Le clan de l’Ours des Cavernes – Jean M. Auel

Le clan de l'ours - Jean M. AuelTitre: Le clan de l’Ours des Cavernes
Saga: Les enfants de la terre, tome 1
Auteur: Jean M. Auel
Éditeur: E-Book
Nombre de pages: 544
Quatrième de couverture: Il y a 35 000 ans, une longue période glaciaire s’achève et la Terre commence à se réchauffer.
Lentement, durant des millénaires, l’homme s’est peu à peu dégagé de la bête et il apparaît à peu près tel qu’il est aujourd’hui. Il connaît l’outil, le feu, le vêtement. Il fabrique des armes pour chasser, aménage des grottes pour s’abriter. Dans le chaos de la nature, il est parvenu à créer un peu d’harmonie.
En ces premiers temps du monde, Ayla, une fillette de cinq ans, échappe à un tremblement de terre et se sort des griffes d’un lion pour se réfugier auprès d’un clan étranger. On l’adopte. Très vite, les gestes et les paroles d’Ayla suscitent l’étonnement et l’inquiétude.

 Ça fait un moment qu’une bonne amie me l’avait conseillé, je me suis enfin décidée à le lire et quelle lecture ! Bon sang, j’en suis encore toute retournée !
J’ai eu beaucoup de mal à lâcher mon livre pour vaquer à mes obligations tellement j’ai été prise dans le récit. J’ai malgré tout mis du temps à le lire principalement parce que c’est un roman très dense et qu’ayant adoré dès le début, j’ai pris le temps d’en savourer chaque ligne.
Enfin, dense est peut-être un peu péjoratif, je devrais plutôt dire qu’il est très riche : est développé aussi bien la vie clanique que la vie spirituelle totémique intrinsèquement liées l’une à l’autre avec toutes les traditions qui régissaient le Peuple du Clan comme se fait appeler cette race d’homme : si on sait immédiatement qu’Ayla fait partie des homo sapiens sapiens, on ignore davantage celle du Clan. A la description, j’aurai dit que c’était des homo erectus (jambes arquées, pas très grands, front bombé, sourcils proéminents, yeux rentrés, etc…) mais le fait qu’ils co-existent avec les sapiens me laissait perplexe. D’après quelques recherches faites, il était davantage fait référence aux hommes de Néandertal ce qui me semblerait plus logique  mais en même temps, comparé à Ayla, ils sont plutôt petits : à quelque chose comme 12 ans, elle est aussi grande que les hommes, si ce n’est plus… Je sais qu’il y a une différence de taille entre les deux “espèces” mais pas aussi importante…. Enfin,bref, ce n’est pas le sujet.

Certains pourraient trouver ce livre un peu long, il y a en effet un certain nombre de descriptions surtout au niveau des rites mog-ur ou des préparations des potions des guérisseuses mais j’ai trouvé ça tellement intéressant et dépaysant que j’en aurai redemandé parfois. Ça se lit très très bien.
Au cours du récit, on a droit à plusieurs visions : déjà, je ne m’attendais pas à découvrir un peuple aussi réfléchis et ordonné -quand on s’imagine les hommes des cavernes, on les voit plutôt brutaux, répondant davantage à l’instinct qu’à une quelconque réflexion. Mais finalement non, et c’est une agréable surprise.
On a majoritairement la vision de l’héroïne Ayla, enfant des Autres, adoptée par le Clan de Brun, une façon de pensée qui est plus réfléchie, moins instinctive que celle de son clan notamment du fait qu’elle ne peut se référer à une mémoire ancestrale qu’elle n’a pas contrairement à son entourage, une attitude différente des femmes qu’elle côtoie, une soumission qu’elle a du mal à subir et la supériorité des hommes à laquelle sa nature profonde se heurte, souvent, une incompréhension d’un côté comme de l’autre. Un personnage que j’ai adoré, qui m’a touchée, avec qui j’ai souffert, avec qui j’ai beaucoup ri aussi (notamment lorsqu’elle pleure parce qu’elle a déçu Creb et redoute qu’il ne l’aime plus alors que sa famille d’adoption ne comprend pas ses larmes et pense qu’elle a une maladie des yeux pour ne citer que ce moment, mais il y en a quelques autres…)
On a la vision d’Iza (quelques autres femmes également mais principalement elle) qui s’interroge sur sa fille adoptive, ses origines, sa place dans la tribu, ses réactions, qui l’initie aux secrets des femmes et des guérisseuses, une plongée en douceur dans le monde des esprits. C’est un personnage calme et posé que j’ai bien apprécié parce qu’elle permettait de désamorcer la tension ressentie à la lecture de certains passages, même si elle venait après, elle avait un côté rationalisant.
Creb alias Mog-ur, grand sorcier. Avec lui, l’immersion dans le monde des esprits est bien plus profonde sans être violente pour autant ; tout comme le personnage a deux totems, il a deux rôles, celui de “shaman” mais aussi celui qui accueille dans son foyer sa sœur enceinte dont le compagnon est mort et qui éduque l’étrangère laide qu’est Ayla qui contrairement à ses compagnons ne le craint pas, ose regarder sa difformité et l’aime très vite. Pendant tout le roman, il prend son rôle de mog-ur très au sérieux et trouve bon nombre de réponses mais on ne peut s’empêcher de se demander si l’affection qu’il éprouve pour la fillette des Autres ne lui voile pas la face… Et on a la réponse dans les derniers chapitres, ce qui est appréciable.
Brun, chef sage et réfléchi du clan. Au début, je n’étais pas sûre de l’aimer, on le sentait hésitant, pas certain de ses décisions. Et puis finalement, on le découvre, il se bat comme il peut entre les esprits, les événements qui perturbent le clan, les réactions des uns et des autres… C’est très dur, il est soumis à une lourde discipline, on suit son évolution et surtout il apprend à se montrer juste.
Broud, le fils de la compagne de Brun et son successeur. Lui, on l’aurait aimé comme son père, malheureusement, il en est très loin et il s’en éloigne à chaque page un peu plus : personnage détestable égoïste, égocentrique, arrogant, on sait très vite qu’il fera la perte du clan…

C’est un gros coup de cœur pour cette lecture qui se termine trop tôt à mon goût. Du coup, je redoute un peu de lire la suite, peur que ce soit moins bien -rappelons qu’il y a 6 volumes.
Je suis encore à fond dans l’histoire, j’ai du mal à me sortir de ce monde de caverne et quand j’y pense, j’ai un sourire de satisfaction.

Challenge ABC2015Je passe à 11/26

Challenge LEAF Le Manège de PsylookJe passe à 02/50

5 réflexions sur « Le clan de l’Ours des Cavernes – Jean M. Auel »

  1. J’ai lu les 3 premiers tomes de cette saga il y a des années et j’avais adoré !!! par contre je n’ai jamais lu les 3 derniers tomes …

  2. Alors si tu aimes ce genre d’univers, je te conseille de lire “Le premier dessin du monde” de Florence Reynaud. C’est une merveilleuse histoire humaine ancrée dans l’univers préhistorique. Un livre dont je ne me lasse pas :)!

  3. @so bouquine : tu me rassures, je ne tarderai sûrement pas à lire les prochains alors

    @Patrick Vondal : merci pour le conseil, j’en prends bonne note, il faudra que j’essaie ^_^

  4. JM Auel a beau écrire quelques bêtises (des plantes qui ne poussaient pas en Europe à la préhistoire) ou “elle vit les longues tiges de plusieurs prêles en fleur” T1 p441 (les prêles ne fleurissent pas !), son personnage principal Ayla est attachant.

    Je viens de lire “l’enfant de la jungle” de Sabine Kuegler, autobiographie d’une fillette immergée chez les Papous en pleine forêt. Aussi intéressant que “Les enfants de la Terre” bien que sur un registre différent.
    Particulièrement prenant: son retour en Allemagne et en Suisse, au contact des jeunes filles de son âge, mais dont le comportement et les réactions lui sont étrangers.

    J’y ajoute un livre bien mieux écrit, une histoire plus cohérente: “La lune des rennes”
    mais il y manque l’étincelle qui donne vie à Ayla.

    Dans l’ensemble, le 6eme volume est décevant, mais il recèle quand même quelques réflexions intéressantes telles celles-ci:
    “les hypothèses avancées nous apprennent souvent quelque chose sur ceux qui les formulent.”
    “La Première avait trouvé un moyen d’échapper à certaines questions en amenant ceux qui les posaient à s’interroger sur leur pertinence. Ayla détourna la tête et sourit en songeant qu’elle venait peut-être de découvrir quelque chose d’important sur sa puissante aînée”

    Elles seules justifieraient la lecture de cet ouvrage plein de redites parfois inexactes (l’auteur ne s’est pas relue ?)
    Ces remarques rappellent la façon qu’avait Krishnamurti de répondre aux questions en aidant simplement les questionneurs à reformuler leurs demandes afin de trouver eux-mêmes leurs réponses ou l’inutilité d’en recevoir en découvrant que les problèmes évoqués masquaient leurs interrogations réelles.

  5. Merci JPLB29P pour votre passage. Je prends note des ouvrages que vous citez, j’essaierai de me les procurer plus tard pour voir les différences de style et découvrir les incohérences, qui sait ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *