Il était une fois… un loup vert ! – Laurence Guillot & Aurélie Guillerey

Il était une fois... un loup vertTitre: Il était une fois… un loup vert !
Auteur: Laurence Guillot
Illustratrice: Aurélie Guillerey
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 29
Quatrième de couverture: Nina raconte l’histoire du loup vert à son grand frère Arthur. Mais celui-ci s’ennuie. Jusqu’à ce que…

C’est ma fille qui a choisi ce livre, on l’a emprunté à la bibliothèque. Je dois bien avouer qu’à la base, je ne comptais pas le lire et encore moins le chroniquer. Je ne m’imaginais rien et le titre ne me parlait pas plus que ça, ni ne m’interpelait. De plus, le fait que ce soit en catégorie premières lectures me rebutait un peu, j’en ai lu, ça passe, mais sans plus. Pourtant, cet après-midi, la petite que je garde était malade. J’ai donc farfouillé dans les livres de la médiathèque, ayant déjà fait le tour de nos bibliothèques ou presque et là, je me suis dit que cette histoire était peut-être drôle… après tout, un loup vert, ça ne court pas les rues.

Je dois dire que j’ai été plus qu’agréablement surprise par cette lecture : elle est simple et amusante. Nina essaie de raconter son histoire à son grand frère Arthur, seulement lui ne l’entend pas de cette oreille. Lorsque son histoire est abracadabrante, il l’interrompt avec des questions simples mais qui peuvent énerver
(genre : Nina commence :
-Il était une fois… un loup vert, tout vert !
-Il est malade ?
-Non, il est né comme cela.)
Et lorsque ça tire en longueur, il perd patience et poursuit l’histoire à la place de sa sœur.

Je pense que si j’ai tellement aimé ce livre, c’est parce qu’il me parle, cette situation d’une petite fille qui raconte son histoire pleine d’incohérence ou pleine de détour, c’est mon quotidien et comme Arthur, très souvent, je termine le récit des enfants qui m’entourent d’une manière abracadabrante, ou je leur pose des questions tellement impossibles que j’ai droit à un “Noooonnn, mais tatie/maman !!!” et on finit toujours par en rire. Parfois même, cela finit comme la fin de cette histoire, mais chut, je ne vous en dis pas plus.

Il était une fois... un loup vert ! p10-11

Les dessins sont assez simples, mais fun. Du moment que Nina commence son conte, on différencie facilement la réalité des deux enfants qui sont incrustés et crayonnés en haut ou bas de page et celle du récit qui est coloriée (comme c’est le cas p10 sur la photo ci-dessus).
C’est tellement bien fait qu’on ne peut pas confondre la voix de Nina, celle d’Arthur, ou celle du narrateur -très peu présent au passage. Du coup, je me suis amusée à changer de ton selon le sexe du personnage et ça m’a éclatée.

Bref, une lecture vraiment sympathique que j’ai adorée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *