Instruments de travail

Bonjour à tous,

aujourd’hui, j’avais envie de vous présenter mon instrument de travail, celui avec lequel je réponds aux mails, je rédige mes chroniques, je discute sur différents réseaux sociaux, j’inscris les jeunes en tant qu’adhérents ou invités, je lis certains blogs, j’écris  mes livres.
Lorsqu’on a acheté mon ordinateur portable Médion, c’était une tuerie, ultra rapide, pouvant faire tourner n’importe quel jeu vidéo.
Actuellement, ce PC (photo ci-dessous à droite) est plutôt catastrophique : l’une des charnières est cassée, je ne peux donc plus le fermer depuis de longs mois parce que cela casse un peu plus la dalle. Il n’y a que 120 GO de place, disque dur en SSD -réécritures rares parce qu’il ne les supporte pas bien-, donc une fois Windows installé, ça ne laisse pas beaucoup de place, tellement peu en fait que je stocke tous mes documents, images, manuscrits sur une clé USB 4 GO. Sans compter que depuis un moment déjà, il est de plus en plus lent. Avec tout cela, je ne peux même plus jouer à des jeux : ils prennent trop de places sur le disque dur, ils demandent une puissance qu’il n’a plus.

instruments de travailDepuis maintenant presque deux mois, on m’a légué une véritable bête de course (photo ci-dessus à gauche). Beaucoup de place sur le disque dur, rapidité d’ “action”, puissance,… mais je n’ai pas encore eu le courage de l’utiliser. Avant cela, il faudrait que je le formate (il contient une partie Linux -la plus grande, dont je suis bien incapable de me servir- une partie Windows -bien trop petite). Jusqu’à présent, je n’ai pas pu alors que les semaines passent.
Pourtant hier, j’ai pris la difficile et douloureuse décision de le faire, sinon, je ne pourrais jamais passer à autre chose et reprendre ma vie et mes loisirs.
J’ai commencé par tout sortir du sac-housse (PC portable, batterie, adaptateur USB, tablette, stylet, etc…) qui l’abritait et je l’ai lavé ; une décision encore pénible mais ce qui m’a facilité la tache, c’est que l’odeur qui l’imprégnait avait déjà commencé à s’évanouir au point que même mon chat ne s’y frotte plus depuis deux semaines. Ça m’a pris du temps de le mettre dans la machine, j’en ai pleuré en la démarrant. Ça m’a tout autant fait souffrir lorsque j’ai annoncé à mon homme qu’il pouvait le formater… une espèce de mise à mort…

Don semaine prochaine, si je me résigne à l’utiliser, j’aurai un tout nouveau PC, une bête de course.

2 réflexions sur « Instruments de travail »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *