L’enfant qui venait d’un livre

Je viens de finir ce Romanga de Didier Van Cauwelaert (Textes), Patrice Serres (Illustrations) et Soÿ (Peintures). Si j’ai choisi de citer les trois noms, c’est parce que j’estime que chacun a participé à sa façon à l’œuvre. Jusqu’à hier soir, je ne savais pas si j’aimais. Je trouvais que ce n’était pas déplaisant à lire, c’était facile d’accès et m’en faire une idée était plus ou moins difficile. Mais maintenant que j’ai fini le livre, je peux affirmer que j’ai vraiment adoré. C’était rapide à lire, frais, l’essentiel est dit pour l’histoire comme pour les personnages en peu de mots. Vraiment sympathique comme bouquin d’autant qu’habituellement, j’arrive à peu près à savoir/ sentir le fond de l’histoire, et le comment ça se finit, mais là, ça se dessine progressivement, et même si la fin n’est pas super étonnante, elle est quand même touchante et inespérée… De plus, et c’est vraiment à rajouter, l’ouvrage est vendu au profit du traitement  de la dystonie musculaire déformante, et c’en est d’autant plus cool! En tout cas, s’il y a une chose qui est sûre, c’est que ça me donne bien envie pour le coup de lire autre chose de Didier Van Cauwelaert. Donc un grand merci à ma meilleure amie qui me l’a offert il y a peu et qui m’a ainsi permis de connaître cet auteur ^^

Résumé: Louise, hôtesse d’accueil dans un salon du livre, est abordée par un petit garçon perdu. Quand elle lui demande son nom, il lui montre un manga, Zédérem, dont le héros lui ressemble. Qui est-il? Un personnage de fiction matérialisé, le fils caché du dessinateur, ou bien un imposteur aux abois, un mythomane qui essaie de se faire adopter par tous les moyens?
Ballottée de mensonges en illusions à travers des dangers bien réels, Louise s’efforce de découvrir le secret de cet enfant inconnu. Quelle vérité fuit-il dans l’imaginaire? A-t-il, comme il le prétends, le pouvoir de guérir par la peinture une maladie orpheline?
Associé à l’artiste-peintre Soÿ et au dessinateur Patrice Serres, Didier Van Cauwelaert invente ici un nouveau genre littéraire, le romanga, pour nous entraîner dans une aventure bouleversante, inspirée d’un fait réel et débouchant sur une action caritative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *