Une page d’amour – Emile Zola

Titre: Une page d’amour
Auteur: Emile Zola
Format: Ebook
Nombre de pages: 416
Quatrième de couvertureRédigée entre L’Assommoir et Nana, en 1878, Une page d’amour d’Émile Zola correspond à une période de répit dans les turbulences des Rougon-Macquart, formidable tableau de la société française d’un XIXe siècle finissant. C’est l’histoire d’Hélène Grandjean, veuve, retirée avec sa fille Jeanne, aux portes de Paris, à Passy. Prise de convulsions, Jeanne est traitée par le docteur Deberle. Entre le médecin et la mère, un coup de foudre réciproque va bouleverser les habitudes des uns et des autres. Des bouleversements que Jeanne ne pourra longtemps supporter. Elle succombe d’une phtisie cependant que sa mère est en compagnie de son amant. C’est bien assez pour développer un sentiment de culpabilité maternelle. Rongée par le remords, Hélène préfère rompre pour se marier quelque temps plus tard (non sans regrets) avec un vieil ami de la famille. La rupture avec Deberle est aussi celle du sentiment amoureux dans cette vie sans éclat.

Je l’ai commencé il y a maintenant presque deux semaines, mais je n’ai pas mis ce temps-là à le lire. J’ai fait une pause entretemps pour lire les trois romans chroniqués précédemment.
Par contre, il va vraiment falloir que j’arrête de lire les quatrièmes de couverture parce que toute l’histoire y est résumée et c’est énervant. Je suis bien consciente que ce qui importe, c’est le cheminement, mais ça perd quand même de sa surprise.

J’ai littéralement dévoré la première moitié : j’ai accroché au personnage d’Hélène Grandjean, je trouvais que c’était un personnage étonnamment fort pour l’époque que ce soit celle du récit ou de l’auteur. J’ai cependant été incapable de la placer dans l’arbre généalogique des Rougon-Macquart, il a fallu que je consulte un des nombreux tableaux ayant cours sur le net pour comprendre qu’elle est la fille d’Ursule Macquart et donc la sœur de François et Sylvene Mouret (le premier rencontré dans La conquête de Plassans et le second dans La fortune des Rougon) – pas évident de s’en sortir mais c’est intéressant de les situer.
Il est bien sûr évident que l’héroïne doit se montrer forte, elle n’a pas franchement le choix, elle est seule avec une enfant à la santé fragile pourtant, malgré les coups durs, elle tient le coup. Jusqu’au jour où elle rencontre le docteur Deberle ; à partir de là, sa coquille s’effrite. Elle s’éprend de lui mais se sent coupable parce qu’il est marié à Juliette, une mondaine, qui a ouvert à la veuve Grandjean les portes de son jardin et lui a offert son amitié.
A partir du moment où leur attirance apparaît comme réciproque, l’héroïne délaisse un peu sa fille, Jeanne. Quant à la gamine, j’avais juste envie de la claquer ! Elle devient complètement hystérique ; sa mère se laisse totalement dépasser par les événements et martyriser par son enfant.
Sans compter que toute la partie qui décrivait Hélène se mettant dans tous ses états, emportée par ses élans passionnés qui ont failli la plonger dans une dévotion religieuse, me semblait du déjà-lu dans l’un des précédents livre de Zola.
La fin fut à nouveau prenante : Jeanne reprend sa place de petite fille malade et calme et ce, jusqu’à la fin. Quant à Hélène, elle se reprend.

Pour le coup, la partie qui m’a ennuyée ne faisait qu’une quarantaine de pourcent, mais cela a monopolisé quatre-vingt pourcent de mon temps de lecture sur ce roman… c’est vraiment dommage.
Dans l’ensemble, j’ai bien aimé cette lecture.

Challenge Coupe des 4 maisons :
5ème année : Zabini – un livre dont le titre ou le nom/prénom de l’auteur commence par un Z – 50 points

Challenge Rougon-Macquart : 08/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *