Obie Koul, tome 1 : Un week-end sur deux chez mon père – Pierre Makyo & Alessia Buffolo

Titre : Un week-end sur deux chez mon père
Saga : Obie Koul, tome 1
Auteurs : Pierre Makyo & Alessia Buffolo
Éditeur : Kennes
Nombre de pages : 56
Quatrième de couverture : Mia vit sur terre, Elzeki est extraterrestre. Mia a été enlevée par Elzeki lors d’une mission d’exploration. Ils se sont aimés, puis séparés. De leur amour hétéroplanétaire est né un fils, Obie. À 12 ans, l’adolescent ne sait toujours rien des origines de son père. Lorsque ses parents lui expliquent enfin la vérité, il n’en revient pas. Dorénavant, il va devoir passer un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires sur une autre planète…
Trop cool !

C’est une bande-dessinée jeunesse de science-fiction. Ça débute comme une histoire d’ado banale :
Obie et sa mère déménagent. Il intègre donc un nouveau collège et deux groupes veulent l’incorporer dans leurs rangs : les KD (Kill Dogs) et les RB (Raging Bulls), tout ça parce que sa mère est prof de maths et qu’ils comptent bien se servir de cela. Et rien de mieux pour le convaincre que… de le menacer.
Obie demande donc conseil à son père qui lui apporte différentes aides pour le moins étranges : des espèces d’oiseaux insectes protecteurs, le pouvoir d’altérer sa propre gravité, etc. Des solutions farfelues pour un humain, mais pas pour l’extraterrestre qu’est sont père.

J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ça… l’histoire est rythmée entre la vie d’Obie à la maison puis à l’école, mais je me suis ennuyée. Peut-être parce que je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, à part peut-être la mère.
Obie est gentil, tout comme Axelle, mais ils ne m’ont inspiré aucune sympathie. Les deux gangs sont aussi bêtes et méchants les uns que les autres, mais ça sonnait faux : il leur manquait un côté humain pour que je puisse y croire… quoique, ils ne sont pas si loin de la réalité quand je pense à ce que ma fille me raconte de certains de ses camarades de classe.
La partie de l’histoire qui aurait pu me plaire est lorsque le père d’Obie l’emmène sur sa planète et qu’il rencontre sa famille… mais c’est très court, très rapide et ça manquait de profondeur.
En ce qui concerne les dessins, ça passait bien, mais sans plus.

C’est une lecture qui m’a laissée indifférente. Si je trouve par hasard le second tome à la médiathèque, je l’emprunterai… sinon, ça ne me manquera pas.

Gung Ho, tome 1 : Brebis galeuses – Benjamin Von Eckartsberg & Thomas Von Kummant

Titre : Brebis galeuses
Saga : Gung Ho, tome 1
Scénario : Benjamin Von Eckartsberg
Illustrations : Thomas Von Kummant
Éditeur : Paquet
Nombre de pages : 47
Quatrième de couverture : Une fresque SF aux allures de grande saga, servie par un dessin virtuose et spectaculaire !
Dans un futur proche, la “plaie blanche” a presque complètement décimé l’humanité, et la civilisation n’est plus qu’un doux souvenir. L’Europe toute entière est devenue une zone de danger, où la survie n’est plus possible qu’à l’intérieur de villes ou de villages fortifiés. Les règles sont importantes dans la zone de danger. Même un enfant sait cela. Jusqu’à ce qu’il devienne adolescent…

C’est une ancienne bande-dessinée proposée lors des 48hBD ; j’ignore quelle année parce qu’il ne me dit rien du tout. Mais je l’ai trouvé à côté de la sélection de cette année.
Je ne connaissais pas du tout et on ne va pas se leurrer, je me suis laissé tenter non seulement par le prix, mais surtout par les illustrations sont vraiment belles, d’un réalisme impressionnant au que je me suis demandée si certaines planches n’étaient pas des photos – ce n’est bien sûr pas le cas.
Une chose est sûre, ce n’est pas la couverture qui m’aurait incitée à l’acheter. Je ne la trouve pas terrible et surtout, elle est trompeuse. Je m’attendais à une histoire de jeunes des favelas (pourquoi le Brésil ? Je ne sais pas, peut-être en raison des paysages très verdoyants) et de ganja. Ben pas du tout.
On est dans un univers de science-fiction, davantage post-apocalyptique.

Zack et Archer sont deux jeunes issus de la ville, d’où ils ont été renvoyés. Ils ont donc une dernière chance : ils doivent s’intégrer dans la colonie n°16, également appelée “fort apache”. Pour cela, ils suivent un entraînement en vue de défendre la forteresse, contre de dangereuses créatures : des zombies, à n’en pas douter vue la blaguounette que leur font les ados résidents.
Je ne reviendrai pas sur ce que je pense des illustrations. Quant à l’histoire, j’ai beaucoup aimé. Je ne suis pas sûre d’apprécier les personnages, surtout l’aîné Archer : il est insolent, arrogant et irrespectueux. Zack est plus sympathique, il a un côté rebelle, mais moins tête brûlée que son frère. Ce dernier me plaît bien mieux.

Il est bon de préciser que cette version n’est pas complète : le premier tome original fait 80 pages et non 47… c’est très chouette d’avoir découvert cette saga, mais frustrant de savoir qu’il en manque un bout (en même temps, j’aurais quand même été frustrée d’arriver à la fin et de ne pas avoir la suite). Il faudra que j’essaie de me procurer tous les tomes.
J’ai adoré cette lecture captivante. Tout m’a plu : le récit, les illustrations, l’univers entêtant (pas un truc de fou, mais suffisamment agréable pour que je m’y sente bien).

N.E.O., tome 1 : La chute du soleil de fer – Maxe L’Hermenier, Djet & Michel Bussi

Titre : La chute du soleil de fer
Saga : N.E.O., tome 1
Scénario : Maxe L’Hermenier & Michel Bussi
Illustrations : Djet
Éditeur : Jungle
Nombre de pages : 70
Quatrième de couverture : Zyzo et Alixe parviendront-ils à l’éviter, tout en sauvant les membres de leur clan ?
Un nuage empoisonné s’est répandu sur terre.
Seuls quelques adolescents n’ont pas été exterminés par le cataclysme.
Alixe vit au Louvre (“le Château”) avec d’autres privilégiés, tandis que Zyzo tente de survivre en habitant la tour Eiffel (“le Tipi”) avec son clan. Mai lorsque les animaux sont empoisonnés, la nourriture vient à manquer à ceux du Tipi. Pour eux, aucun doute, les enfants du Château sont coupables.
La guerre va être déclarée !

Je remercie Babelio ainsi que la maison d’édition Jungle pour la confiance qu’ils m’ont accordée en m’envoyant ce partenariat exceptionnel.

C’est une bande-dessinée de science-fiction : les adultes ont tous disparu et seuls des enfants de douze ans ont survécu. Ils sont répartis en deux groupes :
– le clan du tipi, dont les membres sont considérés comme des sauvages et qui habitent sur la tour Eiffel.
– le clan du château, séparé en trois : les savants, les artistes et les soldats. Ils habitent le Louvre.
Le héros, Zyzo, fait partie du premier groupe. Il est envoyé espionner le second clan, mais à peine a-t-il pénétré le palais qu’il sauve de justesse la jeune reine Alixe. Un événement qui marque sa capture, c’est dommage pour lui, mais heureusement pour nous, lecteurs, parce que ça permet à Alixe de lui présenter les lieux et ce que son clan sait sur la raison qui a entraîné la mort des adultes.

J’ai beaucoup aimé l’univers présenté. Le récit est clair et concis, on ne dirait jamais que c’est tiré d’un roman. J’ai apprécié le fait que l’histoire se situe à Paris : d’un côté, c’est bizarre parce qu’on a l’habitude que la science-fiction se passe davantage dans l’espace où aux États-Unis, mais d’un autre côté c’était agréable de retrouver des repères aussi familiers qu’étrangement dépaysants.

Il y a beaucoup d’informations dans ce premier tome, et j’ai trouvé que les personnages ne sont pas assez dépeints à mon goût, et ce, malgré les 70 pages, donc j’ai eu un peu de mal à m’y attacher sur la première moitié de la bande-dessinée, après, ça va un peu mieux… du moins pour Alixe, Zyzo et Ogénor.
En ce qui concerne Saby, quelque chose m’a dérangée, mais j’ignore quoi.
J’aurais aimé suivre davantage Agnel et Solario, leur rencontre et leur mission étaient intéressantes.

La bande-dessinée couvre une année entière et la fin est une vraie conclusion… alors bien sûr, des indices sont disséminés pour permettre une suite et nous donner envie de lire les prochains, mais ce n’est pas un cliffhanger de malade et ça, ça me plaît bien.
J’ai aimé les dessins, ils sont chouettes même si ça manque de grande vignette comme j’aime à contempler – ça s’explique par une histoire dense. Les couleurs sont harmonieuses, mais je m’étais attendue à ce que ce soit plus sombre… donc ça m’a laissée une sensation bizarre, loin d’être aussi apocalyptique que ce que j’espérais. C’est d’ailleurs le seul bémol à cette lecture que j’ai beaucoup aimé.

Chroniques lunaires, tome 2 : Scarlet – Marissa Meyer

Titre : Scarlet
Saga : Chroniques lunaires, tome 2
Auteur : Marissa Meyer
Éditeur : PKJ
Format : E-Book
Nombre de pages : 476
Quatrième de couvertureBien loin de l’Asie et du royaume du Prince Kai, la grand-mère de Scarlet Benoit est portée disparue. Scarlet réalise alors qu’elle n’a jamais su qui était vraiment son aînée et quels dangers pouvaient bien la menacer. Quand elle rencontre Wolf, un mystérieux street-fighter qui semble savoir où est sa grand-mère, elle n’a d’autre choix que de lui faire confiance. C’est en menant leur enquête que Scarlet et Wolf croisent la route de Cinder. Ensemble ils se ligueront contre Levana, la vicieuse Reine lunaire prête à tout pour asservir les Terriens et épouser le Prince Kai.

J’ai commencé ce second tome dans le train à mon retour de Paris, puis je l’ai mis en pause, le temps de terminer le bouquin que j’avais commencé avant mon départ et laissé à la maison pour ne pas l’abîmer.

J’espérais que ce soit une suite à Cinder et c’est en partie le cas. Pourquoi en partie ? Tout simplement parce qu’on suit deux personnages : d’un côté Linh Cinder qui a été emprisonnée après le bal et a découvert qu’elle était en réalité Sélène, la princesse lunaire que sa tante, la reine Levana, a essayé de tuer lorsqu’elle était enfant ; de l’autre, on fait la connaissance de Scarlet Benoît, une jeune femme de vingt ans qui travaille à la ferme de sa grand-mère, grand-mère qui a mystérieusement disparue en laissant derrière elle sa puce ID.
C’est à se demander ce que ces deux personnages ont en commun… on le devine assez rapidement. Et toutes deux mènent leur petit bout de chemin : Cinder s’évade accompagnée du capitaine Thorne et Scarlet recherche sa grand-mère, bientôt aidée par le mystérieux Loup. Et ce, jusqu’à ce qu’elles se rencontrent.

J’ai beaucoup apprécié les nouveaux personnages : Thorne est vantard et parfois à claquer, mais il m’a fait sourire plus d’une fois. Loup m’a laissée dubitative : quel rôle allait-il jouer ? Le vilain loup prêt à dévorer Scarlet et sa mère-grand ou le loup sincère qui s’éprend de sa partenaire et est prêt à affronter son gang pour elle ?
J’ai bien aimé Scarlet, plus que Cinder. Comme la cyborg, elle a un caractère bien trempé et sait ce qu’elle veut, mais étonnamment, c’est mieux passé avec elle… j’ignore pourquoi.

Un peu moins de révélations dans ce second tome, les bases étant posées dans le précédent, on est plus dans l’action… on découvre quand même le monde dans lequel vit Scarlet et sa grand-mère, en France puisque c’est là qu’elles vivent et l’atmosphère est bien différente de celle de la Communauté Orientale, plus froide et moins oppressante avec une population moins nombreuse.

J’ai nettement préféré ce second tome et j’espère pouvoir rapidement me dégager du temps pour lire le prochain.

Chroniques lunaires, tome 0.5 : Il était une fois… Cinder – Marissa Meyer

Titre : Il était une fois… Cinder
Saga : Chroniques lunaires, tome 0.5
Auteur : Marissa Meyer
Éditeur : PKJ
Format : E-book
Nombre de pages : 43
Quatrième de couverture : À tout juste 11 ans, Cinder découvre New Bejing et sa nouvelle famille. De l’Europe et de ses vrais parents, elle n’a aucun souvenir. Elle ne sait d’eux que ce que son beau-père lui a appris : ils sont morts dans un accident qui a aussi failli lui coûter la vie. Pour la sauver, les médecins ont dû lui greffer une main et une jambe de robot. Cinder a des difficultés à s’habituer à son nouveau corps de cyborg. Sans parler des informations encyclopédiques qui sont projetées dans son champ de vision sitôt qu’elle est confrontée à une situation inconnue. Si elle se lie facilement d’amitié avec ses nouvelles sœurs, Pearl et Peony, Cinder comprend très vite que sa belle-mère ne l’accueille pas de gaité de cœur. Et le drame qui menace sa famille d’accueil ne va rien arranger…

J’avais bien aimé le premier tome des chroniques lunaires, même si ça fait longtemps que je l’ai lu je n’en garde qu’une bonne impression et quelques souvenirs diffus.

Dans cette petite nouvelle, on retrouve Cinder au moment ou elle arrive chez Adri : c’est le père, Garan, qui l’a emmenée sans que l’on sache pourquoi. Si les relations avec Peony la fille cadette sont rapidement amicales voire fraternelles, c’est loin d’être le cas avec l’aînée Pearl ni même avec la mère.
Difficile pour Cinder de s’intégrer ou de trouver sa place dans cette famille surtout qu’elle n’a plus aucun souvenir d’avant son opération.

Je n’ai pas grand chose à dire de plus, surtout que seulement 60% de ce recueil est consacré à Cinder, les 40 autres permettent au lecteur de découvrir le début du second tome de cette saga : Scarlet. Je n’ai pas lu l’extrait puisque je commence la lecture du roman d’ici quelques minutes.
Ça m’a un peu replacé l’histoire, le contexte de Cinder, ainsi l’atmosphère de cyborg qui imprègne l’univers.

C’était une lecture sympathique et ultra rapide qui s’est laissé lire, sans plus.