Au-delà des limbes – Mélanie Baranger

Titre : Au-delà des limbes
Auteur : Mélanie Baranger
Éditeur : Plume blanche
Nombre de pages : 176
Quatrième de couvertureOn ne prévoit jamais la date de sa mort. On peut y penser, souvent, on peut en avoir peur parfois, mais personne ne sait quand elle viendra nous chercher. Ambre, une jeune étudiante de 21 ans, plonge dans un long coma à la suite d’un terrible accident, mais ce qu’elle découvre alors va changer sa vie à jamais. La Mort n’est pas une fin… et si elle lui permettait de prendre conscience des esprits autour d’elle ? Et plus encore, de celui pour qui son âme était destinée ?

Je sens bien que cette chronique va être difficile à écrire, pas parce que je ne sais pas par où commencer, mais surtout parce que je n’ai pas grand chose à en dire et je n’en ai pas pensé grand chose.

En allant à la fac, Ambre est loin d’imaginer que sa vie va totalement changer : une explosion (qu’on suppose terroriste) fait plusieurs victimes dans le train qu’elle prend. Elle n’est bien sûr pas épargnée et se retrouve plongée dans le coma. Entre la vie et la mort, elle fera la rencontre de fantômes, mais également d’âmes comme elle.

J’ai particulièrement aimé les histoires que les fantômes font de leur vie d’antan : ce qui les a amenés dans les limbes, la raison pour laquelle ils ne sont pas encore passés de l’autre côté, mais également les bons souvenirs qu’ils évoquent. S’ils étaient intéressants de par leur expérience, la diversité du milieu social de chacun, ça n’a pas réussi à m’accrocher. J’ai trouvé que c’était assez mal amené, dans le genre psychothérapie de groupe et chacun parle à son tour. Ça manquait cruellement de subtilité.
L’atmosphère instaurée est trop bon enfant en ce qui me concerne. Rien que le mot de “limbes” me faisait espérer une ambiance un peu sombre, un brin inquiétante : l’antichambre de la mort ou des ombres se faufilent pour effrayer les âmes restées en arrière ou pourquoi pas les vivants… On aurait aussi pu avoir à faire à un des fantômes fous évoqués à un moment dans le romans. Mais il n’en est rien, tout y est comme dans le monde normal.

Ce qui m’amène au point suivant : l’histoire d’amour, d’âme sœur. Je l’ai trouvée assez plate. Ça ne m’a pas fait vibrer, je n’ai pas compris comment les personnages ont pu s’éprendre l’un de l’autre, le lien qui les relie m’a semblé trop ténu et pas assez profond pour que j’y crois – probablement parce que l’héroïne ne développe pas assez ce qu’elle ressent à ses côtés. Il manquait quelque chose pour que la mayonnaise prenne, peut-être que c’était trop facile, trop superficiel ou trop ennuyeux.
D’ailleurs la fin est prévisible, jusqu’au bout, j’ai espéré un rebondissement final exceptionnel mais non : tout s’est terminé comme je l’avais supposé dès l’arrivée d’Ambre dans les limbes.

Ce roman s’est vite lu et ça aurait pu être encore plus rapide si je n’avais pas été freinée par les coquilles et les répétitions qui sont plutôt nombreuses. Quelques passages m’ont plu mais à peine commençais-je à m’immerger dans un récit qu’on arrivait à la fin… Et tout retombait.

Dans l’ensemble, c’est une lecture qui m’a laissée indifférente. C’est dommage parce qu’il y avait de bonnes idées.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Demiguise (Chasse aux animaux fantastiques) – Un livre dont vous aviez deviné la fin – 40 points

Pumpkin Autumn Challenge :
Automne Enchanteur – Down by the salley gardens (Romance)

Les chroniques hérétiques, tome 1 : Les loups d’Uriam – Philippe Tessier

Titre : Les loups d’Uriam
Saga : Les chroniques hérétiques, tome 1
Auteur : Philippe Tessier
Éditeur : Leha
Nombre de pages : 424
Quatrième de couvertureTire-d’Aile vient à la vie dans l’atelier de Maître Saule, magicien particulièrement talentueux. Être de bois et magie, il découvre un monde féerique peuplé de créatures merveilleuses où les sylphes virevoltent dans le vent et où les animaux sont parfois d’éloquents orateurs. Là-bas, lorsque Phénix renaît de ses cendres et embrase le ciel le matin venu, les lunes plongent dans les profondeurs de la terre.
Mais les luttes de pouvoir et le destin forcent Tire-d’Aile à fuir, accompagné de son araignée de cristal et de la flamme de son foyer. Dans les villes fourmillantes, les forêts enchantées, les plaines des licornes, les tours immenses et les champs de bataille, ils lieront leur histoire à celle du monde.

Dans un premier temps, je tenais à remercier Masse Critique Babelio ainsi que les éditions Leha pour la confiance qu’ils m’ont accordée en acceptant ce partenariat.
Hormis la couverture que je trouve sympathique, c’est surtout le résumé qui m’a attirée.

Tire-d’Aile est un pantin de bois vivant. Alors là, je vous entends penser haut et fort à Pinocchio… Oui mais non, il en est loin : il a été créé par maître Saule avec des attributs beaucoup plus intéressants qu’un nez qui s’allonge quand il ment, des pouvoirs qu’on découvre au fil des pages.
Quand son créateur est capturé par les hommes de Tyr Ashen, notre jeune héros (il vient à peine de naître au début de l’histoire) se voit contraint de fuir, accompagné d’une araignée de cristal et d’une flamme vivante dont il doit veiller. Ils partent donc à la recherche des loups d’Uriam qui les protégeront. En chemin, ils rencontrent différents personnages, notamment le loup blanc Nacre, et certains les accompagneront dans leur quête.

La quatrième de couverture annonçait un monde fabuleusement féerique – ce qui est le cas entre les différentes fées, les élémentaires, les loups et leurs ancêtres, les growls… Et j’en passe, ils sont bien trop nombreux pour tous les lister…
Le souci en ce qui me concerne est que j’ai trouvé que c’était beaucoup trop. Trop de créatures, trop de détails essentiels perdus au milieu d’autres moins importants, trop de féeries. Pourtant il y a des passages imagés magnifiques au niveau des descriptions : j’aime beaucoup les paragraphes où la nuit est décrite, où la Dame de la nuit fait son apparition, quand les dragons buveurs de nuit, etc.

Mais malgré tout le plaisir que ces moments m’ont apporté, ça ne m’a pas passionnée et c’est probablement le drame de cette lecture.
L’auteur a une plume agréable mais elle ne m’a pas fait vibrer, pas même lors des combats.
L’univers est intéressant bien que trop dense à mon goût, mais je n’ai pas accroché. Quand j’ouvrais mon livre, je pouvais sans problème avancer dans ma lecture. Malheureusement, quand ce roman était fermé, je n’avais aucune envie de savoir ce qui allait arriver à Tire-d’Aile et ses acolytes. Ça a rendu cette lecture longue.
J’ai adoré malgré tout certains passages : la rencontre avec Nacre, même s’il se contredit souvent au début (peut-être après aussi, mais j’y ai moins fait attention le connaissant mieux), quand le loup blanc invoque ses ancêtres, lorsque Tire-d’Aile est chez maître Vélone ou quand le dragon Aurkaar se perd dans son souvenir avec Myria. Mais là encore, je n’étais scotchée au récit comme j’aurais voulu l’être.

Je pense que la raison pour laquelle je n’ai pas accroché à cette histoire est que je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Le pantin se pose bien quelques questions sur ce qu’il est, d’autres s’interroge également sur ce qu’il est, ça le rend plus humain, mais ça reste trop superficiel pour que je puisse l’apprécier. Pour les personnages qui l’accompagnent, c’est un peu pareil : un peu trop creux.
Un roman qui m’a malheureusement laissée indifférente.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Danse endiablée (5ème année) – Un livre avec des dieux ou des démons dans l’histoire – 50 points

Pumpkin Autumn Challenge :
Automne Enchanteur – Misty Day (Dieux/Déesses)

Grimm Legacy, tome 3 : Le cauchemar Edgar Poe – Polly Shulman

Titre : Le cauchemar Edgar Poe
Saga : Grimm Legacy, tome 3
Auteur : Polly Shulman
Éditeur : France Loisirs
Nombre de pages : 353
Quatrième de couvertureAu lycée, Susannah est surnommée ” Sukie la Bizarre “. Il faut dire qu’elle vient d’emménager dans le manoir de sa grand-tante réputé hanté… et qu’elle est constamment suivie par le fantôme de sa soeur Kitty, décédée des suites d’une maladie. Depuis ce drame, ses parents ont perdu leur emploi ; voilà pourquoi ils se sont installés chez la vieille tante Hepzibah et pourquoi le père de Sukie doit vendre des objets au marché aux puces. Un jour où elle l’aide, deux jeunes gens lui réclament un vieux balai qui n’est pas à vendre : il s’agit d’Elizabeth et Andreas, qui travaillent au Dépôt d’Objets Empruntables de la Ville de New York. Cette extraordinaire bibliothèque n’accueille que des objets ayant un jour marqué l’Histoire ou la littérature. Or, Elizabeth est très intéressée par le manoir où vit Sukie, car il a été le théâtre d’une ancienne légende. Peut-être y reste-t-il des choses qui auraient leur place dans l’annexe Edgar Poe, spécialisée dans les romans fantastiques et d’horreur ? Sukie se renseigne sur cette fameuse légende : elle est extrêmement sombre, et il y est question d’un trésor disparu. Voilà qui pourrait régler les problèmes financiers de la famille… à condition que l’histoire ne soit pas fictive. C’est du moins ce que pense Sukie jusqu’à ce qu’elle pénètre dans le Dépôt et découvre que les merveilles qui y sont entreposées ont les mêmes pouvoirs que dans les romans dont elles sont issus…

C’est le troisième et dernier tome de la saga Grimm Legacy et comme les précédents, je l’ai lu en Lecture Commune avec Berellyn du blog the Witch Library. Et on a super bien choisi la période pour le lire : c’était une lecture idéale pour Halloween.

Cette fois encore, on suit un nouveau personnage : Sukie. Ses parents n’ont plus les moyens de vivre dans leur maison et la petite famille emménage dans le manoir de la tante Hepzibah, c’est l’occasion de s’occuper de la vieille dame. Sukie est capable de ressentir les fantômes qui hantent sa nouvelle maison, entre autres. Kitty, sa sœur décédée, la suit partout et la jeune fille est même capable de comprendre ce que l’esprit lui “dit”.
Elle accompagne ses parents à un brocante, et lorsqu’ils la laissent tenir seule leur stand, elle fait la connaissance de monsieur Plumet qui veut lui acheter le balai de sa tante pour une coquette somme, puis peu après, elle rencontre Andrea (le frère de Marc du tome 1) et Elizabeth Rew (l’héroïne du 1er – j’avais d’ailleurs oublié que c’était elle, merci Berellyn pour le rappel :p) qui travaillent au dépôt et veulent également lui acheter le balai. Comme elle refuse, ils se tournent vers d’autres acquisitions comme des boutons de portes d’anciennes maisons.

Dans ce tome-ci, l’auteure a parfaitement réussi à me mettre dans des ambiances telles qu’il y en a dans les histoires fantastiques du XIXeme siècle. On sent que c’est un thème qu’elle maîtrise et ce qui me conforte dans l’idée que ce n’ était pas du tout le cas dans l’expédition H. G. Wells avec les voyages dans le temps.
Elle nous plonge dans des histoires de familles passionnantes : j’ai adoré découvrir le récit de Phineas et Hepzibah Toogood, même si je me suis un peu perdue au début dans la généalogie de cette vieille famille.

Outre l’atmosphère un peu sombre, le second point fort de ce roman, ce sont les personnages. Autant dans les deux premiers, les héros m’avaient saoulée (Marc et Anjali dans la malédiction Grimm, Jaya puis Leo dans l’expédition H. G. Wells), autant là, j’ai aimé tous les personnages jusqu’au super vilain… Exception faite de la sœur fantôme, Kitty, que je ne sentais pas.
Je redoutais Andreas, allait-il être aussi exubérant que son frère et ses amis ? Heureusement que non, il est cool, serviable et ne prend pas toute la place.
J’ai adoré Sukie, elle est super attachante. Pareil pour Cole, pourtant au début, l’auteur essaie de nous le faire passer pour le méchant, mais je ne le sentais pas mauvais, un peu taquin avec ce surnom de Sukie-Houuu, pas de quoi fouetter un chat.

L’histoire est bien menée, l’auteure prend le temps de développer ses personnages avant de les faire intégrer le Dépôt d’Objets Empruntable de la ville. Pour les personnages précédents, ça a été super rapide voire même précipité pour Leo (dans l’expédition H. G. Wells), pas ici. Il a fallu attendre le chapitre 15, soit la moitié du roman, pour que Sukie découvre ce lieu – je me suis même demandée à un moment si elle allait s’y rendre ou si elle n’aurait que des interactions à l’extérieur ou téléphoniques avec Andreas et Elizabeth.
Pour moi, le seul bémol est l’atmosphère instaurée au sein du corpus Lovecraft. J’ai trouvé que c’était loupé : je ne me suis pas sentie oppressée, je n’ai pas eu peur de la fameuse créature qu’on entend mais qu’on ne voit jamais, je m’attendais à frissonner un peu et pas du tout. C’est dommage.
Par contre, l’ambiance de l’annexe Poe est idéalement sombre sans l’être trop.

Le cauchemar Edgar Poe est de loin mon préféré de cette trilogie et je suis presque triste de l’avoir terminé.
Un coup de cœur pour ce roman.

Voici l’avis de ma binômette Berellyn.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Club de duel (7ème année) – Lire deux livres du même auteur 2/2 – 70 points

Lucy et le royaume des morts – Aurélien Levray

Titre : Lucy et le royaume des morts
Auteur : Aurélien Levray
Éditeur : Mots en flots
Nombre de pages : 230
Format : E-book
Quatrième de couvertureLa silhouette se rapprochait lentement. À chaque pas, son image nous apparaissait un peu plus nette. Il s’agissait d’un personnage mesurant pas loin de deux mètres, vêtu d’une cape noire dont la capuche masquait la totalité du visage. Il avait une démarche incertaine, voire chancelante, un peu comme s’il n’avait plus marché depuis des lustres et redécouvrait peu à peu d’anciens automatismes. Soudain, la lune perça à travers le feuillage dense au-dessus de nos têtes et vint éclairer notre visiteur imprévu. Nous fîmes tous les trois un fantastique bond en arrière, trop terrifiés pour même parvenir à hurler de peur. Les rayons venaient de nous dévoiler un visage creusé, sale et entièrement dépourvu de chair. Devant nous, se tenait un authentique squelette.

Cette année, j’avais décidé de mettre les lectures d’Halloween à l’honneur. C’est le thème que j’ai choisi pour la lecture avec les enfants, j’ai lu en Lecture Commune le Cauchemar Edgar Poe avec Berellyn dont la chronique viendra ces prochains jours. Bref, j’ai tout fait pour me mettre dans l’ambiance.
J’ai donc opté pour ce roman principalement parce qu’il se passe le soir d’Halloween – j’avoue que la couverture m’a aussi bien motivée, elle me plaît beaucoup.

Lucy vit seule avec sa grand-mère depuis que ses parents ont mystérieusement disparu dix ans auparavant. En allant en cours, elle découvre un étrange raccourci qui passe par un vieux cimetière. Elle en parle à ses deux meilleurs et à eux trois, ils explorent cet étrange passage. Le soir d’Halloween, ils préparent une petite vengeance contre un groupe de pestes et leur donne rendez-vous au vieux cimetière pour les effrayer. Elles ne se pointent pas, par contre Lucy et ses amis rencontrent un passeur qui, contre la pièce que l’héroïne a trouvé quelques temps plus tôt, leur permet d’accéder au royaume des morts, mais ils doivent rentrer avant le troisième son de cloche.

Globalement, j’ai aimé l’histoire. L’ambiance dans le royaume des morts m’a beaucoup fait penser à la fête des morts mexicaine, du moins en ce qui concerne le soir d’Halloween à Ghoston-Town.
J’ai grandement apprécié les personnages, et ce, jusqu’à ce qu’ils pénètrent dans la forêt : c’est le moment où les rôles s’inversent. Je m’explique : au début, Lucy est l’héroïne de ce roman qui porte d’ailleurs son nom, c’est elle qui découvre le raccourci, qui trouvent le mougoul (j’ai un doute sur l’orthographe et comme ça fait déjà quelques jours que je l’ai terminé, j’ai un trou), qui entraîne ses amis dans cette aventure, etc. Par la suite, elle passe au second plan. Puis dès qu’ils quittent la sécurité de Ghoston-Town, c’est Randall qui est mis en avant. Il est le chevalier servant , il protège les filles qui doivent rester en arrière, elles en deviennent limite des potiches et la pire des deux, c’est Britany qui passe son temps à pleurnicher… Ou presque. J’ai trouvé ça assez rétrograde, c’est dommage : ça a fait grincer des dents la féministe qui est en moi.

Ça ne m’a pas empêchée d’adorer cette lecture, d’autant que la période choisie pour le lire (la Toussaint) était idéale.

Challenge Coupe des 4 maisons :
Beauxbâtons (3ème année) – Un livre dont l’auteur est français – 30 points

Pumpkin Autumn Challenge :
Automne Douceur de vivre – Jack O’Lantern (Halloween)

Yamada Kun & the 7 witches, tome 12 – Miki Yoshikawa

Titre : Yamada Kun & the 7 witches, tome 12
Auteur : Miki Yoshikawa
Éditeur : Delcourt
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : “Finalement, être une fille ce n’est pas si mal ! » C’est ce que se dit Yamada, un jeune lycéen qui vient de switcher de corps avec la jeune et jolie Urara ! Mais l’avenir lui réserve de nombreuses surprises.”
Yamada est le cancre au sale caractère du lycée. Un jour, il embrasse par hasard la meilleure élève de la classe. Et leurs corps se retrouvent échangés ! Incapables de comprendre ce qu’il s’est passé, ils vont devoir affronter cette nouvelle situation chacun à sa manière. Peu à peu, ils vont comprendre dans le regard des autres que l’idée qu’ils se faisaient l’un de l’autre n’était pas forcément la bonne…

Dans ce douzième tome, je m’attendais à ce qu’on ait une nouvelle intrigue puisque dans le précédent, deux indices qui semblent capitaux nous sont donnés : Asuka a ouvert un club d’échec avec l’ex-acolyte de Nene Odagiri (je ne me souviens plus de son nom), ce qui inquiète Miyamura et il n’a pas tort puisque l’ancienne assistante du président du comité des élèves possède deux carnets portant le titre “les 7 énigmes”. Du coup, je pensais qu’on en découvrirait plus là-dessus, mais non.

Au lieu de cela, Yamada se voit forcé de trouver les sept nouvelles sorcières pour protéger le comité des élèves. En faisant le vœux de supprimer les pouvoirs des sorcières, il n’a ôté que les pouvoirs de celles présentes à la cérémonie. Donc non seulement, de nouveaux personnages interviennent, mais en plus, elles ont de nouveaux pouvoirs…

Je ne sais pas trop quoi penser de ce tome. Une partie de moi se montre perplexe, est-ce qu’on n’est pas reparti sur une série de sorcières qui vont à nouveau toutes tomber amoureuse de Yamada ? L’autre partie a apprécié : les nouveaux amènent un peu de fraîcheur.
Je ne savais pas si j’allais tout de suite emprunter le treizième ou si j’allais mettre de la distance entre les deux. Mais une fois arrivée à la fin, je n’avais plus d’hésitation : il me fallait absolument le prochain.