Akira, tome 02 : Cycle Wars – Katsushiro Otomo

Titre: Cycle Wars
Saga: Akira, tome 02
Auteur: Katsushiro Otomo
Éditeur: Glénat
Nombre de pages: 181
Quatrième de couverture2030. Néo-Tokyo est devenue une gigantesque poubelle high-tech. Tetsuo, Kaneda et leur bande de jeunes du centre d’insertion et d’apprentissage professionnel foncent dans la nuit sur des motos volées, sans autre but que de repousser toujours plus loin les limites du speed. Quand ils croisent un drôle de petit garçon au visage de vieillard, leur premier réflexe est de l’agresser mais cette créature perdue possède un étrange moyen de défense… Ils viennent de faire connaissance avec le nº26 et de franchir, sans s’en rendre compte, la première étape d’un processus irréversible : le réveil d’Akira…

Décidément, s’il y a bien une série dont je raffole, c’est celle-ci. C’est sûr que le fait d’être associée à tant de bons souvenirs y est pour beaucoup, mais même sans cela, elle envoie du pâté !

Pour moi, le gros point fort de ce manga est que le mangaka, Katsuhiro Otomo, réussit sans peine à rendre les scènes vivantes, à transmettre des émotions fortes grâce à des changements de plans.
Alors moins dans les premières pages de ce second tome, principalement parce qu’on a quand même droit à pas mal de parlotte du côté du Colonel et que ça stagne aussi chez Kaneda et Kay. Heureusement que Tetsuo est là pour relever un peu le niveau et stresser le lecteur.
Dans le tome précédent, on l’avait abandonné aux prises avec des membres de la bande des Clowns et il semblait mal barré au vu du nombre de ses agresseurs mais c’était sans compter les pouvoirs qu’il avait commencé à développer dans le premier et dont il perd totalement le contrôle – enfin, pas aussi totalement que dans la suite mais c’est déjà pas mal. En tout cas, ça annonce la couleur.
Du côté de Kaneda, c’est également mal parti : ayant fricoté avec des terroristes, il est recherché par l’armée et se cache avec Kay – qui au passage joue double jeu et le surveille pour le compte de ses petits copains anarchistes… seulement, dans cette saga, les personnages sont complexes et les apparences trompeuses.
Quant au colonel que j’apprécie bien mieux dans les suivants, il est égal à lui-même : autoritaire – certains diront que c’est parce que je me retrouve en lui… peut-être… ou pas – il est intransigeant et fidèle à ses valeurs, mais s’il y a bien un truc qu’on ne peut lui reprocher et qui m’impressionne fortement, c’est que c’est un dur à cuire qui ne fuit pas le danger et est suffisamment malin pour que ses arguments portent ; il suffit de lire les dernières pages du deux pour comprendre ce que je veux dire.

Si le début m’a un peu ennuyée, à partir de la moitié environ – lorsque Kaneda et sa clique rameutent les autre motards contre les Clowns et leur nouveau chef -, cela devient passionnant et même si je savais ce qui allait arriver, je n’avais aucune envie de lâcher mon manga.
Bref, j’ai adoré Cycle Wars et si je m’écoutais, je lirai de suite le prochain… mais patience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *