Nicky Larson et le parfum de Cupidon

Titre: Nicky Larson et le parfum de Cupidon
Réalisateur: Philippe Lacheau
Casting: Philippe Lacheau, Elodie Fontan, Tarek Boudali, Julien Arruti, Kamel Guendfoud, etc.
Durée: 1h31
Genre: Comédie, action
Synopsis: Nicky Larson est le meilleur des gardes du corps, un détective privé hors-pair. Il est appelé pour une mission à hauts risques : récupérer le parfum de Cupidon, un parfum qui rendrait irrésistible celui qui l’utilise…

Pour son anniversaire, mon grand a voulu aller au cinéma. Je lui avais proposé Alita Battle Angel ou Nicky Larson. Après avoir vu les bandes annonces, il a préféré le second.
J’avoue que je redoutais grandement ce film. J’adorais le dessin animé aussi bien pour ses qualités que pour ses défauts, j’étais fan du manga dont j’ai d’ailleurs les trente-six tomes parus à l’époque chez J’ai Lu et j’aimais beaucoup le film de Jackie Chan que je trouvais très drôle et très décalé même si l’acteur asiatique ne correspondait pas du tout au personnage de Tsukasa Hojo.
Tout ça pour dire que le challenge était de taille pour Philippe Lacheau. Et contre toute attente, le pari est réussi, le film est une tuerie.

Je vais décortiquer ma critique en deux phases :
– avant le film
– après le film.
Habituellement, lorsque je prévois d’aller voir un film, j’évite tout ce qui pourrait orienter mon jugement, à part l’avis des potes mais là encore ça reste très superficiel. Pour Nicky Lardon, je n’ai pas réussi à rester une page blanche.

Premièrement, le titre “le parfum de Cupidon” est une des raisons qui m’a fait y aller à reculons : cela laissait présager une histoire neuneu. Pourtant, on ne peut pas reprocher ce choix puisque c’est le fil conducteur du film :
Nicky et Laura sont engagés pour protéger une mallette contenant le parfum de Cupidon, une sombre histoire d’ocytocine plus connu sous le terme d’hormone de l’amour un truc du genre, ainsi que l’antidote à ce filtre d’amour. Le héros étant dubitatif, leur employeur essaie le parfum sur lui et voilà notre tueur à gage qui en tombe progressivement amoureux (oui, c’est un mec et non une femme comme l’avait dit Laura à son acolyte, une des ruses récurrentes à la série originale pour leur permettre de survivre financièrement parlant). Manque de bol, Falcon alias Mammouth entre en jeu et vole la mallette avant que Nicky ne soit désenvoûté. Il a donc 48 heures pour la retrouver avant que l’effet ne soit permanent.
Le deuxième point noir pré-film pour moi a été la bande annonce que je trouve trompeuse. Je m’explique :
– Souvent, elle est censée révéler une bonne partie du film voire les meilleurs moments or là, elle n’est vraiment pas terrible ce qui me faisait redouter cette adaptation.
Je trouvais également que Philippe Lacheau ne le faisait pas dans le rôle : déjà il est légèrement plus petit que Laura et dans quasiment toutes les scènes que je voyais, il tirait une tronche qui l’enlaidissait… Nicky, c’est quand même le beau gosse par excellence.
– Je n’étais pas non plus convaincue par le peu que j’avais vu de la performance de Laura, mais je réservais tout de même mon avis.
– Quant à Poncho, je le trouvais trop présent dans les extraits et je ne comprenais pas ce qu’il foutait là.
J’avais quand même entendu des rumeurs qui me laissaient espérer que cette version de Nicky ne soit pas une grosse daube : entre autre que le réalisateur était fan du dessin animé et que l’acteur de Nicky s’était préparé et avait pris pas loin de 10kg de muscles pour entrer dans le personnage.

Et puis, j’ai vu le film et j’ai pleinement savouré. Toutes mes craintes se sont envolées.
Heureusement, la bande annonce est très loin de montrer les passages cultes et c’est vraiment le film dans son intégralité qui en jette.
Philippe Lacheau dans le personnage de Nicky est top, il parvient à jouer à merveille son rôle de beau gosse quand il faut. Et il a en effet sa “tête de con” quand il vire pervers, tout comme dans le manga.
Élodie Fontan le fait grave dans le rôle de Laura… Par contre, petit bémol sur sa robe finale qui ne lui va pas du tout, comme si elle n’était pas taillée pour elle. C’est dommage, c’est vraiment le seul costume qui pèche.
Quant à Poncho, il est moins présent au début que ce à quoi je m’attendais, un peu plus à la fin mais il est amené en douceur et ça passe super bien.
On retrouve bien entendu pas mal l’univers de Nicky Larson : les personnages secondaires comme Hélène, Mammouth, le corbeau.
Beaucoup de références à cet âge d’or des dessins animés japonais : la présence de Dorothée, des personnages d’autres animés, des phrases nous renvoyant à cet univers télévisuel avec lequel j’ai grandi (Club Dorothée et toutes les séries Ab qui tournaient autour). Je ne pouvais donc qu’apprécier.

La question qui se pose maintenant est : et pour ceux qui n’ont pas connu cette période ?
Je peux y répondre puisque c’est le cas de mes enfants avec qui on a été le voir. Ils n’ont forcément pas compris toutes les références, mais ça ne les a pas empêchés de rire.
– Ma fille a beaucoup aimé le film, je pense cependant qu’elle a été gênée par certaines scènes à connotation “senxuelle” – à 12 ans, ça se comprend.
– Par contre le grand de 15 ans a adoré et s’est éclaté.
D’ailleurs il est à souligner que s’il y a pas mal de femmes en petite tenues (un peu obligé avec un tel héros), les spectatrices ont aussi droit à quelques petites compensations : Nicky en photo dans des positions sexy, Skippy qui nous fait un strip tease, une paire de nichons et une paire de couilles pour compenser.

Le gros point fort, ce sont les scènes de combat, elles en jettent. Je les ai trouvées impressionnantes. Elles sont tout à fait dans l’esprit de la série : forcément exagérées mais d’un dynamisme incroyable et une synchronisation parfaite !
Et bien entendu, accompagnées des musiques du dessin animé ❤

J’aurais encore des milliers de choses à dire, mais je vais m’arrêter à cette conclusion : un gros coup de cœur pour ce film que j’espère pouvoir revoir rapidement.

Dragons 3 : Le monde caché

Titre: Le monde caché
Saga: Dragons 3
Réalisateur: Dean Deblois
Date de sortie: 06 février 2019
Durée: 1h44
Synopsis: Harold est maintenant le chef de Berk au côté d’Astrid et Krokmou, en tant que dragon, est devenu le leader de son espèce. Ils réalisent enfin leurs rêves de vivre en paix entre vikings et dragons. Mais lorsque l’apparition soudaine d’une Furie Eclair coïncide avec la plus grande menace que le village n’ait jamais connue, Harold et Krokmou sont forcés de quitter leur village pour un voyage dans un monde caché dont ils n’auraient jamais soupçonnés l’existence. Alors que leurs véritables destins se révèlent, dragons et vikings vont se battre ensemble jusqu’au bout du monde pour protéger tout ce qu’ils chérissent.

Cela fait des mois qu’on attendait avec impatience le troisième et dernier (snif T_T) volet de ces films d’animation. Fans depuis le premier Dragon, n’ayant manqué aucun épisode de la série Netflix, étant allée jusqu’à répertorier pour ma fille les dragons apparaissant dans la série et dans les livres pour lui en faire un guide, un peu à l’image de celui qu’on trouve dans le premier film, on ne pouvait pas ne pas y aller le premier week-end qui suivait sa sortie, déjà que patienter 3 jours a été une torture. (Ma critique n’est publiée qu’aujourd’hui, mais on a été le voir le 09 février.)

Maintenant que Harold est le chef de Berk, le village abrite de plus en plus de dragons, transformant les lieux en un capharnaüm sans nom. Le héros poursuit ses raids pour libérer les reptiles capturés par des hommes sans scrupule. Après une dernière mission libération, le vilain méchant pas beau Grimmel, connu pour être un chasseur et exterminateur de Fury Nocturne, propose ses services aux chefs des braconniers pour les débarrasser de Krokmou.

Des 3, c’est sûrement celui que j’ai le moins aimé, en tout cas pour la première moitié. Je pense que ça tient au fait que les personnages secondaires m’ont énervée tant ils sont débiles et sont vraiment des incapables. Alors ok, ce n’est pas une surprise, ils ont toujours été comme ça, seulement là, c’est encore pire. J’ai trouvé le grotesque poussé à l’excès. Varek a toujours été gaga de son Gronk, or cette fois, c’est du bébé, mais malgré cela, il a des idées brillantes. Pas là. Les jumeaux sont encore plus exubérants que d’habitude et totalement imbéciles. Quant à Rustik, il était à claquer.
Le duo Harold-Krokmou perd de son alchimie avec l’apparition de la farouche Fury Éclair et même si c’était chouette de se dire que le dragon n’est pas le dernier de sa race, ça a rendu leur relation moins attachante que dans les précédents.
Heureusement, deux personnages sont là pour sauver un peu le truc : Astrid et Valka. Autant j’aime Astrid parce qu’elle est intelligente, c’est la voix de la raison, elle sonne juste, autant j’adore la mère d’Harold, elle a une classe d’enfer et les liens que Jumper et elle ont noués m’émeuvent particulièrement.

La seconde moitié est mieux, et la raison principale en est que les acolytes d’Harold sont moins présents. Ça bouge aussi un peu plus, même si le rythme pèche un peu par rapport aux précédents ou à la série télé.
Quant à la fin, même si elle est logique, elle m’a brisé le cœur.
Ma fille, quant à elle, a été déçue par le méchant Grimmel. Je la comprends un peu, il est certes vicieux, mais sans ses dragons, il n’est rien, c’est toujours un peu le cas avec chaque méchant de Dragons, mais là, c’est encore plus flagrant. Et puis, quand on le compare à Drago du 2, il manque quand même sacrément de charisme.

Bref, un avis mitigé dans l’ensemble. J’ai aimé certains passages, d’autres moins.

Le retour de Mary Poppins

Titre: Le retour de Mary Poppins
Réalisateur: Rob Marshall
Casting: Emily Blunt, Lin-Manuel Miranda, Ben Whishaw, Emily Mortimer,…
Durée: 2h11
Genre: Comédie musicale Fantastique
Synopsis: Michael Banks travaille à la banque où son père était employé, et il vit toujours au 17 allée des Cerisiers avec ses trois enfants, Annabel, Georgie et John, et leur gouvernante Ellen. Comme sa mère avant elle, Jane Banks se bat pour les droits des ouvriers et apporte son aide à la famille de Michael. Lorsque la famille subit une perte tragique, Mary Poppins réapparaît magiquement dans la vie de la famille. Avec l’aide de Jack, l’allumeur de réverbères toujours optimiste, Mary va tout faire pour que la joie et l’émerveillement reviennent dans leur existence… Elle leur fera aussi découvrir de tout nouveaux personnages plein de fantaisie, dont sa cousine, l’excentrique Topsy. 

J’ignorais totalement que le film sortait déjà au cinéma. C’est ma fille qui m’a prévenue et qui voulait aller le voir. Je me suis arrangée pour y aller ce matin.
Je n’étais pas très motivée pour aller le voir : j’adorais le premier volet des années 60, je redoutais grandement cette Mary Poppins. D’ailleurs, hier soir on l’a revu et c’était très bien parce que celui-ci contient un certain nombre de références et de phrases qui m’ont fait sourire.

L’histoire se déroule quelque chose comme trente ans après le premier. Michael Banks est adulte, il a trois enfants. Sa femme étant morte dans le courant de l’année, il est complètement dépassé au point d’oublier de payer trois mensualité à la banque. Quand les huissiers viennent, il est trop tard pour régulariser et pour conserver sa maison, il doit s’acquitter en totalité de sa dette, à moins qu’il ne retrouve le certificat qui prouve que son père avait des actions dans la banque. Sa sœur, Jane, décide de l’aider dans cette tâche.
Avec tout cela, il n’a ni le temps, ni la patience de s’occuper de ces trois enfants, des bambins qui ont grandi trop vite et qui se sentent obligés de prendre soin de leur père. C’est alors que Mary Poppins débarque afin de remettre de l’ordre dans cette famille.

Pendant toute la durée du film, j’ai dû faire la même chose que beaucoup : comparer le jeu d’actrice de Julie Andrews et de Emily Blunt. Et indéniablement, je préfère la seconde.
Comme dit plus haut, j’ai beaucoup aimé la première Mary Poppins, mais je la trouve froide : elle est belle, elle parvient à sourire quand nécessaire, mais ça sonne faux. Quant à son air sévère, c’est un échec : ses yeux restent rieurs, ils manquent de dureté.
Je n’ai pas eu cette sensation avec Emily Blunt. Elle est magnifique dans le rôle. Son sourire et ses yeux sont cohérents avec les sentiments qu’elle exprime. Elle alterne aisément douceur, sévérité, etc.

J’ai moins bien aimé les chansons, même si je les trouve bien plus intéressantes pour le déroulement de l’histoire. Quant au scénario du film, il est bien plus travaillé que le premier.
Il était un petit peu long par moment, mais j’ai malgré tout adoré ce film.

Santa & Cie

Titre: Santa & Cie
Réalisateur: Alain Chabat
Casting: Alain Chabat, Golshifteh Farahani, Pio Marmai, Audrey Tautou,…
Durée: 1h35
Genre: Comédie Fantastique
Synopsis: Rien ne va plus à l’approche du réveillon : les 92 000 lutins chargés de fabriquer les cadeaux des enfants tombent tous malades en même temps ! C’est un coup dur pour Santa (Claus), plus connu sous le nom de Père Noël… il n’a pas le choix : il doit se rendre d’urgence sur Terre avec ses rennes pour chercher un remède. À son arrivée, il devra trouver des alliés pour l’aider à sauver la magie de Noël. 

L’an dernier, j’avais proposé à mes enfants d’aller voir Santa & cie au cinéma, mais il n’avait pas voulu, et ce, malgré qu’Alain Chabat en soit le réalisateur et y ait un rôle. Ils n’avaient pas envie de voir un film de Noël.
Mais cette année, je ne leur ai pas laissé le choix et on l’a regardé le week-end dernier. Ben ils ont regretté de ne pas l’avoir vu sur grand écran.

À quelques jours de Noël, le père Noël gère la fabrication des derniers cadeaux avec l’aide de ses lutins qui ont tous la même apparences et semblent connectés les uns aux autres. Donc quand l’un tombe soudainement malade, les autres en font autant, mais c’est plutôt violent comme symptômes.
C’est donc au Père Noël de les sauver en se procurant des prunes de kakadou.

Hormis le fait qu’il est drôle, avec Alain Chabat, il ne pouvait pas en être autrement, le film Santa & cie est surtout super bien fait. L’usine à jouet est fabuleuse, la confection des cadeaux est aussi ingénieuse que brillante. Niveau effets spéciaux, il n’a rien à envier aux films américains… et j’ai honte d’avouer que ça nous a étonné autant que ça nous a enchantés.

On a adoré ce film : on a beaucoup ri, on a été charmé par les images mais aussi par l’univers créé. Je le reverrai avec plaisir dès que possible.

Les animaux Fantastiques 2 : Les crimes de Grindelwald

Titre: Les crimes de Grindelwald
Saga: Les animaux fantastiques, tome 2
Réalisateur: David Yates
Casting: Eddy Redmayne, Katherine Waterston, Dan Fogler, Alison Sudol, Jude Law, Johnny Depp,…
Durée: 2h14
Genre: Fantastique
Synopsis: 1927. Quelques mois après sa capture, le célèbre sorcier Gellert Grindelwald s’évade comme il l’avait promis et de façon spectaculaire. Réunissant de plus en plus de partisans, il est à l’origine d’attaque d’humains normaux par des sorciers et seul celui qu’il considérait autrefois comme un ami, Albus Dumbledore, semble capable de l’arrêter. Mais Dumbledore va devoir faire appel au seul sorcier ayant déjoué les plans de Grindelwald auparavant : son ancien élève Norbert Dragonneau. L’aventure qui les attend réunit Norbert avec Tina, Queenie et Jacob, mais cette mission va également tester la loyauté de chacun face aux nouveaux dangers qui se dressent sur leur chemin, dans un monde magique plus dangereux et divisé que jamais.

On a été voir ce second film issu des animaux fantastiques tout de suite à sa sortie, J’écris ma chronique début décembre, en différé de deux semaines, ce n’est déjà plus très frais, donc je ferai au mieux. Il a fallu attendre deux ans et on n’a vraiment pas été déçu.

A la fin du premier, Grindelwald a été capturé par le MACUSA, le gouvernement américain de la magie. Au début de celui-ci, il parvient à s’échapper et retourne en Europe ou il commence ou continue, je ne sais plus trop, à terroriser le continent.
Norbert Dragonneau, quant à lui, a l’interdiction de quitter l’Angleterre puisque les autorités anglaises estiment qu’il a à moitié détruit New-York. Cela se complique lorsque Dumbledore le contacte pour en faire son agent contre Grindelwald. Bien entendu, il refuse, mais des événements personnels le conduisent à Paris.

Décidément, l’univers des animaux fantastiques est extraordinaire.
On retrouve des créatures qu’on connaît : les sombrals, les bébés nifleurs trop meugnons, les épouvantards, etc.
Mais on en découvre également de nouveaux : un certain nombre qui sont dans le cirque Arcanus, notamment le Zouwu qui est magnifique. Et je ne parlerai même pas des nouveaux animaux qui apparaissent dans l’antre de Norbert, parce que oui, on explore sa maison et c’est trop bien… sa cave n’est pas si différente de sa valise -_-

J’ai entendu autant de mal que de bien de ce film.
Certains parlaient d’incohérences avec l’univers de Harry Potter, je pense que c’est surtout par rapport au personnage qui est exploité par le cirque. J’avoue que ça m’a un peu fait la même impression.
Le deuxième point qui a beaucoup fait parler, c’est la tenue de Dumbledore : il est en costard et non en une robe de sorcier. Mais on peut surtout se demander : à quel moment les professeurs de Poudlard ont troqué leurs tenues civiles contre des robes de sorciers, parce que McGonagall est vêtue normalement.

Ce film a été étonnant à tout point de vue.
Il est beaucoup plus sombre que tous les films issus de l’univers Harry Potter. Grindelwald est autrement plus méchant que Voldemort.
Les choix et les décisions des personnages sont délicats à prendre, cruciaux pour l’avancée de l’histoire et surprenants pour certains, mais malgré tout cohérent avec leur caractère.

J’ai beaucoup aimé ce film. Il est beau visuellement parlant. Le scénario est travaillé et passionnant.
J’ai hâte de pouvoir le revoir afin de passer en détail tout ce que j’ai pu louper.