Tous sauf une – Raquel Bonita

Titre : Tous sauf une
Auteur : Raquel Bonita
Éditeur : Balivernes
Nombre de pages : 32
Quatrième de couverture : Une petite taupe en balade
mais est-elle vraiment toute seule ?
Une petite taupe vit sous terre avec toutes les autres taupes.
Mais un jour elle a envie de découvrir le monde et elle part à l’aventure. Mais même si elle passe au-dessous des oiseaux, au-dessus des poissons et au milieu des éléphants, elle se retrouve toute seule. Mais ni une, ni deux, ni trois, alors qu’elle n’était qu’une, voilà ses deux parents qui la rejoignent et ils se retrouvent à trois !

Avant tout, je tiens à remercier la masse Critique Babelio ainsi que les éditions Balivernes pour ce partenariat.
La couverture autant que le résumé m’a incitée à postuler pour cet album.

Une est une petite taupe qui quitte le terrier où elle vit avec toutes les autres taupes. Elle s’éloigne et découvre différentes créatures (volantes, aquatiques et terrestres). Jusqu’au moment où elle se perd.
Comme je le disais plus haut, la couverture m’a plu, surtout le character design tout simple de Une. J’ai aussi aimé l’apparence des oiseaux, des poissons et des éléphants. En revanche, je n’ai pas accroché au texte, il est trop minimaliste, un peu comme un aiku. Il ne m’a pas parlé.

C’est vraiment une lecture pour les plus de trois ans.
Je pensais pouvoir le lire à des enfants plus jeunes, habituellement si le texte n’est pas trop long comme c’est le cas présentement, ça passe bien. Mais pas là.
Avant 3 ans, il est trop difficile à appréhender pour plusieurs raisons :
– Une a la même apparence que ses congénères si ce n’est la couleur de son pelage et la forme des yeux, du coup, les petits ne la remarquent pas, leur regard ne s’arrête pas dessus alors que les oiseaux ou les poissons colorés attirent leur attention.
– il regroupe deux notions : l’une d’espace (au-dessus, en-dessous, parmi) et l’autre numéraire (un, deux, trois). C’est trop pour les petits.
– le texte n’est pas assez descriptif pour que la sauce prenne. C’est trop dans la déduction.
Je n’ai malheureusement pas sous la main d’enfants de plus de 3 ans, je ne pourrais donc pas essayer. Je redoute le fait qu’il n’y ait pas assez de différences dans le character design des taupes pour donner envie aux plus grand de s’y attarder : soit ils seront fascinés, soit insensibles. À voir.

Même si j’ai bien aimé les illustrations simples et minimalistes (pour moi, c’est vraiment la force de cet album), le texte m’a laissée indifférente.

La Mission de la Dernière Chance – Gaya Tameron & Emmanuelle Ramberg

Titre : La Mission de la Dernière Chance
Auteure : Gaya Tameron
Illustratrice : Emmanuelle Ramberg
Éditeur : Livresque
Nombre de pages : 42
Quatrième de couverture : La montre magique, qui permet au Père Noël de faire sa livraison de cadeaux en une seule nuit, est en panne. Le 24 Décembre approche et cette année, Noël est en péril. Le Père Noël et son ami, le plus ancien des lutins, se rendent à Barsica, la cité de cristal, où a été fabriquée la montre à gousset. Après un long périple et un examen approfondi, le verdict est sans appel : la montre n’est pas réparable. La magie de Noël ne cesse de dépérir chez les enfants du monde entier. Le Père Noël n’a plus qu’une seule solution, ranimer l’esprit de Noël dans leurs cœurs. Réussira-t-il cette mission qui semble impossible ?

J’avoue que j’ai acheté cet album parce que la couverture me plaisait, et la période de Noël se prêtait à une telle lecture. Par contre, je m’attendais à un roman jeunesse et quand je l’ai reçu, j’ai eu l’agréable surprise de découvrir que c’était un album illustré. De toute façon, même si j’avais lu le résumé, je n’aurais pas rien su du genre de cette lecture… et puis, je n’ai pas ressenti le besoin de lire la quatrième de couverture : le titre était bien assez évocateur. Donc je me suis lancée dans l’aventure aux côtés de Père Noël.
La montre magique qui lui permet de livrer les cadeaux aux enfants en une seule nuit est tombée en panne. Il doit donc trouver un moyen de la réparer et se tourne vers ses lutins pour qu’ils l’aident. C’est un peu court, mais difficile d’en dire davantage sans dévoiler toute l’histoire.

J’ai bien aimé l’histoire. Elle est toute simple et plaisante. La police de caractère utilisée est faite pour faciliter la lecture des dyslexiques. C’est un gros plus pour cet album.
En ce qui concerne les personnages, j’ai apprécié le Père Noël : son background puisque ce n’est pas le premier, mais le dernier en date. Et malgré son âge, il fait son maximum pour que tout se passe bien. On n’apprend pas grand-chose sur les lutins et c’est dommage parce que je n’ai pas réussi à m’attacher à leur personnalité, même si le plus ancien, Gilbert, se montre sage et avisé dans ses conseils, ce qui m’a plu.

Les dessins sont mignons comme tout, semblables à celui de la couverture. J’ai adoré le character design de chacun. Les couleurs sont douces et harmonieuses. Les décors m’ont plu, ils ont un côté très hivernal : épuré et pourtant avec beaucoup de nuances pastel.
Je n’ai qu’un bémol : la fin est trop rapide, un peu précipitée et m’a ainsi donné l’impression d’être bâclée. Le Père Noël parvient à accomplir sa mission (sans surprise, hein ?) en faisant intervenir d’autres personnes, mais la façon dont cela se fait ne m’a pas convaincue.
Malgré cela, j’ai adoré cette histoire, elle était rondement menée et chouette surtout en cette période de fin d’année.

Généalogie d’une Sorcière – Benjamin Lacombe & Sébastien Perez

Titre : Généalogie d’une Sorcière
Texte : Benjamin Lacombe & Sébastien Perez
Illustrations : Benjamin Lacombe
Éditeur : Seuil
Nombre de pages : 105
Quatrième de couvertureCoffret de luxe comprenant : – La Petite Sorcière et Grimoire de Sorcières.

Ma maman m’a offert ce coffret il y a déjà quelques années pour la St Nicolas : elle savait que j’adorais Benjamin Lacombe et c’est un des quelques albums dont elle m’a fait cadeau. Et je ne la remercierai jamais assez pour toutes les petites attentions qu’elle a envers moi et mes enfants.

Ce coffret est composé de deux albums :
Grimoire de sorcières : c’est une mini encyclopédie qui regroupe des femmes puissantes possédant un don que ce soit de guérisseuse, d’empoisonneuse, victime de malformation physique, etc. Les pseudo-raisons pour les avoir traitées de sorcières ne manquent pas.
Elles sont au nombre de 13 et on commence par la célèbre Lilith, puis viennent Isis, Méduse, Yama Uba (considéré comme un yôkai), Gretchen (la sorcière de Hansel et Gretel), Jehanne (Jeanne d’Arc), (Mona) Lisa, Malvina (la belle-mère de Blanche-Neige), Leonora (sœur de lait de Marie de Médicis), les siamoises Mary et Anny (elles deux, je ne les connais pas), Mambo (Marie Laveau de la Nouvelle-Orleans), Olga (en gros, c’est la Reine des Neiges qui a voyagé sur le Titanic), Lisbeth (c’est le personnage du second album de ce coffret – oups, j’aurais peut-être dû commencé ma lecture par celui-ci)
On découvre leur histoire, leurs pouvoirs et la façon dont ils se sont développés.
Chaque récit est joliment illustré. À tel point que parfois, je me suis demandé si certains dessins étaient des photos de réels objets retouchés ou plus probablement des trompe-l’œil (ou trompe-les-n’yeux comme j’aime le dire pour rire).
Je connaissais quasiment tous les personnages. Néanmoins, c’était sympa de découvrir quelle version de leur histoire les auteurs ont choisi de raconter dans ses pages.

La petite sorcière : Lisbeth va chez sa grand-mère afin de passer ses vacances de Noël chez elle. Elle y retrouve son ami, Edward qui l’attendait avec impatience. Deux événements changent la vie de la jeune fille : elle découvre sa généalogie dans un grimoire de sorcières, ce qui réveille ses pouvoirs. Et grâce à cela, elle part à la recherche d’Edward qui a disparu.
Alors en effet, j’aurais peut-être dû commencer par cette lecture, pour deux raisons assez simples : d’un, Lisbeth est le personnage qui clôture le second album de ce coffret donc je me suis un peu spoilé son histoire. Et de deux, parce que le fameux grimoire qu’elle lit contient sa généalogie de sorcières : les sorcières citées et les pages énumérées font clairement référence à l’autre album.
Finalement, c’était quand même plaisant et surprenant de lire dans cet ordre, comme ça, je connaissais les détails du grimoire et je n’ai pas eu besoin d’interrompre ma lecture pour m’y reporter.
C’était une lecture plaisante et surtout rapide… peut-être trop. La période où se déroule l’histoire convient parfaitement à décembre et les paysages enneigés m’ont mise dans l’ambiance de Noël et j’ai aimé ça.
Les dessins sont aussi beaux qu’à l’accoutumée, avec ce petit brin d’étrangeté caractéristique à Benjamin Lacombe.

Je suis ravie d’avoir enfin lu ces deux bouquins, ça faisait longtemps qu’ils me faisaient de l’œil du haut de mon étagère. Du coup, j’ai profité du Cold Winter Challenge pour le sortir de ma PàL. Je trouvais qu’un récit de sorcière était la transition parfaite avec le Pumpkin Autumn Challenge.
C’était deux lectures fort sympathiques que j’ai adorées.

Reine des Neiges – Femme de pouvoir, féminisme, sorcière

Captain Paul et le Sanctuaire des Baleines – Gropapa & Mickael Brunet

Titre : Captain Paul et le Sanctuaire des Baleines
Scénario : Gropapa
Illustrations : Mickael Brunet
Éditeur : Evalou
Nombre de pages : 32
Quatrième de couverture : Au milieu de l’océan arctique, une baleine est prise en chasse par des pêcheurs. C’est pourtant une zone protégée et la pêche y est interdite! Heureusement, Captain Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd, et ses amis sont là! Un nouveau héros de littérature jeunesse accoste en France ! Paul Watson, le fondateur charismatique de l’ONG Sea Shepherd, est connu pour ses actions musclées contre les baleiniers et les braconniers du monde entier. Son courage et son ONG de défense des animaux marins suscitent un tel engouement qu’en France les sympathisants et autres donateurs se montent au demi-million. L’ONG est implantée dans presque tous les pays du monde avec des millions de partisans et des centaines de bénévoles.

Je remercie la masse critique Babelio ainsi que les éditions Evalou pour la confiance qu’ils m’ont accordée en m’acceptant pour partenaire.

Ça fait un moment que j’avais vu cet album et je me demandais ce que ça pouvait donner. Et en le recevant, j’ai découvert qu’il avait été un coup de cœur de La maison des maternelles… une raison supplémentaire de vouloir le lire.

Captain Paul est le fondateur de l’ONG Sea Shepherd, dont les membres tentent de lutter contre le braconnage maritime (couvrant les mers, les océans, mais également le littoral). En début, il y a d’ailleurs une explication sur leurs actions, leur drapeau, les braconniers, etc. À la fin, on a également droit à un imagier de la famille des cétacés, toujours sympathique pour les découvrir.
Dans cet album, le héros et son équipe se rendent au sanctuaire des baleines, un territoire proche du Pôle Nord où toute chasse est interdite. On découvre le décor, et le lecteur a même droit à un petit topo sur les baleines avant que des braconniers ne débarquent pour chasser les cétacés présents. Mais c’est sans compter l’intervention des membres de Sea Shepherd.

Pour un jeune public, c’est une très bonne introduction aux problèmes du braconnage, à l’impunité avec laquelle ils agissent – on le constate quand ils s’en prennent au Bob Barker, le bateau de Captain Paul… de vrais méchants des temps modernes.
C’était une bonne initiative : sensibiliser les enfants sur de telles horreurs et je ne connais pas d’autres albums qui traitent d’un sujet si sensible.

En ce qui me concerne, j’y vois une occasion de dévier légèrement du thème et d’aborder le sujet de l’extinction des mammifères, de la surpêche ou de la pollution maritime, bref, les différentes actions néfastes de l’homme sur les océans.

J’ai beaucoup aimé le character design des animaux. Les baleines sont toutes rondes, c’est trop chou. L’apparence des humains est assez classique afin d’être aussi proche que possible de la réalité, je présume.

J’ai beaucoup aimé cet album, idéal pour les plus de 3 ans. Il faudra que j’essaie de me prendre les prochains albums de cette saga quand ils seront sortis.

Un dragon pour Noël – David Lorenzo

Titre: Un dragon pour Noël
Auteur: David Lorenzo
Éditeur: Evalou éditions
Nombre de pages: 32
Quatrième de couverture: Pour Noël, Ely a demandé quelque chose de très particulier.
Sa maman a bien décidé de l’en dissuader, mais Ely a tenu bon, envoyé sa lettre au Père Noël, et découvert son paquet au pied du sapin.
Et qu’y avait-il dedans? Un œuf…qui a rapidement éclos, découvrant un tout petit dragon si mignon, qu’elle baptise Tyson.

Je tiens avant tout à remercier chaleureusement la Masse Critique Babelio ainsi que les éditions Evalou pour la confiance qu’ils ont placée en moi. Je suis ravie d’avoir obtenu ce partenariat qui m’a beaucoup plu.

Petite parenthèse avant de commencer ma chronique : je ne connaissais pas du tout la maison d’édition Evalou, petite maison d’édition indépendante de Seine-et-Marne. Dans l’enveloppe était joint un petit catalogue de leurs albums pour les 3 à 10 ans : hormis les détails techniques, on a droit au résumé de l’histoire et une petite illustration pour nous mettre l’eau à la bouche – et c’est réussi, j’ai mordu à l’appât, j’ai grande envie de découvrir plus avant cette maison d’édition.

Commençons sans plus attendre :
Le titre en dit long sur la trame principale de l’histoire. Ely demande au père Noël un cadeau un peu spécial. Comme le bonhomme à barbe blanche est super sympa (et pas très malin sur ce coup-là, faut bien le dire), il accède à sa demande… Enfin, on le suppose puisque le matin de Noël, la petite fille reçoit un œuf qui ne tarde pas à éclore, et qu’est-ce qui en sort ?
Un dragon ! Quelle surprise pour Ely !
Malheureusement, elle est loin d’imaginer ce qui l’attend et surtout les soins que cette fabuleuse créature demande.
L’auteur aurait pu mettre en scène la même histoire avec un chien ou n’importe quel animal domestique… Mais il a opté pour le dragon et il a bien fait, ça aurait probablement été moins drôle autrement.

J’ai bien aimé les illustrations. Les couleurs choisies sont douces et harmonieuses.
Je ne suis pas fan du character design d’Ely, même s’il ajoute au comique des situations (ses mimiques m’ont un peu fait penser à Arale dans docteur Slump) , par contre, j’adore celui du dragon : assez simple tout en restant mignon.

Je l’ai bien entendu lu aux enfants de 2 ans et demi. Comme il y avait pas mal de texte, je redoutais de perdre l’un des deux mais non, du tout. Ils sont resté scotchés au récit et ont même ri par moment. Un très bon point pour cet album.

J’ai adoré cette lecture, j’ai passé un excellent moment et je ne peux que le recommander aux petits comme aux grands, surtout si les enfants insistent pour qu’on leur offre un dragon.