Feuilles d’Automne – Adeline Yen Mah

Titre : Feuilles d’Automne
Autrice : Adeline Yen Mah
Éditeur : France loisirs
Nombre de pages : 300
Quatrième de couverture : Shanghai, dans les années 30, est encore une cité coloniale, prospère et animée. C’est là que les époux Yen, fuyant l’avancée des troupes japonaises, ont choisi de s’établir avec leurs quatre enfants. Là que l’entreprise familiale prend l’essor qui fera de M. Yen l’un des industriels les plus riches de Chine. Soudain, en 1937, Mme Yen meurt, quelques jours après avoir donné naissance à une petite fille : Adeline. Le chagrin de son père est de courte durée : il se remarie à une séduisante franco-chinoise, Niang, femme futile et vaniteuse, avide de mondanités, qui ne cache pas son mépris pour les enfants nés du premier lit. Mais c’est à Adeline, considérée comme responsable de la mort de sa mère, que Niang réserve les trésors de sa cruauté. Adeline, qui devient le bouc émissaire de toute la famille. En 1947, redoutant le péril communiste, la famille Yen s’exile à Hong-Kong. Adeline ne fait pas partie du voyage. Placée dans un orphelinat, elle est privée de visites et de courrier. C’est dans cette prison, pourtant, qu’elle va découvrir la clé de son existence : les livres…

Ça doit être un des plus vieux romans que j’ai dans ma bibliothèque. Ma maman me l’avait offert parce que j’étais dans une phase “films et bouquins chinois”. Je n’avais pas pris le temps de le lire à l’époque parce que la période que cette autobiographie couvrait ne m’intéressait pas : la seconde moitié du XXième siècle avec l’invasion par les Japonais, l’avènement du communisme, la Chine de Mao et la Révolution Culturelle.
Maintenant, je suis beaucoup moins réfractaire à ces temps mouvementés.

C’est un récit qui est très dur, le début m’a beaucoup fait penser à Vipère au poing.
On découvre l’histoire de cette famille chinoise : peu après la naissance de la narratrice, sa mère meurt. Le père, aidé par ses parents et sa sœur, élève ses cinq enfants. Bientôt, il se remarie avec une belle et jeune femme. Malheureusement pour la famille, elle est horrible : méchante, jalouse, radine… à un point, c’est abusé. Le père est  tellement amoureux qu’il ne voit rien, ferme les yeux et encourage même son attitude inecte.
Ils traversent les événements historiques non sans heurts, entre ceux qui doivent fuir les Japonais et s’exiler à Hong Kong pour préserver les biens familiaux, ceux qui restent en Chine et subissent les affres d’un régime communiste de plus en plus dur, ceux qui partent à l’étranger pour des études.
Mais peu importe ce que chacun fait pour s’en sortir, tout tourne toujours autour de Niang, la belle-mère, qui régit la vie de tous : du pauvre grand-père Yeye à la gentille tante Baba jusqu’aux domestiques qu’elle tient sous sa coupe et notamment la gouvernante Mlle Qian.

J’ai eu du mal à avancer parfois, parce que c’est un roman très dense que ce soit au niveau historique (j’en ai déjà parlé plus haut, donc je n’en reviendrai plus dessus) ou des personnages. Vu le nombre qu’ils sont dans cette famille, il y a de quoi s’y perdre…
L’autrice passe d’une date à une autre, au début c’est relativement bien fait, mais au fil des ans, elle a fini par me perdre et je ne savais plus à quel moment de sa vie elle en était. C’était un peu frustrant.
Je me suis attachée à Adeline et aux proches qui l’entouraient et surtout qui l’aimaient.
J’ai adoré cette lecture qui m’a prise aux tripes.

Coupe des 4 maisons :
Cho Chang (7ème année) – un livre dont le héros ou l’héroïne est asiatique 70 points

ABC 2022 – Lettre Y

Sorcières ! Le sombre grimoire du féminin – Julie Proust Tanguy

Titre : Sorcières ! Le sombre grimoire du féminin
Auteur : Julie Proust Tanguy
Éditeur : Les Moutons Electriques
Nombre de pages : 248
Quatrième de couverture : Nécromanciennes redoutables, guérisseuses ignorées, doubles obscurs des fées, femmes fatales livrées au bûcher… Rejoignez-les dans ce grimoire moderne qui vous révèlera les lointaines origines et l’étrange destinée de vos sorcières bien-aimées !

J’ai acheté cet essai guidée par la curiosité. Je suis dans une période où j’apprécie tout ce qui tourne autour des sorcières et je me surprends régulièrement à lire des articles sur le sujet ou à me tourner davantage vers des romans qui abordent ce thème.

Ici, l’auteure nous présente la sorcière et son évolution à travers les siècles : l’Antiquité, le Moyen-âge, puis du XVIème jusqu’au XXIème siècle.
Elle en vient à la même conclusion que moi au fil des ans et de mes découvertes littéraires : la femme forte est considérée comme une emmerdeuse donc une sorcière, il est impossible que la femme savante soit plus intelligent qu’un homme parce qu’elle lui est inférieure donc c’est une sorcière, etc. Patriarcat de mes deux ! Je prends des raccourcis, mais en gros, c’est ce qu’il en ressort. Et ne parlons pas du rôle que l’Église a joué dans cette misogynie – y aurait trop à dire sur le sujet et le but n’est pas de résumé tout l’essai, mais les points essentiels.

En soit, ce n’est pas une surprise et je n’ai rien appris de nouveau au cours de cette lecture, par contre, ça m’a permis de mieux comprendre les différences entre un même mythe, dissemblances parfois contradictoires, et qui concerne surtout certaines figures célèbres de la sorcellerie, et ce, grâce à leur évolution à travers la littérature, que ce soit Circé, Médée (la pauvre en prend pour son grade), Morgane la fée (mon personnage mythique préféré donc j’ai pris un plaisir énorme à re-découvrir toutes ses facettes – même à travers les comics, trop bien !)
C’était tout aussi plaisant de découvrir l’analyse de la sorcière à travers les contes avec un large tour d’horizon : de Perrault à Grimm bien entendu, en passant par bien d’autres… des nom d’auteurs étrangers comme Vladimir Propp que je ne connaissais pas et qui a analysé les contes de nombreux pays.

À partir du siècle des Lumières, la sorcière disparaît des radars, mais l’auteure fait quand même un parallèle avec les empoisonneuses.
Par la suite, l’archétype de la sorcière change, évolue jusqu’à devenir fantasme, l’auteure nous en brosse un portrait complet, ou pas loin… que ce soit en littérature, puis bien plus tard dans les bande-dessinées (comics et mangas compris), les films ou les séries, etc.
Je ne vais pas passer encore des heures à chroniquer, l’ouvrage est trop complexe et j’y passerais la nuit, donc je vais m’arrêter là.

Il est peut-être encore bon de rajouter que la plume de l’auteure est plaisante : si le sujet est coton, le style d’écriture est fluide. Les transitions et le lien entre les réflexions, les histoires et les citations s’enchaînent bien et s’imbriquent sans problème.
Cet essai est bien écrit et intéressant, mais je ne suis pas habituée à lire ce genre littéraire. Je ne prends jamais un tel travail à la légère, donc l’ai lu avec tout le sérieux qui s’imposait… du coup, je n’y ai pris aucun plaisir et ça a rendu certains passages laborieux.

Coupe des 4 maisons :
Dissendium (6ème année) – un livre d’un genre que vous ne lisez pas habituellement60 points

Cold Winter Challenge :
Sorcellerie hivernale – Baba Yaga (sorcière, femme de pouvoir, féminisme)

Calpurnia, tome 2 : Calpurnia et Travis – Jacqueline Kelly

Titre : Calpurnia et Travis
Saga : Calpurnia, tome 2
Auteur : Jacqueline Kelly
Éditeur : L’école des loisirs
Nombre de pages : 384
Quatrième de couverture : A douze ans, le monde de Calpurnia Tate ne dépasse pas les limites du comté de Caldwell. Mais, pour qui sait regarder avec étonnement et curiosité, il y a là mille choses à découvrir. Son frère Travis rapporte à la maison un tatou, des geais bleus et un coyote, toutes sortes d’animaux sauvages qu’il veut apprivoiser en cachette. Et son grand-père initie Calpurnia aux mystères des sciences naturelles. La famille de Calpurnia accueille sa cousine Aggie, et, surtout, un vétérinaire vient s’installer près de chez eux. Pour Calpurnia, c’est l’occasion rêvée de donner enfin corps à ses ambitions…

Il est dans la digne lignée du premier, au point où je n’ai pas eu l’impression qu’il y avait eu une réelle évolution dans le récit et la vie de Calpurnia.
J’abuse un peu parce qu’il y a eu pas mal de changements et d’autres pas, mais ça m’a laissée perplexe.

Calpurnia accorde moins de temps aux tâches ménagères, du moins l’auteure ne s’éternise pas sur le sujet. Elle traîne beaucoup avec Travis qui tout au long du récit adopte différents animaux. J’ai aimé constater à quel point leur relation est forte, ça manquait dans le premier : on en savait que ce que Callie nous en disait.
Bon-papa continue à développer l’esprit scientifique de sa petite-fille. En étudiant les baromètres (d’ailleurs l’héroïne en construit un avec des matériaux de tous les jours, c’était super intéressant !) et en observant les oiseaux, ils en déduisent qu’une tempête se prépare sur la côte à 300km de là. Et en effet, un ouragan frappe Galveston, la ville où habite la famille de Calpurnia.
Sa cousine Aggie est rescapée et vient vivre chez les Tate : elle emménage dans la chambre de Callie qui s’en réjouit. La pauvre va vite déchanter !
Il est aussi important de préciser que de Gavelston, vient un vétérinaire et la curiosité de notre héroïne va la pousser à l’aider.

Certains passages m’ont beaucoup plu, d’autres m’ont ennuyée. J’ai été moins prise par le récit qui s’écoule tranquillement sur une année et j’ai nettement moins eu envie de savoir ce qui allait arriver à nos héros.
Calpurnia est toujours aussi attachante, j’apprécie les moments qu’elle passe avec bon-papa et étonnamment, je trouve le flegme et la froideur de ce dernier rassurants.
Aggie m’a un peu saoulée, au même titre que Travis : non seulement il est trop sensible (je n’aurais jamais cru dire ça) mais surtout il n’apprend pas de ses erreurs… il recommence encore et encore… alors soit il est maso, soit il est stupide.

Je ne compte pas m’étendre davantage. C’était une bonne lecture, mais sans plus. À ma connaissance, il n’y a pas de troisième tome… mais je pense qu’il faudra probablement que je passe à une autre saga (qui, de mes déductions, doit faire suite) : Calpurnia apprentie vétérinaire.

Calpurnia, tome 1 – Jacqueline Kelly

Titre : Calpurnia, tome 1
Auteur : Jacqueline Kelly
Éditeur : L’école des loisirs
Nombre de pages : 420
Quatrième de couverture : Calpurnia Tate a onze ans. Dans la chaleur de l’été, elle s’interroge sur le comportement des animaux autour d’elle. Elle étudie les sauterelles, les lucioles, les fourmis, les opossums. Aidée de son grand-père, un naturaliste fantasque et imprévisible, elle note dans son carnet d’observation tout ce qu’elle voit et se pose mille questions. Pourquoi, par exemple, les chiens ont-ils des sourcils ? Comment se fait-il que les grandes sauterelles soient jaunes, ,et les petites, vertes ? Et à quoi sert une bibliothèque si on n’y prête pas de livres ? On est dans le comté de Caldwell, au Texas, en 1899. Tout en développant son esprit scientifique, Calpurnia partage avec son grand-père les enthousiasmes et les doutes quant à ses découvertes, elle affirme sa personnalité au milieu de ses six frères et se confronte aux difficultés d’être une jeune fille a l’aube du XXe siècle. Apprendre la cuisine, la couture et les bonnes manières, comme il se doit, ou se laisser porter par sa curiosité insatiable ? Et si la science pouvait ouvrir un chemin vers la liberté ?

Il y a quelques semaines, j’ai emprunté les deux tomes de la bande-dessinée Calpurnia inspirée de ce roman. J’avais bien aimé, mais je trouvais qu’il manquait quelque chose, sans réussir à mettre le doigt dessus… maintenant que j’ai lu le roman, je sais : le manque de transitions, la quasi-absence du temps qui passe qui induit une faiblesse dans les liens entre Calpurnia et son grand-père – du moins pour le premier tome.
C’est un ressenti que je n’ai pas eu avec le roman. Il est juste parfait et je suis hyper-contente (non, je ne vais pas vomir, tu m’as prise pour Simon dans la cité de la peur ?) d’avoir lu ce livre.

Calpurnia vit au Texas avec ses parents, ses six frères, son grand-père et les domestiques. Elle est très observatrice, elle s’interroge sur les animaux et leurs habitudes et prend des notes dans le carnet rouge que lui a offert Harry, l’aîné de la fratrie. De fil en aiguilles, elle se rapproche de son grand-père qui est naturaliste. Grâce à lui, elle va se découvrir une passion pour les sciences, mais nous sommes en 1899, et le rôle des femmes est de se cantonner aux tâches ménagères, c’est ce que sa mère essaie de lui inculquer.

J’adore le personnage de Calpurnia, elle est parfaitement dépeinte : elle partage avec nous ses impressions, ses sentiments. On suit son cheminement ainsi que les difficultés qu’elle rencontre que ce soit son enthousiasme pour l’apprentissage scientifique ou son désespoir de devoir apprendre des activités ménagères. Cela la rend attachante.
D’ailleurs, j’ai mieux aimé chacun des personnages dans le roman plutôt que dans la bande-dessinée : le grand-père se montre chaleureux avec sa petite-fille, les frangins sont moins pestes, la mère toujours stricte mais moins cassante.

L’histoire est sympathique, même si c’est dommage qu’on n’ait pas le mot final sur ce qu’advient Calpurnia, je suppose qu’il faudra lire le prochain tome, Calpurnia et Travis. Mais le gros point fort de ce roman, c’est l’atmosphère qui s’en dégage. J’ai été happée par le récit, à tel point que que j’avais dû mal à redescendre sur terre lorsque je devais m’arrêter.
Bref, c’est un coup de cœur pour ce roman et je lirai assurément la suite si elle est disponible à la médiathèque, le mois prochain.

Calpurnia, tome 2 – Daphné Collignon & Jacqueline Kelly

Titre : Calpurnia, tome 2
Auteurs : Daphné Collignon & Jacqueline Kelly
Éditeur : Rue de Sèvres
Nombre de pages : 90
Quatrième de couverture : Nous sommes dans le comte de Caldwell, au Texas, en 1899. Tout en développant son esprit scientifique, Calpurnia Tate, onze ans, continue de partager avec son grand-père les enthousiasmes et les doutes quant à ses découvertes. Elle affirme sa personnalité au milieu de ses six frères et se confronte aux difficultés d’être une jeune fille à l’aube du XXe siècle. Apprendre la cuisine, la couture et les bonnes manières, comme il se doit, ou se laisser porter par sa curiosité insatiable ? Et si elle ne voulait pas faire son entrée dans le monde comme toutes les jeunes filles de son âge ? Et si la science pouvait ouvrir un chemin vers la liberté ?

J’étais curieuse de voir ce que ce second tome pouvait donner. Je m’attendais à la même ambiance que dans le premier… entre insouciance et curiosité. Ça n’a pas été le cas.
Calpurnia est à une époque charnière : elle désire suivre des études pour devenir naturaliste, mais sa mère est décidée à faire d’elle une jeune fille accomplie, une parfaite petite ménagère, prête à entrer dans le monde en tant que débutante.

Le récit est plus sombre. Callie découvre qu’elle ne pourra pas faire ce qu’elle souhaite dans l’avenir, elle passe de l’espoir dans le premier tome au désespoir d’être prisonnière de cette vie dans celui-ci. Une réalité très dure dans la bouche de cette toute jeune fille… elle n’a que 11 ans, un âge où l’on aspire à réaliser ses rêves… si l’on est un garçon. Une différence qu’elle souligne à plusieurs reprises et cela rend sa situation encore plus injuste, d’autant que personne ne l’aidera… pas même Bon-papa avec qui elle partage la passion de la science.
Les dessins sont tout aussi chouettes que dans le premier, avec ses couleurs sépia – j’adore. Calpurnia a le même âge, pourtant, on a l’impression qu’elle a grandi physiquement, sûrement parce que sa pensée a changé, a évolué.

J’ai nettement préféré ce second tome. Par contre, je pensais que cela clôturait cette saga, mais non… il doit bien y avoir une suite qui fait la jonction entre Calpurnia et Calpurnia assistante vétérinaire, mais je n’ai rien lu sur un troisième tome en préparation. Ça m’intrigue !
Il va quand même falloir que je regarde si le roman est à la médiathèque pour l’emprunter. En tout cas, c’est un coup de cœur pour cette lecture.