Histoires des Maori, un peuple d’Océanie – Claire Merleau-Ponty & Cécile Mozziconacci

Titre: Histoires des Maori, un peuple d’Océanie
Auteures: Claire Merleau-Ponty & Cécile Mozziconacci
Illustratrice: Joëlle Jolivet
Éditeur: Actes Sud
Nombre de pages: 68
Quatrième de couvertureIl y a mille ans, les Maoris sont venus de Polynésie en pirogue pour s’installer en Nouvelle-Zélande. Malgré la colonisation anglaise, préserver leur culture, leurs rites, qui se perpétuent à travers la fameuse dans de l’équipe des All Blacks, le haka.
Ces contes, recueillis par George Grey, qui fut gouverneur de Nouvelle-Zélande, évoquent la vie d’un peuple qui honore aujourd’hui encore ses divins ancêtres et leurs exploits : le facétieux demi-dieu Maui qui a dompté le soleil et pêché les îles qui forment la Nouvelle-Zélande ; Rangi le Ciel, et Papa la Terre, dieux des origines, séparés pour donner naissance au jour…
Des histoires fabuleuses, souvent drôles, qui font découvrir une civilisation aux traditions très vivantes que les Maori on su concilier avec la vie moderne, fidèles à ce proverbe : « Le passé est devant nous pour nous guider et le futur est derrière nous ! »

J’ai choisi ce livre par curiosité, non pas par hasard, mais vraiment parce que les contes issus de la culture maori m’intéressaient, puisque je n’en connaissais rien… enfin, vaguement ce qui en est révélé dans le film Vaïana.

Ce recueil contient dix contes parmi les plus populaires.
On commence par le commencement avec le mythe de la création du monde avec les deux divinités principales et leurs six enfants.
On poursuit avec plusieurs récits mettant en scène le demi-dieu Maui.
Puis plusieurs histoires développent l’importance de la nature.
Les dieux mais aussi les autres personnages m’ont laissée indifférente. Le seul qui m’a fait de l’effet, c’est Maui… mais je l’ai détesté. Son côté farceur, à continuellement jouer des mauvais tours à tout le monde, m’a saoulée.

Les contes étaient sympathiques mais racontés de manière sommaire… ou pas loin. Il y a deux choses qui ont fait que cette lecture m’ait plu.
La première est que, tout au long du récit, des références culturelles sont subtilement insérées.
En second point, ce sont les annotations en rapport avec des détails précis qui les replaçaient dans l’époque, et dans la civilisation maori. J’ai adoré découvrir ces éléments, ça ajoute énormément aux contes.

Dans l’ensemble, j’ai bien aimé cette lecture. Elle s’est laissée lire.

Challenge Tournoi des 3 Sorciers :
Défense contre les forces du mal : Danse endiablée (5ème année) – Des dieux ou des démons sont présent dans l’histoire – 50 points

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *