Les sorcières de Kinvar, tome 2 : Emily et l’homme au masque d’argent – Marie-Laure Junier

Titre : Emily et l’homme au masque d’argent
Saga : Les sorcières de Kinvar, tome 2
Auteur : Marie-Laure Junier
Éditeur : Editions Anyway
Nombre de pages : 183
Quatrième de couverture : Quelques mois après les péripéties d’Emily à Kinvar, Charlotte doit passer une autre épreuve au sein de la congrégation : le Beltain. Mais à quoi correspond ce sabat particulier pour les Sorcières ? En cherchant à connaître cette réponse, la jeune marionnettiste et ses poupées vont perturber plus d’un sombre plan. Et aux ennemis d’hier s’ajoutera le mystérieux homme au masque d’argent… La jeune fille aux yeux hétéro chromes pourra-t-elle leur échapper ?

J’ai lu le premier tome il y a presque trois ans et habituellement, lorsque je mets autant de temps entre deux lecture, j’ai besoin de relire la chronique du volume précédent, mais pour celui-ci, ce fut inutile : l’univers des sorcières de Kinvar est tellement entêtant que je me souvenais de beaucoup de détails.

Ce second tome contient à peu près le même nombre de page que le précédent, pourtant, j’ai eu l’impression qu’il se passait moins de choses : Emily passe son Samain puis on a une ellipse de plusieurs mois… un trou où Emily n’a pas changé, Lydia est censée l’entraîner mais elle renâcle et freine son apprentissage tant qu’elle ne parvient pas à invoquer un familier. Contrairement à sa cousine Charlotte qui a passé toutes ses cérémonies dans le but de devenir matriarche de sa congrégation de sorcières, toutes sauf le dernier. Et c’est pendant le Beltain de la rouquine que les choses vont se corser et Emily va devoir intervenir pour sauver sa cousine ce qui entraîne leur fuite éperdue de Kinvar.

Beaucoup de révélations sur cette suite :
Jordan, la petite créature qui observe Emily depuis le jardin et qui lui offre tous les ans à la même date un pot de fleur. On découvre qui il est ainsi que le lien qui les unit (j’avais tablé sur un grand-père ou un amoureux de la mère de la jeune fille… à tort).
Beltain et les conséquences que cela a sur les sorcières (il me semble que dans le tome précédent des indices avaient été donnés et que j’en avais tiré les bonnes conclusions… en tout cas, j’en connaissais les tenants et les aboutissants).
Hope. On se doutait qu’il y avait un truc louche avec lui, mais là, on en a à nouveau confirmation.
– Les loup-garous et leur empereur.
– Les plans de tante Virginia (pas difficile à comprendre ni à anticiper : conserver le pouvoir sur les sorcières de Kinvar à n’importe quel prix).

Et surtout, le point le plus important : les pouvoirs d’Emily. On sait que sa blondeur et son œil bleu indiquent une puissance exceptionnelle en tant que Créateur, tandis que pour les sorcières, cela indique plutôt un pouvoir extrêmement faible… une déduction contredite dès les premières pages à la fin de sa cérémonie de Samain.
Par la suite, Emily doit se débrouiller avec ses possibilités de sorcières puisqu’elle est séparée de ses marionnettes (je suppose que la raison principale de cette séparation est de nous faire découvrir le côté sorcière de l’héroïne). Rapidement, on se rend compte qu’elle est aussi faible que l’avait annoncé tante Virginia et le coven de Kinvar… c’est en tout cas ce que je me suis dit à chacune de ses tentatives pour utiliser sa magie… sauf qu’une petite voix me chuchotait que c’était faux, que c’est ce que l’auteur voulait nous faire croire. À la fin, on se rend à l’évidence : elle a du potentiel. Il est soudain évident que si elle avait eu une véritable éducation magique avec un enseignant qui la guide correctement, lui fait pratiquer son art et pas seulement de pauvres instructions notées dans un cahier, elle aurait rapidement pu progresser… maintenant, reste à savoir jusqu’à quel point ? J’ai hâte de découvrir ça.

Les personnages ont déjà acquis tout mon attachement dans le tome précédent, il en va de même dans celui-ci… même si ce second tome laisse plus de place à l’intrigue qu’aux personnages : autant dans le précédent j’ai apprécié Moonlight à sa juste valeur, autant là, Roman ou Danshalir m’ont laissée de glace.
J’ai adoré ce second tome et j’attends avec beaucoup d’impatience le troisième qui doit sortir au mois de novembre.

Automne frissonnant :
Les chimères de la Sylve Rouge (Gothique, Vampire, Créatures de la nuit)

Le Conte de la princesse Kaguya

Titre : Le Conte de la princesse Kaguya
Réalisateur : Isao Takahata
Date de sortie : 25 juin 2014
Durée : 2h17
Genre : Conte fantastique
Synopsis : Adapté d’un conte populaire japonais “Le coupeur de bambou”, un des textes fondateurs de la littérature japonaise, Kaguya, “la princesse lumineuse”, est découverte dans la tige d’un bambou par des paysans. Elle devient très vite une magnifique jeune femme que les plus grands princes convoitent : ceux-ci vont devoir relever d’impossibles défis dans l’espoir d’obtenir sa main.

Ça fait très longtemps que je voulais voir ce Ghibli, je n’en avais pas vu de bande annonce, donc j’ignorais ce que j’allais découvrir, quant à l’affiche, elle m’attirait tout en me faisant redouter les dessins.

Je connaissais déjà l’histoire :
Un paysan trouve une petite princesse dans une pousse de bambou et la ramène à la maison, à sa femme avec qui il n’a jamais pu avoir d’enfants. Les jours ou peut-être les semaines qui passent, il découvre des trésors dans les tiges de bambous, ce qui permet à la petite famille d’aller habiter en ville et d’élever la fille adoptive comme une princesse. Elle est si belle et intelligente que sa réputation la précède et que de riches seigneurs viennent demander sa main.

L’histoire est chouette, mais j’ai surtout apprécié les détails ajoutés : les gamins qui crient “pousse de bambou” attirant la fillette vers eux tandis que le vieil homme contre-attaque en l’appelant “ma princesse“… pour ne citer que celui-là. Il y en a un certain nombre.

J’ai bien aimé le personnage de Kaguya, elle a une fraîcheur toute innocente qui la rend sympathique. J‘adore sa voix et surtout son rire qui est communicatif et m’a mise en joie, par contre, j’ai eu un peu de mal à supporter les moments mélancoliques, surtout quand elle pleure en fait… Pourtant c’était bien joué, toutes les intonations sont là pour nous faire ressentir sa détresse, mais ça ne passait pas.
J’ai également ressenti une affection particulière pour la vieille femme, la mère de Kaguya, elle est à l’écoute de sa fille, la comprend et la soutient.
Par contre, le vieux, j’avais juste envie de le taper… il correspond parfaitement au proverbe “l’enfer est pavé de bonnes intentions“. Il croit tout faire pour le bonheur de sa fille, mais ne veut pas voir qu’il la rend malheureuse et qu’elle était bien mieux à la campagne.

J’arrive au dernier point : les dessins. Ils sont space… crayonnés. C’est super joli, ça fait très conte. Dans les moments les plus dramatiques, ça amplifiait même la violence des scènes. Je trouve que ça a rendu l’histoire plus puissante émotionnellement parlant.

J’ai beaucoup aimé ce conte, sa longueur m’a d’ailleurs étonnée, je ne m’attendais pas à ce qu’il dure plus de deux heures et pourtant, je n’ai pas vu le temps passer.

Automne Douceur de vivre :
Fàfnir ton assiette sinon pas de piécette ! (Créatures légendaires et fantastiques, Petit Peuple, Féerie, Conte, Légende, Mythe)

Ajax, tome 3 : Chaperlipopette ! – Mr Tan & Diane Le Feyer

Titre : Chaperlipopette !
Saga : Ajax, tome 3
Scénario : Mr Tan
Dessins : Diane Le Feyer
Éditeur : Tourbillon (P’tit Globulle)
Nombre de pages : 54
Quatrième de couverture :
Chaperlipopette ! Ce n’est vraiment pas facile d’être le petit chat d’une tornade à couettes ! Il suffit qu’Adèle passe à côté de moi pour que je finisse sens dessus-dessous ! Vous ne croyez quand même pas qu’elle le fait exprès ? !
Ajax ne veut toujours pas ouvrir les yeux : impossible pour lui d’imaginer un seul instant que sa maîtresse adorée veuille à tout prix se débarrasser de lui ! Pour l’aider à reprendre le dessus, Ajax reçoit l’aide de Snow et Fizz et va suivre un entraînement intensif pour renouer avec ses instincts félins !

J’ai acheté le troisième tome d’Ajax à ma fille il y a déjà plus d’un an, et je l’aurais volontiers lu plus tôt si elle ne l’avait pas perdu dans le capharnaüm qu’est sa chambre. Il y a quelques jours, elle est arrivée comme une fleur en me le tendant -_-
J’ai fini hier toutes mes lectures urgentes, j’ai donc sauté sur l’occasion pour le commencer.
Et sans surprise, dès la première page, j’ai éclaté de rire.

Ce troisième tome change un peu des autres : depuis le précédent, on sait que Fizz n’est plus le seul animal que fréquente Ajax, Snow avait une petite part dans sa vie et cette fois-ci, la petite siamoise est bien plus présente. Elle a décidé d’apprendre à Ajax tout ce qu’il a besoin de connaître pour devenir un chat digne de ce nom. La pauvre n’imagine même pas le travail colossal que cela représente, elle n’est pas au bout de ses peines… je suis incapable de dire si Ajax n’est pas doué ou s’il y met beaucoup de mauvaise volonté, en tout cas, il cumule les échecs critiques.

On voit un peu moins Adèle – Ajax en parle toujours autant, mais j’ai eu la sensation qu’elle était moins présente, ce qui me va bien parce que je déteste toujours autant la façon dont elle traite son chaton… j’ai beau savoir que c’est fait pour rire, je ne peux m’empêcher de la trouver horrible.
J’ai trouvé qu’il y avait moins de mignonnerie dans les dessins, mais l’essentiel est que les personnages sont parfaitement reconnaissables ce qui est un soulagement. Malgré ça, j’aime toujours autant les character design.
J’ai eu une grosse journée, pourtant, je l’ai lu d’une traite. J’ai passé un moment formidable : j’ai beaucoup ri et ça m’a mis la pêche.

J’ai adoré cette lecture et j’attends avec beaucoup d’impatience que le quatrième tome sorte… en espérant qu’il soit prévu. En attendant, je vais me rabattre sur l’album Mortelle Adèle au pays des contes défaits que j’avais acheté en même temps que le troisième tome d’Ajax.

La petite princesse

Titre : La petite princesse
Réalisateur : Alfonso Cuarón
Casting : Liesel Matthews, Eleanor Bron, Liam Cunningham
Durée : 1h37
Genre : Drame
Synopsis : Tandis que son père s’engage dans l’armée britannique pour lutter contre les allemands durant la Première guerre mondiale, Sara est envoyée dans un internat à New York. Sur place, elle entretient des relations très tumultueuses avec la sévère directrice qui voit d’un mauvais œil les rêves de princesses de la jeune fille.

C’est une histoire qu’en temps normal, j’aime vraiment beaucoup et que j’apprécie regarder quand le temps est aussi maussade que dans le film.
J’ai vu plein de versions cinématographiques de cette adaptation littéraire que ce soit des téléfilms, des films d’animation, le très célèbre Princesse Sarah en animé, etc. Mais de toutes, c’est celle que j’ai le moins aimée pour ne pas dire détesté.
Il me semble l’avoir vu il y a très longtemps, à moins que ce fut peut-être juste une partie, je pense que si je l’avais regardé en entier, j’aurais gardé en mémoire le monstre en 3D dégueulasse proche d’une hydre qui apparaît dans les contes indiens racontés par Sarah.
Je veux bien qu’en 1995, les effets spéciaux n’étaient pas top, mais quand même… je sais que certains téléfilms en ont utilisés de semblables comme les Tommyknockers, ce furent des essais ratés et rapidement abandonnés (c’est plus une déduction qu’une affirmation parce que je n’ai pas vu passer beaucoup de films du genre… pour une raison qui me semble évidente : c’était moins bien fait que bon nombre de films antérieurs).

Bon, en ce qui concerne l’histoire, tout le monde la connaît, non ?
Au cas où… Sarah Crewe, riche héritière de 12 ans, doit rester dans un pensionnat à New York le temps que son père règle ses affaires – en l’occurrence, dans cette version, il part se battre en France sur le front. Sarah est douce et bienveillante, elle se fait facilement des amies et elle est également douée dans les études… la directrice dépense sans compter pour elle. Tout pour susciter la jalousie. Jusqu’au jour où une lettre arrive et annonce que le père de Sarah a disparu et que tous ses biens ont été confisqués. Horreur malheur ! La directrice prend un virage à 180°, se montre odieuse avec la pauvre orpheline et la fait travailler en tant que domestique pour rembourser les dettes accumulées.
Je crois que je meuble un peu sur certains points avec les souvenirs que j’ai des autres films parce que ce n’était pas aussi clair dans ce film – par contre, je n’en rajoute pas pour la guerre… même si ça m’a laissée perplexe : dans d’autres versions, ce n’est pas la raison du départ du père et comme celui-ci est le seul qui présente une différence, je m’interroge sur l’œuvre originale de Frances Hodgson Burnett… autant que sur la fin puisqu’elle diverge aussi.
Il va quand même falloir que je lise le roman histoire de le mettre d’accord avec toutes ces versions…

Comme je l’ai annoncé plus haut, je n’ai pas aimé ce film, non seulement je ne suis pas parvenue à m’imprégner de son atmosphère fadasse, mais je me suis ennuyée.

Automne Douceur de vivre :
Siroter un chocolat chaud sous les saules (Anthropomorphisme, Enfance, Feel Good, Cocooning)

Lettres à Mina – Thuân

Titre : Lettres à Mina
Auteur : Thuân
Éditeur : Riveneuve
Nombre de pages : 268
Quatrième de couverture : Paris, automne 2017. Une romancière d’origine vietnamienne profite de l’absence de son mari et de son fils pour écrire à Mina, une amie afghane avec qui elle avait partagé un logement étudiant en Russie soviétique et qu’elle a ensuite perdue de vue. C’est dans cette mansarde de Pigalle où elle a vécu lors de son arrivée à Paris qu’elle compose non pas une mais trente lettres. Celles-ci ne seront probablement jamais envoyées à Mina. Et un livre va naître. On y croise d’étranges personnages, Madame Chiên et Monsieur Chat, une drôle d’enquête, un amour perdu, la Russie de la Perestroïka, le Vietnam socialiste, Kaboul en guerre, Paris et la crise des migrants… Le texte glisse avec humour entre le passé et le présent, la politique et la littérature, le réel et l’illusion. Un ouvrage majeur de Thuan où l’autrice y met à la fois toute la force suggestive de son écriture ainsi que quelques références troublantes de son autobiographie.

Je tiens avant tout à remercier Babelio ainsi que les éditions Riveneuve pour la confiance qu’ils m’ont accordée.
C’est une lecture qui m’a laissée perplexe, une sensation renforcée par l’étrangeté du récit.

Ce roman est composé d’une trentaine de lettre que l’autrice envoie à Mina, une amie afghane avec qui elle a partagé un logement et dont elle n’a pas de nouvelles depuis quelque chose comme vingt ans. Ce qui la pousse à écrire ces courriers ? On ne sait pas trop et ça a hanté une partie de ma lecture… peut-être est-ce l’actualité afghane qui parvient jusqu’à la narratrice à travers les journaux… les lettres sont d’ailleurs séparées par des articles qui ont dû lui inspirer cette correspondance. Parfois, on a également des missives qu’une de ses amies, Pema qui habite à Saigon, envoie à son amant… on ne sait pas trop ce qu’elles viennent faire là, mais elles y sont – j’y ai vu l’occasion pour l’autrice de parler au lecteur de la situation du Vietnam, son pays natal, notamment d’après-guerre quand personne n’osait plus prononcer le nom de Saigon.

Les récits sont rythmés, ce qui est très agréable à lire, mais également traitre : je me suis souvent laissée porter par la cadence des mots sans enregistrer ce que je lisais. Du coup, j’étais quitte pour recommencer.
Mes passages préférés sont ceux qui évoquent des pays lointains : la vie commune que la narratrice a passé aux côtés de Mina en Russie (bien trop courts et trop succincts à mon goût), le quotidien au Vietnam, les brèves rencontres avec Vihn, son enquête sur madame Chiên, etc.

J’ai également adoré les histoires qu’elle invente sur les gens qu’elle a côtoyé et qui sont devenus ses personnages : les voyages de Roger Balasko au Vietnam, sa rencontre avec madame Chiên, la désertion de monsieur Chat (même si celle-ci était un peu longue par moment),…
C’était dépaysant et donnait une sensation tellement authentique que j’y ai pris beaucoup de plaisir.
Dans la première moitié du roman, ce ne sont quelques parties. La plupart du temps, l’autrice raconte son quotidien ou ses souvenirs en France, les comparaisons qu’elle fait avec ce qu’elle a connu ailleurs, j’ai trouvé ça sympathique, mais pas de quoi me passionner donc le début m’a semblé long et j’ai eu du mal à rentrer dans le récit.
Par la suite, l’imagination de la narratrice prend le pas sur la réalité et la seconde moitié du roman a davantage suscité ma curiosité ce qui m’a motivé à avancer dans ma lecture.

Bref, le début m’a laissé sur ma faim, la suite a davantage répondu à mes attentes.
J’ai aimé cette lecture.