Z le roman de Zelda – Thérèse Anne Fowler

Z le roman de zeldaTitre: Z le Roman de Zelda
Auteur: Thérèse Anne Fowler
Éditeur: Michel Lafon
Nombre de pages:
424
Quatrième de couverture:
Elle a 17 ans, c’est une belle du Sud, petite dernière d’une famille bourgeoise de Montgomery, exubérante et fantasque. Quand elle le rencontre lors d’un bal, il a 21 ans, porte l’uniforme et veut vivre de sa plume. Bravant les conventions, elle part l’épouser à New York, quelques jours après la sortie de son premier roman, L’Envers du paradis. Le livre est un immense succès, et les deux amoureux deviennent instantanément célèbres, propulsés dans un tourbillon de fêtes effrénées entre Long Island, Paris et la Riviera française. Elle, c’est Zelda ; lui, c’est Scott : ils viennent d’entrer dans la légende.
Mais l’insouciance de la vie mondaine, les dépenses folles et les flots de champagne détruisent l’harmonie du couple. Tandis que Scott sombre dans l’alcoolisme, la délaisse et l’accuse de tous les maux, Zelda lutte corps et âme pour exister. Écriture, peinture, danse, elle cherchera éperdument son identité jusqu’à en perdre la raison, et disparaîtra de façon tragique dans l’incendie de son dernier asile. Toute sa vie, elle sera restée dans l’ombre de l’homme qu’elle a aimé à la folie. Ce roman lui rend enfin sa voix.

J’ai eu la chance de découvrir ce livre grâce à une Masse Critique Babelio. Je tenais donc d’abord à remercier l’équipe de Babelio et la maison d’édition Michel Lafon pour la confiance qu’ils m’ont accordée.
J’ai beaucoup aimé ce livre, je trouve qu’il reflète bien la futilité et la décadence qui régnait lors des années folles. La première Guerre Mondiale a tellement marqué les esprits, que la plupart des gens avaient la sensation que tout pouvait s’arrêter très vite et brûlaient la chandelle par les deux bouts; nos deux protagonistes, Scott et Zelda Fitzgerald, ne sont pas épargnés par ce phénomène, bien au contraire et le succès soudain de l’Envers du Paradis n’a fait qu’accélérer leur escalade.

En lisant ce livre, j’ai eu la sensation d’y être, je n’ai eu aucun mal à imaginer être dans la peau de Zelda, le fait que ce soit écrit à la première personne a dû aider en partie, mais pas que. Le récit est prenant, le personnage principal attachant, l’atmosphère de l’époque très bien retranscrite.
On est tellement absorbé par cette histoire qu’on perd tout repère de temps. Arrivée à la moitié du bouquin, j’avais la sensation qu’une bonne dizaine d’année était passée et c’est ce moment que choisit la narratrice pour nous replacer dans un repère temporel et en réalité, il s’était écoulé moins de cinq ans. Ça amplifie énormément la sensation de vie frénétique que fut celle des Fitzgerald.

Scott et Zelda Fitzgerald

Le personnage de Zelda est, comme je l’ai dit, très attachant: une jeune fille ou une femme de notre époque n’aura aucun mal à s’y reconnaitre et c’est ce qui fait la force de ce roman. Ses interrogations et son questionnement sur ce qu’elle est réellement, quelle étiquette porte-t-elle, sont très d’actualité. J’ai la sensation que 90 ans après, on se pose toujours la question de la place de la femme dans la société: est-elle en priorité une “travailleuse” au même titre qu’un homme (l’égalité des sexes, c’est une grande réussite -_-)? Une épouse? Une mère?
Alors oui, les idées et les envies de Zelda sont très progressistes: elle aimerait être reconnue l’égale de Scott parce qu’elle a le talent pour cela mais elle reste dans son ombre, lui soufflant une partie des idées de livre par le biais du journal qu’il lui demande d’écrire. Et lorsqu’elle est sur le point de s’envoler, il la “reprend sous son aile”, aucun moyen pour elle d’exister à part entière; sans compter qu’on ne cesse de lui rappeler, et ce, jusqu’à la fin qu’elle doit être une épouse et une mère avant toute chose. Finalement, elle finit par se perdre entre ce qu’on lui impose et ce qu’elle souhaite.

