Le ballet des âmes – Céline Guillaume

Le ballet des âmes - Celine GuillaumeTitre: Le ballet des âmes
Auteur: Céline Guillaume
Éditeur: Éditions du Riez
Nombre de pages: 242
Quatrième de couverture
: Voilà une fresque pleine de souffle et d’émotion, en cette aube du XIIIème siècle, celui d’un parcours extraordinaire, celui d’Enora, une simple paysanne orpheline, qui depuis son enfance, porte le poids d’une terrible prophétie.
Comme des enluminures: la pourpre et l’acier des chevaliers, l’envoûtante et mystérieuse Bretagne des Légendes, le ferraillement des tournois et des guerres féodales… suivez ces destins enchevêtrés dont Enora tient les fils. 

J’ai découvert ce livre dans le cadre de l’opération Un mois, une maison, un achat, les Éditions du Riez étant à l’honneur pour ce mois de septembre.

J’ai choisi ce livre pour deux raisons : la première qui est la plus évidente, celle qui saute aux yeux c’est-à-dire la couverture ; je la trouve très belle, je ne suis pas une fan du jaune pourtant, elle colle parfaitement avec le résumé et encore davantage à l’histoire, une couverture aux couleurs de l’automne, cette mort progressive de la nature. La seconde raison en est le résumé : j’aime le côté légende bretonne, l’allusion au Moyen Âge littéraire.

J’ai eu un peu de mal à me plonger dans l’histoire au début, toujours dû à mon planning de fou, mais très vite et du moment où je me suis accordée du temps pour le lire, j’ai eu énormément de mal à m’arrêter ou à passer à mes autres lectures en cours.
Dans les premières pages, la plume de l’auteur m’a interpelée mais je n’étais pas certaine d’aimer son style, les choses ont changé en avançant dans ma lecture : ses mots prennent de l’ampleur à mesure que son personnage grandit et m’ont envoûtée.
J’ai beaucoup aimé Enora, elle oscille entre ses rêves, ses espoirs, ses visions et la cruelle réalité qui l’entoure et finit par avoir raison d’elle. L’auteure est parvenue à décrire un personnage complexe et complet, à instiller ses émotions, ses sentiments au lecteur sans pour autant tomber dans le pathos, et ce, dans un univers médiéval dans lequel on se serait cru ; je l’ai trouvée très juste dans les ressentis décrits par Enora.
Pourtant, ce n’est pas le genre de personnage auquel je m’attache habituellement : elle subit un peu trop à mon goût et n’est pas suffisamment active de sa propre vie, mais à l’époque, le rôle des femmes n’était pas différent. Je n’ai qu’un regret : elle n’est pas devenu la guérisseuse émérite que son enseignement aurait dû produire et la sortir de la servitude dans laquelle sa condition l’a menée, mais ce n’est qu’un détail, ça ne change nullement le plaisir que j’ai ressenti à suivre cette orpheline que ce soit dans le bien-être que lui procurait ses fuites à travers les bois ou dans l’horreur dans laquelle sa situation l’a conduite.

C’est un coup de cœur pour ce roman, je suis ravie de l’avoir découvert.
De plus, les couleurs de la couverture font qu’il entre parfaitement dans mon challenge automnal !

Challenge de l'automne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *