After intégrale, saison 1 : la rencontre – Anna Todd

After saison 1 - Anna ToddTitre:  La rencontre
Saga: After intégrale, saison 1
Auteur: Anna Todd
Éditeur: Hugo & Cie
Format: E-Book
Nombre de pages: 594
Quatrième de couverture: Tessa est une fille gentille avec un adorable petit ami, Noah. Elle est décidée, ambitieuse et sa mère veille à ce que cela continue. Mais elle vient à peine de s’installer dans son dortoir d’étudiante qu’elle se heurte à Hardin. Avec ses cheveux châtains ébouriffés, son p… d’accent anglais, ses tatouages et son piercing sur la lèvre, Hardin est vraiment mignon et tellement différent des garçons qu’elle connaît. Mais il est aussi grossier, voire violent et Tessa devrait donc le détester… Ce qu’elle fait jusqu’au jour où elle se retrouve seule avec lui. Quelque chose du caractère sombre d’Hardin l’attire et leur baiser fait naître en elle une passion jusqu’alors inconnue. Il lui dit qu’elle est belle, qu’il n’est pas un garçon pour elle et il disparait, et ce à plusieurs reprises. Malgré la façon dont il la traite, Tessa va chercher au plus profond d’Hardin et derrière ses mensonges qui il est réellement. Plus il la repousse et plus Tessa sera entraînée plus près du gouffre. Tessa a déjà un petit ami parfait. Alors pourquoi fait-elle tant d’efforts pour surmonter sa fierté blessée et les ravages qu’Hardin fait à de belles filles comme elle ? À moins que… ce ne soit ça l’amour ?

J’ai lu ce livre en Lecture Commune avec Alicia du blog Psycho-Boook. Comme je l’avais dans ma Pile A Lire, ça a été l’occasion de partager nos impressions.

Le début est bien passé, jusqu’aux 60% environ, ça se laissait lire.
L’histoire au début est relativement addictive avec un petit côté érotique bien sympathique. C’était frais, émoustillant ; mais très vite, les personnages m’ont gonflée. Ils passent leur temps à se disputer, le côté je t’aime mais on est bien que lorsqu’on se fait souffrir, on est incapables d’avoir une relation sereine plus de 24h, c’est lourd à la fin. Sans compter qu’en deux pauvres semaines, ils vivent autant de revirements qu’en cinq ans…
De plus, le complément du titre, Saison 1, me faisait redouter cette lecture : je craignais grandement de lire un soap et ça a malheureusement été le cas… on n’était pas encore dans les feux de l’amour mais ça se rapprochait d’un Santa Barbara… en même temps, le contraire m’aurait étonnée et probablement déçue… ou pas.

Et puis passés les 60%, ma lecture s’est juste transformée en cauchemar. Le personnage de Tessa était simplement imbuvable avec ses crises de “il ne m’aime pas, je ne suis pas sa copine il m’a prévenue mais… blablabla…” J’aurai pu la tuer, au point de désirer l’éventrer, lui sortir les tripes et l’étrangler avec. Bref, la faire souffrir réellement histoire de la sortir de sa niaiserie.
Pour Hardin ça passait un peu mieux, il est légèrement bipolaire sur les bords mais c’était nettement plus supportable car dans l’ensemble, il était assez fidèle à ce qu’il disait et les changements s’effectuaient progressivement, quelques retours en arrière mais je trouvais que ça sonnait plus juste que pour Tessa.
J’ai lu que certaines lectrices ont pu être choquées par la fin, ça n’a pas été mon cas, j’ai bien aimé la chute parce qu’elle explique beaucoup de choses.

Ça s’est laissé lire mais sans plus. Je ne suis pas sûre de lire la suite.

50 Nuances de Grey – E.L. James

Résumé: Romantique, libérateur et totalement addictif, ce roman vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.
Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête. 
Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble. 
Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

Ça y est, je l’ai fini. J’ai mis plus de temps que prévu, mais c’est bon, je vais pouvoir passer à autre chose. Vous l’aurez compris, je suis relativement soulagée d’avoir fini. Je ne l’ai pas trouvé exceptionnel: non seulement le style de l’auteure est plus que basique, mais les répétitions sont nombreuses, à tel point que j’ai eu l’impression de tourner en rond et de ne pas avancer. Il est vrai que l’histoire n’avance de toute façon pas des masses: c’est le genre je me tourne les doigts dans le cul 10 fois avant de faire un pas en avant et aussi tôt fait, j’en fais trois en arrière. D’accord, je caricaturise un peu là, mais c’est un peu mon ressenti, quant à ma vilaine façon de parler, c’est pour ne pas trop m’éloigner de certaines des vulgarités du bouquin, enfin, tout le temps les même finalement: le verbe baiser revient en boucle… Fabuleux ! Soyons juste quand même: c’était nettement moins cru au final que La Vie Sexuelle des Super-Héros, et du coup la lecture en a été moins pénible, mais ça ne rehausse pas  pour autant mon avis sur ce livre.
Maintenant que c’est fini, je comprends encore moins la raison du succès de ce bouquin. Mais je ne comprenais pas davantage celui des Twilight. C’est la pub à l’américaine: martelage, martelage et martelage. Et je ne comprends pas qu’on suive ce genre de matraquage en France, merde, on est quand même le pays de Zola et Balzac, pour ne citer qu’eux. On en fait tout un pataquès pour  pas grand chose… Ouhhh, ça parle de pratiques SM… D’accord, mais dans le genre, je préfère Sade. Ça, au moins, c’est chaud-bouillant. Bon, disons-le, tout ce qui arrive à la pauvre Justine est horrible, mais dans CE genre littéraire, je crois que rien ne surpassera jamais cet auteur: super bien écrit, super bien détaillé, et d’un érotisme à tomber par terre ! ^^ Peut-être que si je ne n’avais pas connu les œuvres de Sade très jeune, j’aurai pu me contenter d’un 50 nuances de Grey, mais là, c’est juste pas possible. C’est d’une platitude… J’en aurai presque pleuré :p

Je dois rajouter quand même un détail important. Ce n’est pas majoritairement l’histoire qui m’a rebuté et ralenti dans ma lecture, parce qu’il est quand même très facile à lire. C’est la couverture: elle est juste horrible ! Caoutchouteuse, la moindre poussière s’y accroche. Elle a un côté très lisse, mais lisse-sale. Et moi qui adore ce contact avec les couvertures et les pages des bouquins, les emporter partout avec moi, les renifler. Là, c’était juste pas possible. Je l’ai abandonné dans un coin très souvent – habituellement, je trimballe partout mes lectures profitant de chaque moment de paix pour avancer ne serait-ce que de quelques pages, pas là! -, je ne pouvais pas non plus m’installer confortablement parce que je ne réussissais pas à prolonger le contact de cette atroce couverture.

Je ne suis pas décidée à lire la suite: la fin était prévisible; j’espérais trop un vrai retournement de situation, mais non, c’est juste dans le prolongement de la pensée première du personnage face à la situation. La seconde couverture est du même acabit que celle-là, ce qui ne me pousse pas particulièrement à vouloir le lire. J’attendrais peut-être que ça sorte en poche. Sans compter que le prix m’arrête également. Peut-être que si je le trouve d’occasion… et encore. Bref, la conclusion n’est pas particulièrement bonne.