La ligne verte – Stephen King

Titre: La ligne verte
Auteur: Stephen King
Éditeur: Le Livre de Poche
Format: Ebook
Nombre de pages: 506
Quatrième de couverturePaul Edgecombe, ancien gardien-chef d’un pénitencier dans les années 30, entreprend d’écrire ses mémoires. Il revient sur l’affaire John Caffey – ce grand Noir au regard absent, condamné à mort pour le viol et le meurtre de deux fillettes – qui défraya la chronique en 1932.
La ligne verte est le reflet d’un univers étouffant et brutal, où la défiance est la règle. Personne ne sort indemne de ce bâtiment coupé du monde, où cohabitent une étrange souris apprivoisé par un Cajun pyromane, le sadique Percy Wetmore avec sa matraque et Caffey, prisonnier sans problème. Assez rapidement convaincu de l’innocence de cet homme doté de pouvoirs surnaturels, Paul fera tout pour le sauver de la chaise électrique.

Étant fan inconditionnelle du film, cela fait un moment que je voulais lire le roman. Seulement, je redoutais une trop grande différence qui me ferait moins aimé l’un ou l’autre. Dans cette chronique, il y a d’ailleurs toutes les chances que je fasse une comparaison voire un amalgame entre les deux.

À la base, ce n’était un roman à proprement parlé, en tout cas, il n’est pas paru sous ce format mais sous celle d’un roman feuilleton en 6 épisodes – il y a d’ailleurs une telle version chez l’éditeur Librio ;  je me demandais pourquoi il avait été publié en plusieurs volumes, maintenant, je comprends mieux. J’aime beaucoup ce principe, ça a un côté un peu vieillot style roman de gare.
Dans cette version, le découpage est fait de la même façon, donc au début de chaque partie, ça reprend ce qui s’est passé ultérieurement, malheureusement, mot pour mot ce qui est assez déstabilisant et donne la désagréable sensation de déjà-lu.

Le film est tellement fidèle au bouquin que ce dernier m’a presque ennuyée dans la première moitié.
Le bon côté de cette lecture, c’est qu’on découvre davantage la vie de Paul Edgecombe au sein de la maison de retraite. Si ses relations avec Elaine Connelly sont assez semblables dans le film, le vilain Dolan en est absent. Au début, le récit du narrateur part dans tous les sens, il est loin d’être linéaire chronologiquement parlant. On découvre les mêmes prisonniers Bitterbuck, Delacroix, Caffey (comme la boisson mais ça ne s’écrit pas pareil) et Wharton mais pas que… on a également de temps en temps droit à des passages avec le détenus nommé le Président et quelques allusions à d’autres anonymes.
L’histoire est assez fidèle au film : Paul Edgecombe raconte les derniers mois passés en tant que gardien chef sur la ligne verte, et notamment les dernières exécutions qui l’ont poussé à changer de voie : le passage sur la Veuve Courant (c’est ainsi qu’ils appellent la chaise électrique) de l’indien se passe normalement, celle de Delacroix est encore pire que dans le film au niveau des descriptions… quant à John Caffey, c’est tout aussi douloureusement beau et triste.
Beaucoup de phrases fortes ont été reprises dans le film :

Il les a tuées avec leur amour. C’est comme ça tous les jours. Partout dans le monde.

Je vous ai épargné le speech de Caffey, par contre, la prestation de Michael Clarke Duncan est tellement magnifique (bien plus que dans le livre) que je ne peux m’empêcher de la mettre ci-dessous.

La fin m’a beaucoup plu, énormément d’explications sont données particulièrement sur la manière dont Edgecombe rassemble des informations sur l’accusation de Caffey, par exemple lorsqu’il explique son plan à ses collègues, il leur affirme que Caffey est innocent et leur démontre comment, notamment grâce à sa chaussure – là, j’ai éveillée votre curiosité, hein ! Puis il remonte l’enquête et les différentes incohérences. J’ai trouvé ça génial – c’est sûrement ce qui manquait au film.

Si le début m’a laissée dubitative et s’est laissé lire sans plus, la seconde du roman devient, heureusement, passionnante. J’ai adoré cette lecture, elle m’a mise dans tous mes états et m’a aussi fait verser quelques larmes.

Challenge - Coupe des 4 maisonsChallenge Coupe des 4 maisons :
6ème année
: Ordre de Merlin – un livre qui a reçu un ou plusieurs prix littéraires (a reçu le Prix Bram Stocker – 1996) – 50 points

Challenge LEAF Le Manège de PsylookChallenge LEAF : 21/50

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *