Belle époque – Collectif

Titre : Belle époque
Auteur : Collectif
Éditeur : Editions Luciférines
Nombre de pages : 330
Quatrième de couverture : Heure verte de l’absinthe, exhibitions de freaks, fumeries d’opium, Expositions universelles, cabaret du Moulin-Rouge : un monde nouveau prend son envol à partir des années 1870. Période de paix et de découverte, la Belle Époque est marquée par l’émergence d’une classe populaire citadine, avide de plaisirs et de spectacles. Les évolutions technologiques donnent l’impression d’un champ de possibles illimités. On se passionne pour la science, l’anthropologie, la psychiatrie, mais aussi l’occultisme et le spiritisme.
16 nouvelles accompagnées de documentaires historiques illustrés vous proposent un retour au temps de l’esthétique fin-de-siècle. Marchez sur les traces de Sarah Bernhardt, Mata Hari, Baudelaire, Maupassant ou Barbey d’Aurevilly. Offrez-vous une visite guidée à Paris quelques 150 ans plus tôt dans de véritables décors impressionnistes : Quartier latin en pleine ébullition, Chat noir de Montmartre où les auteurs décadents clament leurs vers les plus audacieux, foires et goguettes en bord de Seine,…
Entre Histoire et littérature, articles de société et portraits d’auteurs, l’anthologie Belle Époque rend hommage à 40 décennies riches en créativité, apogée d’un style à la française qui a influencé le monde entier.

Ça fait un moment que je voulais lire cette œuvre, j’avais prévu de le lire dans l’année, mais j’ai précipité les choses pour l’un de mes challenges et j’en suis ravie.
En écrivant cette chronique, je me suis rendue compte que cette anthologie suivait un “ordre thématique” précis et que chaque nouvelle amenait au prochain sujet donc à l’histoire suivante. Et c’est fort.

On commence doucement en introduisant deux figures emblématiques de la Belle Époque : Baudelaire, Gautier, les dernières correspondances de Delphine Schmitz qui nous mette dans l’ambiance artistique typique de cette période, avec les dérives et les illusions qui l’accompagnent.
C’était intéressant de découvrir le lien entre les deux et surtout un pan de vie de l’auteur des Fleurs du mal, mais j’ai eu un peu de mal à entrer dans le récit.

La Belle Époque est une période d’insouciance, mais également de progrès, qui s’étend de 1871 à 1914, en France et dont Paris en est le symbole, notamment avec ses expositions universelles, une ambiance festive voire frivole comme dans Brume de guerre de Philippe-Aurèle Leroux où même si l’un des héros morfle, on a bien ressenti l’atmosphère un peu bohème entre les flâneries sur le Trocadéro et la fumerie d’opium dans le fameux éléphant du Moulin Rouge. J’ai adoré cette nouvelle.

Cette époque est également connue pour ses addictions à l’absinthe ou à des drogues, certaines plus exotiques que d’autres (pavot, opium, éther). Plusieurs nouvelles en font mention ou traitent du sujet et de la folie que cela entraîne. Dans Une mèche de cendre de Chris Vilhelm, on quitte Paris pour un manoir à flanc de falaise où le héros passe une nuit effrayante après avoir siroté la moitié de la carafe d’absinthe. Était-ce vraiment un rêve ? L’ambiance changeait des nouvelles précédentes, pour une atmosphère plus sombre, c’était sympa et dépaysant.

Avec Même si nos peurs ne meurent jamais de Nepenth S., le sujet sous-jacent est la folie. Deux orphelins se lient d’amitié, un lien les unit : leurs pères étaient fous. C’était original : une nouvelle à deux voix. L’auteur Népenth S. s’est inspirée de deux nouvelles de Catulle Mendès pour mettre en scène la démence des deux paternels, l’un chapelier, l’autre possédé par un démon. J’ai adoré, ça s’est lu super vite et c’était aussi surprenant (surtout pour la chute) que plaisant.

On quitte la psychiatrie pour la médecine dans La Fée Mutilée d’Alexandra Fiordelli où le héros se passionne pour les cadavres. Il cherche sa place jusqu’à ce qu’il la trouve en assistant à une foire aux monstres où il se fascine pour la Fée Mutilée.
L’atmosphère est sombre et dérangeante avec un narrateur glauque à souhait. Je sais que j’ai aimé cette histoire, néanmoins j’étais incapable de transmettre mon ressenti, mais après une pause de plusieurs heures, je peux : c’est un récit entêtant qui se marie parfaitement à une ambiance freaks show que j’ai adoré.

On continue à découvrir le monde des monstres de foire avec Ma belle époque d’Alex Mauri où la femme à barbe, Louise, écrit à ses parents qui l’ont jetée dehors et leur raconte la manière dont elle a réussi à s’en sortir. Un récit court mais rendu intéressant par la sordide expérience du personnage principal.

C’est donc tout naturellement qu’on passe de la fascination qu’exercent la Fée Mutilée et la femme à barbe à l’envoûtement que provoque la grande Sarah Bernhardt dans L’Ombre de soi-même de L. Azarii. On la découvre sur la fin de sa vie… à moins que ce ne soit le moment où elle perd sa jambe… hantée par les rôles qu’elle a joués.
Ne connaissant rien à cette actrice célèbre, à part les nombreux titres qu’on lui a donnés au fil de sa carrière, je suis complètement passée à côté de cette nouvelle. Je n’ai eu aucun mal à comprendre le gros de l’histoire, mais je n’ai pas accroché au personnage principal que j’ai trouvé hautaine. J’aurais mieux fait de lire l’article qui suit en premier, ça m’aurait éclairé sur certains détails, notamment les relations entre les personnages ou sur l’état de santé de Sarah.

On poursuit notre lecture toujours avec cette fascination des femmes, cette fois, c’est La Danseuse rouge de Caroline Blineau. Le personnage principal est obsédé par cette danseuse exotique. Tout le début, on ignore si elle existe réellement jusqu’à ce qu’il ait un geste déplacé et tout devient soudain réel.
Une nouvelle entre rêve et réalité qui m’a fait hésiter sur le la santé mentale du personnage. C’était bien joué.

L’œil du photographe de Tepthida Haye nous propulse aux côtés d’un journaliste, Edmond, qui mène une enquête sur un mystérieux photographe Théophile Delfosse dont les cartes postales et surtout son modèle Arabelle crée un engouement en France et dans toute l’Europe .
C’est une nouvelle fantastique, on sent tout du long le mystère qui plane autour des personnages. J’ai adoré l’ambiance sombre et angoissante qui se dégage au sein du domaine de Delfosse.

Dans la même veine surnaturelle, la nouvelle Nuit de Aaron Judas avec comme objet transitionnel l’appareil photo. Mais cette fois, celui qui le manie est un spirite… le célèbre Allan Kardec dont les derniers jours de vie sont retranscrits par son élève.
Toute l’originalité de ce récit tient à sa forme : le journal. Ce format nous permet de plonger directement dans l’occulte puisque le héros sait ce qu’il fait et nous en fait part, mais son assurance nous empêche de ressentir l’angoisse qu’est censée provoquer une nuit dans une crypte. Dommage.

Pour Esprit es-tu là ?  d’Andréa Deslacs et Catherine Loiseau ai-je vraiment besoin d’en préciser le thème ? Une séance de spiritisme dans la société mondaine. La domestique Léa a hérité des pouvoirs occultes de sa grand-mère. Saura-t-elle démêler la vérité lors de cette réunion ?
En ce qui me concerne, je n’ai eu aucun doute sur ce qui se passe. J’ai particulièrement aimé ce récit dès le moment où Léa suit Blaise et ce qu’elle découvre.

Les cinq dernières nouvelles de cette anthologie sont des réécritures de textes fantastiques dans un contexte contemporain. Je suis assez partagée quant à ces nouvelles, certaines m’ont plu, d’autres moins.

La première, Béance de Mahaut Davenel, nous narre les débuts de deux vampires… en tout cas, j’ai eu l’impression que Raphaël ne l’était pas depuis longtemps et que Nafalia était encore plus jeune quand il la trouve.
J’ai beaucoup aimé l’ambiance qui se dégage de ce texte, l’utilisation des masques m’a bien plu, mais ce n’était pas assez présent pour être prégnant à mon goût.

Dans Les Yeux des serpents de Cyril Fabre, le narrateur est pourchassé par des créanciers. Il finit par se cacher dans le sud de la France et se fait embaucher comme chauffeur par un comte.
Le récit est raconté de façon crue, et très orale. Le ton était un peu perturbant au milieu de cette anthologie, moins soutenu.

Avec Accord triton sur ma sensibilité de Nolwenn Pamart, on découvre René et Lydie, deux colocataires. Le premier jette un regard extérieur sur son amie et les relations sans lendemain qu’elle enchaîne et la seconde nous présente sa vision jusqu’au soir de trop où elle rencontre Merméros le triton.
Le début m’a laissé indifférente. J’ai surtout aimé la fin et le conclusion qui en résulte : ses expériences l’ont façonnée et ça lui convient.

J’ai été agréablement surprise par la nouvelle Ses mains de Florence Barrier, pas par l’histoire en elle-même où il ne se passe pas grand-chose au final : une femme d’affaire d’une quarantaine d’années fait le triste constat qu’elle vieillit : cheveux blancs, pattes d’oie, etc. Elle décide de passer chez le coiffeur avant une réunion importante, et découvre le bien-être que procure un bon massage du cuir chevelu. En chinant, elle est attirée par une main en guise de décoration. Ce qui m’a tellement plu dans ce texte, ce sont les descriptions. L’autrice prend le temps et on ressent le poids des années qui pèse aussi bien sur la narratrice que sur nous, lecteurs. J’ai adoré ce transfert de sensation.

La Licorne borgne de Guillaume Lemaître est le nom donné à une drogue aux conséquences désastreuses, surtout sur les fœtus. C’est la raison pour laquelle Aliénor et Pacôme se rendent en Inde, dans une clinique, afin de choisir une mère porteuse.
La nouvelle est courte, mais sacrément efficace. Ça m’a glacée et j’ai adoré.

Avec cette anthologie, je m’attendais à une lecture moins abordable en raison du thème. J’ai été agréablement surprise. J’ai aimé toutes les nouvelles, mais ce sont surtout les articles qui m’ont enthousiasmée : ils sont super pointus. Je connaissais certains faits, certaines coutumes de la Belle Époque, mais j’en ai découvert d’autres et cela a éclairé ma lecture.

Coupe des 4 maisons :
Vif d’or (6ème année – semaine compte double du 11 au 17 avril 2022) – un livre dont le titre est en dorure 120 points

ABC 2022 – Lettre X (Collectif)

À bicyclette – Tong Su

Titre : À bicyclette
Auteur : Tong Su
Éditeur : Philippe Picquier
Nombre de pages : 142
Quatrième de couverture : «Enfourchant ma toute première bicyclette, je quittai l’entrepôt. Le soleil automnal déversait sa chaleur sur les rues de Nankin, toujours aussi brûlant, mon coeur brûlait aussi car je savais qu’à partir de ce jour-là, ma vie allait changer. Maintenant que j’avais une bicyclette entre les mains, il me semblait entendre le signal d’un départ vers une nouvelle vie, et ce départ, il fallait à tout prix que je le prenne.»

Je ne sais pas trop par où commencer, en tout cas, je peux affirmer qu’il me sera impossible de résumer cette lecture.

C’est un recueil de nouvelles : l’auteur nous partage certains souvenirs de son enfance dans la Chine des années 70… à plus ou moins dix ans, certains récits se passent un peu avant, d’autres après.
C’est un peu fouillis, c’est d’ailleurs l’impression que ça m’a donné, du moins pour les nouvelles les plus longues. Ça part dans tous les sens, pouf un mot et l’auteur passe du coq à l’âne. Ça arrivait souvent au moment je parvenais enfin à m’imprégner de l’anecdote dont il nous faisait part : c’était très désagréable, ça coupait brutalement.

J’ai beaucoup apprécié tous les passages qui relatent la vie quotidienne des personnages, c’était beaucoup plus parlant et représentatif de la Chine de l’époque que toutes les réflexions brouillonnes dont nous fait part l’auteur.
J’ai également aimé les nouvelles les plus courtes : celles qui font trois pages parce que Su Tong n’a pas le temps de faire de digressions, donc il reste dans le sujet annoncé par le titre.

Je ne vais pas m’attarder longtemps sur cette chronique : je me suis mortellement ennuyée. Je m’endormais au bout de deux paragraphes lorsque je lisais le soir… et honnêtement, mettre trois jours pour lire 140 pages, ça m’a paru une éternité.
Bref, j’ai détesté cette lecture et je suis contente que ce soit terminé.

Coupe des 4 maisons :
Mucus de Véracrasse (potion de longue décoction) – lire un livre impopulaire (moins de 14/20 sur Livraddict)??? points

Belladonna – Cécile Guillot

Titre : Belladonna
Auteur : Cécile Guillot
Éditeur : Editions du Petit Caveau
Format : E-book
Nombre de pages : 236
Quatrième de couverture : Fleurs aux senteurs enivrantes et baies charnues à la drupe colorée; autant de promesses d un plaisir sucré ou acidulé estompent la menace d’un poison pourtant parfois bien réel. Telles sont les histoires que renferme ce recueil, déposant sur vos esprits, avec une innocence suspecte, leur poésie vénéneuse. Des héroïnes fragiles au destin immuable et des créatures encore plus torturées que leurs proies composent le monde mélancolique de Cécile Guillot.
Belladona vous invite à le découvrir à travers le prisme de ses belles dames et de leur venin tantôt hypnotique, tantôt mortel.

Je ne sais vraiment pas ce que je vais pouvoir dire de cette lecture… je vais déjà commencé par préciser que je n’ai pas eu beaucoup de temps à lui consacrer, difficilement plus d’un chapitre par jour donc ça n’a pas aidé à me plonger dedans.
C’est un recueil de 23 nouvelles.
J’avais prévu de prendre chaque nouvelle, d’en faire un résumé et c’est d’ailleurs ce que j’avais commencé à faire, mais je me suis rapidement rendu compte que je n’avais pas grand chose à dire ou alors tout le temps la même chose. Donc je vais plutôt donner mon avis sur chacune des trois parties, ce sera plus simple, moins long et moins laborieux.

La première porte le nom de “à l’ombre des pleurs” et regroupe 10 nouvelles. Je n’ai pas accroché à cette partie.
J’ai trouvé les textes trop courts (Roadways, l’appel du loup) pour beaucoup et certains superficiels (la fille aux barbelés). La plus longue est la première nouvelle (De larmes et de sang) qui est divisée en 18 chapitres, donc l’histoire est assez complète, mais pas autant que Cœur de cristal que j’ai adoré.
Une autre histoire est tout aussi complète (nuit d’obsidienne à Montego Bay), mais je l’ai trouvée un peu longue, sûrement parce que l’ambiance était plus estivale que pour les autres et pour moi, octobre ne se prête pas trop pour ça.
Les nouvelles de cette partie ont toutes un point commun : elles se terminent mal, sauf la dernière (Liberame) et j’ai trouvé les chutes prévisibles (sauf pour dans la chambre d’enfant qui m’a malheureusement laissée indifférente). Parfois, ça m’a un peu saoulée de connaître la fin à l’avance (Memento) et d’autres fois, je me suis laissé porter par le récit pour apprécier le cheminement des personnages (Une petite fille si attentionnée).
Dans l’ensemble, j’ai trouvé cette première partie assez moyenne, la suivante était beaucoup mieux.

La seconde s’intitule “là où s’elevent les sorcières” et comporte 7 nouvelles dont les titres sont des prénoms, celui du personnage principal.
Les récits nous font voyager à travers le monde et les époques : l’Égypte de l’Antiquité, Salel de 1692, Angleterre victorienne, Roumanie, États-Unis, Halloween en France et Jamaïque.
On y découvre différentes façons de pratiquer la sorcellerie : prêtresse, guérisseuse, préparatrice de potions, voyante, chaman, rituel du Samhain et de la Toussaint, vaudou.
J’ai adoré cette seconde partie. Je n’ai eu aucun mal à m’attacher aux personnages, j’ai aimé leur façon de penser et d’être… peut-être moins pour Jahlia que les autres.
Ça m’a tellement plus que j’ai lu les 7 nouvelles assez vite (quelques heures) malgré mon emploi du temps chargé.

La troisième “bonus” nous propse 4 histoires avec des titres en langue étrangère, sauf le premier (la dame de Caislean Na Mists).
On commence et on termine cette partie avec des récits “médiévaux”, pas tout à fait, mais c’est l’ambiance générale qui en ressort et j’ai adoré ça.
Les deux histoires du milieu sont contemporaines :
– l’une sur le jour des morts au Mexique. J’ai beaucoup aimé ce que j’ai découvert sur le sujet, j’en connaissais une partie, mais pas tout et sûrement pas les différents au-delà.
– l’autre sur la musique et surtout le métal féminin. J’ai apprécié les références dont l’auteure se sert (Nightwish, Within Temptation, Épica…)
En tout cas, tous ont un fort côté féministe – c’est d’ailleurs un peu le cas de chacune des nouvelles de ce recueil, mais dans cette partie, ça se ressent davantage.

En conclusion, la première partie qui couvre la moitié du recueil a été laborieuse. La suite était indéniablement mieux.
Au final, ce fut une bonne lecture… sans plus.

 

Coupe des 4 maisons :
Queudver (5ème année) – un livre avec une trahison dans l’histoire50 points

Super-héros – Collectif

Titre : Super-héros
Auteur : Collectif
Éditeur : Elenya
Nombre de pages : 147
Quatrième de couverture : Depuis les demi-dieux de la Grèce antique à James Bond, en passant par la créature de Frankeinstein, les personnages aux aventures épiques ont toujours peuplé l’imaginaire collectif. C’est aussi le cas des super-héros, descendants directs de ces surhommes. Leurs pouvoirs, costumes et péripéties extraordinaires fascinent toujours autant depuis soixante-quinze ans maintenant.
Mais oubliez donc les capes et le Lycra®.
Elenya Éditions vous entraîne loin des sentiers battus, à la rencontre de onze super-héros d’un autre genre. L’occasion de se poser ensemble la seule question qui après tout importe vraiment : qu’est-ce qui fait un héros ?

C’est un recueil de 9 nouvelles que je m’étais acheté l’année de sa sortie il me semble, en 2016. La couverture me plaisait et le thème des super-héros encore plus, rien de surprenant quand on sait que pendant des années j’ai été fan des X-Men.
Je fais un rapide résumé de chaque nouvelles suivies de mon avis. Commençons sans plus tarder :

Super 8 de Thomas Geha : le narrateur est un super-héros qui nous retrace son enfance puis l’apparition et l’utilisation de ses pouvoirs. Il les tire des chansons françaises des années 80, lui qui déteste cette période musicale… c’est ballot.
J’ai bien aimé, c’était plaisant à lire. J’ai souri plus d’une fois et je ne compte plus le nombre de fois où j’ai chanté avec Super 8… putain de musique des années 80, comme il le dit si bien.

Retraite anticipée de Camille Courtain : le narrateur est dans sa voiture avec la fille qu’il voit, quand soudain il percute quelque chose. Les passants accourent, découvrent effarés l’identité du mort et se mettent en colère contre le héros de cette histoire.
En commençant ce recueil, je pensais qu’on ne trouverait que des super-héros comme personnages principaux… pas dans celle-ci en tout cas. Je ne m’attendais pas à ce que l’histoire prenne une telle tournure, même si mon intuition me soufflait que quelque chose clochait dans cet accident… sans trop savoir quoi. C’était une lecture super rapide, je n’ai pas vu défiler les pages. J’ai beaucoup aimé.

Mille éclats de Davy Artero : Edgar est dans la chambre de sa fille. Il lui parle pendant qu’elle semble dormir. Il lui révèle la manière dont ses pouvoirs sont apparus, dont ils fonctionnent et comment il les a cachés toutes ces années.
La vache ! C’est pas une histoire très gaie, mais j’ai adoré… surtout la chute qui, même si ce n’était pas une grosse surprise, m’a plu.

L’interview de Louise Laurent : comme l’indique le titre de la nouvelle, c’est une interview du super-héros Galaxy Defender. Je m’attendais à découvrir uniquement un dialogue entre la journaliste et le héros, mais non, c’est entrecoupé par le ressenti du narrateur.
Le début s’est laissé lire sans plus jusqu’au moment où il raconte son aventure contre Shadow Walker et d’un coup, le récit est devenu passionnant… puis au fil de l’émission, un malaise s’installe. J’ai trouvé ça bien joué.

Worms de John Steelwood : la nacelle sur laquelle Jean-Luc et Rémi travaillent menace de tomber dans le vide et les deux hommes s’accrochent comme ils peuvent. Jean-Luc tient son ami à bout de bras et se met à penser à tout ce qu’il a vécu et qui l’ont mené à ce moment – l’utilisation de ses pouvoirs.
C’est une lecture déroutante. On vogue entre présent et passé et on s’y perd un peu… je n’ai pas réussi à accrocher au récit. Et la fin ouverte ne m’a pas aidé… ça sonnait plus comme une introduction à un roman.

L’apocalypse selon Jonas de O’Scaryne : Jonas obtient un poste d’hôte de cabine d’essayage virtuelle alors qu’il n’a jamais exercé ce métier auparavant. Le premier jour… disons même la première heure, il fait n’importe quoi, s’électrocute en essayant de réparer sa machine et se retrouve affublé du pouvoir de rendre les femmes plus belles. Il aurait pu utiliser ce talent en tant que relookeur et se serait fait un paquet de blé, mais il préfère offrir la beauté gracieusement à toutes, même à celles qui n’ont rien demandé…
Dès les premières lignes, le héros est plongé dans le monde de la mode et je crois que je redoutais ça parce que d’un, je ne m’intéresse pas du tout à ce sujet et de deux, je ne voyais pas le rapport entre son pouvoir et l’apocalypse. Mais finalement, mes craintes et mes doutes étaient infondés. J’ai dévoré cette nouvelle qui est un coup de cœur.

Apprenti de Florent Baudry : le Protecteur est mort suite à un accident de grappin. Son apprenti, Bertrand, reprend le flambeau comme tout bon apprenti et revient sur le cheminement qui l’a mené à ce rôle ainsi que sur ses années en tant qu’apprenti.
J’ai adoré cette nouvelle. On découvre l’envers du décor des successeurs de super-héros. En ce qui concerne la fin, je l’ai trouvée prévisible : il était impossible que cela finisse autrement à mesure qu’on fait connaissance avec le personnage de Bertrand, et j’ai grandement apprécié cette cohérence.

Le cambrioleur masqué de Tiphaine Levillain : Pavel est détective privé. Il est engagé pour empêcher le Cambrioleur masqué de voler le joyau de Mystaë.
C’était une nouvelle bizarre de par l’univers qui tient plus de la fantasy que des super-héros puisqu’il y a des lutins, des fées et des trolls. Ce n’est pas que l’histoire ne m’ait pas plu, je l’ai trouvée sympa, mais c’était perturbant de se retrouver entourée de ces créatures fabuleuses.

Mauvais plan de Doris Facciolo : le Caméléon a été capturé alors qu’il tentait de voler un des engins prévus pour observer les trous noirs, puis il est torturé. Quelles sont les motivations de son geste ? On l’apprend lorsqu’il est interrogé par Miss Business.
La première partie avait un petit air de Wolverine dans l’arme X – un peu la même ambiance que dans le comics si ce n’est que le héros n’est pas devenu un animal sauvage par la douleur -, et ce qui m’a confortée dans cette sensation, c’est que l’auteure fasse allusion à ce X-Men – ce que j’ai d’ailleurs apprécié. J’ai bien aimé ce récit… surtout la fin.

Chaque nouvelle est précédée d’une illustration en noir et blanc qui fait référence aux cover de comics américain, même le petit encadré en haut à gauche est présent avec le nom de la maison d’édition qui pour l’occasion est devenue “Elenya comics”. Étant fan de comics (il y a de cela fort longtemps), je ne pouvais passer à côté d’un tel détail. Ça ajoute du cachet au recueil.
Par contre, un détail surprenant : les neuf super-héros proposés dans ce recueil sont tous des hommes… dommage qu’il n’y ait pas de femmes après tout, on en trouve quand même pas mal dans les comics. Bref, ça manquait un peu de parité.
J’ai bien aimé cette lecture, c’était rapide et plaisant à lire.

ABC Imaginaire 2021 – lettre X :
02/26

Noël sous la couette – Collectif

Titre : Noël sous la couette
Auteur : Collectif
Éditeur : J’ai Lu
Nombre de pages : 249
Quatrième de couvertureRecueil de six nouvelles.
Il s’en passe des choses le soir du réveillon : un jeune loup de la finance retrouve son amour de jeunesse dans un aéroport bloqué par la neige; un flic désenchanté se laisse séduire par sa délicieuse voisine de palier; un obsédé du boulot finit par s’apercevoir que sa collègue a un cœur d’or et les plus belles jambes du monde…
Autant de gens pour qui Noël rimait avec solitude et qui ont trouvé l’Amour au pied du sapin.

Je ne fais peut-être pas le Cold Winter Challenge cette année, mais j’avais très envie de lire un bouquin sur le thème de Noyel. Je sais qu’il n’a pas une très bonne note sur Livraddict, pourtant je m’y suis quand même essayé.
C’est un recueil de six nouvelles. Et je dois dire que je ne m’attendais pas à ce que certaines soient un brin coquines… Si j’avais fait plus attention aux petites lignes sur la couverture, je me serais pas laissé surprendre.

Noël sous la couette – Lori Foster
Parker est policier. Quand il rentre chez lui, il lui arrive souvent de croiser sa voisine, Lily. Elle semble bien plus jeune que lui pourtant, ça n’empêche pas la jeune femme de flirter avec le héros de cette nouvelle. La veille du réveillon, en rentrant, il entend Lily s’engueuler avec un homme. Il intervient et la demoiselle se met en tête de lui tenir compagnie pour les fêtes afin de le remercier.
L’histoire ne casse pas trois pattes à un canard. Ça s’est bien lu jusqu’à la fin, puis après un évènement terriblement prévisible, Parker se transforme totalement : du Grinch, il passe à un être plein de bons sentiments, décide de faire tout ce qu’il détestait lors des fêtes de fin d’année, et ce, au mépris de toutes ses convictions. J’ai trouvé que c’était du n’importe quoi, absolument pas crédible qu’un tel changement s’opère en une nuit et franchement, la chute est nulle.

Le Noël de Claire – Erin Mc Carthy
En rentrant de ses courses de Noël, Claire est aspergé de neige. Frigorifiée, elle décide d’aller chez son frère absent, ça tombe bien elle a la clé, histoire de se doucher et de se changer, empruntant des vêtements à sa belle-sœur. Quelle n’est pas sa surprise quand elle découvre que Justin, le meilleur ami de son frère, pour qui elle a toujours eu le béguin, squatte l’appartement.
Une histoire sans surprise : discussion à la je-t’aime-moi-non-plus, sexe, grande déclaration d’amour, etc. Si ce n’est que je m’attendais à ce que ça s’arrête là, ça aurait été bien, ça se laissait lire… Mais non, il a fallu qu’on se tape une conversation super trop longue après, la leçon de morale du frangin qui finit super content pour eux parce qu’après une pauvre nuit sans avoir vécu ensemble, ils en viennent à planifier leur mariage ! Bref, le genre de truc qui m’exaspère profondément.

