La Sorcière aux champignons, tome 2 – Tachibana Higuchi

Titre : La Sorcière aux champignons, tome 2
Auteur : Tachibana Higuchi
Éditeur : Glénat (Shôjo)
Nombre de pages : 178
Quatrième de couverture : Luna a secouru un mystérieux beau garçon que quelqu’un a poignardé. Pour cette sorcière noire qui ne peut pas toucher les autres, cette rencontre va bouleverser son destin…

J’attendais avec beaucoup d’impatience ce second tome pour voir comment Luna allait sauver l’adolescent de la rivière. Mais je suis un peu déçue : il ne se passe pas grand-chose.

Donc sans surprise, puisque c’était annoncé à la fin du précédent tome, Luna sauve la vie du narrateur. Grâce à Claude, la corneille, elle parvient à le transporter chez elle. Et à peine est-elle parvenue à extirper la malédiction du jeune homme que la congrégation des sorciers noirs apparaît afin de décider du sort du jeune homme.

Ce fut l’occasion de découvrir quelques détails sur le passé de Luna, mais également sur les sorciers noirs. Le soucis est que ça tient en quelques bulles et que là, le conseil s’est éternisé sur pratiquement tout le manga et que ses membres radotaient.
Bref, ça m’a paru long, ça tournait en rond.
Et le fait qu’on ne voyait pas bien les sorciers puisqu’ils restaient dans l’ombre a renforcé la désagréable sensation brouillonne qui se dégageait de ce second tome.

J’ai nettement préféré l’épisode spécial avec Lancelot, ce n’était pas transcendant, mais c’était plaisant, sans prise de tête et avec une ambiance proche du premier.
Je ne vais pas m’étendre sur cette chronique, j’ai dit l’essentiel. C’était une déception.
Je lirai le troisième parce que le groupe des sorciers noirs ouvrent de nouvelles perspectives… plus grandes… et je suis curieuse de découvrir ce que l’auteur nous réserve.

À tes côtés, tome 1 – Megumi Morino

Titre : À tes côtés, tome 1
Auteur : Megumi Morino
Éditeur : Akata
Nombre de pages : 188
Quatrième de couverture : Quand un après-midi d’hiver enneigé, Hotaru tend son parapluie à Hanoï, un de ses camarades de lycée qui vient de se faire larguer, elle n’imaginait pas encore que c’était le début d’une nouvelle histoire. En effet, ce garçon de la classe d’à côté débarque le lendemain, pour lui faire une déclaration d’amour… alors qu’il ne la connaît pas vraiment. Déstabilisée, elle finit pourtant par accepter d’essayer de sortir avec lui jusqu’à Noël. Et si derrière des apparences trompeuses, la rencontre de ces deux-là était en réalité le fruit du destin ?

Avant l’opération 48hBD, je ne connaissais pas ce titre. Je l’avais vu à la médiathèque, mais comme souvent pour les shôjo, je regarde ce qui sort, mais je n’arrive jamais à me décider pour en emprunter. Sans vouloir généraliser, c’est souvent trop neuneu pour moi.

Hotaru assiste à la rupture d’Hananoi. Quand elle sort, il pleut et elle a un geste gentil : elle abrite de son parapluie le jeune homme qui s’attache alors à elle.
Il lui demande de sortir avec lui, mais notre héroïne n’est jamais tombée amoureuse, elle décide de tenter l’expérience jusqu’à Noël et de voir si elle parvient à ressentir de l’amour pour le beau gosse du lycée qui lui fait la cour.

J’adore Hotaru. Elle est honnête : quand elle accepte de tenter l’aventure avec Hananoi, elle ne lui cache pas ce qu’il en est réellement de leur relation. Elle est douce, naturelle et se montre attentive aux autres : elle remarque les petits détails, encourage son petit copain à prendre soin de lui-même et pas seulement d’elle. J’ai aimé sa façon d’être avec lui.
Par contre Hananoi m’a saoulée. Il est certes attentionné, mais à l’extrême : je l’ai trouvé envahissant, étouffant. Surtout, il y a quelque chose qui me dérange chez lui. Sa gentillesse sonne faux. Et puis c’est quoi cette coupe de cheveux ? Au début, il avait la classe, mais avec ses cheveux courts, il ressemble à rien.

Au niveau de l’histoire, c’est du shôjo classique, sans grande surprise. De jolis dessins, des scènes toutes douces et zen.
C’était plaisant de parcourir les pages de ce manga, de contempler les visages expressifs des personnages : la mangaka a un talent certain pour nous faire passer les émotions de ses héros à travers un simple regard.

J’ai bien aimé cette lecture, j’emprunterai sûrement la suite à la médiathèque pour voir comment ça avance.

La sorcière aux champignons, tome 01 – Tachibana Higuchi

Titre : La sorcière aux champignons, tome 01
Auteur : Tachibana Higuchi
Éditeur : Glénat (Shôjo)
Nombre de pages : 194
Quatrième de couverture : Luna la sorcière habite au fond d’une sombre forêt et fait pousser des champignons vénéneux sur son passage. Les villageois la craignent et la fuient, car ils ignorent qu’elle œuvre uniquement dans le but de les aider. Luna cache sa tristesse et tente de se satisfaire de sa condition. Mais un jour, l’amour vient lui jouer des tours…

Ce fut une lecture surprenante. Pas au niveau de l’histoire qui est assez banale au final :
Luna est une sorcière noire. Comme toutes ses consœurs, elle est décriée et les gens ont peur d’elle. Il faut aussi les comprendre, partout où elle passe, poussent des champignons de taille et d’apparence différentes. Certains crachent même des spores, il y a quand même de quoi inquiéter. Et puis, elle est tellement timide (et a peur de les empoisonner avec son souffle toxique), qu’elle ne leur parle pas, ne leur explique pas qui elle est. Ayant toujours connu cette réaction de la part des humains, elle ne s’en offusque pas.
C’est une gentille sorcière qui tient à aider son prochain. Pour ce faire, elle fabrique des remèdes qu’elle vend à l’apothicaire : pas question que les villageois apprennent que ça vient d’elle, ils auraient trop peur et ne les achèterai pas, préférant rester avec leur mal… raaaaah ! La bêtise est décidément partout.
Elle a quand même deux personnes avec qui discuter : l’apothicaire avec qui elle est en affaire et le libraire qui ressemble presque à un ami. Jusqu’au jour où elle rencontre le jeune Henri…

Le début est assez lent. Je n’étais pas certaine que ça me plaise et j’étais incapable de savoir pourquoi, jusqu’à ce que j’arrête ma lecture hier soir pour me coucher et là, ça a fait tilt.
C’est loin d’être un manga classique :
– le récit est original. Un narrateur extérieur nous conte l’histoire, les pouvoirs de Luna, ce qu’elle ressent, etc. Ainsi, l’axe narratif est plus proche de celui d’un roman que d’un manga.
les dessins sont chouettes, on sent un gros travail derrière que ce soit pour les décors, les vêtements, les textures. Je pense que l’auteure a pris grand plaisir à tout détailler – ça se sent et c’est communicatif parce que j’ai aimé parcourir les illustrations, observer les lieux et contempler les habits différents choisis à chaque chapitre.
– l’histoire est emprunte d’un fort côté onirique. Luna adore lire, elle parvient à représenter des images 3D de ce qu’elle voit. C’est fabuleux, j’adore.

Je n’ai eu aucun mal à m’attacher aux personnages :
Luna est timide et je me retrouve en elle. Elle est aussi d’une douceur incomparable. Je suis fan des petites créatures mi-animaux mi-humanoïdes qui l’accompagnent (la vache est bavarde, mais elle me fait rire et sa compassion la rend attendrissante). Par contre, je m’interroge sur le choix des champignons comme manifestation de son pouvoir et en tant que serviteur. Dans une certaine mesure, je le comprends et c’est cohérent avec le fait qu’ils soient dépolluants, mais d’un autre côté c’est un peu le symbole phallique par excellence… surtout que les Pignoncchios ont quand même l’apparence d’un pénis – c’est moyen.
Henri passe bien, il est sympathique et je l’ai bien aimé. Pareil pour le libraire qui se montre humain avec Luna. Ils sont tous deux attentionnés et délicats pour ne pas blesser notre héroïne.
Pour l’instant, je n’ai pas d’avis sur Claude. Il est brut de décoffrage, honnête mais ne s’encombre pas de scrupules, il a quelque chose à dire à Luna, il le dit, souvent sans y mettre les formes. Habituellement, ça me dérange, c’est blesser les gens inutilement, mais là, il a entièrement raison et les arguments qu’il avance sonnent justes.

C’est un coup de cœur pour ce premier tome qui m’a fait beaucoup de bien. J’ai hâte de lire la suite, mais il me faudra être patiente, parce qu’il ne sort pas avant mai.

Les fées, le Roi-Dragon et moi (en chat), tome 3 de Aki (JP), Kureha et Yamigo

Titre : Les fées, le Roi-Dragon et moi (en chat), tome 3
Auteure : Aki (JP)
Scénario original : Kureha
Création des personnages : Yamigo
Éditeur : Nobi nobi !
Nombre de pages : 160
Quatrième de couverture : Moi qui pensais m’être enfin débarrassée d’elle, je vais devoir parler à nouveau à Asahi. J’ai beau me dire qu’elle mériterait que je la laisse tomber, je n’ai pas un cœur de pierre non plus. J’espère au moins qu’elle va écouter ce que j’ai à lui dire !
Alors qu’elle travaille en ville sous son apparence humaine, Ruri surprend une conversation de clients qui lui apprend que Nadasha va déclarer la guerre au Royaume des dragons. Selon la rumeur, ce serait la grande prêtresse qui en serait le porte-drapeau. Abandonnant sa vie tranquille de chat au palais du Roi-Dragon, elle décide de se rendre au château d’où elle a été chassée pour dissuader Asahi de partir en guerre. Or, n’étant pas encore à l’aise pour écrire dans la langue des dragons, sire Jade interprète sa lettre comme un message d’adieu…

J’avais tellement hâte que ce troisième tome sorte ! Et je suis loin d’être déçue, il a tenu toutes ses promesses.

Ruri a appris que le royaume de Nadashi, encouragée par la grande prêtresse, menace de déclarer la guerre à celui des dragons sous prétexte que Ruri serait leur captive.
Donc notre héroïne, partagée entre espoir et naïveté, décide de d’aller voir Asahi pour lui expliquer la situation. C’était sans compter la stupidité de son ancienne camarade qui ne veut rien comprendre.

J’attendais avec beaucoup d’impatience cette confrontation : d’un ça nous permet d’en savoir plus sur ce que Ruri a subi par le passé ; de deux ça explique pourquoi ça a été aussi loin et la raison pour laquelle Ruri déteste tellement Asahi.
Si dans le premier tome, j’ai été perplexe, ce n’est plus le cas et l’auteure a su me convaincre que la grande prêtresse était une idiote (oui, disons ça pour être le moins vulgaire possible parce que ce que je pense d’elle est loin d’être aussi gentil). D’ailleurs le discours de Ruri m’a particulièrement touchée et a réveillé pas mal de souvenirs douloureux de harcèlement scolaire subi par ma fille :

“Sauf que tu ne crois pas ce que je te raconte, pas vrai ? Quand je te dis que je suis victime de harcèlement… tu penses que je m’amuse avec mes bourreaux. Lorsque je te dis que j’ai été chassée… tu crois que c’est une simple dispute. Tu interprètes tout comme tu veux et tu ne me comprends pas. C’est tout le temps pareil. Tu ne m’as jamais aidée lorsque j’en avais besoin. Est-ce que c’est ça… être une amie ?”

Le bon côté de ce troisième tome est qu’on ne voit pas beaucoup sire Jade et le peu de fois où il est présent, ça m’a largement suffi.
Il y a de nouveaux personnages : dame Euclase et M. Finn, mais ils ne sont pas assez présents pour que je réussisse à me faire une idée plus précise à leur sujet.
On en apprend également davantage sur les contrats passés avec les fées et c’est super intéressant – quand on est habitué aux histoires de pactes en fantasy, ça sonne un peu comme une évidence, et Ruri est un peu faiblarde sur ce coup-là.

Les dessins m’ont semblé encore plus beaux que dans les précédents, typiques des shôjo. Je suis toujours aussi fascinée par les détails des cheveux, les mouvements des habits et la mignonnerie de Ruri en chat.
C’est un coup de cœur pour ce troisième tome. Vivement la sortie du prochain.

Le renard et le petit Tanuki, tome 1 – Mi Tagawa

Titre : Le renard et le petit Tanuki, tome 1
Auteur : Mi Tagawa
Éditeur : Ki-oon (Kizuna)
Nombre de pages : 159
Quatrième de couverture : Il était une fois Senzo, un renard surpuissant craint de tous les animaux, qui semait la terreur sur son passage… à tel point que les dieux, pris d’une vive colère, le plongèrent dans un profond sommeil… 300 ans plus tard, à notre époque, ils décident de l’en sortir… à une condition ! Privé de sa force destructrice, le voilà chargé d’une mission spéciale : élever le petit tanuki Manpachi pour faire de lui un digne serviteur de la déesse du Soleil.
Manpachi a été rejeté par sa famille car il possède des pouvoirs immenses, qu’il a encore du mal à contrôler. Allergique à toute autorité, Senzo refuse de s’embarrasser d’un disciple, aussi mignon soit-il… Sauf qu’au moindre signe de rébellion, il est parcouru d’une douleur insoutenable ! Le voilà bien obligé d’accepter le marché…

C’est officiellement le meilleur manga de la décennie !
Quand je l’ai vu pour la première fois, j’ai flashé sur la couverture. Et le libraire m’a dit : “Attention, ce n’est pas une lecture toute gentille comme semble l’indiquer les illustrations”. Parfait, raison de plus pour le prendre.

Senzo, un renard noir maléfique, a été emprisonné pendant 300 ans par la déesse Amaterasu. Elle décide de le libérer en lui confiant une mission : élever un petit Tanuki, animal métamorphe chassé par ses parents, en parfait serviteur des dieux… eh ben le pauvre, avec Senzo c’est pas gagné ! Heureusement, la déesse a tout prévu pour l’obliger à mener à bien sa tâche, et elle le fait surveiller par Tachibana et Mikumo, deux canidés.

J’ai adoré les personnages.
Senzo est malin, vil, coléreux – je le trouve génial.
Manpachi le Tanuki est attachant et trop mignon, j’ai tellement envie de le papouiller.
En ce qui concerne Koyuki, la renarde blanche, je suis partagée : je crois qu’elle m’a plu, mais mon instinct me dicte de m’en méfier ; je n’ai pas encore réussi à la cerner. Tachibana est de bonne humeur et c’est communicatif, on ne sait pas trop si c’est un loup blanc ou un berger suisse – vu son comportement, je vote pour un chien, mais on ne sait pas trop puisqu’il fait partie de la meute de loup.

Les illustrations sont magnifiques : les décors sont épurés, ce qui permet de s’attarder sur le character design. J’ai passé du temps à les détailler. Le faciès des personnages est incroyable : toutes les émotions y passent et on n’a pas besoin de texte pour comprendre ce qu’ils ressentent.
J’ai ri plusieurs fois : quand ce vilain Senzo fait foirer leur première mission avec l’esprit du logis, il est évident, à la tête qu’il tire, qu’il l’a fait exprès.C’est de loin le moment qui m’a fait le plus kiffer, mais ce n’était pas le seul.

C’est un énorme coup de cœur pour ce premier tome. J’ai les trois prochains tomes que j’ai achetés pour ma fille et je ne vais pas attendre avant de les lire.

Cold Winter Challenge :
Marcher dans la neige 
– Forêt enneigée (animaux, écologie, nature-writing)