Esprit d’hiver – Laura Kasischke

Titre : Esprit d’hiver
Auteur : Laura Kasischke
Éditeur : Christian Bourgois
Nombre de pages : 276
Quatrième de couverture : Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzards s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…

Ça faisait super longtemps que je voulais lire ce roman dont j’avais entendu de bons échos : une histoire à l’ambiance étrange et au suspense intense… moui, c’était presque ça.

Holly et son mari Eric se réveille tardivement le jour du 25 décembre. Les invités ne vont pas tarder à arriver pour le repas de midi et Eric aurait déjà dû être à l’aéroport pour chercher ses parents, donc il part précipitamment et laisse Holly seule avec leur fille Tatiana. Cette dernière est habituellement douce et aimante, mais pas ce jour-là, elle est exécrable pourtant l’adolescente adore Noël. Au fil des heures, l’ambiance se dégrade encore : les invités se décommandent en raison d’une tempête de neige qui immobilise la ville, Eric ne donne plus signe de vie et le comportement de Tatiana est de plus en plus étrange.

Bon pour l’atmosphère bizarre, c’est une réussite, parfois c’était limite malaisant.
En ce qui concerne le suspense, c’était en dents de scie. Le début est très intense, Holly répète plusieurs fois que “quelque chose les a suivi de Russie jusqu’à chez eux“, c’est assez oppressant.
Puis on découvre l’histoire de cette famille : la raison qui a fait voyager un couple américain jusqu’à la Sibérie, et tout le chemin qu’ils ont parcouru à leur retour notamment quelques tranches de vie. Je dois bien avouer que je n’ai pas aimé cette partie : hormis le fait qu’il y avait un certain nombre de longueurs, ce qui m’a le plus saoulée ce sont les répétitions d’événements – je ne vois pas l’intérêt de nous répéter vingt fois qu’il sont allés en Russie à Noël sans avoir pensé à apporter des cadeaux.

Et puis franchement, j’ai essayé de ne pas juger Holly, mais avec sa fille, elle est naze sur bien des points : les soins à lui prodiguer quand la petite se brûle, le manque de dialogue, le fait de ne pas l’emmener chez le médecin ou le dentiste (alors OK, ça se passe aux États-Unis, on peut se dire que la raison est purement pécuniaire, mais ce n’est pas le cas et l’explication qu’elle en donne m’a fait me dresser les cheveux sur la tête !).

Les dernières pages étaient à nouveau angoissantes (à partir du moment où l’iPhone vole) et j’ai eu du mal à m’arrêter, même pour dormir : j’avais hâte d’avoir le fin mot de l’histoire et surtout de savoir si mon hypothèse finale était juste, c’était le cas (yes !!!), mais maintenant que je l’ai terminé j’ai trouvé que l’intérêt était davantage dans la façon dont la conclusion est amenée.
Par contre, un détail redondant m’a frustrée : Holly reçoit à plusieurs reprises un appel inconnu, elle finit par répondre, mais c’est un dialogue de sourd… l’interlocuteur qui semble la connaître est censé rappeler. Qui est-ce ? Que voulait-il/elle ? Malheureusement, ça reste une question en suspens. Dommage !

Dans l’ensemble, c’est une lecture mitigée avec un début prometteur, un milieu ennuyeux et une fin prenante.

Coupe des 4 maisons :
Troisième œil (5ème année) – un livre dont vous aviez deviné la fin50 points

Cold Winter Challenge :
Hiver sombre
– Stalactites ensanglantées (horreur, thriller, suspense)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.