Et je danse, aussi – Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat

Titre: Et je danse, aussi
Auteur: Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat
Éditeur: POCKET
Nombre de pages: 311
Quatrième de couvertureLa vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins. Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune », pourrait devenir son cauchemar… Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets… Ce livre va vous donner envie de chanter, d’écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d’écouter le Jeu des Mille Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse. Ce livre va vous donner envie d’aimer. Et de danser, aussi !

En commençant cette lecture, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’ai vu passer pas mal de chroniques positives mais comme souvent, j’avais décidé de ne pas m’y fier. La
raison qui m’a poussée à le lire, c’est qu’il avait été proposé dans la valise du lecteur
dont je fais partie et comme aucune lecture ne m’attirait ces dernières semaines, je me suis laissé tenter.

Dans un premier temps, les premières pages ne m’ont absolument pas convaincue ; je pensais que je m’ennuierais.
C’est un roman épistolaire : Adeline Parmelan écrit à Pierre-Marie Soto, célèbre
écrivain en manque d’inspiration. Elle lui a envoyé une enveloppe qu’il refuse d’ouvrir
puis il tente de mettre un terme à cette nouvelle correspondance dont il ne veut pas.
On se doute bien et rapidement qu’il n’y parviendra pas sinon, le livre n’aurait pas de
raison d’être.
Mais très vite, je me suis laissé prendre au jeu tout comme le héros, pas de
l’enveloppe mystère, je trouvais cela trop bateau pour me laisser piéger par un tel
appât, mais plutôt des bribes de vie qu’ils échangent.
Et le gros plus, c’est leur style d’écriture, très frais avec un côté mêlant aussi bien
plaisanterie qu’ironie
. Ça me mettait de bonne humeur et me faisait sourire.
Mais pas que. L’envie d’en savoir plus était présente, de savoir qui était réellement
Adeline ou ce qui était arrivé à Vera, la femme de Pierre-Marie, etc. Énormément de
questions qui ne pouvaient pas rester sans réponses
.

J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette lecture, c’était aussi rapide que
plaisant, avec ce petit brin de mystère qui donne envie d’en savoir plus et qui,
suffisamment bien dosé, rend ce roman addictif.
Bref, j’ai adoré et je ne suis pas mécontente de l’avoir lu surtout dans cette période
consacrée davantage aux jeux vidéos qu’à la lecture.

Challenge Coupe des 4 maisons :
4ème année : Batteurs – un livre écrit à quatre mains – 40*2 = 80 points

2 réflexions au sujet de « Et je danse, aussi – Anne-Laure Bondoux & Jean-Claude Mourlevat »

  1. Oui, il était très agréable à lire, d’autant plus que j’avais besoin de ça à ce moment- là 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *