Elfen Lied, double, tome 3 – Lynn Okamoto

Titre : Elfen Lied, double, tome 3
Auteur : Lynn Okamoto
Éditeur : Delcourt-Tonkam (Seinen)
Nombre de pages : 445
Quatrième de couverture : Après s’être remémoré ses souvenirs d’enfance, Nyu décide de s’éloigner de Kôta. Mais au contact de ce dernier, si gentil, elle change d’avis et retourne vivre à la villa Kaede. De son côté, Nana, dont le directeur du laboratoire Kakuzawa avait ordonné l’exécution, est sauvée in-extremis par Kurama, qui l’aide à s’échapper. Durant sa fuite, elle tombe nez-à-nez avec Bandô qui arrive à la convaincre de l’aider à retrouver Nyu, leur ennemie commune.

Ça fait quelques temps que ça sent la série harem et ça se confirme dans ce troisième tome.

Trois nouvelles intègrent ces pages :
Nozomi, une amie de Yuka, qui vient répéter sa musique chez Kôta parce que ses parents ne veulent pas qu’elle embrasse une carrière musicale. J’aime bien le personnage, mais on la voit surtout dans la première moitié. A partir de là, elle fait juste de la figuration… dommage.
Nana ou numéro 7 : elle aurait dû être euthanasiée, mais Kuruma l’a sauvée. Elle rencontre Mayu qui se prend d’affection pour cette dicronius seule et perdue. Elle est cohérente avec son caractère dans les précédents tomes. J’ai aimé les moments où elle découvre la vie d’une jeune femme normale et les plaisirs humains (le bain chaud, la bouffe, etc) Elle reste très/trop attachée à son “papa”, à voir si elle trahira Kôta et Nyu pour lui par la suite.
Mayuka ou numéro 35, fille biologique de Kuruma, super dangereuse et incontrôlable. Elle est chargée de tuer Lucy et Nana. Elle se montre cruelle et je ne suis pas certaine que ça me plaise… si encore c’était réfléchi, un réel choix en toute conscience, ça serait passé, mais là, c’est puéril, c’est le caprice égoïste d’une enfant qui s’ennuie.

On ne voit pas tellement Nyu dans ce troisième tome. Tous les personnages qui sont apparus depuis le début de cette série ont des moments rien qu’à eux et ça prend de la place dans l’histoire. Pas mal de passages se passent dans le laboratoire avec le vieux fou (j’ai un trou sur le nom et j’ai la flemme de chercher).
Les dessins s’améliorent, du moins j’ai l’impression. Les décors m’ont semblé plus soignés, les vêtements plus travaillés, les corps moins maigrichons.

J’ai passé un agréable moment avec cette lecture que j’ai adorée. J’ai hâte de lire le quatrième tome qui est dans ma Pile à Lire.

Boys run the riot, tome 1 – Keito Gaku

Titre : Boys run the riot, tome 1
Auteur : Keito Gaku
Éditeur : Akata (L)
Nombre de pages : 224
Quatrième de couverture : Ryo, assigné femme à la naissance, se sent mal dans son corps et l’identité de genre qu’on cherche à lui imposer. Refusant de porter son uniforme de fille, il essaie autant que possible de se rendre au lycée en tenue de sport. Mais quand un nouvel élève débarque, son destin change ! Malgré le look de « voyou » de ce dernier, ils découvrent qu’ils partagent la même passion pour la mode. Aussi, passé un premier contact difficile, ils décident tous les deux de se lancer dans un grand projet : créer, ensemble, une marque de vêtements avec pour rêve et revendication de pouvoir s’affirmer et s’exprimer en dehors de ce que la société essaie de leur imposer !

J’ai acheté ce manga pour ma fille parce qu’un des sujets abordés est la transidentité et que pour elle comme ses amies, c’est une préoccupation dans leur vie quotidienne,ça m’a paru comme une évidence de le lui prendre.
Je vais essayer de résumer sans faire d’impair, mais si je m’exprime mal par rapport aux questions de sexe, de genre, etc, je m’en excuse par avance.

Ryô est assignée fille à la naissance, mais iel se sent l’âme d’un garçon. Son uniforme lui pose problème, et il passe son temps en jogging. Personne ne le considère comme un garçon et ses camarades ne comprennent pas son ressenti, surtout qu’il se met en retrait et n’exprime pas ses sentiments. Tout change le jour où un nouveau arrive en classe : Jin Sato. Il a une dégaine de délinquant et a déjà redoublé. Les deux garçons finissent par sympathiser grâce à leur intérêt pour le même type de fringues, une passion pour Jin, un moyen de se sentir bien pour Ryo. Ils décident alors de monter leur propre boîte de vente de vêtements. Ryo en est le designer, Jin s’occupe du reste. Leur duo est une force libératrice qui va emporter d’autres personnes dans leur sillage, notamment Itsuka, élève introverti du club de photographie.

En ce qui concerne les personnages, j’ai eu du mal au début avec Ryô : le fait qu’il fuit et se cache me l’a rendu indifférent. Par la suite ça s’améliore.
Par contre, j’adore Jin. Il est un esprit libre, mais surtout, il est lui-même et incite les autres à se dévoiler tels qu’ils sont. J’ai redouté et je crains toujours qu’il soit hypocrite ou qu’il manipule ses potes pour parvenir à ses fins… la suite devrait m’éclaircir sur ses intentions ou dissiper mes doutes.

Les dessins sont spéciaux, un brin classiques tout en étant différents… je n’arrive pas à l’expliquer, mais ça me laisse une sensation d’étrange. Les décors sont très chouettes et le graffiti que Ryô fait au début m’a bluffée (oui, c’est lui que j’ai choisi comme image ci-dessus).
Le début ne m’a pas convaincue, la suite est bien plus intéressante et je prendrai assurément le second. J’ai beaucoup aimé ce premier tome.

Blue Period, tome 03 – Yamaguchi Tsubasa

Titre : Blue Period, tome 03
Auteur : Yamaguchi Tsubasa
Éditeur : Pika (Seinen)
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : À deux mois des concours d’admission, le niveau monte, et Yatora se sent bloqué par son manque d’expérience. Heureusement, Mme Saeki, sa professeure du club d’Arts plastiques, Mme Ooba, qui le suit en cours de prépa, et Mori sont là pour le soutenir et lui ouvrir les yeux. Galvanisé, le jeune lycéen se lance alors dans la réalisation d’une toile aussi grande que celle que Mori avait utilisée pour son tableau des anges. Sa rage de peindre aura-t-elle raison de l’entreprise colossale dans laquelle il s’est lancé ?

Je n’étais pas très motivée pour lire ce troisième tome, pas de raison particulière à ça, mais je n’avais pas la forme pour un manga “pédagogique”.
Pourtant, je ne me suis pas écoutée et j’ai bien fait, ça m’a un peu fait oublier ma morosité… bon pas des masses parce que ce n’est pas forcément très gaie comme série : si Hashida est optimiste et pas prise de tête, Yatora se fout quand même salement la pression, donc ça n’est pas vraiment idéal pour se changer les idées… quoique, il y a eu un moment de plénitude où notre héros a réussi sa toile, mais il s’est reposé sur ses acquis. Très mauvaise idée et ça s’est ressenti sur les remarques de Mme Ooba.

L’autrice est parvenue, une fois de plus, à me surprendre. Jusqu’à présent, on a vu pas mal de techniques différentes, cette fois les artistes en herbe doivent s’essayer à l’adaptabilité. Il ne nous est pas exactement expliqué ce que c’est mais on en comprend grosso-modo le sens. Ils doivent travailler sur un thème dont le sujet est aussi vaste que flou pour certains, genre “ce qui est précieux à mes yeux“… et tout ça, sans modèle.
Finalement, c’est plus compliqué pour Yatora qui multiplie les difficultés en se laissant dans une peinture 100F comme celle qu’avait faite Mori et qui l’a lancé dans les arts.
Et quand il croit maîtriser l’adaptabilité, tout est remis en question et il est poussé vers de nouveaux horizons : les outils. Le pinceau n’est pas le seul instrument pour peindre.

Je regrette deux choses :
– Yatora s’enferme dans son travail, à part ses expériences de peinture, on voit moins les autres personnages et il sort moins, difficile de s’ouvrir au monde et de pêcher de nouvelles idées.
– Ayukawa ne va pas bien, on ignore ce qu’il a et Yatora ne s’en préoccupe pas, persuadé que c’est encore une histoire d’amour foirée et même quand il fait le trajet avec lui jusqu’à l’école de Mori, il ne prend pas la peine de s’inquiéter pour son “ami”.

J’ai bien aimé ce troisième tome et je me demande ce que nous réserve par la suite l’auteur. Est-ce qu’on ne va pas commencer à tourner en rond ?

Le chat aux sept vies, tome 3 – Gin Shirakawa

Titre : Le chat aux sept vies, tome 3
Auteur : Gin Shirakawa
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 144
Quatrième de couverture : Vivre seul, et mourir seul. Nous les chats errants, nous devons savoir que notre vie ne tient qu’à un fil. Sans quoi nous risquons de finir écrasés sous le poids de l’incertitude. En revanche, une rencontre heureuse, une personne avec qui on a envie d’être, peuvent nous aider à donner un sens à notre naissance.

Ce fut un troisième tome tout aussi éprouvant que les deux précédents… peut-être même plus (oui, j’ai beaucoup pleuré… encore), parce qu’on arrive à l’introduction du premier tome, celle où Nanao est en train de mourir, seul, dans une ruelle.
Mais pas dès le début.

Une année est passée et le moins qu’on puisse dire, c’est que Machi et Nanao ont bien grandi… et bien grossi ! Ils ont leurs petites habitudes, mais c’est sans compter Ban et son acolyte, Bunkichi, qui dévoilent leurs plans diaboliques lorsque le vieux “Bleu” décède.
Machi prend une décision difficile qui permet de préserver la vie des autres chats et lorsque l’hiver arrive, il morfle salement.

Tout au long de cette lecture, je me suis inquiétée pour nos deux chats. Ils vivent une vraie vie de chats errants avec toutes les saloperies qui jalonnent leur quotidien et qui réduit drastiquement leur existence : la famine, le froid, les bagarres, etc.
À la fin de l’hiver de leurs deux ans, Machi et Nanao sont séparés puis on les retrouve trois ans auparavant… enfin, seulement Nanao. Yoshino et Kippei ont aussi bien changé. Tout comme le quartier où ils vivent…
Certains ont l’évolution que j’espérais, d’autres pas.

Sur ce coup-là, je ne vois pas trop ce que je pourrais dire de plus. Je crois bien que j’ai fait le tour. Ce troisième tome est un coup de cœur, au même titre que les deux autres et je suis toute tristounette que ce soit terminé.

Le chat aux sept vies, tome 2 – Gin Shirakawa

Titre : Le chat aux sept vies, tome 2
Auteur : Gin Shirakawa
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 144
Quatrième de couverture : Nanao est un chat dont le maître a disparu. Yoshino Narita est une femme dont l’époux est mort. Pour cet animal et cet humain ayant tous deux perdu un être cher, ce collier qu’“il” leur a laissé est la seule chose qui les relie. À la recherche d’un peu de chaleur pouvant apaiser leur souffrance, chacun décide de s’ouvrir peu à peu à l’autre…

J’avais super hâte de lire ce second tome, donc dès que j’ai eu quelques minutes de repos, je me suis lancée à corps perdu dans cette lecture.

J’ai trouvé ce second tome un peu moins triste… alors un peu seulement. Le premier tiers est la continuité du drame qui a frappé Yoshino et Nanao, un évènement tragique qui les lie étroitement.
Par contre la suite est pleine d’espoir. Yoshino parvient progressivement à vaincre sa crainte des chats. Machi et Nanao abandonnent leur haine des humains au contact de la jeune fille. Après tout, l’homme n’est pas que cruauté – difficile de se dire ça quand on sait comment la queue de Nanao a pris sa forme tordue.

Une relation de confiance et d’affection commence à se tisser entre Yoshino et les deux chats errants. Ça se fait en douceur et si naturellement, à part quelques petits heurts (là, je pense au moment où Machi vient rejoindre la propriétaire des bains publics sur le banc… ce premier contact physique m’a fait sourire et m’a filé des frissons).
On pourrait trouver ça un peu rapide et il est probable que ceux qui ont un chat un peu sauvage ont eu ce ressenti, mais ce n’est pas mon cas… pour moi, c’est un besoin vitale que nos trois héros assouvissent : on sent bien qu’ils ont manqué d’affection pendant trop longtemps et que maintenant qu’ils connaissent ce sentiment de plénitude, il devient nécessaire.
Ayant connu ça avec Polo, mon ch’âme sœur, c’est ainsi que je l’interprète et je ne pense pas tomber à côté. Le mangaka retranscrit parfaitement l’essence même des chats, c’est pour ça que j’aime autant ce manga… pour ça et pour ses personnages si touchants.

Un autre bon point : on en sait plus sur le passé de Machi, ce qui le rend aussi attachant que Nanao.
J’ai déjà parlé des dessins dans ma chronique du tome 1. C’est toujours aussi beau, aussi réaliste. Je suis fan !
Bref, je ne vais pas m’attarder davantage parce que le troisième et dernier tome que j’ai hâte de commencer m’attend. C’est également un coup de cœur.