Seven Deadly Sins, tome 01 – Nakaba Suzuki

Titre : Seven Deadly Sins, tome 01
Auteur : Nakaba Suzuki
Éditeur : PIKA
Nombre de pages : 184
Quatrième de couverture : Il y a dix ans, un groupe de mercenaires appelé les Seven Deadly Sins s’est rebellé contre les Chevaliers Sacrés, la garde du royaume… Depuis, ils ont disparu et personne ne sait ce qu’ils sont devenus. Un beau jour, une mystérieuse jeune fille s’écroule dans la taverne de Meliodas, un garçon enjoué qui parcourt le monde en compagnie de son cochon loquace. Cette jeune fille n’est autre que la princesse Elizabeth qui désire ardemment retrouver les Seven Deadly Sins. En effet, ce sont les seuls à même de lutter contre les Chevaliers Sacrés, qui ont fait prisonnier le roi et qui asservissent toute la population du royaume ! Très vite, elle va découvrir que Meliodas n’est pas un simple patron de taverne mais un guerrier à la puissance exceptionnelle…

J’ai entendu beaucoup de bien de cette série, donc quand j’ai vu que cette année le premier tome faisait partie de la sélection des 48h BD, je n’ai pas hésité un seul instant à le prendre.

Les chevaliers Seven Deadly Sins ont disparu depuis dix ans, pourtant, ils sont toujours recherchés en échange d’une récompense. Un chevalier rouillé débarque dans une taverne, persuadé que l’un des membres des Seven Deadly Sins. Sous l’armure se cache Elizabeth, une jeune femme épuisée qui s’effondre peu après être arrivée à destination. L’aubergiste, Meliodas, prend soin d’elle et ensemble, ils joignent leur force pour retrouver le groupe recherché.

Je n’ai pas accroché à ce premier tome. On n’en sait pas assez sur les personnages pour que je m’y soit attachée. Le seul que j’ai adoré, c’est Hawk le cochon : il est trop chou et c’est sûrement le plus malin de tous.
Elizabeth m’a laissé indifférente, quant à Meliodas, il m’a saoulée : il est tout le temps en train de mettre la main au panier de sa nouvelle partenaire et ça me gonfle prodigieusement ce manque de respect pour elle… sans compter qu’il l’affuble d’une tenue plus que riquiqui d’écolière dénudée pour un univers médiéval fantastique, c’est franchement lamentable. Si le manga était sorti y a 20 ans, j’aurais peut-être plus facilement accepté et encore… c’est le genre de conneries que faisait Sangoku dans Dragon Ball et ça passait parce qu’il était gamin et innocent, et la seule raison qui faisait que ça ne m’énervait pas quand c’était Tortue Géniale qui se permettait des gestes de pervers, c’est parce qu’il se prenait un retour de bâton de Bulma ou de Lunch.

Les dessins ne sont pas terribles. Ils sont très inégaux : en ce qui concerne les visages, ça passe et on reconnait sans peine les personnages, mais pour les corps, c’est n’importe quoi – parfois les proportions sont respectées et d’autres fois, ils sont complètement déformés.

En conclusion, c’est un premier tome qui s’est laissé lire… sans plus. J’emprunterai sûrement le prochain à un ami qui  m’a proposé de me les prêter, histoire de lui laisser une chance et m’en faire un avis un plus complet sur la suite.

The Promised Neverland, tome 12 – Kaiu Shirai & Posuka Demizu

Titre : The Promised Neverland, tome 12
Saga : The Promised Neverland
Auteur : Kaiu Shirai
Illustrateur : Posuka Demizu
Éditeur : KAZE
Nombre de pages : 189
Quatrième de couverture : Décidés à délivrer l’ensemble des enfants prisonniers des fermes et à conclure une nouvelles promesse, Emma et les siens se mettent en quête des “Sept Murs” ! Grâce aux informations dont ils disposent, ils partent pour Cuvitidala où une étrange révélation les attends…
Mais au même moment, Peter Ratri, qui a découvert la destruction de Goldy Pond, lance ses hommes sur leur piste !

William Minerva révèle à nos héros l’existence des 7 murs : s’ils les trouvent, ils pourront négocier une nouvelle promesse avec le chef des démons qui a un nom absolument illisible Du coup, ils se lancent dans l’aventure et mènent leur recherche avec les livres qu’ils ont. Et là, plus d’un an et demi passe.
J’avoue qu’ils se sont bien débrouillés dans le bunker pendant presque deux ans. Malheureusement, cela ne dure pas et cette fois, ce ne sont pas les démons qui les pourchassent, ce sont les humains, les hommes de main de la famille Ratri. Alors c’est qui eux ? Des dirigeants humains dont Minerva était le chef de famille.
Oh, la vache ! C’est terriblement stressant parce qu’Andrew est sacrément vicieux – ses troupes sont heureusement loin d’être à son niveau.

Jusqu’à présent, on avait découvert un univers sauvage fait de forêts et de grottes, mais là, nos héros se rendent dans une ville de démons. C’est un passage intéressant mais bien trop court et c’est dommage : à part un marché à viande, l’architecture et la visite d’un temple, on ne voit pas grand-chose de plus.
Les personnages sont tellement nombreux qu’on ne s’attarde sur aucun et ça me convient parfaitement, j’ai eu l’impression de faire partie de cette communauté de survivants.
Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer, si ce n’est dans les premières pages où j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire parce que j’ai eu un trou sur les révélations du onzième tome (un comble sachant que je l’ai lu il y a moins d’un mois -_-) et j’ai perdu du temps à me demander ce qui allait se passer et comment cela allait tourner.

J’ai adoré ce douzième tome et j’ai hâte de découvrir ce qui va advenir de Yugo et de Lucas – enfin, j’espère qu’on saura.

Yamada kun & the 7 witches, tome 17 – Miki Yoshikawa

Titre : Yamada kun & the 7 witches, tome 17
Auteur : Miki Yoshikawa
Éditeur : Delcourt/Tonkam
Nombre de pages : 194
Quatrième de couvertureUn nouveau groupe de sorcières, dont fait partie Masamune Ichijo, réussit à faire révoquer le comité des élèves. Une élection s’organise pour décider du futur bureau. Tout en cherchant un moyen de contre-attaquer, Yamada prend une décision inattendue…

Ces derniers temps, je ne me sens pas l’âme d’une poétesse ni même d’une chroniqueuse. Autant ne pas tergiverser pendant des heures, commençons fort et sans plus attendre.

Dans ce tome, Ichijo est parvenu à son but : monter tous les lycéens contre le comité des élèves et faire révoquer ce dernier. Du coup, une élection est organisée et Miyamura, qui ne compte pas se représenter, choisit son successeur.
J’avoue que je suis déçue par son choix… pourquoi est-ce forcément un gars ? Pourquoi pas Odagiri ? Après tout, elle convoitait ce poste et a bien changé depuis…
Bon, ça n’avance pas des masses tout ça. Yamada essaie d’infiltrer le club de shogi afin de connaître leur stratégie pour gagner l’élection, et ce, grâce à un nouveau pouvoir qu’il a copié. Ajoutons à cela qu’il reçoit l’aide de Noa… ça faisait longtemps qu’on ne l’avait plus vu et elle ne me manquait pas.

Je pensais qu’il y aurait un peu de challenge avec les nouveaux sorciers, qu’on en apprendrai davantage sur eux, ne serait-ce qu’un peu. Mais ce n’est pas le cas et je dois bien avouer que je les déteste pour l’instant : ils se comportent comme de sales gosses. Et puis, je les trouve insipides.
Tout en lisant ce dix-septième tome, je n’ai cessé de me demander ce que j’allais en dire… j’ai noté mes idées au fur et à mesure de ma lecture, mais rien de transcendant n’en est sorti et je suis à cours d’arguments. Donc autant en finir tout de suite.

Pour conclure, je dirais que ça s’est laissé lire, sans plus. Et je n’ai pas particulièrement hâte de découvrir ce que nous réserve le suivant.

Roji !, tome 01 – Keisuke Kotobuki

Titre : Roji !, tome 01
Saga : Roji !
Auteur : Keisuke Kotobuki
Éditeur : Ki-oon
Nombre de pages : 158
Quatrième de couvertureYuzu et Karin sont deux soeurs au caractère très différent, l’une fofolle, l’autre sérieuse. Entre deux bagarres pour rire avec les garçons, elles enjolivent le quotidien à coup d’idées toutes plus farfelues les unes que les autres. Trouver un nouveau foyer pour des chatons abandonnés, débusquer une mystérieuse librairie qui n’ouvre qu’à minuit ou improviser une piscine sur un toit d’immeuble… aucun défi ne leur résiste !
Toujours accompagnées de Zanzibar, le plus grognon des chats du quartier, elles traquent les légendes locales et découvrent petit à petit que le merveilleux n’est jamais très loin…

J’ai emprunté ce premier tome à la bibliothèque. Je dois avouer que dans un premier temps, c’est la couverture qui a attiré mon regard : elle était colorée et le character design des personnages me plaisait. Du coup, j’ai lu le résumé et Waouh, ça avait l’air trop bien ! En ce qui me concerne, ça n’en avait malheureusement pas la chanson.

Ce sont des tranches de vie que nous propose ce manga, très calme et bien loin du grain de folie que nous promettait la quatrième de couverture. Y a certaines scènes qui sont étranges, parfois même dérangeantes, mais ça reste très plat.
Les deux sœurs sont censée être l’une sérieuse et l’autre un peu déjantée et finalement, elles sont aussi ennuyeuses l’une que l’autre.
J’avoue que je ne me suis attachée à aucun héros, pas même le chat grognon qui aurait pu me plaire… mais non, la mayonnaise n’a pas pris.

En ce qui concerne le bout de fantastique, on l’effleure à peine… le chat Zanzibar qui parle… vraiment ? Les fées auxquelles seul le lecteur fait attention. L’allusion au monstre nettoyeur (yôkai ?) qui n’apparaît pas. A priori, la fin entrouvre la porte au merveilleux, mais j’ignore si le second tome sera plus tourné vers le fantasmagorique. Je pense que je prendrai quand même le suivant parce que ma fille en a lu une partie et elle a bien aimé (sachant que c’est la partie qui m’a le plus ennuyée…)

Quant aux dessins, le character design des personnages est sympathique, semblable à la couverture, donc pas de souci là-dessus, mais pour les couleurs, ce n’est pas ça du tout. Oui, j’ai oublié de le préciser, mais les planches sont toutes colorées, ce qui aurait pu être appréciable si elles contenaient plus de nuances. Le pire, ce sont les décors : ils sont d’un tristounet ! Des murs gris, bruns pâlichon, pas de fenêtres, peu de verdure. Un peu plus et j’aurais cru que les personnages vivaient dans une prison. Y a quand quelques planches qui sont un peu plus colorées, mais on peut les compter sur les doigts des mains…
C’est une lecture qui m’a laissé indifférente.

The Promised Neverland, tome 11 – Kaiu Shirai & Posuka Demizu

Titre : The Promised Neverland, tome 11
Saga : The Promised Neverland
Auteur : Kaiu Shirai
Illustrateur : Posuka Demizu
Éditeur : KAZE
Nombre de pages : 189
Quatrième de couverture : La puissance écrasante de Leuvis oblige Emma et ses amis à repousser leurs limites et à se jeter à corps perdu dans la bataille. L’arrivée en renfort de Ray et de son guide permettra-t-elle de renverser cette situation désespérée et de venir à bout de cet effroyable démon ?!

Oh la la ! Quel épisode ! Pas de répit pour le lecteur, pas davantage pour les héros ! Le combat contre le Grand-Duc Leuvis se poursuit et surtout se termine dans ce tome-ci.
Je trouve qu’ils ont mis du temps à comprendre que les pouvoirs de régénération des monstres avaient une limite… en même temps, ils ont l’excuse d’être jeunes, de ne pas avoir assez d’expériences, de lectures en fantastique (pourtant, Ray lisait de la fantasy à 4 ans, hein !) et sûrement pas assez de connaissances en biologie… quoique….
En tout cas, les renforts qui arrivent à la fin du tome précédent m’ont mise en joie : Ray me manquait, quant à monsieur l’Inconnu, il est moins con depuis qu’il sait que Lucas est en vie.

La bataille se déroule sur les deux tiers du manga, le dernier tiers est à nouveau calme… presque trop au final. On ne peut pas lancer la pierre au scénariste, c’est un choix compréhensible : ça sert à panser les blessures des personnages et à élaborer le plan pour la suite des évènements.
Comme le montre l’image que j’ai choisie, Emma prend cher. J’aurais pu m’en réjouir, mais depuis qu’elle a quitté Grace Field House, son talent sportif et sa vivacité d’esprit sont enfin utiles, presque autant que l’intelligence de Ray et je l’apprécie davantage, donc ça m’aurait embêté qu’elle y passe (en même temps, y avait peu de risques vu qu’elle est sur la couverture des prochains tomes).

J’ai adoré ce onzième tome, il était passionnant. J’ai également apprécié le fait qu’il n’y ait pas de gros cliffhanger à la fin parce que je n’ai pas la suite.