La part de l’autre – Eric-Emmanuel Schmitt

La part de l'autre - Eric Emmanuel SchmittTitre: La part de l’autre
Auteur: Eric-Emmanuel Schmitt
Éditeur: Le Livre de Poche
Nombre de pages:
503
Quatrième de couverture: 8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l’École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d’artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d’une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde…”

J’ai terminé hier soir dans la nuit ce livre et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce fut éprouvant du début à la fin, je la classerai dans ma catégorie de lecture marathon, c’est-à-dire qu’elle était intéressante mais il s’y passait beaucoup de choses et dans ces cas-là, il est difficile de lire des heures sans s’essouffler et c’est ce qui s’est passé.
J’avais également peur de ne rien avoir à dire dessus, donc j’ai listé ce que chaque chapitre m’inspirait donc commençons par là.

On suit tour à tour Hitler et Adolf H., ce qui permet au lecteur autant qu’à l’auteur de faire la part entre les deux hommes. Le premier a été recalé aux Beaux-Arts de Vienne et est devenu le despote que tout le monde connaît, le second a été reçu, s’est ouvert aux autres et a fait le choix d’une vie “normale”.
A part ce point de départ du roman, leur vie diffère complètement dans un premier chapitre qui s’étire quand même sur 150 pages : ils ne rencontrent pas les mêmes personnes, ne vivent pas les mêmes choses, etc…
Si le récit d’Hitler est beaucoup tourné vers une introspection négative et mégalomane, même ses échecs ne le font pas douter de son talent, de sa chance et de son génie, ce n’est pas le cas de Adolf H. qui évite de se poser trop de question, qui se tourne vers les autres, se fait aider, j’ai adoré sa rencontre avec Freud, un grand moment  – à part ça, je l’ai trouvé assez vide et inintéressant et ce jusqu’au dernier paragraphe.
J’ai eu la sensation de lire deux histoires totalement différentes sans aucun autre rapport l’une avec l’autre que le nom du personnage, même leur vision ou le travail qu’ils donnent sont différents, c’était assez désagréable au final.

Pour le second chapitre, on les retrouve dans une situation pratiquement identique : la guerre des tranchées sauf que leur appréhension de l’événement est carrément à l’opposé. Hitler combat du côté allemand, il exulte, se croit invincible – à se demander s’il ne l’était pas réellement si on compte toutes les chances qu’il a eu de mourir – et sa “folie”, si on peut dire, empire. Adolf quant à lui est du côté autrichien, il subit la guerre, préférerait ne pas être là, transpire la peur, bref, il a un côté nettement plus humain, ce qui n’est ni désagréable ni dérangeant.

Dans le chapitre 3, je me suis particulièrement attachée au personnage de Onze-heure-trente, j’ai adoré la relation qu’elle entretenait avec Adolf, ça a été une vraie bouffée d’air frais. Pour la partie avec Hitler, ça a été long et éprouvant.
Le chapitre 4, c’était un peu pareil, c’était très lourd. Si l’auteur dit de cette partie qu’il hait Hitler et qu’il a hâte de le faire mourir, j’avais tout aussi hâte qu’il lui loge une balle dans la tête, sur la fin, je n’en pouvais plus.

J’ai un avis assez mitigé sur cette lecture. J’ai adoré la manière d’écrire de l’auteur, comme souvent il touche juste sur beaucoup de points, de nombreuses réflexions mais je n’ai pas accroché à l’histoire des deux lignes temporelles qui ne se croisent jamais, des deux personnages totalement différents et que rien ne relie à part le nom. Une vie peut être différente, ça ne me pose pas de souci de l’accepter, on rencontre des gens qui nous font en partie, on vit des événements qui nous modèlent, on fait des choix qui nous façonnent nous et notre entourage, cela fait longtemps que je le sais donc ce livre n’est pas une révélation pour moi, pas plus ça que le fait qu’Hitler aurait pu être un homme banal et que n’importe qui peut être un Hitler en puissance, après tout, on est des hommes avec bon nombre de ses défauts : l’égocentrisme, la mégalomanie, le refus ou l’incapacité d’introspection, et j’en passe des meilleurs.
Par contre, je reste persuadée que quelque part, malgré tout ce qui nous façonne, on reste nous, une part de nous reste la même. A mon sens pour que cette “uchronie” soit crédible, il aurait fallu conserver un trait de caractère commun aux deux personnages, en l’occurrence, l’exaltation qu’on retrouve chez Hitler lorsqu’il harangue les foules notamment, moment où l’auteur donne l’impression qu’il fait l’amour à son auditoire, c’était grandiosement décrit, c’est un peu comme une drogue ; on aurait pu avoir la même exaltation chez Adolf lorsqu’il peint, la seule fois où cette sensation est dépeinte, c’est après la première guerre mondiale lorsqu’il parvient à exprimer ses sentiments à travers la peinture -le seul moment ou j’avais l’impression de retrouver une part d’Hitler en Adolf, une part pas forcément sombre- mais ça ne continue pas, ça s’arrête net. Peindre, créer, c’est comme une drogue et finalement, ça ne ressort pas ; dans La part de l’autre version Adolf, ça semble aussi banal que d’aller faire ses courses.
J’avoue que ça m’a déçue, est-ce que l’auteur a eu peur que le lecteur ne parvienne pas à s’identifier à Adolf s’il le dépeignait exalté. Pourtant, on a tous un côté obsessionnel, on a tous des passions ou des loisirs alors d’accord, certains hommes sont plus mono-maniaques que d’autres, certaines occupations prennent plus de temps, de place ou d’énergie que d’autres ; on aurait pu comprendre cette fougue qui habite les artistes.
Pour moi, ça aurait rendu cette seconde version d’Hitler qui a fait le choix d’une vie normale plus crédible.

J’ai presque plus aimé le journal de la part de l’autre où l’auteur nous raconte certains passages de sa vie à partir du moment où il a décidé d’écrire son roman, ça donne certaines explications sur ses choix, même si elles ne sont pas toutes satisfaisantes.

Bref, un avis assez mitigé, j’ai aimé mais en même temps, ça m’a un peu déçue… dommage.

Challenge ABC2015Je passe à 16/26

2 réflexions sur « La part de l’autre – Eric-Emmanuel Schmitt »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *