Gengis Khan et l’empire Mongol – Marie Favereau, Laurent Seigneuret & Julie Poinçot

Titre : Gengis Khan et l’empire Mongol
Scénario et pages documentaires : SAGA
Dessins : Laurent Seigneuret
Couleurs : Julie Poinçot
Éditeur : Petit à petit
Nombre de pages : 72
Quatrième de couverture : Le nom de Gengis Khan est resté célèbre dans l’histoire. Mais que sait-on vraiment de l’homme qui se cachait sous l’armure du guerrier ?
À travers ce Docu-BD, découvrez comment la naissance d’un jeune garçon dans les steppes mongoles va bouleverser l’histoire. De l’intimité de son clan aux grandes conquêtes, en passant par les guerres de successions et l’incroyable héritage qu’il laissa, parcourez le destin extraordinaire de Gengis Khan et du plus grand empire de tous les temps. Agrémenté de pages documentaires riches en archives, cet album vous invite aussi à découvrir la vie nomade et les traditions des Mongols, leurs croyances, l’art des chamanes, l’architecture, la politique…

C’est une bande-dessinée documentaire. Je ne l’ai pas acheté pour moi mais pour mon fils. Il est fan d’histoire donc je pense que cela pourrait lui plaire. En ce qui me concerne, j’ai trouvé cette lecture longue.
Cela retrace l’histoire de la conquête de l’empire Mongol : de Gengis Khan jusqu’à Kubilai Khan, donc sur environ un siècle. On découvre les alliances, les stratégies politiques, les guerres de succession, etc.
Chaque période est entrecoupée de petits articles documentaires qui font le lien entre les deux parties.
C’était intéressant, j’ignorais que leur empire s’était étendue si loin et si vite. C’est impressionnant.

Je regrette surtout que l’histoire ne soit pas suffisamment romancée à mon goût, ce que je comprends tout à fait : en 70 pages, ce n’est assez pour s’étendre sur une époque aussi dense. Du coup, ça m’a laissée indifférente.
Les dessins sont assez classiques, je ne m’y suis pas attardée.

Rien d’autre à ajouter.
Maintenant que je l’ai lu, je vais pouvoir le filer à mon loulou et passer à une autre lecture.

Comme un garçon, tome 4 : Les hommes fragiles – Jenny

Titre : Les hommes fragiles
Saga : Comme un garçon, tome 4
Auteur : Jenny
Éditeur : Delcourt
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : En plus de partager le même intérêt pour Charlotte, Gabriel et Amaury partagent maintenant la même chambre. Ils se lancent un challenge pour savoir qui de l’un ou de l’autre aura les faveurs de la belle. Si le jeu est puéril, leur antagonisme semble se changer en connivence. Gabriel accepte même d’apprendre à nager à Amaury, ce qui, après l’incident de la rivière, ne sera pas chose aisée…

Bon, je croyais que ce quatrième tome était le dernier puisqu’il est sorti en 2019… mais vu la façon dont cela se termine, ce n’est pas la cas. Et je n’ai trouvé aucune information sur la date de sortie du 5.
La couverture laisse présager une histoire de triangle amoureux. Ce qui est le cas. C’est la trame du début mais moins par la suite :

Pour être sur un pied d’égalité par rapport à Charlotte, Amaury change de chambre et s’installe avec Gabriel, ce qui rend ce dernier furieux. Si dans les premiers tomes le blondinet était un vrai connard, il l’est un peu moins dans celui-ci, il essaie de se faire pardonner son comportement au collège… c’est fait de manière maladroite, mais ça le rend touchant.
Le défi de conquérir Charlotte est lancé, mais ce n’est qu’un prétexte : rapidement, le plus important pour chacun des personnages est de dépasser leurs limites.
Amaury apprend à nager pour réaliser son rêve.
Gabriel lutte contre la mauvaise image qu’il a conservée de lui.
Charlie se lance dans l’apprentissage du combat afin de se défendre seul.
Bien sûr, ils se confrontent à des obstacles extérieurs mais aussi intérieurs, notamment leurs peurs.

J’ai bien aimé cette lecture, elle est un peu moins fun que le tome précédent, surtout à la fin où Héloïse, dépitée, reprend son rôle de méchante.
Les dessins sont aussi beaux qu’au début.
J’ai beau chercher, je n’ai rien d’autre à ajouter.

Comme un garçon, tome 3 : Bas les masques – Jenny

Titre : Bas les masques
Saga : Comme un garçon, tome 3
Auteur : Jenny
Éditeur : Delcourt (jeunesse)
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : Charlotte avait parié avec son demi-frère, Xavier, qu’elle passerait une année à la fac déguisée en garçon et sans se faire démasquer ! Ce pari totalement insensé lui pèse fortement car elle aimerait bien vivre son histoire d’amour naissante avec son colocataire, Gabriel. Mais les démons du passé de Gabriel prennent de plus en plus de place et il se pourrait bien que cela ternisse leur histoire de manière radicale.

C’est l’avant-dernier tome de cette saga et l’intrigue avance un peu.
Amaury rencontre Charlotte de façon fort stupide, faut bien le dire. Il découvre qu’elle connaît Charlie et Gabriel. Elle lui plaît bien et décide de la conquérir. À l’idée que cette fille inconnue sorte peut-être avec Charlie, cela fâche Héloïse qui décide de l’inviter à leur partir de poker… cela pose problème : impossible pour notre héroïne de se dédoubler. Mais Gabriel a une solution. Je dois bien avouer que même si cela fait l’affaire de nos héros, c’est un peu gros… mais bon, passons. Du coup, Charlie en abuse et en profite pour reprendre son apparence, participer à l’une des soirées d’Amaury qui tourne mal, etc.
C’est à partir de là que les choses évoluent : Charlie en a marre de la situation, et fait tout pour que Gabriel abandonne ses idées de vengeance.

J’ai adoré ce troisième tome :
– l’auteur use et abuse des têtes SuperDeformed des personnages et c’était du bonheur, allié aux situations amusantes c’était super drôle. J’ai beaucoup ri.
– la fête d’Amaury est costumée et j’ai pris beaucoup de plaisir à détailler chaque vignette où les personnages sont déguisés pour trouver les références geekesques.
– l’introduction d’un nouveau personnage, Thomas, qui est drôle et ajoute de la fraîcheur au récit.
– les passages où ils sont entre potes et surtout au camping m’ont plu et apaisé.
l’évolution des personnages :
Amaury sous ses airs arrogants et plein d’assurance dévoile une faiblesse et une phobie qui le rendent plus humain
Gabriel se montre moins froid, il laisse deviner ses sentiments au lecteur. Il n’est pas que jaloux d’Amaury, il a peur de perdre Charlotte à qui il tient de plus en plus.

J’ai adoré ce troisième tome et je suis ravie d’avoir le quatrième que je vais lire dans l’après-midi.

Sous les arbres, tome 3 : Un chouette été – Dav

Titre : Un chouette été
Saga : Sous les arbres, tome 3
Auteur : Dav
Éditeur : La gouttière
Nombre de pages : 32
Quatrième de couverture : C’est l’été, les cris et les rires des enfants jouant au ballon résonnent sous les arbres au soleil. Mais pour les animaux, le temps de l’enfance est loin, et peu d’entre eux s’en souviennent. C’est peut-être le moment de le retrouver.

Décidément, je suis fan de cette saga et ce troisième tome est de loin mon préféré.
C’est une lecture idéale pour l’été, même si actuellement le temps pluvieux ne se prête pas trop aux jeux d’eau.

Monsieur Chouette vit au bord d’une mare où un souriceau et deux jeunes écureuils viennent y jouer. Ils font du bruit, ce qui dérange les habitants. Un jour, leur balle atterrit chez monsieur Chouette qui, désirant sa tranquillité, refuse de leur rendre. Le soir, il balance la balle dans la mare et marque un panier sans le vouloir… cela le titille de réessayer.

Ce troisième tome m’a mis de bonne humeur, peut-être même plus que les deux précédents.
Les personnages sont attachants : les enfants s’amusent et ne font pas sciemment du bruit, ils se montrent polis même quand leur ballon ne leur est pas rendu.
Monsieur Chouette n’est pas un mauvais bougre : on est en journée, il a envie de se reposer… on ne peut pas lui en vouloir, surtout que la tête qu’il tire dans l’intimité le rend tellement sympathique ! J’aime tellement ce côté humain qui transparaît dans chacun des personnages de Sous les arbres. Même le crapaud m’a plu, alors qu’il est grincheux number one.

Comme dans les tomes précédents, il y a peu de dialogues, et on n’en a pas besoin ; les dessins parlent d’eux-mêmes : le visage expressif des personnages, leur posture,…
J’adore les illustrations, les couleurs sont harmonieuses, typiques de la saison estivale… j’ai eu l’impression de partir en vacances.
C’est un gros coup de cœur pour ce troisième tome.

Sous les arbres, tome 2 : Le frisson de l’hiver – Dav

Titre : Le frisson de l’hiver
Saga : Sous les arbres, tome 2
Auteur : Dav
Éditeur : La Gouttière
Nombre de pages : 32
Quatrième de couverture : Au cœur de l’hiver, un renard maladroit n’ose pas aborder une jolie renarde…

J’ai profité d’avoir trouvé les deux premiers tomes de Sous les arbres pour les emprunter ensemble à la médiathèque.
Je ne savais pas à quoi m’attendre, j’espérais passer un aussi bon moment que pour le premier, tout en redoutant qu’il soit trop similaire. Mais il n’en est rien. L’auteur n’est pas tombé dans la facilité et a su “se réinventer “. Le style de ce récit est différent du précédent : il est plus drôle… beaucoup plus amusant et j’ai beaucoup ri.

L’hiver est bien installé : le sol est recouvert de neige (une période et un temps que j’aime également beaucoup). Monsieur Renard (il n’a pas de nom, donc appelons-le ainsi) traverse le village, sa trop longue écharpe autour du cou. On pourrait presque trouver qu’il a la classe si elle ne l’encombrait pas tant : il se prend les jambes dedans, elle reste accrochée aux branches des arbres, etc. Bref, une série de situations toutes plus grotesques les unes que les autres.
Quand il aperçoit une renarde qui lui plaît, il décide de l’éviter par timidité, mais c’est sans compter la maladresse engendrée par son écharpe.

J’adore le character design de monsieur renard : une attitude et une apparence proches de Nick dans Zootopie, un mélange parfait entre ce dernier et Robin des bois.
Je me serais cru dans un dessin animé et j’imaginais sans peine les mouvements, les chutes des renards s’animer sous mes yeux.
On a que des nouveaux personnages : les deux renards et les deux zozios. Y a quand même un clin d’oeil au premier tome avec l’apparition de monsieur Grumpf et ça m’a ravie.

Un second tome aussi chouette que le premier. C’est également un coup de cœur pour cette lecture. J’espère trouver le troisième la semaine prochaine lorsque j’irai à la médiathèque.