Le discours d’un roi

On m’a offert le DVD début du mois pour mon anniversaire et j’en ai profité pour le regarder un soir de repassage. Je n’ai pas particulièrement aimé mais je n’ai pas non plus détesté, je ne l’ai pas non plus trouvé long. Il m’a laissé relativement indifférente ça valait presque un téléfilm de l’après-midi si ce n’est que jeu des acteurs est vraiment super, et c’est ce qui sauve le film, ce qui fait qu’il ne m’a pas ennuyé. Bon, après, le résumé n’annonçait pas un film passionnant, donc je m’attendais un peu à cela. J’avoue que ce qui m’a un peu rebuté, c’est le personnage principal, son arrogance publique, ses saute-d’humeurs ont rendu le visionnage un peu pénible et surtout le contraste entre son attitude privée et publique. Ça n’a pas amélioré ma vision de la royauté moderne… mais à part cela, je l’ai vu jusqu’au bout, et ça a passé le temps…

Synopsis: D’après l’histoire vraie et méconnue du père de l’actuelle Reine Elisabeth, qui va devenir, contraint et forcé, le Roi George VI (Colin Firth), suite à l’abdication de son frère Edouard VIII (Guy Pearce). D’apparence fragile, incapable de s’exprimer en public, considéré par certains comme inapte à la fonction, George VI tentera de surmonter son handicap grâce au soutien indéfectible de sa femme (Helena Bonham Carter) et d’affronter ses peurs avec l’aide d’un thérapeute du langage (Geoffrey Rush) aux méthodes peu conventionnelles. Il devra vaincre son bégaiement pour assumer pleinement son rôle, et faire de son empire le premier rempart contre l’Allemagne nazie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *