorieux sur tous les points : non seulement il a pu s’emparer sans mal de la ville, mais Langue Magique a relié pour lui un livre blanc qui donne l’immortalité. On savait que le relieur l’avait fait de manière à ce que cela ne dure pas, mais comment s’y était-il pris ? Bonne question.
Et heureusement, on l’apprend dans ce troisième tome, il avait presque réussi, mais c’était sans compter l’intelligence et la persévérance de Tête de Vipère qui reussit à sauver son livre d’immortalité, mais à quel prix ? Yeurk, certaines images me reviennent et quelle horreur !
Du coup, il est décidé plus que jamais à attraper Mo le Geai Bleu et à se venger, quitte à utiliser les enfants pour arriver à ses fins.

Orphée est également présent, il a été amené par Farid et Meggie dans le monde d’encre afin de ramener Doigt de Poussière à la vie, mais il est d’une incompétence folle… Malheureusement, pas pour très longtemps… C’est sûrement le personnage que je hais le plus pourtant, j’espérais qu’il change dans ce nouveau monde, après tout, il rêvait tellement d’y être… Cela ne le rend que pire : plus égoïste, plus vil, plus ambitieux…
Dans ce troisième tome, on voit beaucoup moins Meggie, elle est clairement moins l’héroïne de ce roman que ne l’est Mo. Et j’en suis contente parce que même si je comprends ses réactions, elle me saoulait, tout comme Resa d’ailleurs.
Par contre, j’ai adoré les duos que formait le Geai Bleu que ce soit avec le prince noir ou avec le danseur de feu. Ils forment une belle équipe et je les ai trouvés apaisants dans ce monde cruel, le seul bémol que je peux émettre est que les deux groupes sont peut-être un peu trop similaires dans leur façon d’être.

Le premier tiers m’a semblé un peu long : j’ai eu la sensation qu’il ne s’y passait pas grand chose parce que tout se remet en place suite aux événements du second tome, mais ça reste une impression. Passé cette “mise à jour” de l’histoire, ça devient palpitant au point que j’ai lu le dernier tiers quasiment d’une traite.

Un coup de cœur pour ce troisième tome qui termine en beauté cette fabuleuse histoire.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Engorgio (7ème année) – Lire un livre d’au moins 55 chapitres – 70 points

Pumpkin Autumn Challenge :
Automne Douceur de Vivre – L’autre mère

Cœur d’encre, tome 2 : Sang d’encre – Cornelia Funke

Titre : Sang d’encre
Saga : Cœur d’encre, tome 2
Auteur : Cornelia Funke
Éditeur : Gallimard jeunesse
Format : Ebook
Nombre de pages : 671
Quatrième de couvertureMeggie et ses parents savourent leurs retrouvailles lorsque Farid apporte une nouvelle bouleversante: prêt à tout pour revoir les fées et sa famille, Doigt de Poussière a regagné le Monde d’encre, ignorant qu’un grand danger l’attend. Farid et Meggie décident de partir à sa recherche. C’est le début d’un voyage incroyable.., et terrifiant. Le deuxième tome d’une magnifique trilogie fantastique par l’un des plus célèbres auteurs contemporains pour la jeunesse.

Waouh ! Ça fait déjà deux ans que j’ai lu le premier tome ! Je me doutais que cela faisait un moment parce que j’ai eu un peu de mal à replacer les événements, mais je ne pensais pas autant. Comme souvent dans ces cas-là, le début fut un peu laborieux et j’ai eu des difficultés à me plonger dans l’histoire. Du coup, ça m’a pris beaucoup plus de temps pour le finir que le précédent.
Au fil des pages de ce second tome, j’ai réussi à replacer les personnages et certains faits. Ça a fini par rendre ma lecture plus sympathique à mesure que j’avançais, au point que dès la seconde moitié le récit devient passionnant.

Doigt de Poussière et Farid se rendent chez Orphée, un talentueux conteur, afin qu’il les renvoie tous deux dans le monde de Cœur d’encre. Il est tellement brillant qu’il y parvient en inventant un nouveau texte. Mais il s’arrange pour que le jeune garçon ne le suive pas.
Farid va donc demander de l’aide à Mo et Meggie. Si Langue Magique est incapable de répondre à la demande de Farid dans le livre, par contre Meggie, elle, réussit l’exploit non seulement d’envoyer le jeune apprenti de Doigt de Poussière dans cet univers qui n’est pas le sien, mais de l’y accompagner, misant sur le fait que l’auteur, Fenoglio, y vit et pourra la ramener chez Elinor.

Mon résumé est plus que succinct et ne couvre qu’une toute petite partie du livre. Le plus gros de l’histoire se passe dix ans après la fin du roman Coeur d’encre (attention, je parle du livre écrit par Fenoglio, pas le premier tome de cette saga), dans le monde d’où viennent Doigt de Poussière, Basta ou Mortola, partagé en trois : d’un côté Ombra et le royaume du Prince insatiable, de l’autre le Château de la nuit gouverné par le terrible Tête de Vipère. Les deux zones sont séparées par la forêt où se cachent les saltimbanques dirigés par le Prince Noir.

J’ai un peu moins aimé ce deuxième volet, principalement parce que la surprise n’est plus là, mais Cornelia Funke a quand même réussi à me captiver par la puissance de ses mots, ils sont d’une telle justesse lorsqu’elle parle des livres, de la créativité, du lien entre l’auteur et ses personnages. Je suis fan de sa plume.
J’ai adoré ce second tome. Je ne vais pas attendre longtemps avant de lire le dernier volume,parce que j’ai très envie de continuer l’aventure et de découvrir si les plans des héros vont se réaliser ou pas.

Le sang des 7 rois – Livre 5 – Régis Goddyn

Titre : Le sang des 7 rois, livre 5
Auteur : Régis Goddyn
Éditeur : L’Atalante
Nombre de pages : 413
Quatrième de couvertureRosa marchait les yeux fermés pour mieux sentir la nuit, la fraîcheur et le vent sur son visage. Sous le sable, un puissant fleuve souterrain se frayait un passage au sein du relief tourmenté d’un plateau englouti. Un jour, Delwynn la tuerait, elle en était certaine. Il l’avait déjà attaquée, faiblement, comme n’importe quel bébé tente d’en imposer aux adultes par petites touches, pour voir jusqu’où aller sans subir leur courroux. S’il lui avait infligé ce dont il était capable, elle aurait sans nul doute été réduite en cendres.

Ce fut une lecture difficile en grande partie par ma faute.
– J’ai lu le livre 4, il y a 4 ans.  Mettre autant de distance entre les deux tomes était une très mauvaise idée. J’ai perdu beaucoup de temps et d’énergie à me remémorer qui était tel ou tel personnage et ce qu’il avait précédemment fait. Il y a bien un index en fin de tome (et cette fois, je m’en suis souvenue dès le début), heureusement ça a un peu aidé, mais pas assez cette fois-ci.
– J’ai eu du mal à entrer dans le récit et à me concentrer sur ma lecture en raison du nombre de personnages. Il y en a autant que dans les précédents, mais chaque chapitre suit une figure différente. Ça m’a donné l’impression de partir dans toutes les directions, c’était déstabilisant. Et puis je déteste certains protagonistes et d’autres me laissent indifférente, ce qui a rendu des passages entiers laborieux. Je n’aime pas quand il y a autant de personnages, c’est la raison pour laquelle je n’accroche pas au Trône de fer et que je ne lirai pas la roue du temps.
La direction Science-fantasy que prenaient doucement les précédents livres se précise à mon grand dam.

Il se passe tellement de choses qu’il est quasiment impossible de faire un résumé, mais je vais essayer de faire un tour d’horizon très succinct.
Les sangs bleus ont eu raison des hommes aux sangs rouges : les vieillards et les enfants sont les seuls à peupler encore les villages des différents royaumes traversés. Les autres survivants servent d’esclaves. Les habitants du Goulet ont trouvé une île susceptible de fournir des ressources, mais ils doivent faire attention aux navires ennemis. Orville et Aldemond survivent difficilement dans la mer extérieure. Rosa est chargée de s’occuper de Delwynn. Fanette s’occupe d’une auberge à Gradlyn qui abrite les souterrains de la résistance des Compagnons du Verrou.

L’histoire avance bien, mais mes passages préférés étaient ceux qui apportaient des détails sur le contexte ou sur le quotidien des personnages. Ça n’apporte pas grand chose au récit finalement, mais ça rend les personnages attachants et j’adore ça.
Les cent dernières pages étaient bien plus intéressantes : depuis le début de ce cinquième livre, beaucoup de personnages font leur petit bout de chemin chacun de leur côté. Mais dans le dernier tiers, certains se rejoignent enfin et leur but devient commun.
Ça a rendu cette fin de lecture plaisante et a relancé mon intérêt pour cette saga,  Je n’attendrai pas pour lire le prochain, il est dans ma Pile àLire de septembre.

Un avis mitigé sur ce cinquième tome : une déception pour le début, mais une fin qui rattrape nettement. Probablement celui que j’ai le moins aimé depuis le début.

Les mondes d’Ewilan, tome 1 : La forêt des captifs – Pierre Bottero

Titre : La forêt des captifs
Saga : Les mondes d’Ewilan, tome 1
Auteur : Pierre Bottero
Éditeur : Audiolib
Durée : 404 minutes
Quatrième de couverture : Dans le premier tome de cette nouvelle trilogie, Ewilan a gagné en maturité. Après avoir été retenue prisonnière de l’Institution, un bâtiment dans lequel des chercheurs dévoyés testent les facultés extrasensorielles de cobayes humains dans un but de domination totale, et torturée par la Sentinelle félonne Eléa Ril’ Morienval, qui en a pris la tête, Ewilan parvient à s’échapper grâce à l’aide de ses amis. Ayant récupéré avec difficulté ses forces physiques et mentales, elle part secourir les enfants demeurés prisonniers et aide à faire la lumière sur les affreux crimes commis par un étrange tueur en série, mi-homme, mi-insecte.

J’ai lu la première trilogie d’Ewilan il y a déjà quatre ans, je n’étais pas certaine que continuer cette saga après tant de temps était une bonne idée, surtout que je n’étais déjà pas fan des trois premiers.
Le début fut laborieux, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire et à me souvenir de qui était qui. Alors c’est sûr qu’il y a des figures emblématiques : je n’ai eu aucun problème pour Ewilan ou Ehlana, mais pour d’autres… le trou noir. Même Salim ne me parlait plus vraiment.

Dans ce premier tome, Ewilan a été capturée et enfermée au sein de l’Institution, un établissement secret qui se situe dans notre monde. Salim essaie désespérément de la délivrer. Qui est derrière ses enlèvements ? Connaissent-ils les pouvoirs de l’héroïne ? Est-elle la seule captive ?

Je me suis ennuyée dans cet audiobook, je l’ai trouvé super long voire interminable. Je me suis interrogée pour savoir si le format n’était pas le motif de cet ennui, mais je ne pense pas ; si je l’avais lu, ça n’aurait rien changé. Le seule raison qui fait que j’y ai pris du plaisir, c’est parce que j’adore la voix de la lectrice : Kelly Marot. Elle est très belle et pleine d’intonations qui rendaient l’écoute agréable.
L’histoire se situe dans notre monde et c’est dommage parce que j’accroche moins dans ces cas-là ; je préfère nettement lorsque les récits de fantasy se passent dans un autre univers. Et même si j’ai pu m’attacher à quelques personnages, notamment Maximilien, ce n’est pas suffisant pour sauver cet audiolecture.

Je ne vois pas ce que je pourrais dire de plus, je n’ai pas aimé ce premier tome et je ne pense pas lire ou écouter la suite.