Moi, Peter Pan – Michael Roch

Titre: Moi, Peter Pan
Auteur: Michael Roch
Éditeur: Le peuple de Mu
Nombre de pages: 127
Quatrième de couverture« – Tu pleures ?
Les montagnes sont bleues derrière ses yeux. Une couleur de pluie passée qui regarde, une fois au sol, le souvenir amer de son nuage.
– Peter, répète-t-elle, tu pleures ? »
Offrant une nouvelle vision du personnage, complémentaire et à la fois détachée de celle imaginée par James M. Barry, Michael Roch revisite le mythe du garçon qui ne veut pas grandir.
Moi, Peter Pan est un roman contemplatif, onirique et d’une poésie saisissante à lire en empruntant le chemin vers la deuxième étoile à droite avant de filer tout droit jusqu’au matin…

Je me suis procurée ce roman lors d’un festival à Strasbourg, il était sur le stand des Luciférines : l’éditrice me l’a chaudement conseillé, mais ce n’est pas ce qui m’a décidée, c’est la couverture qui m’a beaucoup plu.

La trame de l’histoire est particulièrement ténue : Peter Pan nous raconte des événements qu’il a vécus ainsi que des rencontres qu’il a faites, et qui permettent de lancer des conversations intéressantes et poussées, tout en s’appuyant sur ce que le lecteur connaît de l’univers de Peter Pan (ce que lui apporte son ombre, les masques que portent Wendy, etc.). Il partage avec le lecteur bon nombre de réflexions sur de nombreux sujets (amour, amitié, soi-même et j’en passe), le tout souvent sous forme imagée. C’est également le cas des descriptions que l’auteur fait.
Ce qui rend le récit étrange est qu’on est incapable de savoir si cela se passe dans le présent ou dans le passé : une narration aussi intemporelle que l’est le personnage de Peter Pan.

C’est une lecture qui est loin d’être addictive pour une raison simple : le manque d’histoire. Ainsi, rares sont les chapitres qui se poursuivent dans le suivant, on passe d’un thème à l’autre de manière étonnamment cohérente… du coup,  si on doit arrêter sa lecture pour x raison, entre deux chapitres, on ne meurt pas vraiment d’envie de savoir la suite.
Pourtant, quand on est plongé dans le roman, on se laisse facilement emporter par la plume de l’auteur que j’ai trouvée très belle.On se laisse aisément emporter dans l’univers féérique que Michael Roch a créé.

C’est une lecture plaisante. Si l’histoire à proprement parler m’a laissée plutôt indifférente, ce n’est pas le cas du style d’écriture de l’auteur qui a des mots justes et touchants. J’ai beaucoup aimé.

Challenge Coupe des 4 maisons :
2ème année : Brasier obscur
– un livre à la couverture en noir et blanc – 20×2 = 40 points

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *