Pas un bruit/Hush

Titre : Pas un bruit (Hush)
Réalisateur : Mike Flanagan
Casting : Kate Siegel, John Gallagher Jr., Michael Trucco et Samantha Sloyan
Durée : 1h27
Genre : Epouvante, Thriller
Synopsis : Une écrivain sourde et muette se retrouve séquestrée dans son chalet par un tueur aussi sadique que déterminé…

Je n’étais pas certaine que ce film entrait dans la sous-catégorie Nausicaä et la vallée du vent, ce n’est ni écologique ni vraiment nature-writing. Pourtant, je n’ai pas totalement tapé à côté : l’héroïne, Maddie, habite dans une maison, à l’écart de tout, au milieu de la forêt.
Son amie et voisine, Sarah, essaie de se réfugier chez elle quand un serial killer l’attaque. Malheureusement, il la tue alors que Maddie a le dos tourné et comme elle est sourde et muette, elle n’entend rien. Quand il a fini sa sale besogne, il décide de faire mumuse avec Maddie.

L’histoire était ce que j’en attendais… un classique film d’horreur : le meurtrier qui guette, joue avec sa victime et tente de la tuer tandis qu’elle essaie de survivre.
L’originalité vient du fait de son handicap : difficile de prévenir les secours quand on est muette, impossible d’entendre le meurtrier approcher. Il y a quelques scènes où le réalisateur joue avec ce silence total, mais pas beaucoup. Il aurait davantage pu en incorporer et rendre certains passages plus angoissants, mais il ne l’a malheureusement pas fait. C’est dommage.

J’ai bien aimé le personnage de Maddie, elle est douce, sympathique et drôle… enfin au début. Pour les autres, je n’ai pas vraiment d’avis : Sarah m’a laissé indifférente et y a eu un truc avec John (peut-être parce qu’il est joué par Michael Trucco que j’ai vu dans tellement de série <3 ), mais il a déconné. Quant au tueur, ne connaissant rien de lui comme beaucoup de films du genre, il m’a laissé indifférente.
Bref, le film s’est laissé voir, sans plus.

Automne des Enchanteresses
Nausicaä de la vallée du vent (Nature Writting, Ecologie, Nature, Post-Apocalyptique)

Cercle

Titre : Cercle
Réalisateur : Mario Miscione & Aaron Hann
Casting : Michael Nardelli, Molly Jackson, Jordi Vilasuso, Julie Benz, etc.
Durée : 1h27
Genre : Épouvante, suspens
Synopsis : Plusieurs personnes kidnappées pour être exécutées doivent choisir celui ou celle qui mérite de vivre parmi eux.

J’ai regardé ce film samedi dernier. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Enfin si puisque j’avais vu la bande-annonce sur Netflix, je connaissais donc le pitch.
Plusieurs personnes se réveillent dans une salle, tous positionnés en cercle comme sur l’affiche. Toutes les deux minutes commence un décompte de dix secondes et à la fin l’un d’eux meurent. Assez vite, les participants se rendent compte que ce n’est pas aléatoire et que ce sont à eux de décider qui doit vivre ou mourir. Mais comment faire un tel choix ?

C’est 1h30 de discussions et de pourparlers, je n’ai pas calculé si c’était en temps réel, mais c’est fort possible. Il n’y a pas d’action si ce n’est les morts successives… entrecoupées de dialogues afin de comprendre ce que les personnages font là, quelles sont les règles du jeu, comment déterminer le prochain sacrifice, etc. Bref, toutes les questions qu’on se pose au fil des minutes.
Je me suis rapidement prise au jeu, j’ai suivi ce film avec beaucoup d’intérêt et ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Parfois, c’était un peu dur de suivre parce qu’il y a beaucoup de personnages, tellement que je n’ai pas eu le temps de m’attacher à l’un d’eux… j’avoue que je ne me rappelle même pas leur nom… peut-être deux ou trois, mais c’est faible pour une cinquantaine de participants.
En ce qui concerne les acteurs, il n’y a pas de tête d’affiche. Pourtant, j’ai été surprise de découvrir que beaucoup ne m’étaient pas inconnus. Sans pour autant connaître leur nom, j’avais déjà vu leur visage dans des séries ou des téléfilms.
C’est le cas de Julie Benz (Darla dans Buffy et Angel ou Rita dans Dexter) pour ne citer qu’elle.

Finalement, on ignore ce qui a mené tout ce petit monde dans ce jeu… il y a bien un semblant d’explication, mais c’est assez bancal et surtout très succinct . J’ai vu qu’il y avait pas mal d’explications sur le net en ce qui concerne la fin. Je suis assez tentée d’aller voir ce qu’ils en disent. Non pas qu’elle ait été incompréhensible, mais malgré une chute qui m’a laissée sans voix tant je l’ai estimée géniale (pas surprenante mais super bien jouée), j’ai trouvé qu’elle amenait plus de questions que de réponses.
À signaler également que sur Netflix, le film est en V.O. sous-titrée, ce qui pour moi est assez rédhibitoire (il n’y a qu’en Japonais où ça ne me pose aucun problème, en anglais ça a tendance à me saouler). Mais pas là.
J’ai adoré ce film, il m’a un peu fait le même effet que Cube.

Automne frissonnant :
Les chimères de la Sylve Rouge (Gothique, Vampire, Créatures de la nuit)

Dracula Untold

Titre : Dracula Untold
Réalisateur : Gary Shore
Casting : Luke Evans, Sarah Gadon, Dominic Cooper, Art Parkinson, etc.
Durée : 1h32
Genre : Fantastique
Synopsis : L’histoire débute en 1462. La Transylvanie vit une période de calme relatif sous le règne du prince Vlad III de Valachie et de son épouse bien-aimée Mirena. Ensemble, ils ont négocié la paix et la protection de leur peuple avec le puissant Empire ottoman dont la domination ne cesse de s’étendre en Europe de l’Est. Mais quand le sultan Mehmet II demande que 1000 jeunes hommes de Valachie, dont le propre fils de Vlad, Ingeras, soient arrachés à leur famille pour venir grossir les rangs de l’armée turque, le prince doit faire un choix : abandonner son fils au sultan, comme son père l’a fait avant lui, ou faire appel à une créature obscure pour combattre les Turcs et par là même assujettir son âme à la servitude éternelle. Vlad se rend au pic de la Dent Brisée où il rencontre un abject démon et conclut un accord faustien avec lui : il acquerra la force de 100 hommes, la rapidité d’une étoile filante et les pouvoirs nécessaires pour anéantir ses ennemis, en l’échange de quoi, il sera accablé d’une insatiable soif de sang humain. S’il parvient à y résister pendant trois jours, Vlad redeviendra lui-même, et sera à même de continuer à protéger et gouverner son peuple, mais s’il cède à la tentation, il entrera le monde des ténèbres pour le restant de ses jours, condamné à se nourrir de sang humain et à perdre et détruire tout ce et ceux qui lui sont chers.

Ça fait un moment que je voulais voir ce film, mais les critiques que j’ai lues ont été tellement mauvaises que j’ai reculé son visionnage jusqu’à hier. Je dois bien avouer que ce qui m’a surtout poussé à le mettre, c’est la présence de Luke Evans – oui, je suis faible… une fois de plus. Je l’ai kiffé dans Le Hobbit, et dans La Belle et la Bête, il n’y avait pas de raison que je ne l’apprécie pas là.

Vlad l’empaleur est roi de Transylvanie. Depuis dix ans, il est en paix avec l’empire Ottoman jusqu’à ce que Mehmet II lui demande un tribu de 1000 enfants dont son fils unique. C’en est trop et Vlad refuse de payer un tel prix. Pour vaincre l’armée turque, il va chercher le pouvoir au pic de la Dent Brisée, auprès d’une créature de l’ombre : un vampire.

Le film en lui-même se laisse voir, je n’ai pas vu le temps filer et ne me suis pas ennuyée. Il est bien rythmé et les effets spéciaux sont bien faits (mais de nos jours, ça n’a rien d’étonnant pour un blockbuster américain, je suis même tenté de dire : heureusement !).
Pendant tout le film, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un comparatif avec le Dracula de Francis Ford Coppola. Ce qui m’a surtout perturbé, c’est le nom de la femme de Vlad : Mirena (pour moi, ça restera toujours Elizabeta). D’ailleurs, en parlant du personnage-là, j’ai eu du mal, elle a un visage doux et elle est jolie, pourtant elle m’a laissé indifférente… elle est très loin d’être au niveau de Winona Ryder.
J’ai été déçue par la prestation de Luke Evans. J’ai trouvé que le rôle ne lui allait pas – je suis bien incapable d’expliquer cette impression -, et même les nombreuses scènes où on le voit torse nu ne m’ont pas fait changer d’avis.

J’ai beau chercher ce que je pourrais en dire de plus et je ne vois pas.
Le film n’était pas transcendant, mais j’ai passé un bon moment et je n’en attendais rien d’autre.

Automne frissonnant :
Les chimères de la Sylve Rouge (Gothique, Vampire, Créatures de la nuit)

All Hallows’ Eve

Titre : All Hallows’ Eve
Réalisateur : Charlie Vaughn
Casting : Lexi Giovagnoli, Ashley Argota, John DeLuca
Durée : 1h32
Genre : Familial
Synopsis : Au lieu d’invoquer l’esprit de sa mère défunte, une adolescente réveille par mégarde une sorcière vengeresse prête à détruire toute la ville.

Il existe deux films qui portent ce nom : celui de 2013 est un film d’horreur, celui de 2016 est un film jeunesse.
Bien entendu, c’est le second que j’ai vu.

Le synopsis m’a paru sympathique :
Eve fête son 18ème anniversaire le soir d’Halloween. Son père lui donne la clé d’une malle contenant les affaires de sa défunte mère. En fouillant dedans, elle découvre entre autre un médaillon et un grimoire. Il n’en faut pas plus pour réveiller ses pouvoirs de sorcière. Elle a alors le tort de lire à voix haute une formule magique, ce qui libère une sorcière maléfique.

J’ai fait quelques recherches pour écrire cette chronique et parmi les informations trouvées, voici celle que j’ai retenue : c’est un film indépendant. J’aurais aimé pouvoir rédiger un avis positif, mais ce n’est pas le cas. C’était une catastrophe… un navet.
Je tiens à préciser que je n’avais pas cette affiche sur Netflix, sinon je ne l’aurais jamais ne serait-ce que penser à le regarder.
Je ne compte pas m’étendre sur le sujet, je vais faire court et cinglant.

La façon dont c’est tourné le fait passer pour un film de série Z. Les costumes font cheap et le fait que les personnages les trouvent trop beaux rend la chose encore plus risible.
Les acteurs sont mauvais à l’exception, peut-être, de deux : celle qui tient le rôle principal, sa prestation n’est pas exceptionnelle, mais ça passe et la méchante sorcière Delayna qui s’est révélée sur le dernier acte.
Pour les autres, c’était surjoué et pas crédible pour un sou.

Une grosse déception pour ce film… j’ai perdu 1h30 de ma vie (rendez-les moi !). Bon, heureusement, j’avais bien senti que ce serait une daube et je n’ai pas totalement perdu mon temps puisque j’en ai profité pour coudre mes masques de Noël.

Automne Douceur de vivre :
A window to the past (Sorcière, Sorcier, Magie, SFFF)

Enola Holmes

Titre : Enola Holmes
Réalisateur : Harry Bradbeer
Casting : Millie Bobby Brown, Henry Cavill, Sam Claflin, Helena Bonham Carter, Louis Partridge, Fiona Shaw
Durée : 2h03
Genre : Aventure, policier
Synopsis : Enola, la jeune sœur de Sherlock Holmes, met ses talents de détective à l’épreuve pour tenter de retrouver sa mère disparue et déjouer une dangereuse conspiration.

Depuis qu’il est sorti sur Netflix, on se cherchait du temps pour le voir en famille. Ce week-end, on s’est bloqué le vendredi soir et on l’a enfin regardé.
Holmes, me direz-vous ? Comme le célèbre détective ? Eh oui, Enola n’est autre que sa jeune sœur, une héroïne qu’on trouve dans une saga littéraire et BD.

Elle a vécu auprès de sa mère jusqu’à ses 16 ans tandis que ses aînés, Mycroft et Sherlock, menaient à bien leur vie et surtout leur carrière. Mais le jour de ses 16 ans, sa mère disparaît mystérieusement sans laisser ni mot, ni explication. Enola fait donc appel à ses frangins. Mycroft, qui subsistait aux besoins de sa famille, devient donc le tuteur de sa sœur et, la trouvant bien mal élevée, décide de l’envoyer au pensionnat. Malheureusement, c’est sans compter sur le caractère de la jeune fille qui mène l’enquête et découvre les indices laissés par sa mère. Elle finit par s’enfuir à Londres, non seulement pour retrouver Eudora Holmes, mais également pour échapper au despotisme patriarcal de ses frères.

Comme beaucoup de séries ou de films Netflix, il a un fort côté féministe : Enola est cultivée et a reçu une éducation très moderne : histoire, science, littérature/philosophie, mais également sport de défense (Jujitsu). Et surtout, son destin lui appartient et, elle est bien décidée à vivre sa vie comme elle l’entend.
Elle ressemble sur beaucoup de points à son frère Sherlock : une vive intelligence, un esprit de déduction hors du commun. Mais sur certains détails, elle diffère de lui, elle montre plus d’empathie et est incapable de rester sans rien faire quand un jeune lord est en difficulté.
C’est un personnage que j’ai beaucoup aimé. Je n’ai eu aucun mal à m’y attacher, contrairement à Mycroft qui m’a exaspérée – un sentiment qu’il m’inspire dans pas mal de versions (Elementary, Sherlock,…).

J’ai apprécié le jeu d’actrice de Millie Bobby. Je la connaissais dans la série télé Stranger Things et je la trouvais déjà douée. Je redoutais qu’elle ne réussisse pas à se détacher de son personnage de Elf, mais mes craintes étaient infondées : son talent est une fois de plus confirmé dans ce film. À voire les prochains.
J’ai été déçue par Henry Cavill qui joue Sherlock et je ne l’ai pas trouvé convaincant dans le rôle. Il n’est pas assez froid et détaché. Il lui manque ce côté supérieur qu’il arbore dans chacune des versions que j’ai vues. Et puis, il est un peu nul en détective dans ce film, du moins lorsqu’il s’agit de sa sœur. Elle a une sacrée longueur sur lui.

J’ai adoré la mise en scène. Ça m’a fait penser aux films Sherlock Holmes avec Robert Downey Jr et Jude Law : des flashbacks, des raisonnements qui prennent vie en image, etc. Très joli visuellement.
On a passé un bon moment : on n’a pas vu le temps passer. J’ai ri, j’ai craint pour sa vie, j’ai vécu les émotions avec la même intensité qu’Enola.

J’ai adoré ce film, la fin semble annoncer une suite… j’espère ! En tout cas, j’ai bien envie de découvrir les romans et les BD.

Automne frissonnant :
Je suis Médée, vieux crocodile ! (Trahison, Thriller, Policier, Horreur, Épouvante)