Tomie, intégrale – Junji Ito

Titre : Tomie, intégrale
Auteur : Junji Ito
Éditeur : Mangetsu
Nombre de pages : 752
Quatrième de couverture : Des élèves massacrent une jeune fille sans raison, un couple de personnes agées sans histoire se comporte étrangement, un médecin est obsédé par une patiente, une jeune fille subit une greffe et devient peu à peu l’exacte réplique de la donneuse… Tous ces phénomènes étranges ont la même explication : Tomié ! Tomié, la beauté suprême incarnée dans un démon ! Aussi belle que froide. Tour à tour enjôleuse et capricieuse. Une fois pris dans ses filets, plus rien ne vous séparera… pas même sa mort !

Ça fait des années que je voulais lire Tomié. Quand il est sorti en 2004 aux éditions Tonkam, je m’étais procuré le premier, mais pas les suivants pour des raisons personnelles… du coup, je n’ai pas voulu lire le seul tome que je possédais. Ça aurait été trop frustrant.
Donc quand il est paru il y a quelques mois en intégrale, je n’ai pas hésité une seule seconde et je ne peux que m’en féliciter 😉

La question qui se pose tout le long du manga est : qui est Tomié ? Enfin plus exactement qu’est-elle ?
On ne rencontre pas la véritable Tomié : dans le premier chapitre, on assiste à sa cérémonie d’enterrement. C’était une adolescente qui a sauvagement été assassinée.
Dès le lendemain, elle réapparaît en cours. Elle est belle et exerce une fascination malsaine sur les hommes, et parfois sur les femmes aussi. L’histoire se termine toujours de la même façon pour elle et ceux qu’elle fréquente : elle rend folle ceux qu’elle captive au point qu’ils finissent par la tuer de façon violente. Elle est souvent démembrée et chaque partie de son corps se régénère, créant de nouvelles Tomié.

Au début, on suit les personnages qu’elle rencontre : le prof qui se fait passer pour son père sur plusieurs chapitres, puis des membres de la famille de ceux qui se sont épris de Tomié, des rivales qui ne tombent pas sous le charme de cette créature diabolique.
Et plus on avance dans le manga, plus les chapitres deviennent des récits indépendants. Tomié devient le seul fil rouge et se suffit à elle-même.

Bon, il faut aborder le sujet des dessins, on sent que c’est vieux. Le premier chapitre m’a fait un choc, Tomié n’est ni belle ni fascinante… elle poursuit les hommes de ses assiduités et on a plus l’impression qu’ils la butent pour se débarrasser de son harcèlement que parce qu’ils veulent la posséder. C’est assez maladroit, mais ça s’explique parfaitement : c’est le premier manga de Junji Ito, il prend ses marques et s’essaie au manga.
Rapidement ça s’améliore que ce soit en ce qui concerne les dessins ou du récit. Tomié devient fascinante au fil des pages : à la fois belle et horrifiante. Même moi, je me suis laissé prendre par son charme.

Par contre, j’ai été incapable de lire ce manga en une fois. C’est tellement sombre, glauque et parfois dégueulasse, que je me suis obligée à interrompre ma lecture : je mourrais d’envie de découvrir le prochain chapitre, mais ça instillait un malaise trop important, au bord de la nausée. C’était parfait !

Je pense avoir dit l’essentiel. C’est un coup de cœur pour cette lecture que j’ai autant aimée que Spirale.

Apostasie – Vincent Tassy

Titre : Apostasie
Auteur : Vincent Tassy
Éditeur : Editions du Chat Noir (Griffe sombre)
Nombre de pages : 333
Quatrième de couverture : Anthelme croit en la magie des livres qu’il dévore. Étudiant désabusé et sans attaches, il décide de vivre en ermite et de s’offrir un destin à la mesure de ses rêves. Sur son chemin, il découvre une étrange forêt d’arbres écarlates, qu’il ne quitte plus que pour se ravitailler en romans dans la bibliothèque la plus proche.
Un jour, au hasard des étagères, il tombe sur un ouvrage qui semble décrire les particularités du lieu où il s’est installé. Il comprend alors que le moment est venu pour lui de percer les secrets de son refuge.
Mais lorsque le maître de la Sylve Rouge, beau comme la mort et avide de sang, l’invite dans son donjon pour lui conter l’ensorcelante légende de la princesse Apostasie, comment différencier le rêve du cauchemar ?

Ça fait très longtemps que je désirais lire ce roman (la couverture que je trouve sublime y était pour beaucoup), mais je redoutais la déception – c’est souvent mon cas pour des livres dont on parle beaucoup… ce qui fut le cas pour Apostasie, donc je connaissais un peu la Sylve Rouge, cette forêt si particulière qui envoûte les voyageurs errants.

Anthelme est dans ce cas-là. Il passe trois années de solitude dans les bois, et n’en sort que pour emprunter des livres à la bibliothèque du village. Sa vie bascule lorsque qu’il trouve un livre “la sylve rouge” où le narrateur Alvaron décrit la forêt dans laquelle vit le héros avec une telle justesse, qu’il est certain que l’auteur a arpenté cette terre magique… ou maudite, comme on l’apprendra par la suite.
Anthelme et Alvaron se rencontrent (quelle coïncidence ! Non, pas du tout !) et ce dernier le conduit au maître de la Sylve Rouge : Aphelion, une créature splendide et pourtant terrifiante.

Ce fut une lecture en dents de scie. C’est divisé en trois parties, donc je vais plutôt chroniquer chaque partie.
– La première partie m’a profondément ennuyée.
La plume de Vincent Tassy est magnifique, les métaphores sont puissantes, ça avait tout pour me plaire, moi qui aime les descriptions et les mises en atmosphère, pourtant j’ai trouvé ça interminable.
– La deuxième partie est indéniablement ma préférée : l’histoire d’Apostasie et surtout de ses parents, racontée par Aphelion. J’ai adoré, ça m’a captivée et j’avais très envie de découvrir ce qui allait suivre. Je l’ai d’ailleurs lue en peu de temps comparé au reste du livre.
– Pour la troisième partie, c’est compliqué. J’étais ravie de retrouver les Vermines, certains passages se sont lus tout seuls, d’autres ont été plus laborieux – fallait en passer par là pour en comprendre tous les tenants et les aboutissants. Par moment, j’ai bien pensé à abandonner cette lecture, mais c’était impossible : il me fallait le fin mot de l’histoire.

Les personnages passent bien dans l’ensemble : j’ai apprécié Anthelme, pas du tout Alvaron et sa clique.
Ambrosius, Lavinia et Ellaine m’ont touchée, ce qui n’est pas le cas d’Irvine que je n’ai pas aimé.
Quant aux Vermines, je les ai trouvés intéressants et un brin attachant, à part Lazare et Leandro.

Franchement, je ne sais pas quoi penser de cette lecture : longue par moment, dérangeante dans la Maison des Effraies, passionnante aux côtés de Lavinia, sombre et entêtante au niveau de l’ambiance.
Je ne peux pas dire que j’ai aimé, je n’ai pas non plus détesté et ça n’a pas pu me laisser indifférente. J’en reste perplexe.

ABC Imaginaire 2021 – lettre D :
22/26

Automne frissonnant :
Gare, gare à la main de gloire (Voleur/ Thriller/ Policier/ Superstition/ Horreur/ Épouvante)

Coupe des 4 maisons :
Venin d’acromentule (potion de longue décoction) – lire un livre “dark” (dark romance, dark fantasy…) – ??? points

Nuits de Bretagne – Collectif

Titre : Nuits de Bretagne
Auteur : Collectif
Éditeur : Luciférines
Nombre de pages : 158
Quatrième de couverture : Quand il est question de légendes et de folklore, la Bretagne est la région idéale. Berceau du cycle arthurien, terre de la forêt de Brocéliande soumise au caprice des marées, l’ancienne Armorique est riche de son Histoire et de ses secrets. Oserez-vous les découvrir en vous aventurant, la nuit, sur ses chemins les plus reculés ?
Six auteurs bretons ont exploré le monde invisible pour vous, celui de la bonnes fée Margot, mais aussi des inquiétantes lavandières de nuit, du Yannig-an-Aod et des fêtes korriganes. Les vieilles légendes sont loin d’être passées de mode, il paraît même que l’Ankou s’est remis au goût du jour…

C’est le troisième recueil de la collectionNuits de” aux éditions Luciférines après Nuits de Lorraine et Nuits d’Alsace. J’avais adoré les autres, mais celui-ci est mon préféré. Ses récits semblent hors du temps, avec une atmosphère à la fois féerique et angoissante… Ce qui se marie à merveille.
Contrairement aux premiers, il ne contient pas quatre, mais six nouvelles que je vais grosso modo vous présenter.

