Les cerisiers fleurissent malgré tout – Keiko Ichiguchi

Titre: Les cerisiers fleurissent malgré tout
Auteur: Keiko Ichiguchi
Éditeur: Kana
Nombre de pages: 127
Quatrième de couverture: Japon, 11 Mars 2011, un tremblement de terre, un tsunami, Fukushima.
Est-il possible de faire des projets après cela ?
Quand une promesse devient un hommage.

En commençant ce manga, je ne m’attendais à rien : je n’avais pas lu de résumé, aucune chronique ; je n’avais que la couverture pour me faire une idée du thème et ça semblait empli de nostalgie. J’espérais que ce soit poétique, et ça l’est en grande partie.
Du coup, vierge de toute information, j’étais loin de m’imaginer que cela traitait de mars 2011 ; situation catastrophique pour les terriens en général et bien plus pour les habitants du Japon… mais qu’en est-il des japonais “exilés” ? Ce manga nous rappelle que pour ceux qui vivaient à l’étranger et qui ont vécu ce drame de loin, cette inquiétude et cette angoisse est  toute aussi douloureuse pour eux que ceux restés au pays.

On suit Itsuko enfant qui vit avec une terrible maladie souvent mortelle. C’est une battante mais est mise à l’écart de nombreuses activités, notamment sportives – et quand on sait l’importance que cela revête au Japon, on imagine aisément sa situation d’exclue. Jusqu’au jour où une nouvelle maîtresse géniale l’intègre à la classe de façon différente. Pourtant, l’ombre de la mort plane sur elle. Une fois grande, la faucheuse semble loin, elle est mariée à Angelo et tous deux vivent en Italie. Puis un matin, elle reçoit un appel la prévenant du drame. A partir de là, ne pouvant contacter aucun de ses proches restés au Japon, elle fait ce que beaucoup ont fait lors de cette catastrophe (enfin, c’est ce que j’ai fait pendant des jours) : elle ingurgite des heures de nouvelles télévisée, cherche désespérément des informations sur internet, etc.
La mangaka a vécu cette situation, cela se sent vachement : son angoisse est palpable. Il y a certains passages très forts émotionnellement parlant, notamment dans la colère puis l’abattement qu’exprime l’héroïne envahie par des informations fausses, cachées puis révélées au grand jour et tout ce que cela implique – notamment un sentiment de trahison -, des articles portant sur la vie quotidienne de ce que subissent les siens.

Pour les dessins, j’ai eu dans un premier temps du mal à m’y faire, ça fait très vieux. Pourtant, au bout d’un moment, tu ne les vois plus. Tu te concentres juste sur l’histoire et sur le message qu’il fait passer :

… le bonheur glisse de nos mains si facilement et […] la beauté se fane en un instant… Tout ce que nous avons peut disparaître, comme si ça n’avait jamais existé. Nous sommes si désespérément éphémères…
Pourtant les saisons reviennent et les arbres fleurissent à nouveau.

Autant vous dire que ce manga m’a fait verser quelques larmes : il est si beau. Bref, c’est un coup de cœur.

2 réflexions au sujet de « Les cerisiers fleurissent malgré tout – Keiko Ichiguchi »

  1. oh purée tu m’as donné envie de le lire celui la ! En ce moment, je suis plus ou moins “à fond” sur les choses qui émotionnellement vont pouvoir me bouleverser (me demande pas pourquoi…… je suis maso apparemment)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *