Solo Leveling, tome 6 – Chu-Gong

Titre : Solo Leveling, tome 6
Auteur : Chu-Gong
Éditeur : Delcourt-Tonkam (KBOOKS)
Nombre de pages : 272
Quatrième de couverture : Lorsque d’étranges portails sont apparus aux quatre coins du monde, l’humanité a dû trouver une parade pour ne pas finir massacrée par les griffes des monstres des monstres qui en sortent. Dans le même temps, certaines personnes ont développé des capacités permettant de les chasser. Ces combattants intrépides n’hésitent pas à foncer au cœur des donjons pour combattre les créatures qu’ils abritent.

Ça fait un bout de temps que le cinquième tome de cette saga est sorti. Avant de commencer, j’étais bien incapable de me souvenir de ce qui s’était passé. Mais même sans résumé, c’est revenu en l’espace de quelques pages.

Jinwoo a demandé sa réévaluation de rang. La machine est bien évidemment incapable d’analyser son rang et il est contraint d’attendre trois jours les résultats. En attendant, il décide de découvrir les coulisses des guildes. Pour ce faire, il bosse en tant que mineur.
Le second jour, il se propose pour être le portefaix de la seconde équipe. Et sans surprise, ça se passe mal.

Dans le premier tiers, l’auteur nous partage des informations intéressantes : la raison des trois jours de latence, le rôle des mineurs et de l’équipe de ramassage. Mais j’ai trouvé que c’était long, je me suis ennuyée.
Heureusement par la suite, ça bouge davantage.

Y a un nouveau personnage qui apparaît : Cha Hae-In, chasseuse de rang S qui est sur la couverture. Il apparaît comme une évidence qu’elle aura un rôle important à jouer dans les prochains numéros et que Jinwoo lui plaît. À voir la tournure que prendront les événements dans le prochain tome.
Je n’ai pas grand-chose de plus à dire. Pour le moment, c’est le tome que j’ai le moins aimé. Ça s’est laissé lire, sans plus.

Le cœur de la cité – Giulio Rincione & Francesco Savino

Titre : Le cœur de la cité
Texte : Francesco Savino
Illustrations : Giulio Rincione
Éditeur : Shockdom
Nombre de pages : 80
Quatrième de couverture : Un homme déménage dans une autre cité et se retrouve déchiré entre deux forces : d’un côté, la ville elle-même, un être conscient qui se nourrit des âmes de ses habitants , de l’autre, un groupe de personnes âgées nommé “Le Syndicat” qui essaie d’aider le héros à fuir la cité pour qu’il sauve son âme. Toutefois, le voyage jusqu’au cœur de la cité fait comprendre au protagoniste que le combat entre les forces du bien et du mal est subjectif et que le véritable voyage est celui que chacun d’entre nous entreprend en lui-même.

Je tiens d’abord à remercier la Masse Critique Babelio ainsi que les éditions Shockdom qui m’ont accordé leur confiance pour ce partenariat.
Le résumé me plaisait bien et la couverture annonçait une lecture sombre à souhait. Et ça a été le cas.

Un homme déménage dans une ville qui, semblerait-il, est vivante. Il fait la rencontre d’un groupe de vieux, le Syndicat, qui lutte contre cette cité. Il doit choisir un camp, mais plus il pénètre profondément au cœur de la cité, plus il découvre qu’il est lié à cette ville et si, finalement, il avait un troisième choix.

Racontez ainsi, ça fait un peu penser à Matrix. Pourtant la trame de l’histoire est bien différente et le récit est plus sombre, le message final est différent : c’est une plongée dans le moi intérieur de l’homme qui lui permet de mieux se connaître grâce à ses souvenirs et à s’accepter avec ses peines, ses douleurs, ses peurs.
Mais avant d’arriver à ces stades, il faut plonger au cœur de la cité, lutter contre ses démons, résister aux tentations qui menacent de nous engloutir, etc.
C’est du moins comme cela que je l’ai perçu.
Le personnage principal peut être n’importe lequel d’entre nous, c’est probablement la raison pour laquelle il n’a pas de nom. Donc il est assez simple de s’identifier à lui, mais c’est bien plus dur de le trouver attachant.

Les dessins sont spéciaux : tout en peinture. Parfois, le trait est très précis, d’autres plus flou. C’est assez déroutant. Personnellement, j’ai adoré, ça donne une ambiance sombre, glauque et onirique.
Les fonds en arrière-plan renforcent cette sensation de flou.
Quant aux décors, ils sont splendides : les vues en hauteur de la ville sont impressionnantes, les paysages typiquement urbains le sont tout autant.
Le jeu de lumières m’a scotchée : j’ai pris mon temps pour le lire parce que je me suis plu à contempler certaines planches, à relire certains passages afin d’être sûre de ne rien avoir loupé et d’en comprendre tous les tenants et les aboutissants.

L’univers est entêtant et j’ai bien envie de le relire… je suis certaine qu’avec une relecture, on arrive à une compréhension encore différente de l’œuvre.
Bref, j’ai adoré cette bande-dessinée qui a été à la hauteur de mes attentes.

Black Butler, tome 15 – Yana Toboso

Titre : Black Butler, tome 15
Auteur : Yana Toboso
Éditeur : Kana (Dark)
Nombre de pages : 176
Quatrième de couverture : Afin de résoudre une nouvelle affaire, Ciel s’est inscrit, en tant qu’étudiant, à Weston College. Dans cet établissement très huppé, les règles sont stricte et la tradition est absolue. Chaque étudiant s’engage à la respecter. Cependant, Ciel dispose d’un allié de taille dans la place : Sebastian joue le rôle d’un professeur. Le majordome s’est ainsi transformé en maître… et le maître en élève…!

Waouh ! Ça fait longtemps que je n’avais pas autant aimé un tome de Black Butler.

Ciel entre dans une célèbre école privée, le Weston College. Il a été missionné par la reine – jusqu’au dernier chapitre, je ne me souvenais plus la raison de sa présence dans l’établissement. Il doit découvrir ce qui est arrivé à Derek, un membre de la famille royale et étudiant à l’école qui a coupé les ponts avec les siens.
Donc Ciel entre en tant qu’élève, Sebastian est à la fois intendant et professeur. Le chef de la famille Phantomhive fraternise avec un élève de son dortoir, Macmillan – sérieux, quand je l’ai vu, j’ai tout de suite songé à un mélange Harry Potter/Ron Weasley : lunettes rondes, cheveux un peu fous, taches de rousseurs, etc.

D’ailleurs l’ambiance fait penser à Poudlard :
– 4 dortoirs aux 4 couleurs et ayant pour emblème des animaux.
– Une compétition et une rivalité entre élèves.
– Des préfets et leurs fags (des sortes de sous-préfets chargés des corvées de leurs aînés) qui ont des avantages certains. Niveau ambiance, ça m’a aussi beaucoup fait penser à Utena : les préfets élus qui se rejoignent au Belvédère du cygne, un square qui leur sert de QG. C’est pas le seul détail, mais c’est le plus prégnant.

On ne voit pas beaucoup Sebastian et les fois où il est présent, c’est surtout pour jouer les bonniches et faire les corvées à la place de Ciel – je ne sais pas trop si je devais en rire ou en pleurer.
C’était passionnant, j’ai eu beaucoup de mal à interrompre ma lecture et j’ai hâte de lire le prochain parce que j’ai adoré ce quinzième tome qui sort de l’ordinaire.

300 jours avec toi, tome 2 – Masaki Kiritomo

Titre : 300 jours avec toi, tome 2
Auteur : Masaki Kiritomo
Éditeur : Doki Doki
Nombre de pages : 224
Quatrième de couverture : La vie est aussi fugace que les cerisiers en fleur… Mais pas notre amour.
Pourquoi la vie est-elle aussi cruelle ? Lorsque je touche une personne proche de la mort, je peux voir le nombre de jours la séparant de son trépas. Je me serais bien passé d’un tel pouvoir, car je suis tombé amoureux de Miu, une jeune femme à qui il reste justement moins d’un an à vivre. Moi, Naoto Sasaki, le modeste étudiant en médecine, je suis prêt à remuer ciel et terre pour tenter d’infléchir le destin et aider Miu…
Mais comment arrêter le compte à rebours fatal qui s’affiche au-dessus de sa tête ?

Un second tome beaucoup mieux que le premier et de loin.

À la fin du précédent, Miu a un malaise et est transportée à l’hôpital. C’est là qu’on apprend toute la vérité sur son état : elle a une maladie neurologique dégénérative à l’issue irrémédiablement fatale. Et le médecin de la jeune femme n’est autre que la tante de Sasaki.
D’ailleurs, notre héros se comporte comme un idiot fini : ok, il a du mal à encaisser, mais ne plus donner signe de vie à sa petite amie sous prétexte qu’il lui cherche un remède, c’est un comportement vraiment naze.
Je dirai bien que je ne lui ai pas pardonné cet impair de plus, mais non. C’est si bien amené que sa réaction est compréhensible et qu’on l’excuse presque – n’empêche que sur bien des points, il aurait mérité des claques, et ce, jusqu’au bout.

Le gros point fort, c’est la relation entre Miu et Sasaki. Si dans le premier tome, leur couple ne m’avait pas convaincu et était trop superficiel à mon goût, ce n’est pas le cas dans le second. Les faux semblants tombent, toutes les vérités sont révélées, et ça les a grandement rapprochés. Je les ai trouvés touchants. J’en ai même eu les larmes aux yeux, c’est dire si ça m’a émue.

Cette fois, j’ai fait abstraction des dessins : les personnages ont toujours des crânes énormes ce qui m’a beaucoup fait penser à la créature de Roswell, mais je n’y ai pas fait attention parce que j’étais trop occupée à m’attarder sur certaines planches, notamment celles où l’expression des visages est éloquent, où les sentiments passent sur leur figure… pas besoin de moi pour transmettre la tristesse qui les envahit au fil des pages.

Finalement, je suis contente d’avoir acheté le coffret des deux tomes. Si j’avais d’abord pris le premier, il est fort probable que je ne me serais jamais procuré le second et je serais passée à côté d’une chouette lecture. J’ai adoré ce tome final.

300 jours avec toi, tome 1 – Masaki Kiritomo

Titre : 300 jours avec toi, tome 1
Auteur : Masaki Kiritomo
Éditeur : Doki Doki
Nombre de pages : 228
Quatrième de couverture : En ce jour de printemps rempli de pétales de fleurs de cerisier, je l’ai rencontrée. Une fille solaire et pleine de vie. Mais lorsque j’ai pris sa main, un nombre troublant est apparu au-dessus de sa tête : “300”. Voici notre histoire commune, au fil des jours qui défilent trop vite…

Je réfléchis depuis plusieurs heures à ce que je vais dire sur ce premier tome et rien ne me vient. Donc ma chronique risque d’être courte.

Sasaki est sur le point d’entrer en fac de médecine. Quelques jours avant la rentrée, il fait une rencontre très étrange : Miu, une jeune femme regarde tristement le lac et quand elle se rend compte qu’il l’observe, elle lui adresse la parole. Ils passent un moment agréable ensemble et quand ils se séparent, Sasaki la touche. Il voit alors apparaître le chiffre 300 au-dessus de sa tête. Il semblerait que c’est le nombre de jours qu’il lui reste à vivre.
Les deux jeunes gens ne sont plus amenés à se revoir, sauf que le jour de la rentrée, Sasaki découvre que Miu est également en première année de médecine.

J’ai eu du mal à entrer dans l’histoire. La rencontre fortuite entre nos deux héros sonnait faux. J’avais la sensation que ce n’était pas une coïncidence et que Miu cachait quelque chose : peut-être avait-elle le même pouvoir que Sasaki ? Ça expliquerait ses réactions envers lui. Sait-elle qu’elle est condamnée ?
En tout cas, y a un truc qui cloche avec elle sans que j’ai pu mettre le doigt sur ce qui me gênait.
Les personnages sont sympathiques, même si je préfère nettement les personnages secondaires comme Lena ou Uehara – on les voit certes moins, mais je les ai trouvés plus attachants.

L’histoire est ce qu’elle est. Assez classique et un brin prévisible. Bref, rien d’exceptionnel.
Je ne peux même pas me consoler avec les dessins, ils n’ont rien de transcendants. Une certaine inégalité dans le character design, et par moment, des crânes proéminents qui donnent une drôle de tête aux personnages.

Un premier tome assez plat qui m’a un peu ennuyée et m’a laissée indifférente. Heureusement, il n’y a que deux tomes et je vais tout de suite torcher le suivant.