Naia la sorcière de Camille Salomon
Des enfants disparaissent dans un village, les habitants sont persuadés que la coupable est Naïa la sorcière, tous sauf une femme.
Un texte très poétique que j’ai adoré. Il y a bien quelques répétitions qui, au début, m’ont fait tiquer, mais j’ai rapidement compris que c’était inévitable parce que pour beaucoup, les remplacer aurait cassé le rythme et brisé l’envoûtement du récit.

– Yannig-an-Aod de Morwenna le Bevillon
L’inspecteur Le Gellec est appelé sur les lieux d’un crime : un jeune homme est retrouvé la nique brisée. Les premières observations le laissent dubitatif : cette mort est étrange, même pour un crime.
J’ai bien aimé cette nouvelle. La lecture était fluide, une atmosphère inquiétante qui va crescendo sur la fin. C’est presque dommage que l’histoire de Yannig-an-Aod ait été raconté au milieu de l’histoire parce que du coup, on s’attend à la chute et le suspens est moins important.

– la lavandière de la nuit de Rose Morvan
Quand Ivona la boiteuse vient au lavoir à la nuit tombée, les autres lavandières en ont peur et la fuient. Seule la jeune Maela lui parle, elle rentre rapidement chez elle mais en oublie son panier de linge. Elle retourne le chercher le lendemain, il est impeccable, sec et plié… Trop pour que ce ne soit pas l’œuvre d’Ivona la fille du Malin.
Une histoire hors du temps que j’ai adorée, c’était dépaysant, plein de superstitions, mais ne contiennent-elles pas une part de véracité ?

– La ferme de Marie de Louise Sbretana
Le narrateur nous raconte ses vacances dans la ferme de sa grand-mère, à la campagne, ce qui ne l’enchante guère. Un jour, il libère un lapin pour le porter, mais l’animal s’enfuit. En le suivant, le héros découvre l’existence du Petit Peuple, ainsi que le secret qui entoure les alentours de la ferme et notamment la fée Margot.
Une nouvelle dépaysante. Le fait que le narrateur nous conte un souvenir d’enfance y est pour beaucoup. J’ai adoré cette histoire. La chute m’a fait sourire.

– Bon Dieu de lait tourné de Séverin Foucourt
Fridolin Rabier, Normand et membre de la Compagnie de la Teurgoule, fait une incursion punitive chez les Bretons qui exploitent la spécialité culinaire de sa région dont sa guilde porte le nom. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu.
J’ai lu la première page plusieurs fois parce que je ne parvenais pas à situer l’histoire. Finalement, j’ai avancé et c’était la chose à faire pour profiter pleinement de ce récit. La fin était surprenante et m’a amusée. J’ai bien aimé cette nouvelle.

-À faucher la lumière de Quentin Foureau
De Saigneul est conteur et parcourt la Bretagne à la recherche d’histoires et de tradition. Le jour de la St Armand, il arrive à une maison en ruine et y est accueilli par une enfant… Une enfant très étrange qui l’invite à rester pour la nuit.
C’est une histoire qui demande une grande concentration pour ne pas se perdre. Non pas qu’elle est compliquée, mais le conteur est littéralement habité par des légendes bretonnes donc la nouvelle également. Du coup, à chaque fois qu’un conte était évoqué (et il y en avait pas mal) mon esprit vagabondait vers cette évocation et j’oubliais le fil du récit. C’est très perturbant, mais aussi super agréable d’être ainsi transporté.

C’est un coup de cœur pour ce recueil et j’espère que les Luciférines sortiront un quatrième tome.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Protego (3ème année) : Un livre avec une arme sur la couverture30 points

Nuits d’Alsace – Collectif

Titre: Nuits d’Alsace
Auteur: Morgane Scheinmeer, Brice Chee, Odile Avril, François Fierobe
Éditeur: Luciférines
Nombre de pages: 113
Quatrième de couvertureCigognes, tenues traditionnelles, bretzels et vins blancs, on ne saurait penser à la culture alsacienne sans l’un de ces symboles. Tout à l’Est, à la fois française et d’héritage germanique, la plaine du Rhin éveille l’imaginaire. En 4 nouvelles fantastiques, des auteurs passionnés ont exploré le passé historique d’une région à la frontière de plusieurs mondes et époques. Souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, d’un Moyen-âge superstitieux qui vit la publication du Malleus Malleficarum à Strasbourg, et de la Renaissance nordique se croisent sur une terre riche en mystères, qui n’attend que votre visite.

J’ai hésité à chroniquer cette anthologie en raison de la présence de ma nouvelle, mais j’ai pris tellement de plaisir à découvrir les autres histoires que ça aurait été dommage de ne pas vous en parler. Même si j’ai relu la mienne, il est évident que je ne donnerai pas mon avis dessus…

Comme pour Nuits de Lorraine, le recueil contient 4 nouvelles écrites par des auteurs différents. Après chaque récit, on peut trouver un petit article replaçant la légende.
Un copieux Vendredi-Saint de Morgane Scheinmeer :
Alix accompagne sa sœur et ses amis dans la forêt de Westhoffen afin de faire une randonnée et de passer une partie de ce long week-end à camper. Mais à la nuit tombée, ils se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls dans les bois.
Puisque je suis l’auteure de ce texte, il tient forcément une place particulière dans mon cœur. Je laisserai donc à d’autres le soin de juger.
Le tour du Diable de Brice Chee :
Alena Wehrle, SS, est amenée par la Gestapo dans les locaux de la Sicherheitspolizei. Elle est questionnée par le Gauleiter au sujet de la relation qu’elle entretenait avec son ancien collègue Walsdorf et sur les travaux de recherche qu’ils menaient sur la sorcellerie.
Résumé ainsi, je ne suis pas sûre que cela donne forcément envie, pourtant, la nouvelle est captivante. J’ai été rapidement plongée dans l’histoire au point d’oublier totalement ce qui m’entourait. Au début, les noms typiquement allemands/alsaciens m’ont un peu freinée, pourtant je devrais être habituée étant originaire d’Alsace, heureusement, je m’y suis faite rapidement, cela rajoute de l’authenticité au récit.
De plus, on sent bien que l’auteur a fait énormément de recherches, ce qui m’a été confirmée hier matin. Bref, j‘ai adoré cette nouvelle.
Début de roman d’Odile Avril :
La narratrice vit à Montréal. Un jour qu’elle se repose dans un parc, elle découvre sur son bagage un vieux livre. En le feuilletant, elle découvre qu’il manque le début. Le roman est autobiographique : l’auteure raconte sa séquestration en Alsace -partie manquante du bouquin- sa libération puis sa quête de la vérité pour prouver l’existence du château-prison. L’héroïne profite des fêtes de fin d’année pour rendre visite à son frère qui vit en Alsace, et pour découvrir les bois dans lesquels se situe l’histoire du roman.
J’ai bien aimé ce récit, et ce, même si j’ai deviné une partie de la fin – heureusement pas tout et c’est cette chute qui m’a fait apprécier cette nouvelle. J’ai trouvé la narration bizarre lors de l’épisode de la Saint Étienne, un peu décousue. Ce n’est pas désagréable mais ça laisse une sensation d’étrangeté
Les démons d’Issenheim de François Fierobe :
Le narrateur et son ami Bastien mènent une discussion animée sur le retable d’Issenheim et notamment sur son interprétation Bastien tient des propos qu’on pourrait qualifier d’hérétiques, mais le plus inquiétant étant la folie fiévreuse qui commence à le gagner.
Un récit dans lequel il ne se passe pas grand chose, je l’ai pourtant trouvé intéressant : au point qu’il m’a donné l’envie de découvrir ce fameux retable (que je connaissais mais n’arrivais à visualiser, merci mon ami Google 😉 )  et de relire certains passages pour ne rien louper de cette conversation enflammée.
Plus on avance dans le récit et plus certaines descriptions sont dures et m’ont un peu dégoûtée, mais en ce qui me concerne, c’étaient les meilleurs parties, j’ai adoré ça.

J’ai adoré découvrir les nouvelles contées dans ce recueil. Elles sont variées de par leur thème mais également de par la plume des auteurs.
Tout aussi dépaysant que Nuits de Lorraine, on a beau vivre dans une région, on ne connaît pas toutes les légendes qui y ont cours. Et même si on les connaît, c’est un plaisir de les redécouvrir à travers les yeux d’auteurs alsaciens.

Challenge Tournoi des 3 Sorciers :
Histoire de la magie : Beedle le barde (1ère année) – Un recueil de contes ou de nouvelles – 10 points

Nuits de Lorraine – Collectif

Titre: Nuits de Lorraine
Auteur: Aaron Judas, Aude Cenga, Patrick Godard, Ambroise Dehaye
Éditeur: Luciférines
Nombre de pages: 90
Quatrième de couvertureLégendes urbaines ou venues du fond des campagnes, nos régions aussi ont leurs histoires à faire peur. En 4 nouvelles, le patrimoine lorrain est revisité par des auteurs bien décidés à secouer la littérature du terroir. Vous saurez tout des mésaventures d’une petite fille le jour de la Saint Nicolas, du vrai mystère de la bête des Vosges, ou des protecteurs de la cathédrale St Epvre. Les pages documentaire qui accompagnent les textes proposent un tourisme d’un nouveau genre qui, derrière ses airs inquiétants et décalés, nous rappelle les richesses du pays de la mirabelle.

Ce n’est plus à prouver, puisque j’ai tous les livres qui sont parus chez les Luciférines – ils m’en restent quelques uns à lire et à chroniquer – mais il est toujours bon de répéter que j’aime cette maison d’édition. Donc quand elle a lancé son projet Ulule pour Nuits de Lorraine et Nuits d’Alsace (qui est prévu pour septembre), je n’ai pas hésité à participer. J’ai eu la chance de récupérer mon anthologie lors des Imaginales 2018 et de me le faire dédicacer par trois des quatre auteurs.
Le but de cette collection est de faire découvrir au lecteur des légendes régionales horrifiques écrites par des auteurs locaux. Je simplifie à l’extrême mais c’est cela.

Le recueil est composé de 4 récits suivis chacun d’un texte nous présentant la légende en question.
Bête de Aaron Judas :
On commence l’histoire dans la peau d’un homme entouré de mystère et qui décide de dévoiler la vérité suite à l’assassinat d’un groupe de jeunes gens. Puis une fois l’introduction passée, on suit une journaliste, Julia. Elle a rendez-vous avec l’homme du début et on sait qu’il va lui révéler la vérité sur la Bête.
L’histoire est tellement bien faite que je me suis laissé berner dès le début. Cependant, je me suis rapidement méfiée de mes déductions que je trouvais trop faciles, mais j’ai été incapable de déterminer ce qui sonnait faux dans cette introduction. Finalement, la fin m’a prise au dépourvu, ça n’arrive pas souvent et ça rend l’histoire d’autant plus plaisante.
Les cadeaux du Père Fouettard de Aude Cenga :
La fillette, Sonia, se lève au matin du 6 décembre et découvre sous le sapin des légumes et un denier en chocolat abîmé… enfin, elle croit qu’il est en chocolat.
Impossible d’en dire plus sur l’histoire sans tout spoiler.
C’est une nouvelle courte. La fin est prévisible, mais il ne pouvait pas en être autrement. Cela n’empêche pas le récit d’être prenant et connaissant la famille de l’enfant à travers ses yeux, on ne peut que stresser pour elle.
Est-ce ainsi qu’il faille que je meure de Patrick Godard :
Le narrateur nous conte son passé et la manière dont il est devenu l’ennemi public numéro un. Il se cache dans une cabane jusqu’au jour ou la Mesnie Hellequin vient.
J’avoue que la légende de la Mesnie Hellequin ne me disait rien jusqu’à l’explication… la chasse sauvage, ça me parle davantage. J’ai trouvé le récit passé du narrateur très réaliste et juste horrible ! Je ne m’attendais à rien quant à cette nouvelle, je me suis laissé porter par l’histoire et j’ai bien apprécié.
Voix de Basilique de Ambroise Dehaye :
Katrine est une taggueuse de rue. Elle et ses acolytes entrent de nuit dans la basilique de St Epvre. Lorsque la police intervient, elle est séparée du groupe et est enfermée à l’intérieur du lieu saint. C’est alors que les saints sculptés apparaissent ailleurs qu’à leur place d’origine. Se sont-ils déplacés seuls, est-ce le délire de Katrine ?
Une question intéressante qui ne trouvera pas de réponse : l’auteur laisse au lecteur se faire sa propre idée de la fin. Personnellement, ça m’a frustrée de rester dans le doute. D’autant que ce récit appelle également d’autres questions, mais autant vous laisser les découvrir.

Trois gros points forts sont à noter dans cette anthologie :
Découvrir de nouvelles légendes, on ne les connaît pas forcément toutes, même quand elles sont de nos contrées.
Son petit prix, seulement 8,50€.
– Le troisième détail qui ajoute du cachet au recueil ; on a quand même droit à deux illustrations sympathiques pour nous mettre un peu plus dans l’ambiance. Sans compter que je n’ai pas parlé de la couverture que je trouve vraiment chouette.

C’est un coup de cœur pour cette lecture.