Pourquoi le lièvre fait des bonds

Pourquoi le lièvre fait des bondsTitre: Pourquoi le lièvre fait des bonds
Texte: Albéna Ivanovitch-Lair & Annie Caldirac
Illustrations:
Merel Eyckerman
Éditeur:
Tourbillon
Collection:
TAM-TAM du monde
Nombre de pages:
24
Quatrième de couverture:
Un jour, le lièvre et la gazelle décidèrent qu’ils allaient changer le monde. Ils se mirent en route pour annoncer leur décision aux animaux de la savane.
Bientôt, tous les animaux, à plumes, à poils, les reptiles et les insectes se regroupèrent autour d’eux.
Le lièvre exposa alors son projet :  » Voilà, pour que tous les animaux puissent vivre tranquilles, je propose que nous ne mangions plus de viande ! Ainsi, plus de prédateurs ! Plus de gibier ! « .
Mais cette idée ne fit pas le bonheur de tous…

Ce livre fait partie du panier Des Pourquoi et des Comment. Je l’ai lu il y a déjà quelques jours, mais je n’arrivais pas à me décider à écrire ma chronique dessus. Je ne voyais pas quoi dire dessus et je ne vois toujours pas, mais il est temps que je me lance.
L’histoire ne m’a pas plu: je me suis demandée tout le long où cela allait nous mener. J’ai trouvé que c’était long et redondant. Le récit n’est qu’un prétexte pour arriver à une fin qui donne la sensation de ne sortir de nulle part. On n’a aucune explication sur la raison réelle qui pousse le lièvre à faire des bonds plutôt que des pas, on n’a que la version des autres animaux qui se sentent floués. Je me suis sentie comme eux, trompée par ce petit mammifère qui retourne toute la savane pour un résultat égal à zéro… Les dessins sont simples et un peu étranges. Je n’ai pas réussi à accrocher. Les enfants ont tenté en cherchant les animaux cités dans le texte parmi les illustrations, mais ceux qui les intéressaient vraiment, les petits, n’étaient pas présent.
Bref, je n’ai pas aimé, les gosses pas plus que ça non plus. L’histoire n’a été qu’un prétexte pour une finalité qui m’a semblé incohérente pour la simple et bonne raison que pas un seul indice n’est distillé dans le texte permettant d’envisager ne serait-ce qu’un minimum cet aboutissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *