Colonisation, tome 1 : Les naufragés de l’espace – Denis-Pierre Filippi & Vincenzo Cucca

Titre : Les naufragés de l’espace
Saga : Colonisation, tome 1
Scénario : Denis-Pierre Filippi
Dessins : Vincenzo Cucca
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 56
Quatrième de couvertureL ’Humanité, telles les douze tribus de la Génèse, est partie à la conquête des étoiles. Bien des années plus tard, les Atils ont établi le contact avec la Terre et permettent aux hommes de voyager plus loin, plus vite. Mais des deux côtés, des voix s’élèvent pour que les deux peuples cohabitent désormais a minima…
Premier tome – d’introduction selon l’expression consacrée – pour Denis-Pierre Filippi et Vincenzo Cucca qui en quarante-huit planches doivent conquérir leur lectorat. Pour cela, rien de mieux qu’une bonne virée interstellaire entre cadets de l’Agence, histoire de donner à tout ce petit monde l’esprit de corps et le sens du devoir. S’en suit une série de péripéties cosmiques où, entre saut dans l’espace et réalité virtuelle, chacun aura l’occasion de se mettre en valeur et de marquer son territoire pour la suite. Avec Les naufragés de l’espace Vincenzo Ducca célèbre son retour à un graphisme moins libidinal et à une science-fiction de facture classique destinée prioritairement aux adolescents. Et si une impression de densité point parfois, elle est autant le fait de la pagination que des dialogues denses de certaines séquences.

J’ai pris ce premier tome en début d’année (il me semble) lors des 48h de la BD parce que mon fils voulait le lire, et depuis, je l’ai gardé dans ma PàL. Il était quand même temps que je le lise pour le lui donner.

On suit neuf cadets qui sont chargés d’explorer en un temps record l’une des 80 nefs de colonisation perdues dans l’espace depuis plus d’un siècle. Malheureusement, ils ne sont pas les seuls sur les lieux, les écumeurs sont déjà présents afin de piller le vaisseau spatiale.

Le temps de la mise en place n’est pas très long, mais j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire : on ne sait pas trop ce que l’équipe d’intervention fait là. Beaucoup de dialogues pour, au final, pas beaucoup d’explications. Il suffit de continuer un peu et de dépasser la quinzaine de pages pour obtenir les éclaircissements nécessaires à la compréhension du récit. Et à partir de là, ça devient bien plus intéressant.
À part Clarence que j’apprécie parce qu’on connaît un bout de sa vie : ce qu’il a vécu et ce qu’il a perdu, on ne sait pas grand-chose des autres. Milla passe bien, lais ce n’est pas non plus le personnage transcendant. J’aime bien la relation entre Olivia et son acolyte pilote Poussin (pas moyen de retrouver son nom) et surtout parce que lui est presque drôle.
Pour les illustrations, elles sont sympas : le character design des personnages est très classique. Le gros point fort, ce sont les vaisseaux qui sont beaux et les décors qu’ils soient technologiques ou naturels que j’ai trouvés soignés et vraiment magnifiques sur certaines planches.
J’ai bien aimé cette lecture et j’ai bien envie de connaître la suite.

Sorcières sorcières, tome 4 : Le mystère des fleurs de tempête – Joris Chamblain & Lucile Thibaudier

Titre : Le mystère des fleurs de tempête
Saga : Sorcières sorcières, tome 4
Scénario : Joris Chamblain
Illustration : Lucile Thibaudier
Éditeur : Kennes
Nombre de pages : 48
Quatrième de couvertureDurant l’hiver, Harmonie semble bien triste et disparaît mystérieusement chaque jour. Miette tente de savoir pourquoi elle agit de la sorte et, à travers son enquête, elle remonte aux origines des fleurs de tempête.

Ce quatrième tome suit d’assez près le précédent puisqu’il est plusieurs fois fait allusion à l’affaire du marché suspendu aux mille lanternes, quelques mois doivent quand même les séparer puisqu’il neige dans ce volume.

Miette fête son anniversaire et tout le monde est joyeux à l’exception d’Harmonie qui semble malheureuse sans raison apparente. Elle s’isole, et fait tristement mumuse avec sa baguette magique, sans grande conviction, jusqu’au moment où un symbole apparaît au bout de son sort et la guide vers un arbre, ouvrant un passage à elle seule vers un havre de paix.
Le côté enquête est moins présent que dans les précédents et laisse davantage la place aux sentiments que peuvent éprouver les personnages en grandissant – l’auteur a des mots très justes qui m’ont parlé et ont fait vibrer la corde sensible -, mais cela n’enlève rien à la qualité de ce tome, bien au contraire.

J’ai adoré l’atmosphère qui se dégageait de cette histoire. Déjà, cela se passe peu avant le solstice d’hiver, ambiance typique de Noël avec la neige, les décorations qui, même si elles sont plus naturelles que dans notre univers, rappellent malgré tout cette période chère à mon cœur. Et là où c’est bien joué de la part de l’auteur, c’est que pour les lecteurs qui n’aiment pas la neige, ils peuvent trouver leur bonheur dans les moments où Nini se réfugie dans le havre de paix où l’atmosphère est complètement différente de Pamprelune, plus printanière.
Les dernières pages présentent à nouveau un petit guide écrit par Miette au sujet de l’histoire de la magie et complète ce qui nous a été révélé au cours de ce quatrième tome. On pourrait se dire qu’on a fait le tour de l’univers magique, mais on en est loin et à chaque numéro, on baigne un peu plus dans ce monde de sorcellerie.

C’est un coup de cœur pour cette lecture que j’ai trouvé captivante mais bien trop courte à mon goût.

Seuls, tome 09 : Avant l’enfant-minuit – Bruno Gazzotti & Fabien Vehlmann

Titre : Avant l’enfant-minuit
Saga : Seuls, tome 09
Auteurs : Bruno Gazzotti & Fabien Vehlmann
Éditeur : Dupuis
Nombre de pages : 48
Quatrième de couvertureGrâce à leur victoire dans les arènes, Dodji, Leïla, Yvan et Terry ont gagné le droit de quitter Néo-Salem, laissant derrière eux Camille qui a décidé de rester près de Saul afin de veiller sur lui… et de l’empêcher de nuire, même à distance, à ses amis.
Très vite, les quatre enfants sont bloqués par la neige et un moteur défaillant. Réfugiés dans un chalet, la tension monte. Leïla pète un câble : elle en a marre de suivre aveuglément Dodji sans que celui-ci daigne expliquer à ses amis ce qu’il cherche. Car Dodji a une terrible peur : il craint d’être l’Enfant-Minuit, autrement dit l’élu du Mal. Et il est persuadé que la seule personne qui puisse le renseigner à ce sujet est le Maître Fou qu’il a entraperçu dans la montagne en arrivant à Néo-Salem. C’est donc seul qu’il décide de continuer son enquête. Ce qu’il ignore, c’est que, à peine est-il parti, Leïla, Yvan et Terry tombent entre les mains d’Achille et de ses cruels miliciens.
Les héros de Seuls sont confrontés à un terrible danger qu’ils ne connaissaient pas jusqu’ici : la séparation !

Je viens de terminer le neuvième tome de Seuls et…. Oh la vache ! Je veux la suite !
Après avoir gagné les jeux d’arène, une partie du groupe part dans les montagnes. L’équipe est composée de Dodji, Nadia, Terry, Yvan et Ajza. Mais qui est cette dernière ? J’ignore si vous vous êtes pas posé la question, mais moi oui. Elle est, a priori, une gamine de l’âge de Terry, qui les a suivis depuis Fortville, mais je ne vois pas ce qu’elle fout là. J’ai feuilleté les trois précédents pour me rafraîchir la mémoire : elle est sur quelques rares planches et n’intervient jamais. Et si elle apparaît avant, je n’en ai gardé aucun souvenir, c’est dire si elle m’a marquée. Bref, continuons.
Ils se réfugient dans un chalet, tandis que Dodji les abandonne afin de vérifier s’il est l’enfant Minuit. C’est malheureusement sans compter le vilain Eloi qui n’est pas décidé à les laisser partir tranquillement.

J’ai bien aimé l’ambiance de ce tome-ci. Je trouvais que ça changeait des précédents. C’est toujours aussi intense, et rythmé, mais c’était moins étouffant, une bouffée d’air frais.
On commence à avoir une explication plus précise en ce qui concerne la temporalité des Limbes, mais aussi sur l’apparition de nouveaux lieux et comme j’ai le souci du détail, j’ai apprécié ça.
Un nouveau personnage arrive parmi les dirigeants de Neosalem et dès le début, il m’a fait froid dans le dos. Je suis incapable d’en dire plus sur lui, on ignore jusqu’à son nom, mais il semble être celui qui ordonne et auquel on obéit sans broncher. Quand on voit sa façon d’être et surtout de faire, on comprend…

Le gros point positif c’est que tous ces événements font avancer le schmilblick au point qu’on découvre enfin l’identité de l’enfant Minuit et bordel, quelle surprise !
J’ai adoré cette lecture et je croise les doigts pour trouver le dixième tome lors de mon passage à la médiathèque mardi prochain.

Sorcières sorcières, tome 3 : Le mystère des trois marchands – Lucile Thibaudier & Joris Chamblain

Titre : Le mystère des trois marchands
Saga : Sorcières sorcières, tome 3
Auteur : Joris Chamblain
Illustratrice : Lucile Thibaudier
Éditeur : Kennes
Nombre de pages : 46
Quatrième de couvertureAujourd’hui est un jour très spécial pour Harmonie et Miette. Elles vont passer la journée et une partie de la nuit avec leur oncle Alister dans un lieu fabuleux connu des sorciers du monde entier : le marché suspendu de l’île aux mille lanternes. Là-bas sont vendus les meilleures baguettes de sorciers, les chaudrons les plus solides, les potions les plus infectes…
Mais si les deux petites sorcières se réjouissent de cette visite et des nouvelles rencontres qu’elles vont y faire, très vite, elles vont découvrir que quelque chose de terrible se trame dans l’ombre. Un secret très ancien qui remonte aux origines du marché et qui pourrait bien entraîner sa complète destruction ! Les deux sœurs n’ont que quelques heures pour parcourir les allées de l’île, arpenter les couloirs du marché fantôme et déjouer les embûches sur leur parcours avant que tout ne s’écroule !

J’avais pris ce troisième tome pour ma fille à Livre Paris de cette année. Le scénariste Joris Chamblain était en dédicaces et c’était l’occasion de lui offrir cette BD personnalisée.
On retrouve Miette et Harmonie, mais cette fois, elles se réveillent dans un lieu que le lecteur ne connaît pas : chez leur oncle Alister, Ali pour les intimes. Ce dernier est “libraire” au marché suspendu des mille lanternes”, un grand capharnaüm cet endroit,et il emmène les filles la-bas. Elles font la rencontre d’un jeune orphelin, Filéas, qui donne à Ali des livres rares à vendre, une manière pour le garçon de gagner sa vie et de survivre. Mais le dernier volume qu’il a apporté à l’oncle de nos héroïnes est volé, et ce, malgré les protections installées sur l’étal.
Une fois de plus, c’est l’occasion pour Harmonie et Miette de jouer les détectives. Leur enquête les mène au cœur du marché suspendu et elles remonteront jusqu’à ses origines.

J’ai adoré ce troisième tome, un peu facile mais fort sympathique. Les dessins sont chouettes. L’histoire nous plonge davantage dans le monde des sorciers que ce soit par le biais du marché suspendu au mille lanternes et son mystère, du livre changemot, de nouveaux sortilèges, etc.
Les petits plus :
trois énigmes finales sont posées en une page et permettent au lecteur de trouver des réponses logiques.
– des détails sont données sur l’univers : lieu, personnage, évènement, sous forme de journal de bord, une page pour chacun.
Le petit moins : il n’y avait quasiment pas de citrouilles, un tas vaguement empilé au marché, mais pas assez. Sachant que c’est mon personnage préféré surtout niveau character design, je ne pouvais qu’être triste qu’elle n’apparaisse qu’en décor.

J’ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture et j’ai hâte de lire le 4 que j’ai emprunté à la bibliothèque.

Seuls, tome 08 : Les arènes – Fabien Vehlmann & Bruno Gazzotti

Titre : Les arènes
Saga : Seuls, tome 08
Auteurs : Fabien Vehlmann & Bruno Gazzotti
Éditeur : Dupuis
Nombre de pages : 56
Quatrième de couvertureÀ peine Dodji, Leïla, Yvan, Camille et Terry ont-ils réussi à quitter la Zone Rouge qu’ils sont faits prisonniers par d’étranges soldats marqués d’un grand 6 dans le cou. Emmenés à Néosalem, une ville ancienne qui possède de magnifi ques arènes romaines, les cinq héros vont devoir gagner le droit d’entrer dans une des « sept familles du Bien ». Pour ce faire, ils vont devoir réussir des épreuves apparemment classiques mais en fait particulièrement tordues. Sans compter que les dirigeants de la ville les soupçonnent de compter parmi eux le futur chef des forces du Mal.

Beaucoup de réponses sans équivoques dans ce huitième tome.
Jusqu’à présent, il avait été stipulé, pas forcément clairement, que nos héros étaient dans les Limbes, mais là, non seulement, on en a confirmation, mais on apprend également ce que sont réellement ces fameuses Limbes et on a des explications sur les 7 familles, leur histoire, etc. En admettant que tout soit vrai,ce qu’on peut douter puisque ces révélations se font, après que Dodji et ses acolytes aient été capturés, enchaînés et emmenés à la nouvelle Salem, par le maître des jeux des arènes où les prisonniers vont devoir prouver par des épreuves, entre autres, qu’ils ne sont pas affiliés au mal.

Un huitième tome plein d’action donc on n’a pas le temps de s’ennuyer, par contre, il est assez angoissant.
Je n’apprécie pas du tout les dirigeants de cette nouvelle ville qui, sous couvert de faire le bien, bafouent les droits et les libertés des hommes.
Une fois de plus, Saul ne brille pas par son altruisme et son fair-play, même si je me suis prise à me demander s’il allait vraiment leur faire un coup fourré ou si l’entraide serait sa priorité.

Au niveau des illustrations, c’est une valeur sûre : toujours aussi sympas à regarder. Le character design des personnages est cohérent d’une page à l’autre, mais également d’un tome à l’autre… Il y a probablement une légère amélioration, mais comme elle est progressive, ça passe bien.
J’ai bien aimé ce huitième tome et je pense lire le suivant dans la semaine.