Epousez-moi, monsieur le maire ! – Jill Shalvis
Camilla travaille à la mairie. Elle sort avec Edward, enfin si on peut dire ça, et assiste dans les WC à une partie de jambe en l’air entre deux personnes du bureau : aux chaussures, elle croit reconnaître son petit-ami. Quel n’est pas son soulagement quand elle constate que le maire connu pour être un vrai Dom Juan porte les mêmes chaussures ! Assurément, c’est lui qui s’amusait dans les toilettes des femmes. Il lui faudra attendre le lendemain, au bal de Noël, pour apprendre le fin mot de l’histoire.
Enfin une nouvelle avec un vrai scénario ! Pas juste une histoire d’une nuit qui s’éternise, non ! Le récit se déroule sur plusieurs jours, les choses avancent doucement, c’est crédible. En parallèle, il y a une sombre histoire de “corbeau” au sein de la mairie qu’il faut démasquer et le plus souvent, ça passe en priorité sur la bagatelle, comme dans la vraie vie. Et puis j’adore le personnage de Camilla, psychorigide, qui aime garder le contrôle… elle est tellement réaliste que je n’ai pu m’empêcher de m’y attacher.
Sans compter que la plume de l’auteure est très agréable… Un vent de fraîcheur qui m’a donné le sourire.
Bref, j’ai adoré cette nouvelle.

Le plus beau des Noëls – Kathy Love
Robert n’aime pas les fêtes de Noël mais se rend exceptionnellement dans sa famille à Portland pour l’occasion. Malheureusement, suite à une tempête de neige, son avion est immobilisé. Il essaie de louer une voiture, mais il n’y en a plus. Il fait alors du co-voiturage, et l’une des personnes qui l’accompagne n’est autre que son ex petite amie.
Une histoire sans surprise, et prévisible. Je me suis sacrément ennuyée. Seule la morale de l’histoire est sympathique, mais ça tient en une pauvre phrase… Le récit est trop superficiel pour avoir eu un réel impact.

Comment séduire un rabat-joie – Katherine Garbera
Jackson travaille beaucoup, il fait appel à une collègue afin de l’aider à boucler son rapport. Elle répond à sa demande et fait sa part, mais lui fait du chantage : elle refuse de lui donner les chiffres nécessaires à la finalisation de son travail à moins qu’il n’aille dîner avec elle.
Une nouvelle qui m’a prodigieusement ennuyée et surtout totalement laissée indifférente. L’auteure a bien essayé d’être amusante avec les différentes déclinaisons de maître-chanteur, mais c’est tombé à plat en ce qui me concerne.

Un amour au pied du sapin de Kylie Adams
Rachel travaille à mi-temps en tant que barmaid dans un café. À côté, elle fait du théâtre. Lorsqu’un de ses clients acteurs la pousse à auditionner pour sa série, elle n’hésite pas longtemps et, malgré la rude concurrence, passe le casting.
J’ai beaucoup aimé cette nouvelle. Elle n’est pas très originale, mais j’ai apprécié les personnages : Rachel est sympathique et attachante, quant à Chase, il est charmant. Le côté romantique est assez succinct et ça m’a rendu cette histoire d’autant plus intéressante.

En conclusion, c’est un recueil de nouvelles plus que moyen… Deux histoires sympathiques sur six, c’est faible… On n’atteint même pas la moyenne. Ça ne me laissera pas un souvenir impérissable, loin de là.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Sombral (Chasse aux animaux fantastique) – Un livre que vous avez commencé avec des préjugés – 40 points