Les Aventuriers de la Mer, tome 9 : Les Marches du trône – Robin Hobb

Titre: Les Marches du trône
Saga: Les Aventuriers de la Mer, tome 9
Auteur: Robin Hobb
Éditeur: J’ai Lu
Nombre de pages: 376
Quatrième de couverture: Avec Mère à son bord, Parangon peut enfin retrouver son intégrité perdue, un visage, et peut-être même la vue. Il ne lui en faudra pas moins pour affronter la Vivacia, sur laquelle Kennit règne toujours en maître, au point qu’il fait d’Althéa, la propriétaire légitime de la vivenef, sa prisonnière ! Mais il faut croire que la chance insolente qui a si bien servi le pirate jusqu’ici l’a quitté : la flotte jamaillienne, bien décidée à ne pas le laisser retenir plus longtemps le gouverneur Gosco et Malta en otages, lui fait échec. Tintaglia, le dernier dragon de Clochetinte, toujours à la recherche de cette dernière, vient elle aussi déranger ses plans. Quant aux serpents, il n’auraient pas pu trouver meilleur moment pour le laisser tomber…

Ça y est, le dernier tome des aventuriers de la mer est terminé. Il était tellement passionnant que le lire ne m’a pris beaucoup de temps : seulement trois petits jours.

Je ne m’attendais pas du tout à ce dénouement. Je n’ai bien entendu eu aucune difficulté à entrevoir que le destin allait mener tous les personnages sur Vivacia, une déduction plus que facile puisque :
– Althéa est déjà sur le bateau avec Hiémain et Kennit.
– Paragon a révélé à Brashen que la jeune femme était vivante, ils mettent au point un plan pour échanger la mère du pirate contre la prisonnière.
– le gouverneur Cosgo et Malta doivent être remis à Kennit par le capitaine Rouge du Bouffon comme un butin.
– Tintaglia tient parole et mène Reyn vers sa bien-aimée.
Mais dans cet ultime volet, trois choses m’ont déçue :
– la réaction de Hiémain face à l’histoire de sa tante, malgré cela, il reste attaché à son capitaine
– le fait que Kennit n’ait pas chu de son piédestal, ce sale manipulateur ne méritait que cela
– la rencontre entre Ambre et Hiémain, elle cherche depuis longtemps l’esclave à neuf doigts sans qu’on sache pourquoi et quand elle le trouve enfin, elle lui sort un speech tout pourri qui ne semble pas changer le destin de l’ancien prêtre de Sâ.
C’est pas énorme comme déceptions mais je voulais le préciser.
LE gros point fort est qu’on a l’histoire complète de Parangon. Tout ce qu’il a vécu en raison des choix des membres de sa famille. On en savait un bout mais je n’arrivais pas à retracer son parcours chronologiquement avec ses retours à Terrilville, les accusations d’avoir tué sa famille, sa culpabilité, etc. Là, j’ai pu et c’était pleinement satisfaisant.

J’ai adoré ce neuvième tome. Comme chaque fois que j’arrive au terme d’une saga que j’aime, je me sens triste, vide… orpheline.
J’hésite à commencer la saga l’Assassin Royal, j’ai peur que la saga soit moins bien, de ne pas réussir à m’attacher aux personnages comme je me suis attachée à ceux des Aventuriers de la mer… Et puis, je sais que si je ne retrouve pas des anecdotes sur Terrilville et compagnie, je vais être déçue.

2 réflexions au sujet de « Les Aventuriers de la Mer, tome 9 : Les Marches du trône – Robin Hobb »

  1. Merci pour cette chronique, très claire et agréable à lire ! Je pense que vous pouvez vous lancer sans problème dans la saga de l’Assassin Royal, d’autant plus que des correspondances avec les personnages des Aventuriers de la Mer apparaissent et se développent au fil des volumes.

  2. Merci pour votre visite, Java. Votre commentaire m’a décidée à commencer l’Assassin Royal d’ici la fin d’année… surtout qu’on m’a dit que ça me permettra d’en apprendre plus sur la magie, ce qui me motive d’autant plus ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *