Les Trinités – Manuel des joueurs

Titre: Trinités, manuel des joueurs
Éditeur: Les XII Singes
Nombre de pages: 208
Quatrième de couvertureAu début du XXIe siècle, des entités s’affrontent dans les coulisses de notre monde au cours d’une grande lutte mystique, véritable épopée qui commença en Éden, dans le paradis perdu, au cours du premier âge du monde. Il s’agit d’êtres unissant un esprit de la Lumière et un esprit des Ténèbres dans le corps d’un humain : les Trinités. Tous les ouvrages de la première édition sont compatibles avec cette nouvelle édition.

Après concertation avec mes joueurs, on a opté pour tester le jeu de rôle Trinités.
Le principe nous plaisait vraiment bien : l’alliance combat et magie. L’histoire des Vies Antérieures promet des voyages intemporels, et des aventures épiques. N’ayant pas encore joué, on s’est peut-être un peu emballés. On verra.

Je viens de terminer le Manuel des Joueurs qui est censé être la base au niveau du contexte autant que des règles… et j’avoue que c’est une catastrophe.
Il illustre parfaitement le souci rencontré depuis quelques temps au sein de la communauté rôliste : il est hermétique pour tout nouveau joueur et honnêtement, même pour moi qui ai déjà masterisé quelques jeux compliqués tel que Vampire ou plus simple comme Earthdawn, j’ai trouvé que la lecture de ce manuel et la compréhension du système de jeu étaient laborieuses.

Commençons par le commencement : déjà, contrairement à d’autres livres de base, la partie “comment utiliser ce manuel” est très succincte et résume très brièvement le contenu des chapitres – on ne peut donc pas s’appuyer dessus.
Puis, on a droit à toute une partie nommée Les Vérités qui est censée placer le background. On commence avec un exemple romancé de réveil de Trinité, sauf que le contexte n’étant quasiment pas mis en place, ça demande de la concentration mais aussi une seconde relecture. Les autres manuels le font aussi et ça m’a toujours gonflée, donc rien de nouveau sous le soleil.
Puis heureusement, on entre dans le vif du sujet… ou pas, étant donné que les explications données sont assez confuses, principalement dû à la tournure de certaines phrases ; autant le dire, ils tournent autour du pot au lieu de dire les choses clairement, genre : pour les 8, même après avoir relu trois fois la présentation, j’étais incapable de savoir quel était leur rôle, leur rapport avec les Trinités ou comment ils intervenaient dans le jeu, j’ai cru que c’était des castes que les joueurs devraient choisir dans la création de personnages… ben non – heureusement, Google est mon ami et j’ai réussi à trouver des éclaircissements.

Pour les règles, c’est tout aussi confus. Beaucoup sont décrites par rapport au contexte mais quasiment rien sur la façon dont elles s’insèrent dans le jeu. Pour tout ce qui est actions, il n’y a pas de problème, par contre, pour les pouvoirs spécifiques des Trinités qui utilisent karma, versets, aura etc. c’est très flou. On a quelques indications vagues, genre : le MJ peut lire les encadrés au joueur… ok mais, quand ? Où ? Comment le MJ insère ça ? Y a huit demi-pages d’encadrés, je leur lis comme ça tout de go, peu importe le messager qui le dit… loin de moi l’idée d’en rajouter mais si ce n’est pas placé judicieusement, je vais perdre mes joueurs avant même d’avoir commencé la première aventure, hein !
Pareil pour les ressources, c’est un peu flou surtout lorsqu’il s’agit du réseau : à priori, on dépense ses points-là comme celle du domaine et autant je le comprends sur ce dernier détail, autant je trouve ça assez naze pour le réseau. Il aurait fallu compenser par un système de dette envers le PNJ, ce qui permet de lancer les joueurs sur une aventure ou un truc du genre… ça se regagnerait avec des points d’expériences… eh ben… on n’est pas sorti de l’auberge et ils ne sont pas prêts d’avancer comme ça…

Bref, il y a énormément de zones d’ombre. Je vais être obligée de compléter mes propres règles pour compenser les lacunes et c’est pénible, il va falloir les noter et ne pas les oublier, histoire d’éviter les incohérences.
La présentation du jeu était chaotique mais un peu moins que ce à quoi je m’attendais.
Je serai fixée dans les prochaines semaines pour la création des personnages.

Contes ensorcelés : Volume 1 – Antoine Bauza

Contes ensorcelés - volume 1Titre: Contes ensorcelés – Volume 1
Auteur: Antoine Bauza
Éditeur: Septième cercle
Nombre de pages: 47
Quatrième de couverture:
Interprétez une p’tite sorcière ou un p’tit mage et apprenez à maîtriser ses pouvoirs !
Accompagné de votre familier, vivez des aventures fantastiques, pleines de phénomènes insolites, de créatures merveilleuses et de personnages rocambolesques !
Vous trouverez dans ce livre-jeu tout le nécessaire pour votre première partie : la formule pour la création des personnages, les ingrédients des règles ainsi qu’un conte prêt à jouer !

J’ai acheté ce petit fascicule le mois dernier parce que je tenais à faire découvrir les jeux de rôle à mes enfants. J’aurai pu leur préparer une aventure toute simple, pas prise de tête et totalement bourrine d’Earthdawn, mais j’avais peur que pour leur âge, surtout celui de la puce, ce ne soit un peu duraille… et surtout trop complexe au niveau des règles de jeu.

J’ai donc lu en une journée les règles de Contes ensorcelés et on a commencé la première partie mercredi après-midi mais j’y reviendrai plus loin.
Quand on a déjà masterisé des jeux de rôle, celui-ci en est presque difficile de par sa simplicité… j’ai bien dit presque. Pour de jeunes joueurs et un premier mastering, c’est le livre de règle idéal. La feuille de personnage est simple mais complète, il y a même une case ovale pour que les enfants puissent dessiner leur personnage. Et on n’a besoin que de deux dés de 6 pour les lancés d’action.

Contes ensorcelés p23Le livre se compose de plusieurs parties :
– une introduction expliquant comment utiliser ce fascicule (comme à peu près tous les livres de règles)
– la présentation de l’univers : le Pièce-monde avec ses deux cartes (une de Pile et une de Face)
– comment créer son personnage, accompagné de deux modèles pour illustrer le tout
– les règles du jeu avec des tables de difficultés et un certain nombre d’exemples d’actions possibles
– des conseils pour le conteur (ou Maître du Jeu)
– une aventure en 5 chapitres : Chocolat ensorcelé
Au fil des pages, on découvre également les illustrations amusantes de Arnü West et Albertine Ralenti, ça rajoute une touche enfantine mais sympathique et amusante.
J’ai trouvé que le livre était vraiment bien fait, seul bémol : l’univers. Il semble très intéressant mais la description un peu trop succincte… ça peut être bien de préparer quelques détails pour mettre les loulous dans l’ambiance comme des noms drôles pour les personnages secondaires, ou pour les magasins et confiseries installées à Ellys…

On a donc joué notre première partie mercredi, avec trois enfants. La création du personnage nous a pris 1 bonne heure mais comme il y avait un petit de 6 ans, c’était normal.
Et le premier chapitre nous a pris tout autant de temps principalement parce que, comme conseillé dans le livre, je leur ai fait mimer certaines actions, ils ont beaucoup ri et comme souvent, ça a débordé. Mais ce n’était pas méchant, donc je les ai laissés rire et s’amuser, les recadrant subtilement comme tout bon maitre du jeu et puis, même moi, je me suis amusée à prendre des voix différentes et à mimer les PNJ, ça les a éclatés.
Bref, ça leur a vraiment plu et on jouera la prochaine partie dimanche matin.

Happy Couture – Annabel Wringley

Happy coutureTitre: Happy Couture
Auteur: Annabel Wringley
Éditeur: Marie Claire
Nombre de pages: 176
Quatrième de couverture
: Petites (et grandes) filles n’auront que l’embarras du choix parmi ces boucles d’oreilles, bagues, porte-monnaie, coussin etc qu’elles pourront confectionner elles-mêmes en toute facilité grâce au livre Happy Couture. Des accessoires tendances et originaux qui feront des jalouses parmi les copines !
28 projets pour créer votre propre style.

Étant une triple buse en couture, ayant grandement envie d’en apprendre davantage dans ce domaine et de pouvoir m’essayer dans cette activité que ma fille rêve de faire depuis des mois, j’ai donc tenté ma chance lors de l’avant-dernière masse critique Babelio que je remercie ainsi que les éditions Marie Claire.

J’ai trouvé qu’il était vraiment très bien fait pour les enfants comme pour les débutants en couture qui veulent se lancer dans de petites créations.
Je vais commencer par faire un topo rapide sur l’auteure : elle vit en Virginie, Etats-Unis, et tient un atelier de couture pour enfant. Elle sait donc de quoi elle parle dans ce livre et s’adresse principalement aux petites filles.
Happy Couture p46Dès les premières pages, on a droit à une explication et des conseils sur la meilleure manière d’utiliser ce livre. Il y a trois types de créations : fastoche (comme son nom l’indique, idéal pour commencer), les mini-défis (étape 2 après avoir gagné quelques points d’Xp), et prends ton temps, demande de l’aide (des créations qui exige de la patience et le coup de main d’un adulte).
Les conseils donnés parlent aux grands comme aux petits : rester positive, se servir de son imagination, s’entraîner, prendre son temps, etc… Il y a également des astuces sur la manière d’utiliser certain matériel spécifique (patron, toile thermocollante, etc.) ainsi que sur le choix des tissus.
On y trouve également la liste du matériel nécessaire, un topo sur la machine à coudre et la façon de s’en servir, un glossaire des termes un peu plus techniques utilisés dans cet album.

Happy Couture p143Les différents thèmes sont les suivants :
-Accessoiriser et fantaisie (serre-tête, bagues, colliers,…)
-Vêtements (hauts revisités, besace, jupe,…)
-Petits objets (housse MP3, pochette à zip, vide-poches,…)
-Décoration (coussin, cadres, drapeau,…)
-Doudous (chouette, cabane-champignon,…)

J’ai tout lu, j’ai pris mon temps pour découvrir ce qui était facilement faisable ou plus difficile. Les explications sont simples et lorsque j’ai eu plus de mal à comprendre, les images m’ont beaucoup aidée à entrevoir la manœuvre.
Nous avions prévu avec ma fille de nous y essayer ce week-end avec une housse MP3, une création fastoche malheureusement, en raison d’un souci de santé, nous n’avons pas pu ; mais ce n’est que partie remise, je prévois ça dans deux semaines.

J’ai beaucoup aimé cet album créatif, ça m’a permis de m’imaginer avec ma puce fabriquant toutes les sympathiques créations que Happy Couture contient. Elle-même l’a feuilleté, lisant les conseils et choisissant méticuleusement les ouvrages qu’elle souhaite créer avec beaucoup d’enthousiasme !