Zelda FitzgeraldSi j’ai relativement bien aimé la fuite du temps, les réflexions de Zelda, j’ai moins aimé sa descente dans la folie (je ne spoile pas, on sait dès le premier chapitre qu’elle a une maladie mentale). On sent bien la dépression monter au fil des pages mais pour sa “folie”, je n’ai cessé de me demander si elle était réelle ou si seules ses idées trop modernes ont été la cause d’un faux diagnostique. C’est probablement une volonté de l’auteure, mais j’ai trouvé que ça posait beaucoup de questions et peu de réponses, même si le mot de la fin donne un bout de réponse, ce qui est moins frustrant finalement. Ça laisse quand même un flou.

Je n’ai rien dit quant à l’alcoolisme de Scott, ça fait pourtant partie intégrante du livre, une maladie de plus en plus présente tout au long de l’histoire. Dès le début, je savais comment cela allait tourner. Personnellement, j’ai un très mauvais rapport avec cette “façon de vivre”, cette qualité de non-vie, devrai-je plutôt dire. J’ai été tenté d’arrêter le livre trouvant certaines scènes douloureusement réalistes. J’ai persisté parce que c’était un partenariat et je suis finalement ravie d’avoir pu le finir, mais ça ne change rien au fait que ça a été dur pour moi: pas assez de recul; j’ai détesté le personnage de Scott qui m’a malmené autant qu’il a malmené Zelda. Et c’est la raison pour laquelle ce ne sera pas un coup de cœur et c’est dommage parce qu’il le mériterait.

J’ai malgré tout bien apprécié Z le Roman de Zelda, je suis contente de l’avoir lu même s’il m’a laissé un goût amer. Donc non, je ne suis pas maso, ce petit point noir sur la toile qu’est ce superbe livre n’a pas été suffisamment violent pour que ça change profondément mon ressenti positif en négatif. C’est une oeuvre qui a énormément de qualité: un travail de recherche absolument titanesque, une narration fluide et passionnante, un personnage charmant et attachant parce qu’elle ne cache pas ses défauts, (ses qualités non plus d’ailleurs), ni ses doutes et ses remises en question.
Une belle découverte!

Si vous avez envie de lire d’autres avis, de découvrir d’autres point ou de comparer les points communs de cette lecture, je ne peux que vous conseiller d’aller faire un tour sur le site le Livroscope qui l’a également lu il y a peu et pour qui ça a été un vrai coup de cœur! Pour lire sa chronique, il suffit de cliquer sur l’image ci-dessous:
Z le roman de Zelda -chronique Le Livroscope

J’aime beaucoup cette image, je l’avais vu sur le Livroscope peu avant de lire le livre et elle m’a poursuivi tout au long de la lecture tellement je l’ai trouvé belle.

4 réflexions sur « Z le roman de Zelda – Thérèse Anne Fowler »

  1. Wow, un très bel article, on sent qu’il a été écrit avec le coeur! Comme tu le dis, on découvre des idées de féminisme, qui sont toujours présentes aujourd’hui. Ce roman ne laisse pas indemne!

  2. Oui AnGee, tu as bien résumé, il ne laisse pas indemne et mon avis dessus a été très difficile à écrire sans digression… 2h30, j’ai battu mon record! :p

  3. Nos ressentis sont en effet similaires.

    Personnellement, je ne suis pas convaincue que Zelda ait vraiment été “malade mentale”. Quand on vit tant d’années de frustration, à se faire piétiner/dévaloriser par les autres, on finit par se perdre soi-même.

    J’ai toujours du mal, d’ailleurs, à comprendre comment ils ont fait pour tenir aussi longtemps à un tel rythme. J’étais fatiguée rien qu’à suivre leurs déambulations et je souffrais de les voir s’égarer de bien des façons. 🙁

  4. C’est clair que ce livre pose beaucoup de questions quant à la soit-disant folie de Zelda, mais je pense qu’on ne saura jamais, dommage 🙁
    Et comme toi, j’ai du mal à comprendre qu’elle ait tenu si longtemps dans une telle vie de nomade, il y avait de quoi se perdre (et c’est sûrement ce qui est arrivé) et je n’ose imaginer les dégâts que cela a causé à leur fille… un enfant, ça a besoin de stabilité.
    En même temps, c’est une vie très américaine, certaines familles se déplacent régulièrement d’états en états sans que ça ne les dérange alors qu’en Europe, beaucoup moins 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *