L’Épouvanteur, tome 09 : Grimalkin et l’épouvanteur – Joseph Delaney

Titre : Grimalkin et l’épouvanteur
Saga : L’Épouvanteur, tome 09
Auteur : Joseph Delaney
Éditeur : Bayard (Jeunesse)
Nombre de pages : 315
Quatrième de couverture : Tandis que Tom, Alice et l’Epouvanteur retournent à Chipenden, John Gregory compte rebâtir sa maison, brûlée par les envahisseurs qui ont ravagé le Comté, Grimalkin s’efforce de rejoindre la tour Malkin, pour y cacher la tête du Malin (que Tom a tranchée en Irlande). C’est dans cette tour que les soeurs de la mère de Tom, deux sorcières lamias, gardent de précieuses malles. Car ces dernières renferment des secrets qui permettraient à Tom de vaincre le Malin. Seulement, un groupe de sorcières, alliées du diable, pourchassent Grimalkin : elles veulent à tout prix récupérer la tête. Elles sont accompagnées d’un mage redoutable et d’une terrible créature mi-humain mi-loup, conçue par magie noire. Au cours d’un affrontement, le monstre hybride blesse Grimalkin. Si la sorcière en réchappe, elle reste néanmoins affaiblie par le poison distillé dans son sang…Tom Ward, son maître John Gregory, et Alice peuvent-ils encore compter sur elle ?

Ce n’est pas un tome comme les autres, pour la simple et bonne raison que, cette fois, le narrateur n’est pas Tom Ward, mais la sorcière Grimalkin.
Si le fait de découvrir son récit m’a surprise au début (faut dire que je ne m’y attendais pas du tout), je savais dès les premières lignes que j’adorerais cette histoire. Et puis, c’est un personnage qu’on avait déjà rencontré et qui me plaisait bien : elle est loyal à sa ligne de conduite et j’apprécie énormément ça. Rajoutons qu’elle est la redoutable tueuse du clan Malkin, donc ça ne pouvait que swinguer.

Replaçons le contexte : elle a quitté l’Irlande avec la tête du Malin dans un sac avant l’Epouvanteur et son apprenti.
Dès le début de ce neuvième tome, on la retrouve dans le Comté où elle fuit les partisans du diable. Pour la buter et récupérer la tête de leur maître, ils ont invoqué une abominable créature : le kretch qui la poursuit. Le monstre est rapide et a tôt fait de la rattraper, elle se bat à merveille et n’a pas de mal à la blesser suffisamment pour qu’il ne puisse plus la pourchasser… alors ça, c’est sa première erreur : pressée par le temps, elle l’a laissé vivre – bordel, le tuer ne lui aurait pas pris plus de temps et aurait éviter toute la merde qui suit… OK, il fallait bien une telle bourde pour qu’il y ait une histoire…
Deuxième erreur : être blessée par le kretch… c’était sûr que les sorcières ennemies avaient fait en sorte que ses griffes soient empoisonnées.
Du coup, ça tourne mal pour la tueuse la plus puissante du clan Malkin. Elle n’a d’autres choix que de demander de l’aide. Or, peu de personnes ont sa confiance, mais c’est le cas pour :
– Agnès, la tante guérisseuse d’Alice
– Thorne, la jeune sorcière que Grimalkin forme en secret

Le gros point fort et qu’on découvre l’envers du décor de l’univers des épouvanteurs : certains rituels de sorcières notamment comment elles retrouvent leur puissance après l’avoir vidé, la passation de pouvoir entre tueuses, les guerres entre les 3 clans les Malkin, les Deane et les Mouldheel (ces derniers ne sont que vaguement évoqués), etc.
Ce récit, c’est une course-poursuite. Du début à la fin, je me suis sentie traquée au même titre que Grimalkin, c’était époustouflant. Malheureusement, ça se passe très mal, et ça aussi, ce fut une surprise. L’héroïne prend cher… et y a pas qu’elle.
J’ai déjà parlé d’elle et je l’aime bien.

Il convient maintenant de faire le point sur les personnages :
Thorne est comme sa maîtresse, aussi juste et droite qu’elle. Et l’attachement que Grimalkin a pour elle est palpable et communicative. Je l’ai adorée.
Agnès que j’ai été ravie de découvrir. Alice nous en parlait souvent, mais ça restait vague… et il me semble qu’on l’a déjà rencontrée, mais elle m’avait semblé assez fade. Là, elle apparaît comme une alliée de choix, ses talents de guérisseuse sont incontestables. J’ai aimé qu’elle soit présente.

Il n’y a qu’un passage qui m’a déçue, et pour ne pas spoiler, je ne dirai que ces deux détails : Wynde à la tour. Je m’attendais à ce que ça pète. Je pense que ceux qui l’ont lu comprendront.
À part cette petite déception, ma lecture a été palpitante. C’était dur de l’abandonner pour des obligations aussi triviales que manger ou dormir, et j’ai été frustrée tout le week-end de ne pas pouvoir lire.
Ce fut un coup de cœur pour ce neuvième tome et j’ai hâte de lire la suite.

 

ABC Imaginaire 2021 – lettre D :
21/26

Automne frissonnant :
Le folklore de Chipenden (Créature surnaturelle, fantastique/Obscure/ Fantasy)

 

Coupe des 4 maisons :
Goutte du Mort-vivant (chasse aux potions) – un livre dans lequel l’un des personnages principaux ou secondaires décède40 points

L’histoire sans fin – Michael Ende

Titre : L’histoire sans fin
Auteur : Michael Ende
Éditeur : Le livre de poche
Nombre de pages : 498
Quatrième de couverture : À première vue, Bastien Balthasar Bux n’a rien d’un héros. Les héros sont grands, beaux et forts. Les héros ne courent pas sous la pluie pour se réfugier dans les librairies obscures et échapper ainsi à leurs camarades de classe. Ils ne volent pas non plus les vieux livres pour aller les dévorer dans les greniers de l’école… Bastien n’a pas pu résister. C’est comme si ce livre l’appelait. Son titre ? L’Histoire sans fin. Le garçon plonge dans un univers peuplé de mille créatures étonnantes : elfes nocturnes chevauchant des chauves-souris, Mange-Pierres, escargots de course, tortues millénaires et lions multicolores, Atréju, l’enfant guerrier sans peur et Fuchur, son fidèle Dragon de la Fortune… Toutes vouées à disparaître, avalées par le Néant, ce mal mystérieux qui ronge le Pays Fantastique. Bastien se trompait. Lui aussi a l’étoffe d’un héros. Et avant la dernière page du livre, son rôle lui sera révélé…

Déjà bien avant de commencer cette lecture, j’étais partagée : le film a toujours eu une place importante dans mon cœur de petite fille et aussi vieux soit-il, il reste un de mes films préférés donc je voulais absolument découvrir le vrai récit de L’histoire sans fin… je redoutais cependant que le roman soit trop semblable donc sans surprise et je craignais tout autant qu’il soit trop différent et perde l’âme que m’avait insufflé le film. Finalement, j’ai mis un mouchoir sur mes peurs : j’adore l’œuvre cinématographique, pourquoi n’en serait-il pas de même pour le livre, après tout il est plus que rare qu’un bouquin soit moins bon ?

La première moitié est très semblable au scénario du film : Bastien se réfugie dans une librairie pour fuir les gamins qui le harcèlent et finit par voler le livre qui porte le nom de L’histoire sans fin. Il file à son école, sauf qu’au lieu de rejoindre sa classe, il grimpe s’enfermer au grenier où il peut enfin lire en toute tranquillité : au Pays fantastique, le néant prend de l’ampleur et tout disparaît sur son passage. La petite Impératrice est malade et charge le jeune Atréju de la tribu des Peaux Vertes de découvrir comment arrêter le néant, la guérir et sauver leur univers.
Donc on suit en parallèle la mission d’Atréju et les réactions de Bastien qui découvre les aventures du héros de l’histoire.

Dans l’ensemble, le film est assez fidèle au livre, si ce n’est la fin que l’auteur, Michael Ende, a détestée. Je peux le comprendre d’autant que d’une part, la moitié du bouquin est tronquée, d’autre part il est ridicule que Falkor (Fuchur dans le roman) traverse la frontière pour atterrir dans le monde des hommes… du moins en restant lui-même. Il aurait pu, mais le voyage l’aurait irrémédiablement transformé et le bouquin explique relativement comment et en quoi. C’est le genre de détails que j’ai aimé découvrir… y a d’ailleurs un certain nombre d’explications qui m’ont plu et m’ont fait voir le film autrement. Malheureusement, ça n’a pas sauvé ma lecture qui était pour le moins laborieuse.
Toute la partie que le film nous conte était bien trop semblable jusqu’à certains dialogues que j’ai retrouvés, donc je me suis ennuyée et la façon dont c’est raconté fait très jeunesse et assez superficiel : la mort d’Atrax dans les marais de la Désolation ne m’ont pas rendue triste pour un sou (par contre la raison de son enlisement m’a laissée bouche bée – tellement évidente et pourtant, ça ne m’avait pas effleuré), alors que dans le film, j’ai versé toutes les larmes de mon corps (et maintenant encore, ne me jugez pas 😉 ).

La seconde moitié du récit est inédite pour moi (peut-être que ça a été conté dans le deuxième volet de l’histoire sans fin, mais je ne l’avais tellement pas aimé que je ne me rappelle de rien). Pourtant, c’est probablement la partie la pire : Bastien traverse la frontière qui le mène au pays fantastique, il rencontre la petite Impératrice qui lui donne Auryn afin que, grâce à ses désirs, il reconstruise le monde détruit par le néant. Cela lui confère de grands pouvoirs, mais du haut de ses 10 ans, il se montre lamentable dans cette mission et se laisse corrompre (Anakin, sors de ce corps !)
Déjà au début, juste en tant que simple lecteur, j’avais du mal avec le personnage de Bastien, mais alors là, il est imbuvable…. mais à un point ! J’étais à deux doigts d’abandonner cette lecture tellement je ne le supportais plus… il n’y a finalement que les trois derniers chapitres qui sont à peu près sympas, mais ils n’ont pas sauvé ma lecture que j’ai détestée.
Bref, c’est une grosse déception pour ce roman.

Coupe des 4 maisons :
Filet du diable (5ème année) – Un livre que vous pensiez aimer mais qui est une déception50 points

 

ABC Imaginaire 2021 – lettre E :
20/26

Automne douceur de vivre
Eh Jiji, tu ne trouves pas que ça sent drôlement bon à la Gütiokipänja ?! (Parcours initiatique/ Jeunesse/ Famille/ Nourriture)

Kiki la petite sorcière, tome 1 – Eiko Kadono

Titre : Kiki la petite sorcière, tome 1
Auteur : Eiko Kadono
Éditeur : Ynnis
Nombre de pages : 240
Quatrième de couverture : Kiki rêve d’une vie normale : se faire des amies, s’habiller comme elle le veut, avoir l’insouciance de son âge… Mais la jeune fille n’est pas une adolescente comme les autres ?!
L’année de ses 13 ans arrive et, comme pour toutes les sorcières, sa nouvelle vie est sur le point de commencer. À la fois excitée et nerveuse à l’idée du grand départ, Kiki enfourche son balai et met le cap loin, loin vers la mer… Aux côtés des habitants hauts en couleur de Koriko, un long voyage d’apprentissage démarre pour Kiki ?!

Quand j’ai vu ce roman parmi les autres e-book de la dernière grande OP, j’ai hésité à me le prendre… ma crainte : que ce roman soit un copier-coller de l’animé Kiki’s delivery service. Donc j’ai fait quelques recherches – quelques secondes ont suffit – pour découvrir qu’en réalité, c’était le roman qui avait inspiré le film Ghibli ! Curiosité titillée, e-book acheté.

Kiki a 13 ans, elle a décidé de devenir une sorcière comme sa mère et comme le veut la tradition, elle doit partir faire son apprentissage, seule, dans une ville inconnue. Donc elle plie bagages et avec son familier, Jiji le chat noir, et se dirige vers le sud, vers la mer qu’elle n’a jamais vue. Elle s’établit à Koriko. Le souci, c’est qu’elle ne sait rien faire d’autre que de voler sur son balai. Pourquoi ne pas ouvrir un service de livraison, avec pour paiement un échange de bons procédés ? C’est l’occasion de rencontrer des personnages hauts en couleur.

J’avoue que je ne me souviens pas du tout de l’animé, je n’ai donc eu aucun point de comparaison, ce n’en était pas moins frustrant… donc dès ce soir (après le match, scrogneugneu ça va être long !), je regarde le film afin de comparer.
Le bon côté, c’est que je ne m’attendais à rien, je n’ai en aucun cas été déçue par cette lecture, bien au contraire.

J’ai trouvé le personnage de Kiki sympathique et attachante. J’ai adoré la relation qu’elle a avec son chat Jiji – sans surprise, je suis fan de ce familier.
Je déplore un peu le fait que le livre étant court, certains personnages qui ont une importance capitale pour l’histoire de notre héroïne sont un peu effacés : Osono fait occasionnellement une apparition, pareil pour Tombo. Ce n’est pas tant leur réserve qui m’a embêtée que la relation un peu superficielle qu’ils entretiennent avec Kiki. Ça aurait mérité plus de profondeur.

Malgré ce petit point noir, j’ai passé un excellent moment avec cette lecture. Elle m’a fait beaucoup de bien au moral.
Les demandes de livraison sont parfois rocambolesques et notre petite sorcière doit user de bon nombres d’astuces pour se dépatouiller de ces situations et pour mener à bien ses missions. C’était stimulant.
J’ai eu bien du mal à interrompre ma lecture (décidément, c’est la loi des séries. Pourvu que ça dure !)

C’est une saga en 4 tomes, je n’ai pas lu les résumés des prochains histoires de garder la surprise. Mais si j’ai une certitude, c’est que je les lirai tous parce que j’ai adoré ce premier tome.

Automne frissonnant
Double, double, toil and trouble (Sorcière/ Pièce de théâtre/ Prophétie/ Tragédie)

Praërie, tome 1 : Le monde des sinks – Jean-Luc Marcastel

Titre : Le monde des sinks
Saga : Praërie, tome 1
Auteur : Jean-Luc Marcastel
Éditeur : Scrineo
Nombre de pages : 446
Quatrième de couverture : En 1994, un centre de recherche et un village entier disparaissent mystérieusement dans une petite vallée du sud de la France, sans laisser de traces… Vingt ans plus tard, le lieutenant Vincent Marty est envoyé sur les lieux dans le plus grand secret. Objectif : récupérer les travaux de ce laboratoire perdu… des travaux portant sur la miniaturisation. Plus facile à dire qu’à faire, quand on vous réduit à la taille d’une fourmi et que vous disposez de seize heures pour vous frayer un chemin dans la plus impitoyable des jungles, hantée par des créatures cauchemardesques plus terrifiantes, voraces, rapides et meurtrières les unes que les autres… les insectes. Là, au milieu d’un peuple d’humains microscopiques, Vincent découvrira un univers plus incroyable encore qu’un monde de fantasy. Une société violente, impitoyable, calquée sur le modèle du règne animal et des êtres déracinés qui trouveront avec lui le chemin de leur humanité.

Je ne sais pas trop quoi penser de cette lecture… j’ai grandement apprécié le principe : des humains miniatures, les sinks, qui tentent de survivre face aux différents insectes vivant dans Praërie.
Mais la façon dont c’est amené m’a déplu : Vincent est l’homme de main de l’Agence. Ils le chargent de retrouver le laboratoire qui est cause d’un incident passé : la disparition du bâtiment ainsi que celle du village où le héros a grandi. Pour lui faciliter la tâche, il est miniaturisé avec un hélicoptère et son pilote… une mission facile, malheureusement, c’est sans compter la dangerosité de certains insectes.
Bref, l’engin s’écrase, Vincent atterrit au milieu de l’épreuve d’un Traqueviande Sink, Lo’Hiss, ce qui sauve la vie du chasseur. Les deux héros sont alors liés par une detsang.
Vincent est amené à Forroc, ou il découvre la société de ces liliputiens affiliés aux carapattes.

J’ai eu du mal au début avec les passages où l’on suit Vincent, principalement parce que cette histoire de mystérieuse Agence dont on ignore tout, j’en ai déjà soupé sur d’autres romans jeunesse donc j’avais cette sensation désagréable de déjà-lu.
J’ai pris bien plus de plaisir à découvrir Lo’Hiss avec les us et coutumes des sinks, leur rapport aux carapattes, etc. C’était bien plus intéressant. Seule la révélation des douventres m’a déplu et fait grincer des dents. Au fil des pages, ça finit par prendre une tournure un peu plus critique quant à la manière dont les femmes sont traités, mais ça m’est resté en travers… je comprends le choix de l’auteur : c’est une pratique institutionnelle dans cette société et il est normal que les sinks n’y trouvent rien à redire, mais quand Vincent a eu l’occasion de donner son avis à Séfan, il a finalement opté pour le silence, une acceptation tacite de cette déplorable façon de rabaisser les femmes – et peu importent les excuses qu’il s’est trouvées pour se justifier : ne pas chambouler cette société… pourtant, ça ne lui pose pas de soucis de le faire en changeant leur vision du monde des Haoms et en utilisant un équipement moderne comme ses armes à feu. Comme pour rattraper cette gageure, on a l’apparition d’une fillvolmort, super forte, une combattante redoutable (à se demander comment à trois, elles ont pu se faire capturer tellement elle est puissante), mais à part ses actes, on ignore tout d’elle, elle parle peu, même après avoir accepté d’être leur guide. J’imagine qu’on en saura plus sur elle dans le 2… enfin, j’espère.

L’histoire s’est laissé lire. Y a un certain nombre de surprenants retournements de situation, cohérent avec le récit et que je n’ai pas vu venir, ce qui m’a bien plu.
Le gros plus, c’est vraiment l’univers, on sent qu’il y a eu un gros travail de recherche entomologique, probablement beaucoup de visionnages de documentaires pour réussir à si bien décrire les mouvements des insectes, une grande réussite.
Un autre point positif qui démontre le boulot derrière ce roman : les annexes en fin de pages qui explique en détail le monde des sinks et leur glossaire ainsi que les différents carapattes qu’on est amené à rencontrer au fil des pages.

Y a du pour autant que du contre. C’était une bonne lecture, sans plus.

Automne enchanteur
« La lunette de pierre, c’est extra ! Quand on veut voir ce qui ne se voit pas » (Petit peuple/ Féerie/ Nature/ Nature Writing)

L’Impératrice des chimères – Jérôme Camedescasse

Titre : L’Impératrice des chimères
Auteur : Jérôme Camedescasse
Éditeur : Crin de chimère
Nombre de pages : 502
Quatrième de couverture : Brouillard de cauchemar mortifère, la Chevelure de Hel a envahi les Terres du Nord. Tjor de Noirelouve est-il animé par sa foi, ou par une sorte de témérité aveugle, pour oser vouloir s’y frotter et chasser une telle malédiction ? Entouré d’une cohorte de « héros » aux motivations aussi variées que douteuses, il devra s’y aventurer et y affronter des créatures vomies des tréfonds des enfers.
Perdition. Aliénation. Au-delà de ces monstruosités et de ces sbires décérébrés, un être malicieux attend. Une entité inconnue déterminée à retourner contre eux angoisses et déchirures de l’âme grâce à moult illusions. Invisible et insaisissable, elle sèmera leur chemin d’embûches, déterminée à les détruire ou les confiner à la folie.

Avant tout, parlons de la couverture que je trouve magnifique. Le résumé me plaisait bien.
C’est une lecture mitigée : certes, j’ai bien aimé l’histoire.
Les Terres d’Hiver sont envahies par un brouillard maléfique. Personne n’y entrant n’en ressort jamais. Tjor, mandaté par le prince, monte une expédition pour libérer cette partie du monde, mais le jarl responsable de la région refuse de les laisser passer. Il invoque donc une ancienne coutume “le sacrifice des sept” (je me souviens du nom scandinave utilisé, mais je ne me risquerait pas à l’écrire de peur de me tromper). Ainsi, il choisit six compagnons qui l’aideront à mener à bien sa quête. Il est loin d’imaginer qu’ils ont chacun d’autres projet en l’accompagnant. La traversée de la Chevelure de Hel s’avère compliquée, faite de faux-semblants difficiles à démêler.

Le principe de passer d’une aire à l’autre hanté par des rêves et cauchemars m’a plu, cette impossibilité de discerner le songe de la réalité est bien joué, la plume de l’auteur est plaisante et les descriptions intéressantes ; une connaissance suffisamment poussée des mythes nordiques pour que j’y prenne plaisir, un florilège de créatures fantastiques digne de toute saga fantasy.
Paradoxalement, pour une lecture qui avait tout pour me plaire, ça m’a paru interminable !

Je n’ai pas réussi à vibrer en même temps que les personnages, leur peur ne m’a pas été communiquée, un peu plus pour Signe que pour les autres… pas assez au final. Tout comme je n’ai pas ressenti grand-chose à leur contact.
J’avoue que Grikar est un bâtard et son franc-parler vulgaire m’a fait rire, la perte de patience de Tjor m’a surprise et j’ai adoré sa façon d’y réagir. Knud m’a énervée dès le début, Rehn m’a insupportée de par son mépris, ses airs supérieurs et sa façon de traiter les autres (sauf quand elle morigène le champion), Jarand et Aslak m’ont laissé indifférente, seule Signe passait à peu près mais elle est trop effacée.

J’ai aussi eu beaucoup de mal à me concentrer et j’ai souvent perdu le fil de l’histoire, mes yeux poursuivaient la lecture pendant que mon esprit faisait un black-out complet – je ne peux même pas dire que je pensais à mes courses, ma prochaine tâche ménagère ou ma série en cours, je n’étais juste plus là et c’est assez désopilant surtout que ça ne m’arrive que rarement.
Certains chapitres commencent par une ellipse et ça ne m’a pas aidée : j’avais du mal à me plonger dans le récit et ça me demandait beaucoup d’effort pour poursuivre.

Le pire, c’est que je ne peux même pas dire que j’ai détesté cette lecture, ce n’est pas le cas. Ça a été trop laborieux pour que je puisse dire que j’ai aimé. Je crois simplement que je n’ai pas accroché et c’est dommage, il avait tout pour me plaire : des combats épiques, des héros bien dépeints, un background travaillé et complet, un univers sombre.

 

ABC Imaginaire 2021 – lettre C :
17/26