Candy Candy, tome 3 – Yumiko Igarashi et Kyoko Mizuki

Titre: Candy Candy, tome 3
Scénario: Yumiko Igarashi
Dessins: Kyoko Mizuki
Éditeur: Kodansha France
Nombre de pages: 205
Quatrième de couverture: Les aventures, les drames et les amours de Candy Neige, jeune orpheline américaine au début du XXeme siecle, de sa naissance à l’age adulte. Elevée dans la maison de Pony où elle passe son enfance en compagnie de son amie Annie, Candy a un tempérament trop prononcé et ne parvient pas à trouver une famille d’accueil. Tous ses amis la quitte peu à peu, mais lors de son 12eme anniversaire, elle est choisie pour devenir demoiselle de compagnie auprès des enfants de la famille Legrand, Elisa et Daniel, bien décidés à lui en faire voire de toute les couleurs. Candy va vivre un véritable enfer avec pour seul réconfort l’amour qu’elle porte pour leur cousin, Anthony, et celui pour le petit prince de la colline de son enfance…

Dans le tome précédent, on a abandonné Candy à la maison de Pony, elle s’y est exilée après la mort prématurée d’Anthony. Mais c’est sans compter l’once William qui désire faire de notre héroïne une lady. Pour ce faire, il l’envoie dans un pensionnat à Londres. Elle rencontre Terry G. Grandchester sur le ferry qui l’emmène en Angleterre et les frères Conwell, Archibald et Alistair, l’attendent sur les quais. Ils sont également au pensionnat avec Elisa et Daniel, sans eux, la vie de notre orpheline serait monotone ! Si on exclut Terry, on retrouve également un nouveau personnage : Patricia. Puis Annie fera tout doucement son apparition.

Comme les précédents, cela s’est lu super vite.
La qualité d’impression est excellente sur ce troisième tome. Les dessins sont toujours aussi shôjos et j’aime ça, je me suis arrêtée régulièrement sur les illustrations, c’était d’autant plus plaisant qu’aucune planche ne bavait ni n’était à demi-effacé comme dans les précédents.
Pour l’histoire, cela continue d’avancer vite : on découvre que bon nombre d’événements sont similaires au dessin animé ce qui était chouette – un peu comme quand on retrouve un vieil ami que l’on a toujours connu, même si bien entendu, ces moments sont bien plus courts que dans l’animé.

Une chose m’a fait tilter : à un moment, Candy parle de Capucin qui doit être dans le zoo avec Mr Albert (oups, spoil or not spoil ?). Dans une image plus loin, elle y fait allusion en tant que la mouffette de son ami… Je n’ai pas le souvenir d’avoir appris son nom dans les précédents, je me pose donc la question quant à la traduction, est-elle vraiment bonne ou a-t-elle été modifiée pour coller plus près à la version française ? Mystère et boule de gomme…

Dans l’ensemble, j’ai bien aimé ce troisième tome, même si j’avais la sensation que cela se passait plus lentement que les deux premiers volumes parce que Candy vit moins de choses, c’est donc un peu moins intense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *