L’épopée de Gengis Khan, tome 2 : Le seigneur des steppes – Conn Iggulden

Titre : Le seigneur des steppes
Saga : L’épopée de Gengis Khan, tome 2
Auteur : Conn Iggulden
Éditeur : POCKET
Format : E-book
Nombre de pages : 512
Quatrième de couverture : L’appétit de conquête de Gengis Khan n’a plus aucune limite. Après avoir unifié les tribus mongoles à la pointe de l’épée, le voilà qui tourne son regard vers l’Est. L’ennemi chinois est sa prochaine proie. Mais n’est-ce point un trop grand défi pour le grand Khan ? Le chemin est long et pénible pour arriver jusqu’à l’Empire du milieu. Ses cavaliers mongols n’ont jamais combattus de villes fortifiées. Et au moindre revers, comment réagiront ses bouillants généraux ? Cette campagne est un tournant périlleux pour le chef de guerre. S’il ne succombe pas aux dangers d’une telle entreprise, Gengis Khan deviendra alors un conquérant de légende…

J’ai du mal à me dire que cela fait 5 ans que j’ai lu le premier tome de cette saga. J’ai l’impression que c’était il y a quelques mois tellement je me souvenais bien de certains passages. Le reste m’est revenu en quelques pages.

Après avoir rallié la dernière tribu, les Naïmans, à sa horde et avoir intégré le chaman Kököchu à son peuple, Gengis se lance à l’assaut du royaume des Jin. La tâche n’est pas aisée : ils construisent des forts das les passes et leurs villes sont entourées de hauts murs imprenables.
Mais les Mongols se montrent rusés et rien ne semble les arrêter.

De nouveaux personnages apparaissent qui font avancer l’histoire et évoluer les protagonistes déjà en place :
– le chaman Kököchu que je trouve antipathique prend comme apprenti Temüge, le plus jeune des frères de Gengis et je n’aime pas du tout le chemin qu’emprunte le benjamin.
Subotei m’a bien plu, il est jeune et loyal envers le kahn.
certains personnages jin : Chakatei la seconde épouse de Gengis qui me laisse dubitative. Ho Sa, Lian ou Wen Chao passent bien. Le général Zhu Zong m’a fait grincer des dents.
Kachium et Khasar ont une place primordiale dans ce second tome, je ne me souviens plus si c’était autant dans le précédent. J’ai aimé les retrouver au fil des pages. Arslan qui m’a tellement plu dans le premier n’est quasiment pas là, dommage.

L’histoire est rythmée : le récit se partage équitablement entre intrigues et combats. C’était passionnant et il m’est arrivé par moment de ne pas pouvoir interrompre ma lecture pour savoir la suite, et ce, malgré l’heure tardive.
La plume de l’auteur est fluide et entraînante, autant que dans le premier. Je lirai le trois dès que l’occasion s’en présentera parce que j’ai adoré ce second tome et j’ai très envie de découvrir ce que me réserve le prochain.

ABC 2022 – Lettre I
17/26

Mille Femmes blanches, tome 1 – Jim Fergus

Titre : Mille Femmes blanches, tome 1
Auteur : Jim Fergus
Éditeur : POCKET
Nombre de pages : 495
Quatrième de couverture : En 1874, à Washington, le président américain Grant accepte dans le plus grand secret la proposition incroyable du chef indien Little Wolf: troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du périple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart des “Mille femmes” viennent en réalité des pénitenciers et des asiles de tous les États-Unis d’Amérique… Parvenue dans les contrées reculées du Nebraska, l’une d’entre elles, May Dodd, apprend alors sa nouvelle vie de squaw et les rites inconnus des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l’alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, May Dodd assiste alors à la lente agonie de soi, peuple d’adoption…

Ça fait plusieurs années que je désirais lire ce roman. J’avais prévu de la faire en lecture commune avec Nymou rossignol livresque, mais la vie en a voulu autrement.
Il ne m’a fallu que quatre petits jours pour terminer ce livre, ce fut une lecture passionnante.

Will Dodd mène des recherches sur son arrière-arrière grand-mère, May Dodd. Puis nous découvrons le journal de May.
La jeune femme vient d’une famille riche, elle a le tort de s’éprendre du contremaître de son père. Elle finit par vivre avec son amant sans être mariés et le couple a deux enfants. Malheureusement, cela ne plaît pas à la famille Dodd qui fomente l’enlèvement de May et l’enferme dans un asile de fou.
Elle y reste une longue année et vit un véritable enfer, jusqu’au jour où elle voit une porte de sortie : le programme FBI, un pacte de paix avec les Cheyennes, un échange où l’État s’est engagé à donner mille femmes blanches à marier contre mille chevaux.
May s’engage et part vers l’ouest avec d’autres femmes.

Un premier point positif : le contexte historique qui mène à la trame de ce roman est placé dès le début. Donc on en connaît tous les tenants et les aboutissants.
On suit des personnages hautes en couleur. Les femmes qui accompagnent May dans cette aventure sont toutes de rangs et de mondes différents. Leur but varie également. J’ai aimé la majorité d’entre elles, elles sont attachantes parce que la narratrice les décrit merveilleusement bien.
C’est également l’occasion de vivre aux côtés des Indiens et de découvrir leurs rituels, leur manière de pensée, leur ouverture d’esprit et la différence entre leur culture et celle des blancs. Pendant des années, je me suis intéressée à ce peuple et j’ai apprécié ce voyage dans l’ouest.

Je n’ai pas vu le temps passer, ni les pages défiler. Et dès les premières pages, j’étais sûre d’adorer cette lecture et je ne me suis pas trompée. La plume de l’auteur est belle, je me suis perdue dans les descriptions que May nous fait de sa vie et des contrées sauvages qu’elle traverse.
Bref, c’était une lecture géniale, il faudra que je me procure la suite.

ABC 2022 – Lettre F
15/26

La pérégrination vers l’Occident : De Pékin à Paris, le voyage de deux moines nestoriens au temps de Marco Polo – Pierre Klein

Titre : La pérégrination vers l’Occident : De Pékin à Paris, le voyage de deux moines nestoriens au temps de Marco Polo
Auteur : Pierre Klein
Éditeur : Olizane
Nombre de pages : 348
Quatrième de couverture : 1275. L’Empire mongol domine l’Asie de la Chine à la Syrie. Deux moines ouïghours chrétiens nestoriens vivant près de Pékin, Çauma et son disciple Marcos, décident de se rendre en pèlerinage à Jérusalem. A la même époque, Marco Polo effectue le trajet en sens inverse.
La guerre entre les Mongols et les Mamelouks musulmans d’Egypte immobilise les deux pèlerins en Mésopotamie.
Par une suite de surprenants concours de circonstances, Marcos va devenir le catholicos des nestoriens, c’est-à-dire le pape de la vaste Eglise d’Orient.
Çauma, quant à lui, deviendra l’ambassadeur des Mongols auprès des souverains européens pour tenter de sceller contre les Mamelouks une alliance qui aurait pu changer la face du monde ! Il est le premier homme connu à parcourir l’Asie et l’Europe du Pacifique à l’Atlantique.
La biographie des deux moines a été rédigée au début du XIVe siècle. Tout en respectant fidèlement la trame historique, Pierre Klein donne vie aux deux pèlerins en replaçant leur pérégrination au cœur des grands enjeux de l’époque, dont beaucoup demeurent d’actualité.

Je remercie la Masse Critique Babelio ainsi que les éditions Olizane pour ce partenariat.
Le résumé me plaisait bien et m’intriguait : comment deux moines affiliés à l’Eglise nestorienne ont pu devenir pour l’un pape de l’église d’Orient et l’autre ambassadeur Mongols, et ce, suite à un simple pèlerinage ?

Je m’attendais à ce que le récit tourne davantage autour de Rabban Çauma et Rabban Marcos, mais ils ne sont qu’un vague prétexte pour introduire des pans entiers d’histoire. Ils passent d’une ville à une autre, sans qu’on sache ce qu’ils y vivent, par contre, on apprend ce qu’il s’est passé 300 ans auparavant : les guerres, les invasions, les complots politiques, etc.
Ça aurait pu me plaire si ça avait été plus romancé.
La manière dont les événements sont amenées est froide, clinique comme dans un livre d’histoire. Je n’ai pas l’impression d’avoir suivi le périple des deux moines d’ailleurs leur aventure ne m’a pas laissé un souvenir impérissable : je l’ai trouvée ennuyeuse et j’ai eu la sensation qu’il ne se passait rien.
De plus, les rares fois où je me suis laissée emporter par le récit, surtout au début parce qu’après, échaudée, j’ai eu plus de mal à plonger dedans, on avait droit à une citation (souvent issue de la Bible, mais pas que…) qui me coupait dans mon élan. Ça a rendu ma lecture laborieuse.
J’ai pris beaucoup de temps pour lire ce livre, mais je n’ai rien retenu de cette histoire : ça m’a rafraîchi la mémoire sur l’épopée de Gengis Khan, mais j’ai fait un blocage sur tout le reste.

Il y a quand même quelques points positifs : des cartes au début qui nous permettent de nous orienter, un contexte historique complet, un glossaire des termes, une chronologie de la vie des personnages en parallèle des événements historiques d’Europe, du Moyen-Orient et de l’Orient.
Pour un féru d’histoire, je pense que cette lecture peut plaire, ce n’est malheureusement pas mon cas, je n’ai pas accroché. C’est une déception pour cette lecture.

Feuilles d’Automne – Adeline Yen Mah

Titre : Feuilles d’Automne
Autrice : Adeline Yen Mah
Éditeur : France loisirs
Nombre de pages : 300
Quatrième de couverture : Shanghai, dans les années 30, est encore une cité coloniale, prospère et animée. C’est là que les époux Yen, fuyant l’avancée des troupes japonaises, ont choisi de s’établir avec leurs quatre enfants. Là que l’entreprise familiale prend l’essor qui fera de M. Yen l’un des industriels les plus riches de Chine. Soudain, en 1937, Mme Yen meurt, quelques jours après avoir donné naissance à une petite fille : Adeline. Le chagrin de son père est de courte durée : il se remarie à une séduisante franco-chinoise, Niang, femme futile et vaniteuse, avide de mondanités, qui ne cache pas son mépris pour les enfants nés du premier lit. Mais c’est à Adeline, considérée comme responsable de la mort de sa mère, que Niang réserve les trésors de sa cruauté. Adeline, qui devient le bouc émissaire de toute la famille. En 1947, redoutant le péril communiste, la famille Yen s’exile à Hong-Kong. Adeline ne fait pas partie du voyage. Placée dans un orphelinat, elle est privée de visites et de courrier. C’est dans cette prison, pourtant, qu’elle va découvrir la clé de son existence : les livres…

Ça doit être un des plus vieux romans que j’ai dans ma bibliothèque. Ma maman me l’avait offert parce que j’étais dans une phase “films et bouquins chinois”. Je n’avais pas pris le temps de le lire à l’époque parce que la période que cette autobiographie couvrait ne m’intéressait pas : la seconde moitié du XXième siècle avec l’invasion par les Japonais, l’avènement du communisme, la Chine de Mao et la Révolution Culturelle.
Maintenant, je suis beaucoup moins réfractaire à ces temps mouvementés.

C’est un récit qui est très dur, le début m’a beaucoup fait penser à Vipère au poing.
On découvre l’histoire de cette famille chinoise : peu après la naissance de la narratrice, sa mère meurt. Le père, aidé par ses parents et sa sœur, élève ses cinq enfants. Bientôt, il se remarie avec une belle et jeune femme. Malheureusement pour la famille, elle est horrible : méchante, jalouse, radine… à un point, c’est abusé. Le père est  tellement amoureux qu’il ne voit rien, ferme les yeux et encourage même son attitude inecte.
Ils traversent les événements historiques non sans heurts, entre ceux qui doivent fuir les Japonais et s’exiler à Hong Kong pour préserver les biens familiaux, ceux qui restent en Chine et subissent les affres d’un régime communiste de plus en plus dur, ceux qui partent à l’étranger pour des études.
Mais peu importe ce que chacun fait pour s’en sortir, tout tourne toujours autour de Niang, la belle-mère, qui régit la vie de tous : du pauvre grand-père Yeye à la gentille tante Baba jusqu’aux domestiques qu’elle tient sous sa coupe et notamment la gouvernante Mlle Qian.

J’ai eu du mal à avancer parfois, parce que c’est un roman très dense que ce soit au niveau historique (j’en ai déjà parlé plus haut, donc je n’en reviendrai plus dessus) ou des personnages. Vu le nombre qu’ils sont dans cette famille, il y a de quoi s’y perdre…
L’autrice passe d’une date à une autre, au début c’est relativement bien fait, mais au fil des ans, elle a fini par me perdre et je ne savais plus à quel moment de sa vie elle en était. C’était un peu frustrant.
Je me suis attachée à Adeline et aux proches qui l’entouraient et surtout qui l’aimaient.
J’ai adoré cette lecture qui m’a prise aux tripes.

Coupe des 4 maisons :
Cho Chang (7ème année) – un livre dont le héros ou l’héroïne est asiatique 70 points

ABC 2022 – Lettre Y

Sorcières ! Le sombre grimoire du féminin – Julie Proust Tanguy

Titre : Sorcières ! Le sombre grimoire du féminin
Auteur : Julie Proust Tanguy
Éditeur : Les Moutons Electriques
Nombre de pages : 248
Quatrième de couverture : Nécromanciennes redoutables, guérisseuses ignorées, doubles obscurs des fées, femmes fatales livrées au bûcher… Rejoignez-les dans ce grimoire moderne qui vous révèlera les lointaines origines et l’étrange destinée de vos sorcières bien-aimées !

J’ai acheté cet essai guidée par la curiosité. Je suis dans une période où j’apprécie tout ce qui tourne autour des sorcières et je me surprends régulièrement à lire des articles sur le sujet ou à me tourner davantage vers des romans qui abordent ce thème.

Ici, l’auteure nous présente la sorcière et son évolution à travers les siècles : l’Antiquité, le Moyen-âge, puis du XVIème jusqu’au XXIème siècle.
Elle en vient à la même conclusion que moi au fil des ans et de mes découvertes littéraires : la femme forte est considérée comme une emmerdeuse donc une sorcière, il est impossible que la femme savante soit plus intelligent qu’un homme parce qu’elle lui est inférieure donc c’est une sorcière, etc. Patriarcat de mes deux ! Je prends des raccourcis, mais en gros, c’est ce qu’il en ressort. Et ne parlons pas du rôle que l’Église a joué dans cette misogynie – y aurait trop à dire sur le sujet et le but n’est pas de résumé tout l’essai, mais les points essentiels.

En soit, ce n’est pas une surprise et je n’ai rien appris de nouveau au cours de cette lecture, par contre, ça m’a permis de mieux comprendre les différences entre un même mythe, dissemblances parfois contradictoires, et qui concerne surtout certaines figures célèbres de la sorcellerie, et ce, grâce à leur évolution à travers la littérature, que ce soit Circé, Médée (la pauvre en prend pour son grade), Morgane la fée (mon personnage mythique préféré donc j’ai pris un plaisir énorme à re-découvrir toutes ses facettes – même à travers les comics, trop bien !)
C’était tout aussi plaisant de découvrir l’analyse de la sorcière à travers les contes avec un large tour d’horizon : de Perrault à Grimm bien entendu, en passant par bien d’autres… des nom d’auteurs étrangers comme Vladimir Propp que je ne connaissais pas et qui a analysé les contes de nombreux pays.

À partir du siècle des Lumières, la sorcière disparaît des radars, mais l’auteure fait quand même un parallèle avec les empoisonneuses.
Par la suite, l’archétype de la sorcière change, évolue jusqu’à devenir fantasme, l’auteure nous en brosse un portrait complet, ou pas loin… que ce soit en littérature, puis bien plus tard dans les bande-dessinées (comics et mangas compris), les films ou les séries, etc.
Je ne vais pas passer encore des heures à chroniquer, l’ouvrage est trop complexe et j’y passerais la nuit, donc je vais m’arrêter là.

Il est peut-être encore bon de rajouter que la plume de l’auteure est plaisante : si le sujet est coton, le style d’écriture est fluide. Les transitions et le lien entre les réflexions, les histoires et les citations s’enchaînent bien et s’imbriquent sans problème.
Cet essai est bien écrit et intéressant, mais je ne suis pas habituée à lire ce genre littéraire. Je ne prends jamais un tel travail à la légère, donc l’ai lu avec tout le sérieux qui s’imposait… du coup, je n’y ai pris aucun plaisir et ça a rendu certains passages laborieux.

Coupe des 4 maisons :
Dissendium (6ème année) – un livre d’un genre que vous ne lisez pas habituellement60 points

Cold Winter Challenge :
Sorcellerie hivernale – Baba Yaga (sorcière, femme de pouvoir, féminisme)